Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

La Place La Rochefoucault, Angers ---) Variations sur son nom et son avenir

22 Septembre 2012, 11:19am

Publié par Elisabeth Poulain

 

Cette place pose tant de questions qu’elle en devient exemplaire de l’histoire et du développement d’une ville. Elle rassemble tant de problématiques d’hier, d’aujourd’hui et de demain en un lieu qui est de nos jours un parking gratuit pour presque un millier de voitures le jour et quand ce n’est pas interdit. Elle pose aussi - et c’est ce qu’on va voir cette fois-ci - la question de sa dénomination, car elle n’a de place que le nom sans en avoir les attributs. 

Place La Rochefoucault, Carte au sol, Le Quai

Au cours son histoire, ses usages pourtant multiples n’ont pas permis de dégager d’appellation mieux adaptée. On peut émettre l’hypothèse que le choix du terme de « Place » a été une façon d’anoblir le lieu et une façon d’en montrer les avantages pour la ville et pour le quartier qui se plaignait d’être un peu  oublié par les édiles. Quant à dire « La Rochefoucault », encore faudrait-il lui restituer l’entièreté de son appellation et donner une majuscule à « la ». Il n’y a pas ici de Roche Foucault, comme me l’a fait remarquer un étudiant étranger en master (« je n’ai pas trouvé de place, ni de roche mais plein de voitures… »). Il y a un duc, celui de François de La Rochefoucault-Liancourt, qui est le fondateur des Ecoles des Arts et Métiers. La « Place La Rochefoucault » débute en effet juste devant l’entrée principale de l’Ecole qui jouit également d’une avenue à son nom, l‘avenue des Arts et Métiers qui relie l’entrée perpendiculairement à la Maine. C’est vraisemblablement la plus petite avenue d’Angers qui a aussi la particularité de fermer la place en aval. C'est le grand espace allongé vide que vous voyez à gauche de la rivière sur sa rive droite.

Comment doit-on appeler cet espace  urbain  planté en son pourtour de hauts platanes, au bord de la plus petite rivière de France, La Maine longue de 12 kms qui relie la jonction de la Sarthe et la Mayenne enrichie du Loir à la Loire à Bouchemaine la bien nommée, après avoir traversé Angers ? 

La place a la forme  d’un grand quadrilatère qui s’élargit au fil de la descente de Maine. Longue de plus de  600 mètres; sa superficie couvre un peu plus de 4 hectares. Bordée par une rangée de platanes, doublée le long du seul quai qui reste à Angers de son riche passé fluvial, la place occupe l’espace disponible entre les deux ponts centraux de la ville, à savoir le Pont de Haute Chaîne en amont et le pont de Verdun en aval, à l’exception de la partie la plus en aval qui était déjà construite.  Sa situation en rive droite de la Maine, face au centre en rive gauche, en fait un emplacement privilégié.

Place La Rochefoucault, Partie centrale, Point Bus

La principale caractéristique de ce grand espace résiduel entre les rangées de platanes, qui sont protégés, est en effet  sa quasi vacuité qui permet de lui affecter des usages polyvalents gratuits. Ce poumon de respiration offre des usages  multiples. Actuellement sa fonction majeure est  servir de parking gratuit à voitures pour les résidents proches,  ceux qui se rendent en centre-ville rive gauche ainsi qu’à ceux qui travaillent au CHU (6000 personnes, le premier employeur de la ville), situé juste au-dessus de la place, en amont du Pont de Haute Chaîne, face au nouveau pont Confluence, en rive droite. Il est peut être utile aussi de préciser que ce parking est plein tous les jours et que même saturé, il continue à attirer des automobilistes en quête d’une place qui viendrait de se libérer miraculeusement juste devant eux.  C’est dire que le site est quasiment toujours engorgé.

Parler du parking La Rochefoucault serait pourtant erroné même  s’il en est ainsi près de dix mois sur douze grosso modo le jour. Ce n’est pas tellement parce que la collectivité s’est toujours refusée à tracer à la peinture blanche les emplacements des voitures, c’est plus vraisemblablement pour montrer en langage non verbal que la place n’est pas un parking, même si vos yeux vous disent le contraire.

Place La Rochefoucault, Platanes proches entrée Les Arts et Métiers

Peut-on alors parler de la Place La Rochefoucault ? Une place nait de la rencontre entre plusieurs rues. C’est un lieu de rassemblement et de passage. Plus on va vers le centre des villes, plus les places sont des lieux privilégiés où l’on s’arrête pour voir les autres, boire un pot, lire son journal, fumer une cigarette, discuter avec d’autres… C’est aussi un endroit ou la fréquentation élevée des gens attirent l’implantation des commerces. A Angers, la première place est sans conteste celle du Ralliement, d’où la voiture a été chassée afin justement de conforter son rôle central d’animation de la ville. En lieu et place de la voiture, c’est maintenant le tramway silencieux qui la traverse au milieu des gens qui se promènent, prennent un pot…. 

Ce n’est pas au Ralliement, la place bien-nommée au centre d’Angers, face au théâtre, qu’il y a le plus de commerces mais c’est bien de là que se fait le rayonnement piétonnier de ceux et celles qui font du  « shopping ». La preuve aussi de cette centralité reconnue par tous, de nouvelles terrasses se sont implantées sur l’espace devenu piétonnier. A La Rochefoucault, c’est le contraire : il n’y a au centre du lieu que des voitures. Dire alors que « La Rochefoucault » est une place est à mon sens peu adapté. Ce serait plutôt un espace. polyvalent

Place La Rochefoucault, Voitures en attente de départ 

L’Espace La Rochefoucault ? La difficulté à Angers est que ce mot est déjà utilisé pour des espaces intérieurs, comme l’Espace Welcome, et non pas comme ici sur l’espace public ouvert à tous. On peut marcher à La Rochefoucault, pas seulement pour sortir de sa voiture et y revenir, mais pour se promener à pied ou à vélo le long du Quai Monge entre les grands arbres en haut ou en bas pour être plus proche de l’eau. Cette ancienne île bordée d'eau  est assurément le plus  bel endroit d’Angers pour en particulier voir la cathédrale et au loin les grosses tours du Château d’Angers. Cette fonction touristique est pourtant la plus récente dans la longue histoire de la ville. On re-découvre actuellement l’importance du site, pas seulement pour la collectivité, des groupes, les habitants proches très soucieux de garder le patrimoine de la Doutre inchangée mais dorénavant aussi pour les promeneurs, les touristes…

Place La Rochefoucault, La Maine, Le soir

Des autres usages de « La Rochefoucault ». Ils ont été particulièrement nombreux au cours de l’histoire. Elle a successivement accueilli des foires aux bestiaux, une Fête des Fleurs en 1894 où vint se produire la célèbre danseuse américaine Loïe Fuller qui a inventé et protégé par brevet sa « danse aux voiles »,  des parades militaires, des feux d’artifices lors du 14 juillet, la  foire-exposition d’Angers pendant de nombreuses années et la foire Saint-Martin depuis 1964… Actuellement elle est toujours utilisée lors de cette foire  pendant les trois semaines du mois de novembre ainsi que ponctuellement comme dernièrement pour la Fête estivale des Accroche-Cœurs. Cette polyvalence conforte son importance et pourtant le mystère demeure. Combien de villes gardent-elles entières aujourd’hui des unités territoriales de cette étendue en pleine ville? Il faut en effet avoir vu cet espace à nu pour en comprendre son importance et sa force qui ne vient pas seulement de la hauteur des platanes. Peut-être faut-il alors voir l’endroit autrement.

Place La Rochefoucault, Promenade sous les platanes, l'hiver

Parking, Place, Espace… y-a-t-il eu dans l’histoire d’autres appellations pour cet endroit au caractère très spécial et remonter par exemple plus loin dans l’histoire, à la naissance du lieu. L’endroit résulte en effet d’une décision de la mairie en 1867 de réguler le cours de la rivière afin d’en faire un terre-plein au bénéfice du quartier en extension. Pour cela, la priorité a été de combler le Boire Saint-Jean entre l’Hôpital Saint-Jean que l’on peut toujours admirer aujourd’hui et l’Ile Saint-Jean qui existe à sa façon puisqu’elle a été « avalée » sous la place. Une des conséquences a été que l’Hôpital Saint-Jean a été coupé de son accès à la rivière. C’est ainsi que l’on découvre que cette place est à la fois une ile dans sa partie la plus en amont et la plus étroite et un boire comblé par des remblais divers et variés dans sa partie la plus large devant l’entrée de l’Ecole d’Ingénieurs des Arts et Métiers.

Les Arts et Métiers Angers, Face à La Rochefoucault

A cette dualité profonde, l’une terre dans l’eau, l’autre eau dans le remblai, a correspondu également une dualité des maîtres d’ouvrage pas toujours d’accord entre eux sur la vitesse à laquelle faire les travaux. L’Etat s’est occupé de la construction du quai haut pour faire barrage à l’eau tandis que la Ville avait pris  en charge le remblaiement du vide à combler à l’intérieur. La double opération a été longue : 17 ans pour les quais (1884), 18 ans pour le comblement (1885). On comprend mieux pourquoi on n’a jamais construit dessus. D’ailleurs le site est maintenant un espace naturel boisé classé et donc protégé à ce titre. Un autre lien est à faire également concernant cette fois-ci les platanes qui eux-mêmes font partie des arbres remarquables du Maine et Loire. Atteints par une maladie qui s’étend désormais au niveau mondial, ils font l’objet d’études très poussées in situ par les chercheurs des laboratoires de Végépolys dont le siège, on le sait, est à Angers. Des essais sont actuellement en cours pour limiter voir éradiquer ces atteintes mortelles pour ces arbres qui souffrent aussi de la pollution urbaine.

 Place La Rochefoucault, Entre deux platanes, la Cathédrale

C’est maintenant que commence la phase 2 de la rénovation des Berges de la Maine, désormais appelée « Angers Rives Nouvelles », avec l’équipe d’Urbanisme de François Grether accompagné de Phytolab pour la partie végétale  qui a remporté le concours d’urbanisme.  On verra, c’est sûr, un jour, bientôt peut-être, un jardin fleurir, de l’herbe pousser, au milieu d’un parcours d’eau, cette fois-ci à nouveau sur l’Ile de La Rochefoucault. On marchera à nouveau, cette fois-ci à La Rochefoucault, comme déjà maintenant plus bas au bord de l’eau. L’Hôpital Saint-Jean aura à nouveau son lien à l’eau, non plus pour lui apporter les malades, comme pendant plusieurs siècles, mais pour accueillir des visiteurs curieux de sa longue histoire et désireux d’admirer les tapisseries de Jean Lurçat.

Place La Rochefoucault, Promenade sous les platanes

Pour finir ce billet, je vous conseille de vous rendre sur cet espace un jour où il n’y a pas de voitures, où il n’y a « rien ». Ce « rien » a une force impressionnante, que vous ressentez jusqu’au fonds de votre moelle. Quand en plus, vous avez la chance de voir les arbres nus, une fois leurs feuilles tombées à terre, vous savez que l’endroit parle. Il se passe quelque chose ici. Vous voyez l’Hôpital Saint-Jean, La Maine en contrebas du quai, vous sentez avec certitude  que bientôt La Rochefoucault apaisée deviendra la balade la plus courue d’Angers.  

Place La Rochefoucault, Le Rien, le Vide   

Pour suivre le chemin

. Lire « Angers au cœur, Chroniques d’une ville » aux éditions des Etudes Angevines, de Sylvain Bertoldi, archiviste –paléographe, conservateur en chef du patrimoine, par ailleurs chroniqueur dans le magazine « Vivre à Angers », qui consacre trois articles très complets à La Rochefoucault « Une place gagné sur l’eau… », « Le kiosque oublié de la Place… » , « La première foire-exposition 1924 »

. La Place La Rochefoucault dans la Doutre n’est pas mentionnée, semble-t-il, en tant qu’endroit remarquable dans l’article de Wikipedia consacré à ce quartier rive droite, ni dans celui concernant la Ville.

. L’Hôpital Saint-Jean a été construit en 1175 à la demande d’Henri II Plantagenet, Roi d’Angleterre et Comte d’Anjou. Il pouvait accueillir jusqu’à 500 malades. Il n’a été fermé dans cette fonction hospitalière qu’au XIXe siècle. Il est dédié depuis 1877 à des fonctions culturelles et accueille en particulier le « Musée Jean Lurçat et la tapisserie contemporaine » http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4pital_Saint-Jean 

. Sur le nombre de personnes travaillant au CHU, voir http://www.angers.villactu.fr/forums/la-tour-st-aubin-la-place-de-la-rochefoucault-t101-p1.html 

. Sur le Projet Grether-Phytolab concernant la Place, lire plus spécialement sur ce blog Le projet très angevin de l'Equipe Grether > Angers Berges de Maine   

. Photos EP prises au fil des saisons, l'avant-dernière photo est une création de Phytolab, l'agence de paysagistes nazairiens qui a gagné le concours avec l'agence Grether         

Commenter cet article

rousse 25/10/2012 20:57


Excellentes remarques sur cet endroit qu'on aurait pu nommer "champ de foire" au lieu de place.


Je confirme vos propos sur le vide et la puissance immense qui se dégagent de ce lieu. Je l'ai constaté ces derniers jours car il a été fait "place nette" pour l'installation de la foire St
Martin.


Etre "entourée" de l'hôpital St Jean, de la tour des Anglais, des Arts et Métiers, du vénérable quai Monge, du pont de Verdun et offrir une vue imprenable sur la cathédrale, le château et la
Maine mérite davantage que d'être reléguée au rang d'aire de "stockage" de voitures...


 

Elisabeth Poulain 26/10/2012 10:06



Merci de citer la Tour des Anglais et le Pont de Verdun, que je vais ajouter à la richesse  de l'écrin  et de rappeler que la Foire Saint-Martin est proche.


C'est maintenant qu'il faut aller voir la place, quand les feuilles sont tombées à terre...