Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Les Fêtes de l'Eté > La Fête du Feu, de Saint-Jean à Saint-Clair

4 Septembre 2013, 17:11pm

Publié par Elisabeth Poulain

 

Le feu tient une place ambivalente dans nos civilisations anciennes. L’incendie a toujours représenté le plus grand danger dans la vieille ville dense. Il est aussi associé aux forces de la régénération que l’on célèbre lors des fêtes des moissons qui remplissent les greniers et éloignent le spectre de la famine lorsque les récoltes sont bonnes. Le feu est à la fois une fin et une renaissance, la fin d’une année qui se termine et le début d’un nouveau cycle que l’on espère placé sous le signe de l’abondance. Jouer avec le feu est aussi une des façons de favoriser la chance et de faire taire les désunions. Ces feux de joie  donnaient lieu à de grandes fêtes qui rassemblaient le village  et au-delà. On y dansait, on y mangeait, on buvait et on se souhaitait de se retrouver encore plus nombreux l’année suivante… 

 

Feux-de-la-Saint-Jean-Bretagne-1891 

Les fêtes de la Saint-Jean. Elles avaient lieu en deuxième semaine de juin. Dans les temps anciens, elles se situaient au plus près du solstice d’été, le 21 juin, parfois un peu avant, le 19 parfois ou le 24 juin date anniversaire de Saint-Jean Baptiste, à un moment dans l’année où la nuit est la plus courte. Elles sont associées à la période la plus gratifiante de l’année, quand la terre d’été finit de faire murir les blés  et  quand la moisson a réuni tous les hommes du village pour faire un travail lourd et fatiguant.  Tous se réunissaient le soir pour participer et  assister à la fête du feu. Les jeunes gens du village venaient y danser autour du brasier. La tradition voulait que c’était là que se faisaient les rencontres entre les jeunes gens qui allaient l’année suivante donner lieu à des épousailles.    

Ces feux de la Saint-Jean ont été très nombreux dans toutes les régions rurales  en Europe du Nord, en Europe centrale et aussi en France en diverses régions.    

. C’était le cas en Bretagne, où l’on voit, sur un dessin colorisé du Petit Journal, des villageois danser autour de plusieurs feux bas édifiés près d’un calvaire breton. Des fagots sont préparés au premier plan pour alimenter le feu. Toutes et tous ont endossé leurs plus beaux habits.

  Alsace, la Moisson, gravure sur bois, PM1

. En Alsace…comme en témoignent ces deux gravures sur bois signées PM’, la première représente deux hommes faucher les champs et la seconde la danse d’un couple qui se tient la main autour du feu la nuit.  

  Alsace, la Moisson, gravure sur bois, PM2

. En région Ile de France, en Seine et Marne, la tradition du feu a été implantée dans la petite ville de Saint-Jean des deux Jumeaux, qui montre comme unique cliché d’elle sur Wikipedia le bucher préparé pour les Estivales de la Saint-Jean à Saint-Jean.  

 FeuxdelaSaintJeanMons

. En Belgique, à Mons, la tradition du feu a été reprise à la demande de la population, après une longue interruption de 1823 à 1990. Depuis lors, c’est certainement la seule ville européenne qui a fait de cette fête de la Saint-Jean, qui dure deux jours (28 et 29 juin 2012), l’évènement marquant de l’été. Il y a d’abord la traversée de la ville aux flambeaux entre la Place Nervienne suivie par 6 000 personnes et la Grande Place et le boutage du feu (la mise au feu) sur la Grande Place auquel assistent 20 000 personnes.  

    Feu-Saint-Clair-Bucher-La-Haye-de-Routôt

La fête de (la) Saint-Clair. Elle a lieu en Normandie dans le département de l’Eure en particulier à la Haye de Routot  à la date invariable     du 16 juillet chaque année. Elle est certainement la plus connue des fêtes du feu. Les raisons de son succès fascinent certainement autant aujourd’hui qu’hier. Mais elles ont vraisemblablement changé de nature. On ne parle plus de fête villageoise ni de grande fête comme à Mons, qui a créé un véritable festival de rue. On parle encore d’une fête qui garde des connotations religieuses    en lien avec l’église et le curé du village qui bénit l’opération et des liens avec l'art des hommes de travailler le bois.   

Feu-Saint-Clair-Bucher-Mise à feu-La-Haye-de-Routôt-Franc

 C’est plus cet art de l’assemblage du bucher qui est mis en lumière actuellement, un art dans un pays de forêt qui est transmis quasiment de « père en fils », même si je n’ai lu l’expression nulle part. Celui-ci est érigé avec des buches mesurées en pied (0,33m, une mesure qui date d’avant 1790)  les unes sur les autres grâce à des encoches et surtout sans clou ni colle. La seconde caractéristique, au coeur de l'évènement, vient du fait que ce sont les « charitons » qui procèdent à toutes les étapes du montage du bucher de 15 mètres  Ce sont les membres de la confrérie de charité de la Haye de Routot créée en 1494. Ils ont pour première fonction d’enterrer gratuitement les morts, sans aucune distinction et plus largement de porter secours.     

  Feu-Saint-Clair-La-Haye-de-Routôt-Bûcher-20130716 112819

Cette forme de bucher en pyramide haute qui va en se rétrécissant à mesure de l’élévation en hauteur est tout à fait typique du savoir-faire que les hommes du monde rural  proche des forêts ont su développer au cours des siècles. Il faut 5 m3 de bois de peuplier qui brule vite pour cette opération. Quelques semaines de séchage sont ensuite nécessaires.

Feux-de-la-Saint-Jean-Jules-Breton-1891 

Il n’en reste pas moins qu’un mystère demeure, à savoir l’attrait que ces feux de la Saint-Jean ou de Saint-Clair exercent sur les esprits. Pourquoi le feu maîtrisé est-il si attirant et cela quels que soient les siècles, les cultures et les façons de procéder, pour les enfants et les adultes? C’est vraiment le mystère du feu.   

Pour suivre le chemin

. Pour un bon résumé de l’opération, voir le reportage en photos de l'AMSE (Association des monuments et des sites de l'Eure) qui détaille toutes les séquences nécessaires au bon déroulement de ce grand évènement dont la notoriété dépasse largement le département de l'Eure, un département très marqué par la présence de grandes forêts telles que celle de Brotonne pour la Haye de Routot ou celle de Lyons la Forêt au nord-est. http://www.amse.asso.fr/dossiers/reportages/le-feu-de-saint-clair-de-la-haye-de-routot-3.htm     

http://www.fetes-traditionnelles.fr/feux-de-la-saint-jean/   http://www.lahayederoutot.com/le-feu-de-saint-clair/ http://www.eureasso.fr/web/guest/accueil/-/asset_publisher/3nQo/content/le-feu-de-saint-clair-celebre-mardi-16-juillet-a-3km-de-routot?redirect=%2Fweb%2Fguest      

. Photos avec mes remerciements à France Poulain ainsi qu'aux autres contributeurs, à retrouver dans l'album-photos "Symboles2"; celle du bucher de Saint-Jean les deux jumeaux est à voir sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Commenter cet article