Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Les Petites Maisons > Trois Tentes d'Eté > Trois Publicités

20 Juin 2012, 11:34am

Publié par Elisabeth Poulain

Trois affiches publicitaires, une seule datée. C’est la Jamet 1965 faite par un vendeur d’objets de camping,  Lapeyre Sports à Clermont-Ferrand. Celle du Camping-Club de France, intitulée « la joie de vivre » date vraisemblablement du début des années 60. Quant à la troisième peut être la plus ancienne, elle n’occupe qu’une petite place dans la plaque en carton léger  destinée aux enfants de campeurs pour inciter leurs parents à passer des vacances en camping. Voilà trois affiches ou jeu publicitaires, trois représentations du monde, trois petites maisons ressemblantes pour les deux premières et différentes pourtant, trois styles...

Tente Jamet, 1965 

La photo de la tente Jamet. Elle est proprement fabuleuse. Votre œil –j’en suis sûre- fait comme le mien. Il enlève de lui-même les mentions écrites qui mangent une grande partie du ciel sur plus de la moitié gauche de la photo du site de montagne soigneusement choisi pour implanter la tente. L’endroit est magnifique. Il se situe au bord d’un lac haut perché dans les montagnes. On imagine les Alpes, au vu des parois et des crêtes vives. Ce sont là des montagnes jeunes accessibles aux vrais sportifs, entraînés, qui portent tout sur leur dos et qui sont respectueux de l’environnement. Nul déchet, nul objet ne traînent en dehors de la tente sur la berge qui fait face à la paroi ensoleillée du matin. Les campeurs dorment encore. Ils sont plongés dans l’ombre de la tente, elle-même encore à l’ombre.

En face, le soleil réchauffe déjà la paroi sur laquelle s’incrustent des coulées de neige dans les creux. La roche se dore à la couleur du soleil d’un ocre clair, quasiment de la même couleur que la toile de la tente à un mat central. L’entrée se situe fort logiquement face à la montagne et au lac. Elle doit être relativement grande pour avoir des tenseurs intermédiaires sur chaque paroi. Le mystère reste entier pour l’avant qui est aussi l’entrée.  La force de la photo vient essentiellement de composition et surtout de l’accord entre la tente et le paysage, un accord que renforce cette vraie photo qui ne peut résulter d’un montage.

La composition graphique de la tente « La joie de vivre » du CCF. Le Camping Club de France a fait le bon choix. Ce visuel est une vraie réussite. Cette fois-ci, il ne s’agit plus d’une photo, mais d’un dessin  très composée. On n’est plus dans l’univers du sport de haut niveau mais dans celui plus hédoniste des adhérents du CCF, comme le nom du visuel en témoigne.

Tente le soir au coin du feu, CCF 

C’est le soir, la tente est bien montée, la toile tendue, les fanions sont impeccablement positionnées pour qu’on puisse les voir, avec d’abord le fanion de la France et puis ensuite celui de Club. La flamme du feu est claire. Ses couleurs rouges, oranges et jaunes donnent le ton de la joie de vivre une belle et bonne soirée de camping le soir quand le jour tombe et que se détachent l’ombre des peupliers en fond de décor. En haut de l’affiche de 23, 5cm sur 32cm, se détachent en gros caractères d’un rouge orangé tonique CAMPING CLUB DE France, avec son adresse et la référence à la licence de la FFCC et au carnet international de la FICC. Le sigle du CC de F  est situé au bas des fanions de façon à laisser libre tout le rectangle du bas en jaune au groupe régional du CCF de façon à ce que ce dernier puisse y faire figurer son nom.

Là aussi, la tente est d’un modèle ancien avec un mat central et un tenseur intermédiaire pour les trois parois. On ne voit pas comment s’ouvre la tente, l’espace étant occupé par le feu, les flammes et la fumée. On ne voit que la sangle du devant arrimée au loin.

Il y a dans cette création graphique une réelle harmonie de couleur et une composition plus complexe qu’elle n’y paraît. Elle a aussi ceci de remarquable qu’elle est suffisamment puissante pour supporter la tonalité du rouge du nom de l’annonceur en gros caractères qui ressort sur ces trois bleus qui jouent les uns avec les autres, le bleu foncé des silhouettes des arbres, le bleu moyen avec une pointe de parme qui occupe tout l’espace, sans chercher à ressembler à un vrai paysage,  et le bleu turquoise léger pour évoquer la tente et la joie de vivre. Le jaune est laissé au groupe régional, avec le feu en intercesseur entre les trois espaces, le rouge pour Paris et le cœur du feu, qui est mélangé d’orange pour faire le lien, comme il en va de la soirée en camping où on se regroupe tous ensemble pour jouir d’un repos bien mérité, avant que ne s’élèvent les chants repris en cœur, le ventre bien rempli…

Tente, Jeu de pliage, pub inconnue 

Les tentes « Sports d’Eté », un jeu en carton léger à monter. C’est un jeu publicitaire constitué d’une plaque. Pour monter ‘le village de tentes’, il suffit  de suivre les indications de la partie blanche située en bas.

. Il faut commencer par plier le paysage de montagne au bord d’un lac au ras des tentes en suivant le pointillé et découper la partie blanche du bas.

. Ensuite, il convient de découper soigneusement les huit pièces du bas. On y trouve deux tentes (D et E) à ajouter aux trois  qui figurent déjà dans le décor du haut et des campeurs. C’est la première fois qu’on en voit dans une publicité. Il y a le porteur d’eau contenue dans les « vaches » qu’il porte fièrement avec sa casquette sur la tête (A), deux jeunes femmes en tenue blanche (D), l’une lit le journal, la seconde lui pose une question. Une grand-mère à cheveux gris en maillot long noir à placer au bord du lac, entourant de ses bras une  fillette qui porte sagement son chapeau de soleil pour protéger son teint (G), une jeune fille en tenue blanche rêve au bord de l’eau (B) et un personnage barre un petit bateau à voile. Un couple (C) s’occupe de préparer le repas. Elle est agenouillée devant  le feu sur lequel est posée une grosse marmite. Lui est penché sur le foyer. Il soulève le couvercle, tandis qu’elle attise les flammes.

. Enfin, avec une grande délicatesse, il faut insérer les tenons dans les fentes correspondantes et poser le tout hors des petites mains des enfants.

La planche s’appelle « Sports d’Eté ». Elle n’indique ni l’éditeur ni l’entreprise qui faisait cette publicité. Il n’est donc pas possible de donner une date. L’ensemble des éléments figurant dans la scène, tels que les vêtements et les tentes, semblent indiquer l’avant-guerre ou juste après. Les tentes sont des canadiennes simples, toutes les deux avec deux poteaux centraux. La plus petite à une avancé. Le dessinateur a poussé le détail jusqu’à figurer l’intérieur des tentes, juste esquissé pour la grande tente, avec un lit pliant, plus réaliste avec la petite où l’on voit des empilements à terre.

C’est le paysage qui forme l’essentiel, avec les campeurs. Il n’est pas uniquement là seulement pour le décor. Il est d’une qualité étonnante. On se croirait dans les Alpes au bord des grands lacs italiens ou du Lac de Chambéry dans un coin abrité des vents froids de l’hiver. C’est un endroit choisi au cœur d’une nature préservée, telle que l’imaginent les citadins avides de pureté, où nulle maison ou trace humaine, autre que les leur, ne se voit. L’amusant est que le dessinateur a prévu une dernière pièce à insérer dans la scène. Elle s’appelle « Construction » ; c’est la seule à être nommée. On peut la mettre où on veut, ou ne pas la poser. Il n’y a pas de fente prévue à cet effet. Le camping au sein de la nature plus fort que la construction ! Un vrai rêve de campeur citadin.

Quelques mots pour finir sur la relation au paysage. C'est vraiment l'élément dominant. Avec Jamet, nous retrouvons la force du lien avec la montagne en symbole de pureté et de gratification de l'effort physique; avec le CCF il y a à la fois le mythe du feu qui réunit et la douceur du soir qui apaise dans une nature qui se limite à quatre arbres tutélaires; avec le jeu enfin, la nature compose un paysage accueillant que dominent des monts rudes et sans végétation et où il fait bon vivre et jouer plus bas dans la vallée au bord du lac.

Pour suivre le chemin

. Retrouver le cycle des petites maisons sur ce blog et voir notamment

Un hameau de petites maisons-caves à vin d'Aveyron > Rivière sur Tarn

Les petites maisons de la nuit > Alex Jansson > Suède     

La petite maison sur la Mayenne > La jolie péniche à Montreuil-Juigné     

Les petites maisons en bouteilles WOBO Heineken     

Les petites maisons des Ardoisiers d'Angers Trélazé     

Les petites maisons > Won Seoung Won > Photographe > Corée     

Les petites maisons > La vogue des "Empilables"

. Lire ou relire « L’esprit du camping » de France Poulain et d’Elisabeth Poulain, Cheminements éditeur, qui retrace toute l’histoire du camping depuis la fin du XIXè siècle, octobre 2005. 

. Photos EP                   

Commenter cet article