Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Le Grand Large à Dunkerque sur le port > Un souffle d'air nouveau

29 Juin 2012, 17:38pm

Publié par Elisabeth Poulain

C’est une franche réussite que d’intégrer l’air à l’architecture sur une friche portuaire en le faisant rentrer dans la construction, plus encore en en faisant un élément essentiel du concept architectural. Une jolie façon d’associer intimement l’air du vent toujours présent au bord de la mer, à la terre des anciens quais et entrepôts portuaires et à l’eau de la mer qui rentre dans le port. « Le Grand Large » est une création architecturale qui agrandit le centre vers la mer, bouleverse le paysage de la ville et modifie la perception visuelle du rapport à l’espace.

Dunkerque, Port, Grand Large, Perspective Quai nord, 2008

La ville-port de Dunkerque. C’est une ville, située au bord de la Mer du Nord, près de la frontière avec la Belgique, dans l’ancien comté de Flandres. Elle compte 100 000 habitants, auxquels s’ajoutent 100 000 autres personnes qui habitent les communes de l’agglomération. Le port reste actif puisqu’il se situe au 3è rang en France. Parmi les produits, citons le trafic minéralier et pétrolier, le trafic des porte-conteneurs et celui des produits pétroliers. La nature du trafic maritime a modifié le type d’installations portuaires, surtout en centre- ville comme dans beaucoup d’autres villes-ports littorales  en Europe, Londres, Amsterdam, Le Havre, Rouen, Bordeaux, Bilbao, Saint-Nazaire …. Les effets de la baisse globale d’activités portuaires à l’exportation et la modification des flux de marchandises à l’échelle mondiale ont entraîné à Dunkerque la fermeture des chantiers navals en 1988, avec en conséquence les mêmes effets qu’ailleurs, la libération de grandes zones urbaines vides d’activités.

Dunkerque, Sortie du Port, Belvédère, Belvédère, vue en face, 2008

La reconquête urbaine des quais avec « Neptune ». C’est un terme qui est très utilisé dans les opérations d’urbanisme qui ont un double objectif, l’utilisation d’espaces jusqu’alors affectés à d’autres usages en vue de la création de nouveaux quartiers à habiter et de ce fait l’agrandissement d’un centre doté d’une plus grande vitalité. A Dunkerque, l’agglomération a en outre décidé de tourner la ville vers la mer, coincée par l’arrière dans son développement par la configuration des canaux des wateringues. L’espace libéré par l’arrêt des chantiers, ouverts de 1902 à 1987, pouvait être une solution. Encore fallait-il concevoir un projet global innovant pour confirmer et organiser cette volonté de la collectivité. Ce fut l’œuvre de Richard Rogers, désigné lauréat après consultation. En 1991, l’agglomération adopte son master-plan désormais appelé « Neptune » de « reconquête des quais en vue de l’ouvrir sur la mer ».

Le retournement vers la mer avec « Grand Large ».  C’est le nom du nouveau quartier situé le long du quai de l’Armement nord, une opération urbaine confiée à l’Agence Nicolas Michelin, pour en faire un élément-phare de nature à éclairer l’ensemble et signer le renouveau architectural. Le site occupe environ 40 hectares, avec une implantation directe sur les bassins, protégé des vents marins par la digue érigée sur l’ancienne ligne de fortifications qui protégea la cité pendant cinq siècles des invasions anglaises. Un belvédère y est maintenant implanté. Il offre une vue remarquable à 360° sur le canal exutoire implanté dans l’ancien fossé des fortifications, la longue plage de Malo-le-Bains, la mer, le port de loisirs près du quai   d’en face, le centre de la ville et le nouveau quartier, de droite à gauche quand on est face à la mer. Il est prévu  également pour 2013 un pont de 125 mètres de long qui permettra de rejoindre les deux rives portuaires,  semi-levant sur 25 mètres pour laisser passer les bateaux à voiles.

Dunkerque, Port, Grand Large, Perspective Quai nord, 2008

La composition de l’ensemble. On compte  500 logements répartis  dans des maisons hautes à gables de 5/6 étages de haut, implantés sur deux lignes et des parkings en-dessous, avec au milieu des petits collectifs  dotés de jardins et de parkings particuliers. Ce sont ces immeubles à gâbles qui ont surtout retenu l’attention de la profession et des média. Les gâbles sont l’appellation technique des toits très spécifiques des maisons hautes. Contrairement aux toits classiques qui sont assemblés sur place, ceux-ci sont posés une fois terminés à l’aide d’une grue adaptée afin d’éviter les ponts thermiques. Leur ossature bois est recouverte d’une double enveloppe d’acier et d’aluminium. Leur forme rappelle les constructions anciennes flamandes dans les villes. Elles ont aussi pour certains à la sensibilité marine l’allure de la proue d’un navire dressée vers le ciel. Leur allure étonne et leur couleur grise pierre ponce renforce ce sentiment qu’on est face à quelque chose de nouveau, sans balcon saillant, sans baie vitrée démesurée, avec une volonté réussie, de maîtrise de l’espace dans ses trois dimensions.

Les caractéristiques. La hauteur est mesurée. Il ne s’agit pas d’ériger de gros immeubles en ligne, avec quelques éléments de différenciation visuelle de façon à casser l’uniformité réelle. Ici il n’y a pas de barre mais une juxtaposition de maisons hautes accueillant plusieurs logements. La longueur s’inscrit dans le site. Elle est fonction de la longueur du môle, afin de garder taille humaine et éviter l’effet de compactage. La largeur permet de placer des logements en façade quai avec vue sur le port et d’autres sur l’arrière. Dans cette hypothèse, la vue donne sur un cœur d’îlot  intérieur occupé en bas par des petits collectifs bas à couverture bois entouré de jardin et en face à face sur une seconde ligne de ces maisons hautes à gables. Sur les côtés ou devant, des loggias sont comprises dans la paroi.

Dunkerque, Port, Grand Large, Vue intérieure, 2008

L’harmonie des matières et des couleurs. Les façades des maisons hautes ont la couleur gris clair de la pierre ponce. Leur sobriété chromatique n’est cassée que par  une fine différenciation des immeubles conçus sur le même type mais avec des différences. Aucun n’est exactement pareil à un autre, de la même façon que les fenêtres jouent la différence et dans leurs dispositions, leurs dimensions, leur profondeur d’encastrement, leurs formes… D’un autre côté, il y a une unité dans le style.

C’est le rythme qui compte avec un jeu à deux, entre maisons hautes voisines. Le résultat est franchement réussi. Le revêtement contribue aussi à  cette diversité, avec du bois pour deux des unités d’habitations ou du béton de pierre ponce gris, gris plus clair, ou quasiment blanc. Le lien d’uniformité entre ces éléments de façade vient, outre la forme du bâti et le choix des types d’ouverture, des pignons à gable en métal qui donnent un aspect très fini et technique qui s’insère parfaitement dans ce paysage portuaire.  Il ne s’agissait pas de faire du « joli » en  style balnéaire actuel déjà obsolète, ni à la manière de …. Il fallait faire autrement. C’est réussi.

Dunkerque, Port, Grand Large, de l'intérieur vers le quai, 2008 

Le repoussement du végétal à l’intérieur de l’îlot. Cet espace intérieur est occupé par des petits bâtiments de forme cubique à deux étages, parallèlement  à la ligne d’’implantation des immeubles à gâbles devant et derrière. Mais l’ambiance est tout à fait différente. C’est le bois qui domine dans ces constructions paisibles à grand balcon intérieur ou extérieur entourées de verdure. L’alliance entre les deux voisines est intéressante, attribuant à chaque espace sur le quai ou derrière un rôle à jouer, avec des avantages pour chaque situation. A se promener dans les allées jardinées en coeur d'îlot, on aperçoit la façade arrière simplifiée des immeubles de la première rangée. Quant aux habitants des immeubles, ils aperçoivent les toitures végétalisées des petits collectifs. Quant aux panneaux solaires sur les toitures, seuls les oiseaux les voient !

Et le vent ? On ne l’oublie pas. On ne peut l’oublier car les fameux gables qui sont la signature visuelle de l’ensemble, outre qu’ils rappellent le style flamand, abritent une roue qui aspire l’air. C’est un système de ventilation naturelle assistée (VNA) à double flux qui fait pénétrer l’air dans les appartements.  

La réussite de l’ensemble. Cette réalisation de l’Agence Nicolas Michelin Architecture a reçu une mention spéciale à l’Equerre d’Argent 2010, qui est l’un des plus importants prix d’architecture français.

     Dunkerque, Sortie du Port, 2008

Pour suivre le chemin

. Le Projet Neptune http://www.communaute-urbaine-dunkerque.fr/fr/dunkerque-coeur-dagglomeration/il-etait-une-fois-neptune/index.html 

. Le Projet Grand Large, qui est une des déclinaisons du masterplan Neptune,  http://www.aucame.fr/web/publications/etudes/fichiers/Fiche_Dunkerque.pdf 

. Le site de l’Agence Nicolas Michelin Architecture, sur http://www.anma.fr/ 

. Un site très complet sur l’urbanisme et l’architecture de Dunkerque et qui retrace toute l’opération Grand Large en la resituant dans son concept, avec de nombreuses photos et projections de l’Agence Nicolas Michelin http://fabien.devos.perso.sfr.fr/nept.html 

. Sur le pont de 125 mètres de long, semi-levant sur 25 mètre  pour laisser passer les bateaux, lire l’article de la Voix du Nord http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Dunkerque/actualite/Secteur_Dunkerque/2011/01/03/article_grand-large-a-l-ete-2013-le-pont-du-texe.shtml

Dunkerque, Sortie du Port de Loisirs, Belvédère, Plage Malo-les-Bains, 2008 

. Photos Elisabeth Poulain. Elles datent de 2010. Depuis lors, le chantier a bien avancé. Au total, 1 000 logements sont prévus. Un pont levant a été construit dans le fond du chenal près du centre; un autre est prévu en avant de Grand Large pour faciliter les fluxs transversaux.   

Commenter cet article