Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Les Temps de la Ville > Les Paroles des Angevins

6 Octobre 2011, 11:20am

Publié par Elisabeth Poulain

 

Quelques éclaircissements sur le titre

Il s’agissait pour ce groupe de travail réuni à l’initiative de la ville d’Angers de commencer à approfondir le thème des « temps de la ville ». Les participants de la Doutre au nombre d’environ une vingtaine  ne se connaissaient pas. Leurs deux points communs ont été de s’intéresser au thème  et de lancer des pistes pour réfléchir ensemble sur le temps en lien avec l’espace d’une ville comme Angers, très représentative de la société française. Le travail a duré une heure.  

  Visite des Berges, ballade estivale, Pont de Basse Chaine

Une restitution au plus près de ce qui a été dit

Il ne s’agit pas dans ce billet de faire une synthèse thématique de ce qui a été dit de façon exhaustive par les uns et les autres, mais de retrouver le fil qui a conduit chacun à ajouter sa pensée à la suite d’un-e autre, sachant aussi qu’il manque forcément des prises de paroles et/ou des développements.

 

Parfois il y a eu débat entre les participants. Plus souvent il y a eu succession des prises de paroles, avec des réponses et/ou des compléments d’information apportés à une remarque de l’un d’entre nous quelque temps avant. Aucune indication d’âge ou d’identification n’est volontairement donnée sur la personne, pour ne garder que le sens, avec deux exceptions cependant, Frédéric Béatse, l'élu en charge de la vie associative, la vie des quartiers, la politique de la ville et la qualité des services publics qui a lancé et encadré le débat , et Julie Rieg, directeur de développement et sociologue  en charge de la mobilité et de la temporalité à l’Agence Chronos, qui a synthétisé à chaque fois qu'il y a lieu. Ses interventions sont représentées par  le signe = . (Entre parenthèses, des éléments d'information parfois nécessaires pour comprendre ce qui est dit)

 

La présentation du débat par Frédéric Béatse 

L’étude sur la conception du temps a été lancée dans le cadre du combat contre l’inégalité et l’exclusion. C’est le cas des personnes seules recherchant du travail ayant des enfants. La réflexion sur les temps tient compte de trois idées :

. la tendance  de la société à l’hyper-individualisation avec des exemples du mariage l’après-midi, de la garde des enfants la nuit, de l’accessibilité des services en un même lieu, 

. notre volonté de pas déstructurer le temps

. et celle d’intégrer les temps de la nuit/jour, dans des logiques différenciées d’un quartier, de la ville et de l’agglomération.

àLe temps se conjugue avec l’espace

àLa ville veut coordonner tout ça

  Amsterdam, de l'autre côté du FifteenLes prises de paroles des participants

. Le sentiment d’insécurité la nuit quand on est une femme et qu’on rentre à pied venant du bus pour arriver chez soi,

. La longueur de l’attente et du trajet en bus la nuit – 1 heure -  pour aller des Ponts de Cé à la Meignanne à Angers,

. La baisse de l’intensité de la lumière la nuit pour éviter la pollution nocturne , en lien avec le développement durable, qui est aussi une cause d’inquiétude,

=   c’est aussi une question de design du lampadaire (qui doit éclairer le bas et non le haut).  

 

. L’insécurité pour les enfants allant à l’école. Ont été citées les rues de La Traquette, Saint-Lazare, du boulevard et de la Place Monprofit très difficile à traverser.

=   la question des temps scolaire est très importante, le matin vers 8-9h.

  

. Les stationnements d’adolescents sur le trottoir à la sortie gênent le passage et sont une source d’insécurité. Une dame précise que les enfants peuvent rester à l’étude en attendant qu’une personne habilitée vienne les chercher.   

=   problème du différentiel de la vitesse entre les groupes et les personnes  

=   c’est la triple question du rôle des parents, de l’offre de services et de la  prise en charge des jeunes

  Amsterdam, quai Java Eiland

. Un habitant du Quai de la Savate parle de l’enfer (vécu par les habitants lors)  du Festival Tempo Rives sur la Maine, avec un niveau sonore moyen déclaré par la ville qui n’a rien à voir avec le réel. Il souligne aussi les entrées des immeubles souillées  les nuits de fêtes, comme le 14 juillet. La Cale est devenue un lieu de rassemblement où les jeunes arrivent avec des packs de 24 bouteilles de bière. La saleté est insupportable. Il propose que les concerts se tiennent au Parc Balzac au lieu dit « Les vagues ». A une question d’un des participants, la personne déclare que le niveau moyen déclaré par la municipalité est de 93 décibels. Ce niveau moyen lisse les pics (113-114)  lors des  séances de Hard Rock Trash selon leurs relevés. Le bruit est tel que les cloisons vibrent.

      =   La pollution sonore est un gros problème

. Le monsieur poursuit : il ne s’agit pas seulement du bruit la nuit, il y a aussi les actes d’incivilité qui vont avec. Toutes les entrées d’immeuble ont servi d’urinoirs alors qu’il y a un WC public

=   l’incivilité est la conséquence de quelle que chose, un manque d’équipement, une      

     inorganisation…

 

. Un participant précise également qu’il s’agit non seulement du bruit la nuit, lors d’une fête, mais aussi et surtout de l’association avec l’alcool. A Mazé, la nuit, à la salle des fêtes,  au 3è avertissement, l’électricité est coupée. Il faudrait un moniteur.  

. Pour clore ce sujet très sensible, une personne précise qu’il faudrait peut être aussi commencer par inclure la Doutre nocturne dans le périmètre d’Angers La Nuit qui s’arrête à La Maine. Dans le quadrilatère rive gauche de la Maine des mesures spéciales sont prises la nuit pour éviter les excès. Des jeunes volontaires en particulier établissent le contact avec ces jeunes qui fêtent très bruyamment la nuit pour les sensibiliser en douceur au fait par exemple qu’ils font trop de bruit et gênent.le sommeil des habitants.

    Ixelles, Flagey, Tramways Frédéric Béatse relance le débat avec cette question: comment concilier les temps de la ville et le temps de chacun ? 

 

La question de l’acceptabilité -nommée comme telle par les participants- suscite beaucoup de réactions. 

. Entre les temps de la ville et la forte individualisation, il conviendrait de réintroduire le « vivre            ensemble ». C’est bien de vouloir améliorer, mais il ne faut pas perdre de vue  cette dimension. Le quartier de La  Doutre peut accueillir les nouvelles perspectives qui s’ouvrent avec Le Quai et le Centre des Congrès   et (accentuation) prendre en compte, concilier les modes de vie différents.

. Il convient de ne pas gêner les autres.

. Il faut trouver un consensus avec les autres.

. Poser des limites, tout en acceptant l’autre.

. Faire de la pédagogie avec les jeunes.

. Il y a beaucoup d’étudiants à Angers. Comme le coût de l’alcool est élevé (en boîte de nuit), on rencontre aussi la problématique du bruit pour les voisins dans les appartements loués en colocation par des étudiants.

. La ville joue un rôle de médiation pour dire ce qui va et ce qui n’est pas acceptable. La ville est ouverture mais la question de l’acceptabilité de la différence reste posée.  

    =    Une des difficultés est de nommer les choses. Il faut ensuite faire  se rencontrer les gens sur leurs 

           points communs et  pas sur les points de dissonance. Il faut aussi chiffrer l’information, afficher par 

           exemple le montant des décibels sur les murs, ou voir votre vitesse quand vous roulez

     dans des villages. C’est la question du monitorage.

 

. Le monsieur de la Cale de la Savate précise à ce moment là que, si la question du montant des décibels est bien sûr très importante, celle de la durée l’est au moins autant : le festival Tempo Rives a duré 2 mois en comptant les répétitions. Il ajoute que les deux cafés situés sur la Cale ne causent aucun souci particulier.  

. Il est demandé alors quelle est la durée de la Foire Saint-Martin qui se tient place de La Rochefoucault. Réponse : elle est de 3 semaines. Plus personne ne se plaint du bruit que cette fête entraîne pourtant pour les riverains. Peut être que si, du moins il n’y a eu personne dans le groupe pour en parler.

   Musée Le Quai, devant le Château

Réorientation du débat  sur la volonté de ne pas déstructurer le temps en phase avec l’individualisation

=    Le thème de l’individualisation est de la tarte à la crème. En réalité tout  est temps collectif. On est

      dans une succession de temps collectifs, en lien  avec l’espace.

 

. Cela repose la question de l’acceptabilité en lien avec le travail, les horaires atypiques pour la crèche... Il y a imbrication entre le temps personnel et l’espace collectif.   

    =     Un monsieur synthétise :  on voit qu’il y a le temps d’une majorité, le  temps individuel, le temps en 

           phase avec des nouveaux outils, des nouveaux services interactifs.

 

. Il faut se poser la question de ce qu’on veut vivre ensemble. Comment  permettre à chacun de vivre le collectif ?

. Acheter sa baguette à 2h du matin, c’est une envie ( pas un besoin).

. Ca pose la question également du temps du week-end. Les gens de l’informatique vivent 24h sur 24h. On banalise le temps.

   =   C’est un point très important, Les infrastructures sont sur-utilisées en un  même temps, au même         

        moment. C’est une vraie problématique : décaler les horaires pour mieux réguler les flux. On pourrait

         mieux utiliser l’espace public qui n’est pas extensible.

 

. Les gens deviennent exigeants. Il y a un clivage entre le travail qui se  faisait avant au même rythme et l’éclatement de la norme maintenant en lien avec l’isolement, comme quelqu’un qui travaille le soir (et dort le jour). Il y a un morcellement du temps en corrélation avec l’espace : réfléchir à l’espace conduit au temps.

. A Yolande d’Aragon (le quartier du Front de Maine), l’espace est saturé pour tous (avec des difficultés pour se garer).

. Il y  aussi des dangers, rue Beaurepaire pour une dame qui pose la question : demandez-vous pourquoi cette rue est dangereuse ? Elle n’apporte pas la réponse mais elle évoque la question des croisements des temps (entre celui des uns, des autres…) .  

 

Frédéric Béatse  réoriente le débat.

Il évoque les temps scolaires ; les temps des familles, celui des services publics, des agents… Quelles sont les heures d’ouverture  par exemple?

=   C’est la question de la gouvernance pour laquelle il y a  déjà beaucoup d’initiatives; les services publics sont saturés.

 

. Cette question est au cœur de la démocratie participative, où le Conseil de quartier joue tout son rôle.

. Un témoignage porte  sur la modification des horaires pour des étudiants en Master. Une avancée d’une demi-heure des heures de cours permet de traverser la ville sans embouteillage et fait gagner 1 heure de temps par jour sur la base de 2 allers-retours par jour. Le blocage des entrées de ville est évoqué, tel que l’encombrement de la 4 voies à partir de Brissac le matin.  

. Il n’est pas toujours possible de modifier ses horaires. Le temps a par nature un caractère transversal.

=   C’est la question du temps subi et du temps choisi, à comprendre dans le cadre du quartier de la

     Doutre qui accueille (bientôt le Centre des Congrés, en plus déjà du Quai, le Grand lieu culturel  contemporain d'Angers, le nouveau port d'Angers, face au Château, avec la rivière Maine entre les deux rives)      

  Ixelles, Flagey, fin de week end

. La question d’un monsieur à la dame qui avait évoqué la peur de rentrer chez soi la nuit entre l’arrêt de bus et le domicile quand on est une femme: pourquoi n’avez-vous cité que les femmes ? (Sous-entendu les hommes n’ont-ils pas peur ?) Réponse : peut être les femmes sont-elles plus habituées à exprimer leurs émotions  alors que les hommes sont encore élevés dans une culture où dire sa peur n’est pas possible à un petit garçon.  

 

Et le moment vint de clore le débat.            

 

Pour suivre le chemin

. La table ronde « Temps de la Ville » s’est  tenue à l’Hôtel de la Godeline, dans le quartier de la Doutre à Angers, le 24.09.2011 lors d’une rencontre présentant la nouvelle formule de concertation au sein du Conseil du Quartier entre les habitants, les associations et la collectivité. C’est M. Frédéric Béatse, l’élu qui a présenté la nouvelle formule et lancé la matinée de travail. Voir www.angers.fr/participer et pour contacter le quartier Doutre ccq.doutre@ville.angers.fr  et 02 41 35 10 55

. Retrouver le groupe Chronos et Julie Rieg sur http://www.groupechronos.org

. Photos EP, avec des photos de villes (Amsterdam la nuit n° 2 et 3, Bruxelles-Ixelles Place Flagey n° 4  et 6 ) et  Angers (n° 1 Pont de Basse Chaîne + n° 5 Le Quai).  

Commenter cet article