Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

L'estacade > Le rendez-vous avec la mer, le ciel et l'air du large

19 Janvier 2013, 16:24pm

Publié par Elisabeth Poulain

Devant vous, il y a l’infini matérialisé par l’eau. Quel  que soit votre âge, seul-e ou avec votre chien, des amis, il y reste toujours en vous ce besoin d’aller voir comment c’est là-bas, plus loin, au-dessus de l’eau, sur l’estacade en allant le plus loin possible. Plus loin, à quelques dizaines mètres seulement du point de départ de l’estacade, ou beaucoup plus parfois, quand la déclivité de la plage est faible, vous allez marcher jusqu’au bout du bout, en regardant l’infini droit dans les yeux et en respirant profondément. Vous y faites votre cure de nature, de plénitude.  Estacade-Saint-Jean-de-Monts-avt-Cynthia

Allez donc sur le littoral atlantique ou de la mer du Nord, à Saint-Jean de Monts, à Noirmoutier, à Capbreton, au Havre, à Blankenberghe… et  vous verrez l’été combien la présence de ces chemins sur l’eau est importante pour ceux qui viennent s'y promener. Il n’y a pas que les pêcheurs à être attirés par le site; on y est comme sur une barque, les inconvénients en moins.     

A quelques mètres près, le paysage est pourtant le même mais ce n’est pas la même chose. Il reste toujours comme un goût d’aventure à marcher sur l’eau, à aller là-bas, comme lorsqu'on était enfant, qu’il fasse un grand beau temps d’été, avec seulement une petite brise de mer, une bonne bise de grande marée quand la mer est pleine, ou à vouloir braver les lames qui se cassent sur les gros poteaux au risque de mettre sa sécurité en jeu.

Estacade, Sainte-Adresse, Le Havre

A l’estacade est toujours associée la notion de voyage, en départ plus qu’à l’arrivée d’ailleurs tant on se projette en suivant du regard la ligne de fuite vers l’horizon. On les montre presque toujours vus de la terre, comme en partance, plus rarement quand on arrive. L'aventure, c'est quand on part, pas quand on revient...Les peintres, les photographes les saisissent vus de côté et d’en bas ou plus rarement de dessus, à hauteur d’un homme  en marche qui part…

Mais bien sûr cette image n’en est qu’une parmi d’autres. Historiquement dès la seconde moitié du XIXe siècle et de la première du XXe siècle, le montage et  l’ancrage de ces assemblages en grosses poutres de bois ont nécessité le savoir-faire de charpentiers aguerris aux contraintes de la mer. Ils travaillaient en rythme avec la marée, composant avec elle.   

Elles ont d’abord été érigées pour des raisons fonctionnelles, qu’il manquât un port pour permettre l’accostage des navires de petites tailles, d’approcher la côte en cas de faiblesse de tirant d’eau (cas de Saint-Jean de Mont ou de Noirmoutier) ou pour briser les lames en avant des ports pour protéger ces derniers (cas des ports de la Mer du Nord)… Parfois plus tard, des phares y furent implantés.

Estacade-Sainte-Adresse Dufy 

Très vite pourtant, ces usages fonctionnels furent complétés par de nouvelles pratiques sociales qui transformèrent ces constructions sur la mer en but de promenade. Il devient de bon ton à Sainte-Adresse près du Havre, à Noimoutier, à Saint-Jean de Monts, ou à Ostende…  de longer le bord de la mer, en s’offrant un petit frisson à emprunter l’estacade pour dominer les vagues de plusieurs mètres de haut.

Au cours du XXe siècle, l’estacade est devenue le symbole des villes balnéaires consacrées par les touristes, malgré ou à cause peut être aussi de leur fragilité, tant elles avaient eu à souffrir sous les assauts conjugués de l’eau et du vent lors des grandes marées et des tempêtes. Plusieurs estacades sont actuellement  en cours  de réfection ou en attente de financement pour permettre les travaux. Mais la réponse du public, habitants et touristes, est toujours la même; chaque station veut garder "son" estacade, qui ne sera plus maintenant forcément en bois. Sans elle, il manquerait clairement quelque chose, tant l'estacade a un pouvoir spatial structurant fort et une force d'identification à nulle autre pareille.  Estacade-Saint-Jean-de-Monts-Projet-2012-Atelier-Dune

Tout comme le nouveau style hyper-contemporain de l’estacade du troisième millénaire à Saint-Jean de Monts : à avancer dessus, vous serez le capitaine du navire doté de la technologie la plus innovante qui soit, aux commandes d’une estacade résolument tournée vers l’avenir.   

 

Pour suivre le chemin

. Pour  le Havre http://www.muma-lehavre.fr/en/collections/artworks-in-context/raoul-dufy/l-estacade-et-la-plage-du-havre

. A Noirmoutier http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Fonds-de-dotation-pour-l-estacade-du-Bois-de-la-Chaise-_85083-avd-20120425-62709493_actuLocale.Htm

    Estacade-Bois-de-la-Chaise-Photo-ancienne 

. A Saint-Jean de Monts http://www.saint-jean-de-monts.com/actualites-rubrique_webmag-929-FR-WEBMAG- WEBMHISTO%7CWOTSJDM%7CWMAGHIST10.html

. Pour Capbreton http://www.capbreton.fr/files/DOC-DIVERS/SPECIAL-ESTACADE.pdf

. Voir les photos dans l'album "Mer-Eau", avec mes remerciements aux différents contributeurs, en particulier pour l'image de synthèse des Ateliers Dune qui termine le billet, avant les notes.   

 

Commenter cet article