Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Grand Tati > Voyages avec mon voisin l'artiste > Belle-Beille > Angers

17 Octobre 2011, 10:01am

Publié par Elisabeth Poulain

 

C’est à un beau voyage que je vous invite, un voyage avec les œuvres d’artistes aussi différents et intéressants les uns que les autres. Je ne vais pas vous parler de tous ceux qui ont présenté leurs œuvres à Jacques Tati, le centre culturel du quartier si vivant de Belle Beille, cette année du 5 au 9 octobre. Non, c’est à une sélection tout à fait subjective et personnelle, comme l’est tout voyage. Une affaire de rencontres présentée comme un jeu, un samedi matin, avec des artistes à Angers.  

 

Tati-expo-2011-LigribouilleL’arbre est assurément un baobab, un énorme qui lance son tronc si rond avec quelques plumes en haut en guise de feuilles. Ce baobab là est très spécial, pour plusieurs raisons. C’est celui de Madagascar, l’emblème de l’île. C’est aussi celui à qui Ligribouille dédie un de ses beaux poèmes. Son préféré est le Baobab amoureux, à deux troncs enlacés.  C’est aussi celui au pied duquel elle s’assied quand elle veut se rTati-expo-2011-Agnès Le Henessourcer : Jaillissant de la terre, Se dressant au soleil, Ta cime étale, Telles des racines, Sous un corps bedonnant, renfermant de l(eau, Une houppe de branches, Aux graines accrochées …

 

L’harmonie en jaune pâle est une œuvre contemporaine d’Agnès le Hen, un peintre qui aime jouer avec les techniques et recherche Tati-expo-2011-François Gerzél’émotion avec la photo. Dans la nature, elle recherche les lignes, les textures et le jeu des couleurs. Sa photo des Basses Fouassières est aussi une défense de la nature. Elle pose cette question : a-t-on vraiment besoin de construire là en un paysage d’une telle beauté ? 

 

La maison déserte, la nuit, est une peinture de François Gerzé. On aurait pu aussi appeler cette toile : atmosphère, atmosphère, vous avez dit atmosphère ? Le peintre a préféré laisser parler la maison de style 1930, qui se plaint d’être seule  abandonnée, dans des tons rose, jaune et brun. Pour une autre de ces toiles, dédiée à Belle-Beille le jour, le rose est devenu vif.Tati-expo-2011-Enfants qui jouent à peindreLa ville brille au soleil et fait ressortir le vert jaune acidulé des arbres.  Une réussite de ce peintre de la nuit qui aime aussi le jour.

 

La joie de l’enfant qui peint racontée, cela tombe bien,  par cette composition réalisée par les enfants réunis à l’accueil de loisirs de Tati, avec les conseils éclairés de Monique Macquin.  

 Tati-expo-2011-Adultes qui jouent à peindre

 

 

Un clin d’œil plein d’humour avec des chaises qui se parlent en langage non verbal : c’est une création de six habitants de Belle Beille, qui ont bénéficié, à leur tour, des conseils éclairés de Abo Wilson, un artiste malicieux du Burkina-Faso en résidence ici. Ils ont du bien rire tous ensemble. C’est aussi ça la peinture.

 

  Tati-expo-2011-

 

La chaleur du soleil, l’été, avec un jeune couple endormi, est une des dernières toiles d'Annie Jeulin qui délaisse de temps en temps l’aquarelle qu’elle aime beaucoup pour les paysages de Loire pour rependre l’huile dés qu’elle saisit des personnages pleins de vie. L'artiste s’amuse aussi à peindre le même paysage sous ces deux techniques, avec à chaque fois, un plaisir différent et tout aussi réel.

 

L’attente à l’embouchure du Danube  est un carton peint d’un artiste d’origine roumaine Ioan Bader, qui adore voyager et s’étonner en peinture. Il a présenté à l’exposition une sélection très éclectique, avec des paysages de Bretagne vus sur des boîtes de sardines très grands formats, une scène rurale en Asie avec un paysan conduisant un buffle dans une rizière, une femme rouge écorchée impressionnante, un grand père et son petit-fils endormis sous un arbre…et le delta du Tati-expo-2011-Ioan BaderDanube.

  

Au final

Voilà un joli tour qui commence à Madagascar avec un arbre totem, se poursuit dans une belle prairie en coteau sur les bords de la Maine, passe devant une maison endormie la nuit, rit avec des enfants et des grands qui jouent à peindre, s’endort au soleil de l’été et se réveille dans le delta du Danube, sans conteste le plus grand fleuve d’Europe et le plus méconnue, surtout en son aval.

 

 

 

Pour suivre le chemin Mathias Jagueneau-Centre Tati-Angers

Allez à Tati, il s’y passe toujours quelque chose et lisez « Quoi de Neuf », le journal du quartier réalisé par une fine équipe d’habitants avec Mathias Jagueneau à la coordination et sur la photo jointe.

 

Retrouvez Ligribouille en ligne ; elle a écrit un billet plein d’humour et de finesse sur les prédictions de son horoscope dans le dernier numéro:

http://www.centrejacquestati.fr/d-i/data/file/QdN/maquette%20105.pdf

Commenter cet article