Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

La Grange dîmière > Daubeuf la Campagne > François Calame > Eure

7 Décembre 2011, 18:53pm

Publié par Elisabeth Poulain

François Calame est un ethnologue amoureux du bois, fasciné par les charpentes, en particulier celles du Moyen-Age quand on travaillait les poutres à la hache, avec la seule aide du cheval de trait et des compagnons. Commencer par consolider voir refaire les charpentes à l’ancienne, c’est l’idée qui lui est venue à voir l’état de décrépitude de la double Grange Dîmière de Dauboeuf la Campagne, menacé de perdre la plus grande partie de sa toiture, après en avoir perdu déjà une partie.  

Blog 2011.09.2011 rose Rouen 341

Les dimensions de cette grange fascinent tant elles révèlent de courage dans le savoir-faire de ces hommes de l’art et de richesse produite par la terre. Mais il n’y a pas que cela. Il y aussi le poids de l’histoire pour fêter le 1100è anniversaire de la naissance du Duché de Normandie en 911. On comprend alors qu’un tel chantier se devait d’être international. C’est l’ouvrage auquel s’est attelé François Calame, associé à deux maîtres charpentiers, Florian Charpentier et Axel Weller, l’un français et l’autre     allemand, pour recruter d’autres charpentiers expérimentés et novices norvégiens, canadiens, anglais, allemands, chinois et français. En tout plus de 30 professionnels, sans compter les membres des familles les accompagnant pour certains et des supporters de divers nationalités. 

 

     Blog 2011.09.2011 rose Rouen 342

Et c’est ainsi qu’en cette fin de l’été 2011, une bonne partie de l’Eure artisanale, patrimoniale et culturelle s’est retrouvée à Dauboeuf la Campagne pour célébrer l’union de la charpente et du bois. Une jolie façon de redonner une nouvelle vie à la Grange dîmière dans l’Europe d’aujourd’hui  grâce aux savoir-faire de charpentiers qui savent tailler une belle poutre dans les règles de l’art, après avoir abattu les arbres l’hiver dans une forêt proche une nuit de vieille lune  et éclaté les fûts grâce  à des coins sur plus de 7 mètres de long.  Bien sûr toutes les manipulations ont été faites à la traction animale. 

 

Blog 2011.09.2011 rose Rouen 398

La Grange.

Elle est franchement très grande, d’autant plus grande qu’en fait elle est double, sans compter les appentis accolés de chaque côté. Chacun sait qu’à la campagne, on n’a jamais assez de place. En effet les utilisateurs ont du se sentir à l’étroit au cours des siècles qui suivirent. Au XIVè siècle, une seconde charpente a été ainsi accolée à la première qui est légèrement plus haute en continuité, de sorte qu’il n’a pas été nécessaire de faire un passage entre les deux granges qui n’en font plus qu’une seule. La date retenue pour l’inscription au titre de monument historique est de 1489.

  

Blog 2011.09.2011 rose Rouen 338

Le lieu

Le site se trouve dans l’Eure dans un endroit vide, la terre à nue, quand on passe en voiture sur le plateau. Difficile de parler d’un endroit quand il s’agit d’un espace de grande culture sans haie ni bocage, venteux en hiver, pluvieux aussi souvent que plaît à Dame la Pluie, vide au sens où des petits villages proches sont à l’écart de la route. Leurs noms, qui se terminent par « ville » ou « la campagne », traduisent aussi ce trouble, au point d’avoir besoin d’esquisser une hiérarchie entre les villages selon leur tendance plutôt urbaine ou rurale.      

L’approche par le village de Daubeuf la Campagne

  Blog 2011.09.2011 rose Rouen 411

Il suffit de quitter la départementale D133 qui va du Neubourg à Louviers par  une toute petite route pour se retrouver dans un tout aussi petit village qui a pourtant une mairie, une église maintenant fermée par sécurité pour cause de travaux à venir pour la renforcer  et surtout par une grange dîmière dont certaines fondations datent du XIe siècle. On la voit à peine quand on se gare  sur la place du village face à l’église, près de la croix et du monument aux morts. 

 

Une grange dîmière témoigne de la double importance de la richesse de la terre et de l’Eglise en tant que pouvoir établi assurant certains services publics jusqu’à sa suppression aux premiers jours de la révolution de 1789. Le clergé percevait le dixième de ce que la terre produisait. Cet impôt obligatoire  étant versé en nature, on comprend qu’il ait fallu bâtir des grands bâtiments pour stocker le grain, nourrir les bêtes et conserver le vin. 

L’emplacement de la Grange Dîmière

Cachée par un grand mur, elle ne montre que son pignon gauche sur l’extérieur.  Il faut rentrer par le portail grand ouvert pour découvrir la cour et prendre conscience de son importance. La Grange est située dans la partie proche du village. Quand on entre dans la cour, elle forme sur la gauche la largeur  d’un clos en forme de quadrilatère doublé à l’intérieur d'un chemin qui permet de circuler dans cet espace,  dont les trois autres côtés sont (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre) : 

. sur le côté le plus long, le mur extérieur gauche de l’église, puis une triple maison de maître, en discontinu,

. sur l’autre partie du rectangle en continu, un cellier, des granges et les habitats des serfs, serviteurs et autres travailleurs, ouvertes sur la cour intérieure et totalement fermée sur les champs au nord,

 

Daubeuf la Campagne, Grange dîmière, double charpente

. de l’autre grand côté, des étables diverses et variées et abris pour le matériel agricole  d'un seul tenant  d’un bout à l’autre, avec seulement un passage entre les maisons des travailleurs, les étables des bêtes et des lieux de stockage pour rejoindre les champs à l’extérieur. 

 

Outre le chemin rectangulaire, qui permet d’accéder aux champs sur deux côtés, l’intérieur de ce grand rectangle est occupé par un grand espace devant la Grange qui a servi d’atelier en plein air pour déposer les troncs et tailler au plus près du lieu de fixation, ainsi que par un colombier, un joli bâtiment caché par des arbres et différents hangars techniques. 

La double charpente    

 Blog 2011.09.2011 rose Rouen 340

On en sort avec l’idée qu’il faudrait avoir des transats dépliés presque à l’horizontal de façon à laisser le regard se promener entre les poutres, passant devant, derrière, comme un oiseau avec un radar dans les yeux. Ils existent, ces oiseaux, ce sont les hirondelles. Ce qu’on ressent à regarder là-haut, c’est la fascination pour la puissance de la conception et l’admiration pour les charpentiers qui se transmettent leur savoir-faire au cours des millénaires, à côté d'une petite fille et d'un petit garçon norvégiens jouant avec des copeaux de bois ou de belles dames françaises à talons hauts qui avaient volontairement oublié que Daubeuf est vraiment à la campagne.  

 

Blog 2011.09.2011 rose Rouen 406

Heureusement il faisait vraiment beau en ce dimanche du patrimoine de septembre 2011, à entendre la fanfare des trompes de chasse d’une société de chasse voisine qui nous avait fait le plaisir de venir célébrer le renouveau de la magie du lieu toujours habité par les propriétaires et gardiens de la Grange dimière.

 

Et tout cela grâce à trois hommes fatigués et heureux d'avoir réussi ce formidable pari et tenu les délais, François Calame, l’amoureux de la Grange et les deux maîtres charpentiers qui ont encadré la partie technique, Florian Charpentier et  Axel Weller     , sans compter les autres professionnels de métier expérimentés présents désireux de transmettre leur savoir-faire à des jeunes apprentis désireux, eux, de les acquérir en les mettant en pratique.  

 Blog 2011.09.2011 rose Rouen 414

Pour suivre le chemin

. Dans le triangle formé par les routes départementales entre le Neubourg, Elbeuf et Louviers, quelques noms de villages plus ou moins proches : Mandeville, Surtauville, Cesseville, Mandeville…  Daubeuf la Campagne, Criquebeuf la Campagne…Saint-Cyr la Campagne au nord…Ailleurs dans l’Eure on trouve aussi un Angersville la Campagne ! A voir dans l’Encyclopédie des villes de France sur http://www.journaldunet.com/management/ville/villes/toutes_les_villes/population/36619/1/eure.shtml

 

. A retrouver sur les visites du patrimoine du 17 et 18 septembre 2011

http://www.haute-normandie.culture.gouv.fr/pdf/jep_11.pdfet sur

http://www.leneubourg.fr 

 

. Voir le chantier de restauration de la charpente de la Grange dîmière sur http://www.youtube.com/watch?v=vAS0AxwpzfQ

 

. Lire la description du chantier dans un article très complet sur  http://www.bois-et-vous.fr/actualites/atelier-international-sur-la-construction-en-bois.html 

  Blog 2011.09.2011 rose Rouen 351

. Les trois parrains du chantier à féliciter

François Calame, DRAC Haute Normandie, francois.calame@culture.gouv.fr

Florian Carpentier, contact@carpentier-bois.fr

Axel Weller,  welleraxel@web.de 

 

Remarquons que

= le premier porte le prénom d'un des plus célèbres roi de France, à partir duquel on a désigné les Français. Son nom désigne un roseau taillé en pointe servant à l'écriture sur de l'argile avec de l'encre sur du papyrus. Il est d'ailleurs aussi écrivain: il est le scribe qui assure "la  transmission et culture" du trio;

=  le second porte un prénom de l'époque romaine célébrant la vitalité et la beauté du règne végétal au coeur de la conception d'une grange . Son nom, que son père et le père de son père avant lui ont transmis, désigne le métier qu'il exerce et que porte l'entreprise. Il est le charpentier puissance 3 qui représente "la légitimité et la continuité";

= le troisième porte le prénom d'un des conseillers du Roi Valdemar Ier de Danemark. Après avoir exercé des fonctions importantes dans les affaires royales, il fut nommé en 1171 archevêque de Lund en Suède maintenant. Son nom désigne le hameau en allemand, ce que devait être Daubeuf à ses débuts. Charpentier,  il est aussi  le représentant " des liens entre l'histoire et le territoire". 

 

. Sur l'histoire mouvementée de la Normandie, deux sources

http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier2&file=09arnouxmaneuvrier.xml,

et http://fr.wikipedia.org/wiki/Duch%C3%A9_de_Normandie

 

. Photos EP

Commenter cet article