Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Un Bestiaire politique > la Déclaration de Guerre > L'Allemagne 1914

26 Février 2013, 11:26am

Publié par Elisabeth Poulain

C’est une carte postale rare pour plusieurs raisons. La plus récente est presque une des plus anciennes. La carte est restée enfermée dans un carton qui n'a pas du être ouvert depuis la fin de la guerre en 1918. La carte n’a pas eu de destinataire car elle n’a jamais été envoyée par son acheteur. Elle n’a donc ni timbre, ni date d’envoi.

1914, Schwerer Zeit, Bestiaire de l'entrée en guerre, Cart

 

On devine par contre  que sa création est directement liée à la déclaration  de guerre par l’Allemagne à  la France en 1914. Elle offre aussi la très forte singularité de dénoncer la guerre contre  l’Allemagne  présentée en victime de trois puissances plus une. Citons de gauche à droite la France, l’Angleterre, la Russie et le Japon, tous unis contre la petite Allemagne.

La troisième particularité porte sur la représentation des cinq pays dessinés sur la carte postale en couleurs par A. Franz qui interdit la reproduction de son dessin par impression. On y trouve une étonnante figuration des cinq pays sous forme à chaque fois d’un animal symbolique.

1914 Schwerer Zeit, Le Coq, Carte postale

Un coq aux pattes rouges, avec une grande crête et une gorge rouge est placé à gauche du dessin. Son corps est multicolore et les plumes bleues de sa queue sont déployées en éventail. Son bec menaçant est dirigé vers un pauvre hérisson au centre.

Un lion jaune à très grosse tête est placé dans le fond de la carte postale en plein milieu. Mâchoires ouvertes, prêt à bondir,  il regarde fixement le petit hérisson à terre, tandis que sa queue dressée presque un tiers en hauteur de la carte. Il domine la scène.

1914, Schwerer Zeit, Le Lion, Carte postale-

Un gros ours brun est très proche près des piquants du hérisson. On voit ses fortes canines. Il est en position d’attaque ramassé sur lui-même avec ses pattes de derrière écartées pour bondir sur le petit hérisson. C’est lui qui fait le plus peur.

1914, Schwerer Zeit, l'Ours, carte postale

Il manque un animal, c’est l’araignée au visage d’une femme qui se déploie sur sa toile dans coin supérieur du dessin.

1914, Schwerer Zeit, l'Araignée, Carte postale

Au centre de ces animaux si dissemblables, le coq, le lion, l’ours et l'araignée, il y a le petit hérisson qui a déployé ses grands piquants pour mieux se protéger par l’arrière. Dans la réalité, il se serait mis en boule pour abriter aussi son petit museau et sa tête qui sont ses points faibles. Le dessinateur A. Franz a pris soin d’indiquer en caractères d’imprimerie les pays concernés sur la carte postale. Ce sont la France avec le coq, l’Angleterre pour le lion, la Russie et l’ours et le Japon pour l’araignée et… l’Allemagne symbolisée par le petit hérisson attaqué de toutes parts. On aurait plutôt vu l’aigle !

1914-Schwerer Zeit, le Hérisson, Carte postale

Mais le plus étonnant n’est pas là. Il est dans le commentaire écrit en haut de la composition: « Aus Deutschlands Schwerer Zeits 1914 », avec en dessous « Schwer anzukommen », ce que je pourrais traduire approximativement par « 1914, Hors d’Allemagne, Des temps plus difficiles » et en dessous, comme si le hérisson se parlait à lui-même « Ce sera très difficile ». Juste au-dessus figure en effet le nom de l’Allemagne, ce qui se pourrait se lire de la façon suivante 'Pour Allemagne, ce sera vraiment difficile'

Vous comprenez pourquoi cette carte postale allemande achetée en Allemagne ne pouvait être utilisée hors d’Allemagne. Même et surtout en Allemagne, ce n’était pas possible non plus. Cela aurait une preuve de manque de confiance. Tout dépend aussi  de la date à laquelle cette carte postale a été faite. A partir de 1917 de façon ouverte dans plusieurs pays belligérants, dont l’Allemagne et la France, des mouvements de contestation de poursuite de cette guerre, qui a été une véritable boucherie avec ses 9 millions de morts, ont commencé à naître et à se développer. J’aurais tendance à penser que cette carte a bien été éditée en 1914. En 1917 par exemple, cela n'aurait pas eu de sens.          

1914, Schwerer Zeit, Bestiaire de l'entrée en guerre, Cart

Pour suivre le chemin

. Sur le double thème de cette première guerre mondiale et de la carte postale, voir un très bon blog et sur Over-Blog en plus  http://cartespostales1914.over-blog.com/article-la-grande-guerre-des-images-la-propagande-par-la-carte-postale-1914-1918-de-claude-morin-113456258.html et en particulier l'article sur "l'animalisation de l'ennemi dans les cartes postales françaises"  http://cartespostales1914.over-blog.com/article-animalisation-de-l-ennemi-dans-les-cartes-postales-fran-aises-61037934.html     

. Sur la mobilisation de toute l’Europe après l’assassinat de de l’Archiduc François Ferdinand le 28 juin 1914 et   la déclaration de guerre de l’Allemagne à la France le 3 août suivant, l’entrée en guerre le lendemain de l’Angleterre aux côtés de la France, ce qui entraîne celle de la Russie membre de la Triple Alliance aux côtés de la France et de l’Angleterre. Quant au Japon, il se déclarera le 23 août aux  côtés  de l’Angleterre dont il était l’allié.

Voir deux exemples ce qui est dit sur la guerre sur http://www.charles-de-gaulle.org/pages/espace-pedagogique/le-point-sur/contextes-historiques/la-france-entre-en-guerre.php 

http://www.archives13.fr/archives13/CG13/cache/offonce/pid/91;jsessionid=6D2497702179A75454383DDC0CDE124A

. En Allemagne, le hérisson a une image sympathique plutôt que représentative en tant que symbole du pays. On citerait plus volontiers l’aigle en animal symbolique.   http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Seba_herisson.png 

. Le coq pour la France, c’est toujours vrai. Lire sur ce blog Les coqs avec ou sans attributs sur les clochers des églises de l'Eure     

. Le lion pour l’Angleterre, l’ours pour la Russie, c’est encore aujourd’hui conforme à la réalité. Par contre  l’araignée noire pour le Japon interpelle fortement. Plusieurs réponses seraient plus vraisemblables, comme la grenouille, la grue, le renard… 

. Photos  Elisabeth Poulain

Commenter cet article