Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

La Saga des Vieux Murs > La Façade mémorielle > L'Equerre de Soutien

27 Novembre 2013, 17:38pm

Publié par Elisabeth Poulain

La façade d’un bâtiment. C’est celle  que l’on voit du dehors. On distingue ensuite celle de devant qualifiée de « façade principale » qui est toujours plus travaillée, plus ornementée, plus recherchée que celle de l’arrière, qui est d’un usage plus fonctionnel. Il existe aussi les façades latérales pour les murs de côté situés entre l’avant et l’arrière quand le bâtiment est indépendant. Dans le cas d’un château de prestige, les portes des serviteurs seront toujours placées à l’endroit le plus « disgracié ». Ces notions de devant, derrière, sur les côtés, en retrait… dépendent de l’allée ou de l’endroit par lequel on arrive. L’axe nord-sud joue également son rôle. Les bâtisseurs d’antan connaissaient fort bien les vents du nord et préféraient placer la façade principale du côté abritée, au soleil dans les climats tempérés et dotée  de la plus large vue, pour voir au loin et être vu.

BXL, Ixelles, Rue petite Malibran, Façade avec Equerre 

Les deux exemples de Bruxelles. La ville est parait-il connue pour sa pratique du « façadisme », qui consiste à déconstruire totalement un immeuble de grandes dimensions à fin d’en refaire un nouveau plus dense  et plus fonctionnel aux normes actuels, tout en gardant tout ou partie d’une des façades vues de la rue. La double capitale belge et européenne fait preuve en ce domaine d’un grand sens pratique, pour ajouter les avantages de la construction contemporaine avec ceux découlant de la préservation de certaines façades. Accusés parfois de détruire un peu vite des immeubles à forte identité historique  auxquels les Bruxellois sont attachés,  les professionnels sauvegardent, quand cela est possible, au moins une des façades. Mais laquelle, la plus belle, la plus connue, qui est quasiment toujours la même ? C’est la bonne question.

BXL, Ixelles, Rue petite Malibran, Chantier, Façade sauvegardée 

La façade principale n’est pas toujours facile à conserver du fait de la densification du nouveau projet qui exige de vider tout l’intérieur, murs, plafonds, surfaces, de façon à récupérer un espace totalement vide pour mettre en place des bureaux plus fonctionnels. Sur le terrain quand cela est possible, la question du choix de la façade à préserver est résolue la plus part du temps au cours de séances de concertation entre les habitants du quartier et les bâtisseurs. La problématique est facilitée par l’existence par exemple d’une petite rue sur laquelle donne une des deux façades latérales. C’est le cas des deux exemples qui suivent.   

BXL, Ixelles, Rue petite Malibran, Façade en briques, avant travaux 

Le premier exemple se trouve à Ixelles,une commune associée à Bruxelles, qui se trouve au sud-est du Centre. Cette fois-ci aussi, c’est la façade droite de briques rouges qui a été conservée, celle qui donne dans la Petite Rue Malibran, afin de sauvegarder l’atmosphère charmante de la petite rue aux allures d’une ruelle qui donne le ton à l’îlot. A voir l’important ensemble immobilier construit sur l’espace dégagé, je gage que la préservation de cette importante façade d’allure industrielle est plus une façon de préserver l’identité du quartier qu’un impératif patrimonial. La petite rue Malibran a pu ainsi conserver son charme bien particulier même si les choses ont bien changé depuis la déconstruction suivie de l’édification du grand ensemble immobilier que l’on voit très bien sur Google Maps.

BXL, Ixelles, Rue petite Malibran, Façade en briques sauvegardée 

Des travaux d'une très grande ampleur ont eu lieu tout près du mur lors en particulier du creusement très délicat du sous-sol pour les nouvelles fondations. Le mur extérieur a bénéficié d’une étude particulière afin d’éviter les déformations dues en particulier aux trépidations des camions passant tout près lors des creusements de grande profondeur tout près du mur. Chaque fenêtre a été coffrée ; des poutrelles jaunes visibles de la petite rue extérieure ont permis au mur de ne pas éclater en s’ouvrant vers l’extérieur. L'amusant est que le bord des trottoirs a été peint en jaune et blanc pour interdire aux voitures de de se garer dessous! Actuellement on repère parfaitement l’ancienne façade de briques dans le nouvel ensemble immobilier, ce qui fait qu’au niveau de la petite rue, il n’y a guère de changement. C'est quand même une façon de parler. 

 Equerre de Soutien 2, Mur, Déconstruction, Bruxelles

Le chantier Place de la Monnaie, près de la poste principale de Bruxelles. C’est la façade latérale droite quand on regarde l’espace éventré qui a été sauvegardée, de façon à conserver intact l’atmosphère de la petite rue, en longueur et en largeur, sur laquelle elle donne.  Des puissantes équerres jaunes de soutien permettent de sauvegarder ces murs qui n’ont plus aucune solidité, du fait qu’ils ne peuvent plus s’accrocher ou s’arrimer à rien. A ce moment-là, plus que la fragilité de ce mur qui attend de retrouver sa vocation de vrai mur, c’est la beauté de ces grandes structures d’un beau jaune qui m’avait fascinée, il y a quelques années.

Equerre de Soutien 5, Mur, Déconstruction, Bruxelles 

L’étonnant ressort surtout du second exemple. On voit très bien les cellules qui formaient l’intérieur du bâtiment dont je ne connais pas l’usage qui en était fait. Quant au mur sauvegardé, il n’offre à mes yeux d’autre intérêt que de témoigner d’une histoire de la ville. Cela devait être important pour les habitants. Une autre raison porte sur la sécurité des constructions très proches de l'autre côté des deux petites rues. Une grande différence toutefois, c'est qu'ici dans la parcelle du centre, il ne reste que le mur lui-même dépouillé de tout complément par derrière, contrairement au premier cas dans la petite rue Malibran dans lequel selon les endroits, il reste des parties de l'ancien bâtiment dont la structure était très composite, ce qui explique qu'il n'y a pas forcément d'équerres à proprement parler dans ce qu'on peut apercevoir du dehors.       

Equerre de Soutien 6, Mur, Déconstruction, Bruxelles

Remarquons pour finir que ces deux sites à Bruxelles plein centre et à Ixelles proche de la Place Flagey ont un sous-sol très riche au point d'avoir fait l'objet de fouilles poussées par le Service d'Archéologie de la Ville, en préalable aux travaux de construction.

 

Pour suivre le chemin

. Aller à Bruxelles visiter le centre, Place de la Monnaie, avant d’aller voir la Rue Neuve; c’est un vrai plaisir de découvrir la ville à pied.

. A Ixelles, descendez la rue Malibran presque jusqu’en bas et prenez à gauche la Petite Rue Malibran. Plusieurs petites maisons ouvrières  sont classées ; elles se trouvent sur le côté droit, avec des numéros impairs, de cette petite rue charmante qui monte et qui descend de l’autre côté sur un petit square urbain que les habitants ont plaisir à agrémenter de fleurs et de petits plants mis en terre.                                    A retrouver sur http://www.irismonument.be/fr.Ixelles.Rue_Malibran.37.html

. A voir sur ce blog d'autres billets sur le thème du mur:  Le Monde des Murs > Les Murs de la Ville > La Gare Lille-Europe         The Running Fence > Le Mur de Tissus d'Aviation > Christo & Jeanne-Claude   Force & Atrait du Mur > La Toile tendue dedans > B&B Italia        

. Photos Elisabeth Poulain prises il y a quelques années.   

Commenter cet article