Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Eva Besnyö > Photo > La femme sur le ponton au bord du lac

7 Septembre 2013, 16:03pm

Publié par Elisabeth Poulain

   

La photo en noir et blanc d’abord. Une femme est assise au bord de l’eau sur un ponton de bois au bord d’un lac. Elle a une attitude très posée. On la voir de ¾ arrière, le visage de profil, avec son bras droit qui assure l’équilibre, la main posée sur le ponton, le corps un peu en arrière, sa jambe gauche repliée  permet à son bras gauche de s’appuyer sur le genou, tandis que la jambe droite est allongée vers l’eau.

Ce n’est pourtant pas cette nageuse qui est l’élément central du cliché. Une des raisons est l’angle de prise de vue choisi par la photographe professionnelle hongroise Eva Besnyö. Elle s’est placée en biais par rapport au ponton, de façon à avoir le tronc très particulier de cet arbre au bord du lac dont on a coupé maladroitement des branches basses qui auraient pu gêner le passage vers l’eau. La grosse branche tronquée conduit d'aimeurs le regard vers la tête de la nageuse.

Eva Besnyö, L'Image sensible, La Femme sur le Ponton 

L’arbre au tronc penché cherche l’eau et la lumière. Il en a beaucoup vu avec ses deux branches mal coupées à gauche et qui du coup fait surgir une autre branche en haut mais cette fois-ci à droite. Le ponton tourne autour de lui sur deux côtés, à gauche et par devant.

La vue de l’arbre inclinée conduit le regard au fond du lac, ce qui nous fait voir qu’il y a un esquif à rames qui occupe la portion du lac comprise entre le ponton et le fond. Il est au repos, la pointe  vers la gauche, là où la femme regarde. On a un point de fuite vers la gauche.

Le ponton est en forme de T. La partie qui s’accroche à la rive semble assez courte. Elle se poursuit perpendiculairement par un ponton de chaque côté. La femme occupe l’espace de gauche et un sac la partie droite.

La partie centrale du lac à droite est occupée par le bateau, qu’on ne voit pas entièrement, comme le sac d’ailleurs.

Le ponton du côté droit devant nous n’est pas spécialement en bon état de côté-là. Une chaîne se détache sur l’eau, entre le ponton et la berge ; on le voit juste en dessous du soleil qui brille dans l’eau. Du côté gauche près du bord, c’est l’ombre du ponton qui prend beaucoup de place.

Eva Besnyö, L'Image sensible, La Femme sur le Ponton 

Il y a beaucoup d’éléments dans cette composition. Voici   un arbre qui  coupe la photo en deux et oblige l’œil à voir plus attentivement de chaque côté et en même temps par strate horizontale. Celles-ci sont au nombre de quatre, le bord de l’eau, l’eau du lac entre le bord et le ponton, le lac devant le ponton, l’autre rive qui semble boisée dans le fond et le ciel. Quatre personnes sont assises dans le bateau d’un côté et la femme assise seule de l’autre, en compagnie d’un sac plus loin. Pour lier le tout, un ponton flottant en T. Cela fait beaucoup de choses et pourtant c'est le silence qu'on entend et l'absence de tout bruit.

On retrouve cette problématique avec des artistes photographes actuels chinois par exemple comme Chen Jiagang qui expose à la Galerie Paris Beijing. Un de ses clichés montre deux jeunes femmes sur un ponton, l'une debout et l'autre assise. Dans le cas du cliché, qui est ancien, d'Eva Besnyö, le choix a été fait par les organisateurs de l'exposition. Ce sont eux qui ont pensé que cette photo était la plus à même d'attirer les visiteurs, tout en représentant fidèlement le travail de l'artiste. Il est vrai que l'estacade et plus largement le chemin de bois sont actuellement des thèmes à la mode. Pourquoi? C'est une bonne question! C'est une de celles que je me pose.      

Pour suivre le chemin

. Voir l’article et retrouver la photo (en bonne qualité) consacrée à Eva Besnyö (1910-2003) sur le thème de l’ «Image sensible », du nom de l’exposition qui s’est tenue au Musée du Jeu de Paume à Paris du 22.05 au 22.09.2012    sur http://www.upjf.org/fr/5185-   

. Voir aussi des clichés d’artistes contemporains chinois sur ce thème et tout particulièrement « Temptation » de Cheng Jiagang, qui aime faire des clichés de très grands espaces, avec presque toujours d’abord une jeune femme et depuis quelques temps deux jeunes femmes. http://www.galerieparisbeijing.com/artists/chenjiagang/works/temptation/ 

. A comparer avec le travail que fait le photographe Michel Kenna, qui recherche la plus grande pureté de lignes et le minimalisme le plus pur, ce qui le conduit à enlever l’anecdote que serait une femme par exemple  http://www.michaelkenna.net/    

. Sur le thème de l’estacade et du ponton, retrouver la série qui commence à être fournie sur ce blog Style de Vie > Marcher sur l'Eau > De l'Estacade au Ponton et plus     L'estacade > Le rendez-vous avec la mer, le ciel et l'air du large     

  Photo > Un Chemin de Bois et d'Eau > Mael Leblanc > Laval    L'Evasion > Le Chemin de l'Estacade > Absolut Vodka, Les Vins Nicolas     L'estacade > Le rendez-vous avec la mer, le ciel et l'air du large    

  Tadashi Kawamata & Kinya Maruyama > Le Bois revisité en milieu urbain          

. Photo Elisabeth Poulain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article