Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Les murs jaune & orange de la Havana vieja, Havana Club, Pernod-Ricard

29 Octobre 2014, 20:07pm

Publié par Elisabeth Poulain

      

A Cuba, dans la vieille ville de La Havane, classée au titre du Patrimoine mondial de l’UNESCO, beaucoup de vieilles et belles demeures sont peintes en couleurs. Il y a des jaunes clair adoucis d’une teinte de miel, de l’orange et aussi maintenant des bleus doux, des roses…. Certaines façades ont été restaurées telle celle qui abrite le Musée du Rhum ; d’autres ont gardé plus ou moins leurs teintes d’origine. Les murs dont je vais vous parler  aujourd’hui vous racontent une histoire différente et pourtant liée, l’un parce qu’il sert valoriser la musique et la danse cubaine dans le cadre de la Semaine du Havana Club pour son 10è anniversaire en 2004 et l’autre est une publicité pour le Havana Club 3 ans d’âge en Allemagne.

La Havane-mur-jaune-Havana-Club-Pernod Ricard-2004-DSC05515

. Le mur jaune est celui qui nous intéresse d’abord. Le mur a perdu une partie de son crépi en deux endroits vers le bas et la peinture jaune a déjà dû servir de cache-misère.   C’est le cliché qui figure en couverture d’« Entreprendre », le magazine du Groupe Pernod Ricard. Il s’agissait pour le Groupe de célébrer en 2004 le 10è anniversaire du Havana Club, comme en témoigne la taille du lettrage de la mention 10 ans qui figure en rouge éclatant. On y voit une jeune femme danser au son de la trompette dont joue le musicien. Tous deux sont habillés de blanc. Elle est éclatante de vie ; elle rit franchement sur ses talons très hauts face à lui qui est très concentré. Le couple symbolise la joie de vivre telle qu’on l’imagine aux Caraïbes et à Cuba en particulier à nouveau, en partie grâce à la musique,  à la danse et … au rhum. 

On ne sait si la scène se passe  dans la rue ou dans une cour. Il semblerait que la seconde hypothèse soit la bonne en raison de l’absence de marche. Les deux portes turquoises sont fraîchement repeintes, celle de gauche semble être la plus importante. Elle est entourée d’une  bande blanche soulignée d’un trait noir. C’est le noir aussi qui a été choisi pour finir le mur en bas, à sa rencontre avec le sol. La partie noire qui court sur le mur proche de la porte de droite de haut en bas semble être une ombre portée.

Les couleurs associés à ce jaune très doux à l’œil, outre le vert turquoise adouci, un peu de blanc en bandeau autour de la porte et du noir en séparation entre le jaune et le blanc, sont le blanc et le rouge. Le nom du magazine « Entreprendre » figure en blanc ainsi que le logo et la signature de PR, tout comme le nom de la marque Havana Club en signe de revendication forte.   La présence du rouge est moins disséminée mais plus impactant. Ce rouge doux adouci d’une pointe de jaune  est  concentré sur le dixième anniversaire, avec un « 10 »  qui occupe la moitié de l’espace en bas sur toute la hauteur des jambes du musicien. Les pieds de la danseuse sont en partie occultés par les « ans » en rouge. Le rouge constitue, avec la forme carrée et le logo du groupe, un des trois marqueurs identitaires de Pernod Ricard.

La Havane-mur-orange-Havana-Pernod-Ricard-2004-DSC05516 

. Le mur orange avec un lettrage jaune ancien et des traces de peinture verte en sous-couche. C’est la photo d’un vrai mur qui est resté dans son jus depuis un certain temps ; une façon de dire qu’il n’a pas été repeint depuis qu’il était passé du vert à l’orange. A ce moment-là, il était orné de lettres jaunes que l’on devine tout en haut  sur le mur proprement dit ainsi que sur la colonne du côté droit. Ce relief en forme de colonne avec un socle orné d’une étoile à cinq branches et au-dessus d’une plaque à coins coupés en arrondi marque la volonté d’anoblir la façade. Cela n’avait pas empêché le peintre de continuer à écrire dessus à la demande certainement de son client.    

Cette fois-ci il s’agit d’une vraie publicitéet non pas de la couverture du magazine du Groupe Pernod Ricard. Comme le signale le magazine en page 25, c’est une campagne utilisée en Allemagne. C’est la raison pour laquelle l’argumentaire  est écrit en allemand « Es lebe das Leben. (Havana Club) Cuba flüssig. »  qui est difficile à traduire. La première partie  peut se lire comme « La vie se vit. » ou plus simplement « La vie, c’est ça » , suit la photo d’une bouteille Havana Club 3 ans d’âge, puis « Cuba flüssig », qui veut dire « Cuba facilement ou aisément. » L’idée semble être que savourer un rhum Havana Club est la façon la plus naturelle de comprendre et d’aimer Cuba. Il suffit en allemand de six mots et d’une bouteille pour exprimer cette idée. Une petite phrase pourtant qui rend perplexe les traducteurs automatiques sur le Net. On comprend mieux pourquoi ce visuel est réservé au marché allemand.

Mon choix entre le mur jaune et le mur orange sur vert va clairement au second. Il a gardé trace de son passé sans chercher à devenir beau ou trop beau. Il pose la vraie question du jusqu’où faut-il relifter un vieux  bâtiment ? Faut-il changer ses couleurs au risque de tout ou de beaucoup harmoniser pour plaire au goût d’aujourd’hui?  La question n’est pas simple. Et il y a autant de réponses que de situations particulières.   

Pour suivre le chemin

. Aller à la Havane, à découvrir sur http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Havane

. Visiter le Musée du Rhum à la façade jaune adouci , à découvrir sur le site de Pernod Ricard http://havana-club.fr/fr/patrimoine-havana/musee-du-rhum-de-la-havane

La Havane-Habana-Club-Bouteilles jaunes et rouges-2004-

. Consulter « Entreprendre » le magazine des actionnaires de Pernod Ricard, n°44, printemps-été 2004, Havana Club 10 ans

. Pour 2014, Havana Club fête ses 20 ans avec une semaine multi-culturelle très dense et le slogan « Havana Club, nothing compare to Havana »à découvrir sur  http://havana-club.com/sites/default/files/whats-on-havana_october2014_fr.pdf

. Lire aussi http://www.photomazza.com/?ZONE-VARIOUS-ARTICLES-Old-Havana&lang=fr avec de beaux clichés d’aujourd’hui.

. Photos Elisabeth Poulain, avec mes remerciements au  Groupe Pernod Ricard.

Commenter cet article