Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Les coqs avec ou sans attributs sur les clochers des églises de l'Eure

5 Novembre 2012, 16:25pm

Publié par Elisabeth Poulain

Nous avons des yeux et nous ne voyons pas.Disons-le clairement. Nos yeux ne savent pas vraiment regarder parce que nous ne cherchons pas à voir. Une fois qu’on sait, on voit. Cette grande règle de la connaissance s’applique dans tous les domaines de la vie. Prenez toujours l’exemple du carré d’herbes. Si vous n’y portez pas intérêt, vous ne voyez que de l’herbe, avec quelques différences ici et là, de hauteur de feuilles, de couleurs…« C’est de l’herbe, quoi ! » est la réponse la plus courante. Quand on connait, on voit des dizaines de plantes différentes, des petites bestioles… 

    Coqs de Clocher, oiseaux, Morainville-Jouveaux 

De l’herbe à ses pieds au coq en haut du clocher, il y a plus que quelques mètres de différence –plus d’un mètre ou plusieurs dizaines -, de positionnement - d’en haut ou d’en bas - ou de matière –végétal ou métal. Le coq a ceci d’intéressant qu’il est déjà représenté en volume par des artisans qui savaient, savent travailler le cuivre, le zinc ou rarement la tôle de fer blanc. Il y a donc déjà un travail direct de l’homme d’art dans le résultat final, sans que l’on sache exactement par ailleurs la commande qui lui était passée et qui la lui passait et payait, le châtelain, le curé, un généreux donateur, l’assemblée des fidèles… ? Une autre grande différence est qu’il était difficile de voir de près le coq sauf quand il était encore à terre, juste avant d’être installé en haut du clocher, Cette dernière remarque a moins lieu d’être maintenant grâce au zoom que l’on peut faire avec son appareil photo…

 Coqs de Clocher, oiseaux, Morainville-Jouveaux

Que voit-on tout là-haut en haut du clocher ?  Un animal aux formes très variées. Disons-le tout net, parfois on se demande s’il ne s’agit pas d’un gros serpent ou d’un animal mythologique qui ne ressemble à un coq que de loin, ce qui est justement le cas et parce qu’on sait que là-haut sur cette grande tige fichée sur le faîte du clocher, on ne va pas mettre une vache, une girafe ou pire encore une poule. Ce serait franchement incongru pour la girafe. Pour la vache, bien que nous soyons en Normandie, elle préfère rester dans les prairies l’été et à l’étable l’hiver.  Quant à la poule, il y aurait un quasi-sacrilège transgressant l’ordre social car la poule ne saurait en aucun cas être un symbole de virilité. Bien sûr me direz-vous, c’est évident.Parce que vous, vous avez bien compris que ce billet porte sur les attributs sexués du coq, ce qu'en langage courant, on appelle des "couilles" et des "attribut sexués" du coq quand on est "classe". Je précise cela parce que j'ai reçu une question d'une lectrice me demandant de quoi je voulais donc parler dans ce billet. Voila la réponse.     

 Coqs de Clocher, sans attributs

Se pose alors la question délicate des attributs du coq. Car il y a plusieurs catégories de coqs, ceux dont on voit la crête, ceux dont on voit les barbillons sous la gorge et ceux dont on voit « les attributs » qui attestent que ce sont bien des mâles et pas des chapons. Pour faire court, il reste deux grandes catégories, les coqs à crêtes/  barbillons et les coqs qui ont tout ce qu’il faut où il faut, c’est-à dire avec attributs. C’est ce que montre cette sélection de photos faite par France Poulain, avec la contribution active des membres de l’Atelier du Patrimoine de l’Eure.  Coqs de Clocher, sans attributs, + voûtes

La ferveur populaire était si forte que les coqs étaient aussi présents sur les murs des églises à l’extérieur, comme le montre les graffitis gravés dans la pierre blanche à la hauteur du chœur. Il voisine sur le mur avec des bateaux, quand on est près de la Seine comme à Poses, des croix ou des formes difficiles à interpréter… Il y a très peu d’animaux en graffiti, à l’exception des coqs. Parfois aussi, mais beaucoup plus rarement encore, ils sont peints à l’intérieur de l’église sur les voûtes lambrissées.

Coqs de Clocher, avec attributs

Alors pourquoi tant d’engouement pour le coq ?Il n’est possible que d’émettre des hypothèses. Parmi celles-ci et au premier rang, le coq a été choisi de préférence à tout autre animal parce que c’est lui qui  par son chant célèbre la renaissance du matin. Pour les moines, il donnait l’heure pour la messe du matin. Une explication tient peut être également au reniement de Saint-Pierre par trois fois après le chant du coq. Ce lien fort avec la religion explique pourquoi le coq qui allait être posé en haut de l’église était béni par le curé. Mais il  y avait aussi une alliance avec le vent, comme une girouette qui en indique la direction, comme le montre l'exemple ci-dessous. Une autre particularité de ce coq, les petites lanières de tissus qui sont des ex-votos.    

Coq avec ficelles-Eglise-EureDSC00819 ott

Symbole solaire, le coq est associé aussi en France au courage. On le découvre encore maintenant au sommet de nombreux clochers d’églises anciennes, sans que sa présence soit obligatoire, au contraire du paratonnerre qui l’est au nom de la réglementation. C’est pourquoi le paratonnerre passe à travers le coq quand il y en a un. Il a encore maintenant gardé son caractère de veilleur et de protecteur du village, avec cette fois-ci le paratonnerre pour le protéger lui aussi.      

Le coq et les oiseaux. Le coq a une autre particularité, cette fois-ci d’origine non-humaine. Il sert souvent de perchoir préférentiel pour de nombreux oiseaux qui ont aussi leurs bonnes adresses pour voir de loin, comme on peut le voir sur la première planche en 2e ligne, 2e photo ou sur celle-ci en dessous. Il n'y avait pas assez de place pour tous se percher sur le coq! Cette photo est la suite de la première

présentée dans ce billet!   Coq pas sur la photo, Oiseaux, Eglise Morainville-Jouveaux      

  Et pour finir, voici le coq couleur or de la cathédrale d'Evreux vu avant la pose.

Coq-Cathédrale-Evreux-avant la pose

Pour suivre le chemin

. Lire la fiche de France Poulain, « Les coqs des Eglises de l’Eure », Connaissance n° 40,  dans « Le Dire de l’Architecte des Bâtiments de France – Les Essentiels »- SDAP de l’Eure-DRAC Haute-Normandie. 

. Photos, avec mes remerciements à France Poulain et aux autres contributeurs membres des Ateliers du Patrimoine de l’Eure, Elisabeth Poulain pour les trois autres de la même église. 

. Voir la jolie histoire du nouveau coq du clocher de Coudrécieux le 17 février 2007, avec un récit très circonstancié de la pose et de jolies photos, en particulier de  l’ancien coq mité de gros trous de balles de fusil et du nouveau. La commune se trouve dans le département de la Sarthe (72).                      

Commenter cet article