Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

La Tour Eiffel > Un symbole + une image en modification continue

11 Décembre 2011, 17:12pm

Publié par Elisabeth Poulain

La sur-représentation de la Tour Eiffel

Tour Eiffel, galerie marchande, provinceJ’en vois partout. Il est vrai qu’à partir du moment où on a pris conscience de cet envahissement visuel,  le déclin du symbole semble s’annoncer. Est-ce vraiment le cas ? Les entreprises qui utilisent sa silhouette plus ou moins exacte le savent bien. Elles surfent sur ce trop de trop, comme on accroche encore un wagon à une locomotive qui en tire déjà beaucoup. Puisque ça marche, pourquoi ne pas continuer? C'et ce que montre la devanture de ce magasin dans une galerie marchande.

 

C’est ce que fait aussi par exemple France 2 dans son édition du 20 heures avec une photo sur-colorisée censée peut être montrer la beauté de Paris la nuit ou plutôt la puissance de la ville, siège de tous les pouvoirs.

 

On comprend qu’en 1960, l’image de la Tour était un symbole de l’aura de la puissance de Paris en France. Quand on  était parisien ou parisienne alors, on était un peu plus « haut perché » que d’autres quand on « descendait » en province. Le langage est terrible parce qu’il est révélateur. Utiliser actuellement l’image de la Tour est toujours une façon de bénéficier non seulement de sa renommée mondiale mais aussi de celles de grands annonceurs qui depuis des années ont ancré son image dans l’univers du luxe féminin encore le plus souvent.

Tour Eiffel, Yves Saint-Laurent, Lunettes

Yves Saint-Laurent recourt à la Tour pour des lunettes (de soleil) de nuit sur fond du Ier et second étage qui rutile en doré sur fond de nuit noir. Nina Ricci utilise plus classiquement une tour scintillante d’or brillant de lumière avec l’Opéra en or mat en arrière-plan pour pousser son parfum couleur or miel « Love in Paris » sur fond rose mauve. Ces deux exemples tirées d’Elle datent de 2005 - 2006.  En point commun, ces deux publicités se partagent une certaine vision de la nuit. Le jour, la situation est plus composite.

La Tour le jour, un grand bazar visuel

Elle est partout, d’autant plus logiquement que sa reproduction est maintenant clairement libre de droit. On va donc la retrouver sur de très nombreux supports si variés qu’on si perd. On peut l’acheter en papier en forme de panneau haut et étroit à coller sur les murs des appartements, en grand bibelot en fer gris ou rouge à poser par terre ou sur un meuble, reproduit sur des coussins ou directement sur le fauteuil, en arrière plan de publicité pour des  parfums chers ou des vêtements bon marché, pour vendre des chaises « bistrot » posées sur un balcon d’où on voit la Tour, directement  associée à Paris ou à la France, assortie en couple  avec Big Ben, en forme de porte-clé en cuir offert lors de réunion internationale de travail à Paris, sur une publicité de la marque de bière 1664, en boîte de métal contenant des biscuits à acheter chez Conrad Shop ou chez Total dans des grandes aires d’autoroutes touristiques … Elle fait le plaisir des enfants  en briques Lego à assembler et des adultes en puzzles à son effigie. 

 

Tour Eiffel, Nina Ricci, Parfum Love in ParisLe passage du millénaire nous a fait re-découvrir la Tour, comme égérie d’une ville où la vie  semble si facile. Depuis lors, son succès n’a pas faibli. En 2006, Christine Bottero-Lhardit, une journaliste de ELLE (21.11.2005), avait répertorié 20 objets utilisant l’image de la Tour Eiffel,  membres de cette grande famille hétérogène qui met sur le même plan le bon et ce qui l’est moins. Elle avait soigneusement évité de citer les grandes marques de parfum qui font régulièrement de la pub dans son journal et les autres magazines féminins. C’est pourtant à la publicité française d’abord que la Tour doit son succès, bien avant les touristes. 

 

A quelques semaines de 2012, le score est au moins aussi varié et la moisson presque aussi riche. Les marques ont changé. Le bon goût est parfois absent comme pour cette bouteille de Fine Cognac Deribaucourt en forme de Tour Eiffel visiblement faite pour l’étranger.

 

La Tour, la nuit, comme une île

Elle prend encore plus de force. On oublie ce qui l’entoure. Elle Tour Eiffel, Beaux Arts Magazine, Loustalest un phare qui attire et qui neutralise tout ce qui est à côté et en dessous. Elle seule est capable de défier les éléments, comme  Beaux Arts (avril 2011) qui montre en couverture une version du dessinateur Loustal d’une Tour Eiffel éclairant le monde à partir de son rocher entourée d’eau comme une île. 

 

Sur une autre photo ancienne, on la voit dirigeant son rayon bleu sur la ville  assombrie striée de petits rayons bleus. C’est sa dimension magique que ce  La Tour Eiffel et la foudre.PHoto d'un amateur-20110905PHOWcliché d’un amateur reproduit en 2011 par la sélection photos du Figaro.  

 

La Tour verte

Elle continue à  attirer les photographes amateurs, les professionnels, les cinéastes qui vont jouer avec ses lignes terriblement graphiques.. Elle ne fait que devancer le projet actuel de la végétaliser du haut en bas. Sa structure pourrait, selon les concepteurs, porter sans problème  le poids supplémentaire du sur-habillage contenant poches de terre, plantes et réseaux d’eau !    Tour Eiffel végétalisée-Batiweb-2011.12.02

 

Une autre version verte est celle choisie par The Good Life d’une carte d’Europe verte très développement durable pleine page de Khuan +Ktron. On y voit un circuit européen des grands noms de l’automobile avec par exemple Aston Martin, Jaguar et Triumph comme capitales au Royaume-Uni, Porsche, Audi, BMW et Mercedes Benz pour l’Allemagne…Pour la France et la Belgique, en l’absence de ces grands noms qui font rêver les hommes, c’est la Tour Eiffel qui est choisie pour meubler, l’Atomium pour la Belgique… 

La Tour et l’eau 

La plus jolie publicité récente pour un salon est une composition photographique  choisie pour le dernier Salon Piscine et Spa de décembre 2010 à Paris, Porte de Versailles. Son titre « venez, rêvez, plongez »  avec la Tour dans la brume au lointain. De Paris, il ne reste rien, si ce n’est qu’une ligne de Tour Eiffel, Affiche salon piscine, spa, 2011colline dans une brume bleutée légère.  Seule se détache la fameuse silhouette dans le fond au dessus de la tête de la jeune femme allongée au bord de l’eau de la piscine au bord de la Seine. En comparaison, la photo prise sur un pont avec la Tour entourée d’arbres dans sa partie supérieure gauche pour la Paris Design Week (12-18 septembre 2011) paraît bien convenue.  

La Tour de photographes en noir et blanc

Les grands photographes se sont bien sûr intéressés à la Tour, s’inspirant peut-être de la fascination exercée par la célèbre photo de Charlie Chaplin et les aiguilles de l’horloge dans les Temps modernes (1936). Une photo est particulièrement célèbre. C’est celle intitulée « le peintre de la Tour Eiffel » prise par Marc Riboud qui a utilisé de façon formidablement réussie le triangle composée par les poutrelles (1953).  Jean Larivière, un photographe de mode qui a trTour Eiffel, Salon FIAC 1994availlé pour Elle,  à son tour, a su jouer avec les poutrelles pour son album « la Tour Eiffel à Etretat » (août 1997). Il a choisi le croisement des poutrelles pour mettre en ligne géométrique une jeune mannequin habillée de blanc pour faire contrepoint au noir des poutrelles. En 1994 –8-16 octobre-, l’exposition organisée par la FIAC à l’Espace Tour Eiffel Paris-Quai Branly utilise pleinement les contrastes noir et blanc, pleins et ajourés de la Tour (Beaux-Arts Magazine n° 126 septembre 1994). 

Des versions d’illustrateurs

C’est le cas d’une couverture de Michel Boucher pour un livre de promenade sur « Paris inattendu ». L’ombre du promeneur est une Tour Eiffel simplifiée qui avance avec lui sur le trottoir. Tour Eiffel, Michel Boucher dessin couvertureD’une façon amusante, Michel Dansel, l’auteur, ne la cite pas. Elle est trop connue pour l’inspirer (Hachette). Pour compenser, deux autres dessins utilisant la Tour sont insérés dans le guide: on y voit une vache qui a deux tours en guise de     corne et surtout une statue de la liberté avec un soche mâtiné de tour.   

 

D’autres comme Pomme Y alignent les monuments de Paris en noir et blanc pour mieux jouer le contraste dans une auto-pub pour se faire connaître. C’est un studio de retouche de photo implanté à Paris, Londres, Tokyo et New York. Leur Tour est volontairement kitch pour mieux se faire repérer. 

La Tour souvenir

J’ai deux  clichés qui me restent sur la rétine.

 

. Le premier très réussi est un portrait d’une inconnue prise par un amateur dans les années 50 sur le pont de Bir Hakeim, qui même du Palais de Chaillot rive droite à la rive gauche  où se trouve la Tour Eiffel. C’est une photo carrée en noir et blanc oubliée par une dame âgée sur le comptoir d’un magasin en province comme on dit quand on vit à Paris. Tour Eiffel, Photo d'amateur, années 50

 

. Le second est une tentative de 2011 pour essayer de faire de la Tour un mémorial des évènements sanglants de New York du 11 septembre 2001, avec ce slogan « The French will never forget ».On  y voit la Tour entourée de deux échaffaudages (à voir dans l'album-photo "Symboles" sur ce blog). Ce n'était  clairement pas  une bonne idée. On ne joue pas avec les épreuves comme celle qui eut lieu à New York ni avec les symboles.  

 

La plus belle pour aller danser

Quoi qu’il en soit de ces parades amoureuses, des trésors d’ingéniosité et d’oeil neuf, qui - je m’en aperçois  maintenant - présentent toujours la Tour vue de la Seine ou de la rive droite de Paris dans un décor classique  - voici pour finir ce billet un formidable cliché dans une perspective époustouflante mis en ligne  Wikipedia par un photographe allemand –Taxiarchos228 de son pseudo -  qui montre la Tour vue des Invalides. C’est une photo aérienne rare. Elle est incroyablement forte.   

Pour suivre le chemin

. Voir le grand billet de Wikipedia sur Paris, avec cette superbe vue de la Tour, le Palais de Chaillot en collerette arrière sur fond panoramique des buildings de la Défense, en date d’octobre 2010, avec mes remerciements au photographe Taxiarchos228

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Paris_-_Eiffelturm_und_Marsfeld.jpg

 

Tour Eiffel - Eiffelturm und Marsfeld2 Taxiarchos228 Wikipe

. Voir le site de Loustal  http://www.loustal.com/index.php 

. Dessin de Michel Boucher d’un marcheur à Paris dont l’ombre est en forme de tour, en couverture de « Paris inattendu » de Michel Dansel, Hachette, à retrouver sur son site http://www.michelboucherillustrateur.com/

. Dessin par Khuan + Ktron de la Tour comme symbole de la France  dans une Europe verte dont les capitales sont des marques de voiture. Seules Paris avec sa Tour  et Bruxelles avec l’Atomium ont le droit d’être indiquées pour cause d’absence de marque de voiture de luxe, sur le nouveau magazine pour homme, The Good Life n° 1. Dessin à voir sur le compte Flickr de Khuan Caveman Co sur http://www.flickr.com/photos/khuan/ 

. Voir les deux billets précédents parus sur ce blog sur le thème de la Tour Eiffel

Marketing territorial > La Tour Eiffel 2 > Partout dans la pub     

Marketing territorial > La Tour Eiffel > Emblème de Paris > La France  

. Photos EP, avec mes remerciements aux auteurs

Commenter cet article