En quelques mots...

Elisabeth Poulain
Elisabeth Poulain est docteur en droit et a longtemps exercé dans l'enseignement supérieur et la recherche sur les questions de commerce, de marketing et d'enjeux internationaux. Auteur de nombreux ouvrages, elle choisit de porter un regard analytique sur le système qui nous environne, en montrant les liens de connexion qui le sous-tendent.

Présentation

Archives

Recommander

Vendredi 8 janvier 2010 5 08 /01 /Jan /2010 18:40

Il y a six dimensions à la bouteille qui jouent deux par deux : le dedans et le dehors, le dessus et le dessous en terminant avec  l’avant et l’arrière, avec des interactions entre 053.JPGelles. S’il est un objet qui est un concentré de techniques, d’informations et de réglementations, c’est bien la bouteille. 

 

La paire dedans-dehors

Le dedans

C’est certainement celle à laquelle on pense le moins tellement elle semble évidente. Elle découle de la fonction même d’une bouteille, contenir du vin en l’occurrence. Le dedans intéresse pourtant beaucoup le législateur pour protéger les consommateurs. Il doit être propre d’abord pour éviter la contamination du vin ou des éléments étrangers comme du verre cassé. Il doit ensuite pouvoir être rempli facilement pour éviter les refoulements causés par exemple un goulot trop haut ou qui se rétrécit au bas à l’emmanchure des épaules. Ce refoulement aurait alors un double inconvénient, celui de ralentir le remplissage en obligeant à une surveillance accrue et celui de salissure de la paroi externe. Il doit enfin contenir la quantité de vin qui sera indiqué en chiffres saillants sur le fond de la bouteille, en laissant une tolérance en + et en – pour plus de souplesse pratique.

 

Le dehors

Il a une forme dont on parle beaucoup (Bordelaise, Bourguignonne, Anjou…), des lignes, un style, une hauteur, une circonférence maximale, un poids, une bague…Il a aussi une couleur, celle du verre. Et un toucher, celui du verre lisse ou satiné qui fait une drôle d’impression à la main. C’est un espace difficile à travailler en raison de sa rotondité et de  ses proportions. C’est aussi l’espace qui attire le plus.    

 

La paire dessus-dessous

Disons le tout de suite, ce n’est pas ce à quoi on pense en Ier quand on voit une bouteille. On y trouve pourtant beaucoup d’informations.

 Bouteille ancienne-Domaine 2 Vallées

Le dessus 

Très rares sont les amateurs de vin à regarder par exemple la capsule qui cache le bouchon. Elle est dite capsule CRD (capsule représentative de droits) et porte à ce titre l’effigie de la Marianne qui certifie que le vin a bien acquitté les droits fiscaux.  Sa couleur est pourtant bien utile aussi pour connaître le type de vin - verte pour les vins de qualité, type AOC – bleue pour les vins de pays et de table. La lettre apposée au-dessus de l’effigie indique celui qui a payé  les droits du vin :  R pour Récoltant, N pour Non-Récoltant ou Négociant et E pour Eleveur du vin. Dans notre pays si attaché à la distinction entre le vin de vigneron et le vin de négociants, la distinction est si importante qu’une mention écrite sur l’étiquette indique en plus où se fait l’embouteillage.

 

Le dessous

Il est encore plus invisible pour le consommateur de vin, à l’exception de sa profondeur qui permet de glisser le pouce pour une meilleure saisie. Pourtant, c’est bien de ce socle que dépend l’assise de la bouteille. Une bouteille en verre léger aura un fond plat. Une bouteille lourde aura au contraire un fond piqué ou semi-piqué quand le fond n’est que légèrement incurvé à l’intérieur. Le dessous est perçu comme un signe de la qualité du vin. Plus il est classique, avec un fond piqué, plus le vin se désigne comme traditionnel. Un vin à fond plat sera perçu comme devant être bu rapidement.Zero pointe, bouteille vue du dessus

 Zero pointe, vue du dessous

Deux autres séries d’information y sont portées. L’acheteur de vin y trouvera l’indication de la quantité de vin contenue par la bouteille –75cl écrits en relief saillants sur le verre ainsi que la hauteur du vide 57mm à laquelle le bouchon devra s’adapter pour laisser un espace entre le niveau du vin et celui du bas du bouchon. Cette indication sur le bouchon a  également une double facette : elle est perçue comme un gage de qualité proportionnelle à la longueur du bouchon. Elle est aussi pour l’embouteilleur un rappel du type de bouchon qu’il doit insérer dans l’embouteilleuse. Une série de petites barres ou ergots saillants entourent le fond afin d’éviter que la bouteille se termine par une surface plane. Une grosse encoche coupe ce cercle afin de  permettre à la machine de positionner la bouteille automatiquement dans la chaîne. Mais toutes les bouteilles ne sont pas ainsi pré-positionnées.

 

La paire avant-arrière     

Cabernet d'Anjou, RichouL’encoche est indispensable pour positionner le centre opposé à l’écusson ou la forme que porte les bouteilles régionales comme la Val de Loire et l’Anjou avec la fleur de lys, la bouteille Muscadet avec la Muscadet. Cette encoche coupe la paroi arrière de la bouteille de façon a être assurée que les étiquettes avant, arrière ainsi que les autres pièces seront bien centrées. Un mauvais positionnement sur une bouteille est un motif suffisant pour qu’un conteneur entier (11 400 bouteilles) soit refusé au Japon par exemple mais pas seulement là.

 

L’ombre et la lumière

. L’arrière était traditionnellement la face restant dans l’ombre pour laisser le projecteur éclairer la face avant.

. L’avant est traditionnellement la partie la plus valorisante de la bouteille. C’est elle qui capte tous les regards qui vont se focaliser sur l’étiquette, remonter voir le col et la bague éventuellement qui finit la bouteille vers le haut, redescendre le long des lignes du col, s’attarder sur les épaules et goûter ou non la ligne descendante, avant de s’arrêter au bas de la bouteille.

. L’arrière a maintenant acquis une nouvelle noblesse avec la contre-étiquette qui informe le consommateur en y intégrant également les mentions réglementaires alors que l’étiquette avant est de plus orientée vers la séduction.               

 

La mixité entre la technique, l’information et la réglementation

L’entrelacs est continuel entre les trois domaines du haut en bas de la bouteille et quels que soient les tours faits autour de la bouteille.

 

La technique

La conception d’une nouvelle bouteille est une opération lourde et onéreuse, qui nécessite des logiciels pointus et des équipes étoffées de créatifs. Les contraintes environnementales pèsent de plus en plus sur le marché amont pour alléger le poids du verre tout en en gardant sa solidité et ses qualités. La concurrence est désormais européenne et seuls des grands groupes ont la capacité d’innover sur ce marché captif.

 

La réglementation

Elle porte sur la contenance de la bouteille, la hauteur du remplissage, ainsi que sur les mentions obligatoires présentes sur la bouteille et les différentes pièces de l’habillage. Elle règle les mentions fiscales de la capsule qui sont désormais décalées sur le côté du col depuis l’avènement de la bouteille à vis. Chaque époque ajoute de nouvelles obligations réglementaires. Cette tendance ne fera que se renforcer sous l’influence de l’UE et de l’OMC. Quand on exporte, il faut bien sûr ajouter les mentions obligatoires dans le pays d’importation. L’UE a dans les tiroirs un projet de réglementation visant à inclure toutes les composantes du vin.       

 

L’information

Elle est partout. Tout parle dans une bouteille surtout dans un pays, comme la France, passionnée de culture du vin, haussée à la mesure d’un monument national. Certaines mentions réglementaires comme le millésime ou la vinification au chai sont parmi les premières informations recherchées par l’amateur français. Cette tendance aussi se développe, avec un certain brouillage provenant de la volonté de séduire l’acheteur.

 

Blog-2009.11.23-038.jpgLa novation

Elle est continuelle et ne provoque quasiment plus de grandes batailles, comme ce qu’on a encore connu avec le bouchon synthétique. Le bouchon à vis commence sa pénétration, la contre-étiquette poursuit son développement sans provoquer de trouble. La bouteille devient plus légère après avoir été très lourde, trop lourde et trop chère. La bouteille plastique pointe le nez, tout comme le bouchon de verre. Et à chaque fois, tous les éléments s’adaptent, la bouteille bien sûr, le bouchon, les étiquettes…et les hommes et les femmes du vin, où qu’ils et elles se situent dans la filière vin.

 

Pour suivre le chemin

. L’emballage et la packaging sont des marchés qui bougent beaucoup, dans le vin mais aussi dans les autres secteurs de la parfumerie, en matière de graphisme et d’art et dans le domaine du développement durable. La veille est donc particulièrement recommandée, particulièrement dans les grands salons internationaux. Savoir ce que font les autres permet de se déterminer soi pour renforcer sa typicité. 
. Photos EP, Couly-Dutheil - Le Clos de l'Echo, Domaine des Deux Vallées-Bouteille ancienne, dessus-dessous de Zéro Pointé de la Tour grise, contre-étiquette R' d'Anjou du Domaine Richou, Pub InterLoire, Bouchon de verre.
. Voir d'autres photos dans l'album 'Bouteilles et Verres' sur ce blog.
 

Par Elisabeth Poulain - Publié dans : Vin & Spiritueux
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Pages

Recherche

Images Aléatoires

  • Amsterdam, centre historique, arbres
  • Angers agglo, Lac Saint-Nicolas
  • Muriel Crochet, Lissier
  • Gloriette Bord de Loire, Sainte-Gemmes, Coin
  • Le-poisson--le-pcheur-et-le-bateau---coll-Emma-s.j
  • Pernod Ricard; Haut de bouteille, Pernod Ricard
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés