Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

La fin de la moisson par Poul Edvard Nielsen, 1973 > Collection Emmaüs

28 Juin 2014, 16:23pm

Publié par Elisabeth Poulain

Ce titre ne vous offre que trois certitudes sur l’histoire de ce tableau.

Sosum1, Poul Edvard Nielsen, 1973, Emmaüs

. Il s’agit d’une peinture à l’huile achetée dans un Centre Emmaüs quelque part en France et que j’ai conservée parce qu’elle a – forcément – quelle que chose de spéciale. Elle ne porte pas de titre mais son thème est bien l’instant de repos au retour de la moisson déjà fauchée qui a séché au soleil, avant d’être montée en meule pour l’hiver.  

. Le peintre a signé par deux fois sa toile de son nom, une fois de ses initiales PEN verticalement en les croisant avec l’année aux chiffres avec 19 écrits à gauche du E et 73 à droite à l’horizontale. Il a pris soin également  de peindre son nom développé sur la tranche basse de la toile, avec à nouveau la date, 1973, à laquelle il a réalisé cette œuvre vraisemblablement d’après nature.  

. Le lieu est Sosum écrit en danois avec un O barré d’un / (slash). La ville ou le village existe bien. C’est une certitude, aussi  sûrement que le fait que je n’arrive pas à trouver d’autre information que sa la localisation  au NO de Copenhague et au NE de Roskilde.

Sosum2, Poul Edvard Nielsen, 1973, Emmaüs

Avec ces trois éléments, on peut reconstituer le scénario suivant. Le peintre doit être Danois pour deux raisons. Son nom d’abord ; il y a en effet un footballeur danois s’appelant Poul Nielsen. Il lui manque seulement le prénom d’Edvard. Le lieu de cette scène de moisson ensuite. Sosum existe bien et au Danemark en plus. La seule certitude que j’ai pu avoir quand j’ai acheté cette toile a été que ce paysage de moisson venait d’un pays du Nord.

La raison en est  la grange ou maison de bois au toit de chaume semi-enterrée que l’on aperçoit dans la partie haute de la toile. Elle ressemble beaucoup à ces maisons nordiques qui se protègent du vent et du froid par leur position semi-enterrée dans la terre, avec leur toit de chaume, recouvert de terre et d’herbe pour renforcer l’isolation thermique.   

Sosum3, Poul Edvard Nielsen, 1973, Emmaüs

Ce qui me plait dans cette toile de 31cm sur 41,04cm, c’est le soin que le peintre a pris pour restituer une atmosphère de grand calme quand il fait trop chaud. Le sujet principal est assurément cette couleur verte omniprésente adoucie de beaucoup de jaune pâle et de beige clair. Ce sont les teintes de la paille et du bois qu’il a choisies pour animer ce vert doux de l’herbe. Il a su les décliner en plusieurs variantes, avec des pointes de blanc qui a jauni pour les marguerites de la pierre au premier plan, avec la faux juste au-dessus de son nom. Une curieuse association, qui trouble la dimension paisible de la scène. il y a du mystère là-dessous.

Sosum1, Poul Edvard Nielsen, 1973, Emmaüs

La composition est en outre très curieuse. La charrette semble être l’élément dominant le décor. Vidée de son chargement d’herbe, qui est maintenant  compilé en meule que l’on aperçoit sur la gauche, elle attend d’être rangée dans la grange dans le fond opposé du haut. Un tas par devant la charrette attend à son tour d’être mis en meule. Entre les deux, on voit une pompe à eau, très curieusement placée en cet endroit. On la verrait plus près du bâtiment. Tout se passe dans le carré ou presque formé par la meule, la charrette, la maison ou grange et  la pompe.

Le rectangle qui est accolé ne comporte en tout et pour tout que des arbustes en haut, l’herbe au soleil, un rocher entouré de cinq marguerites et la faux qui a dû servir pour faucher l’herbe. Mais alors où est la fourche qui a servi à monter la meule ?  

Pour suivre le chemin

. 3670 Sosum, Danemark https://www.google.fr/maps/place/3670+S%C3%B8sum/@55.7733985,12.231774,15z/data=!3m1!4b1!4m2!3m1!1s0x46525cb4ebc4abaf:0xa00afcc1d519f00

. Photo Elisabeth Poulain, à retrouver dans le sous-album "Petites Maisons2" contenu dans l'album "Petites Maisons"

Commenter cet article