Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

La Ronde des Portes > La Porte rouge > Bruxelles

25 Mars 2013, 18:58pm

Publié par Elisabeth Poulain

Une porte, la plus belle de la rue . Oui elle l’est, par sa couleur d’abord. C’est un rouge magnifique, qui étonne dans l’univers de la ville. La porte venait d’être refaite et la peinture éclate de vitalité. Un tel rouge n’était pas habituel au tout début du XXIe siècle dans cette petite rue d’habitations parallèle à une grande avenue chic et passante de la métropole belge. La particularité commune à de nombreuses maisons d’habitation est d’avoir été édifiée sur des parcelles longues et étroites, avec les pièces à vivre avec fenêtres de chaque côté de l’appartement et les espaces utilitaires au milieu. Dans ce schéma d’habitation étroite et parfois haute, la porte est plutôt placée  sur les côtes de l’habitation, plutôt qu’au milieu. L’escalier est accroché d’un des deux murs de façade avant ou arrière. Un des avantages est que l’escalier bénéficie de la lumière naturelleau moins à l'entrée grâce à l'imposte placée au dessusde la porte.

Bruxelles, Porte rouge, avec imposte, Outre sa couleur, ce sont ses dimensions qui frappent. Comme toutes les autres portes de ces maisons du début du XXe siècle cette fois-ci, elle est haute et étroite. Elle présente deux vantaux égaux très structurés. L’ouverture du mur qui lui est octroyée est remplie en partie basse par la porte proprement dite et en partie supérieure par une ouverture vitrée, l’imposte, qui permet d’éclairer le vestibule et le départ de l’escalier qui monte aux étages. Le haut de l’imposte est dans l’alignement des fenêtres que l’on aperçoit sur la photo. La porte joue avec la lumière et aussi avec la fenêtre.  

La porte présente aussi une autre forte particularité. Elle occupe la même largeur qu’une fenêtre, celles qui sont à côté d’elle, celles qui sont au-dessus. J’ajoute aussi celles qui sont au-dessous des fenêtres proches. Bruxelles et ses communes environnantes proches telles qu’Ixelles offrent en effet la particularité, comme dans l’Angleterre voisine par la mer du Nord, d’avoir des logements en semi-sous-sol. C’était autrefois des espaces affectés à la cuisine et au service. Certains sont maintenant habités. Du trottoir, on ne voit alors qu’une partie des fenêtres d’en bas. Parfois, mais ce n’est pas le cas avec la porte rouge, le niveau de l’habitation est relevé de façon à donner plus d’éclairage au sous-sol. L’accès à la porte est en cas précédé de quelques marches d’accès, ce qui aura pour conséquence aussi d’allonger encore visuellement la hauteur de la porte.

Bruxelles, Porte rouge, Détail central 

De cette façon, la façade présente un rendu très structuré qui donne de la « force tranquille » à l’ensemble. Au fil des transformations dues à des besoins de gain d’espaces, de création de vitrines ou de transformation d’une cuisine semi-enterrée en garage par exemple, l’équilibre de ces lignes a parfois été rompu, ce qui en soi n’est pas gênant. Il peut en ressortir un certain désordre visuel qu’on peut regretter, mais sans plus. Il reste à Bruxelles et dans ses communes proches suffisamment de beaux équilibres pour se rincer l’œil avec plaisir.

Pour suivre le chemin

. Aller à Bruxelles. C’est une ville délicieuse à parcourir   http://www.irismonument.be/fr.Ixelles.Chaussee_de_Waterloo.html 

. Ce billet commence une nouvelle série sur la PORTE, une série qui va cheminer de concert mais irrégulièrement avec la série du MUR, car « qui dit mur dit porte pour franchir le mur ». Cette porte est pour moi à ranger dans la catégorie des "portes vues de dehors" et dans cette catégorie, à celle "des portes fermées", ne l'ayant jamais vue ouverte. Ce classement est évidemment tout à fait subjectif.   

. Photos Elisabeth Poulain   

Commenter cet article