Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Lutine la Belle, une sacrée filoutine quand les héros de la BD dorment

26 Avril 2013, 11:33am

Publié par Elisabeth Poulain

Lutine la Belle, je suis sûre que vous ne la connaissez pas. Elle est pourtant très active quand tout le monde dort la nuit, à commencer par ses héros sur lesquels elle veille avec ses autres copines, les autres lutines. Mais elle seule a droit à une majuscule à son nom, complété par « la Belle". C’est beau ce nom, Lutine la Belle, qui vient du masculin lutin. Mais Lutine a un côté joyeux et espiègle qu’on retrouve à un degré moindre chez ses copains les lutins. Belle, elle a une autre particularité, c’est qu’elle est unique. D’abord parce qu’elle ne sort que lorsque la ville dort. Mais il n’y a pas que ça.

BQFB-Angers, La Lutine-Expo-2013 

La nuit, c’est à ce moment-là seulement qu’elle réussit à s’introduire dans ses lieux préférés, les expositions de Créateurs de Bandes Dessinées. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, elle ne vient ni ranger, ni nettoyer, ni assurer les autres tâches que ses copains, les lutins, détestent, comme activer le compte Facebook de la Boîte qui fait Beuh (BQFB), d’aller voir ce que font les autres, en leur disant combien elle  les aime, en prenant de leurs nouvelles, eux qui sont toujours charrette (= "à la bourre" en langage mec). Mettre du rire, du rêve, de la tendresse dans la vie grise du jour, c’est pourtant son boulot à plein temps, du 24  heures sur 24. La Belle Lutine, oh pardon, je reprends,  Lutine la Belle bosse beaucoup. Elle a un rôle exclusif qu’elle s’est attribuée depuis longtemps : elle met du désordre, du bon désordre celui qui s’appelle de la créativité quand on est un artiste, dans les expositions de ses copains les Bédéistes français, surtout ceux qui habitent en Loire, qui s'appellent entre eux des lutins.  BQFB-Angers, La Lutine-Expo-2013

Lutine la Belle passe sa nuit à changer le décor, en brouillant les séquences de l’histoire qu’on raconte, en modifiant des dessins, en ajoutant ou supprimant ce qui lui plaît ou déplaît, à son gré, en changeant les couleurs… Elle rit beaucoup, au point que d’autres lutines arrivent d’un coup d’un seul, venant comme on dit du « monde entier », une formule absurde. Il faut dire qu’elles se régalent d’humour, d’ incongruité, de bizarre sympa, de hors-norme…Elles rejettent avec force et vigueur « les sentiers battus », leur préférant « les chemins de traverse », pour aller à la rencontre de ceux qu’elles connaissent ou pas encore, avec beaucoup de joie profonde… Lors de leurs fêtes de nuit, elles ont aussi la particularité de sonner les cloches à la volée, que ne perçoivent que ceux qui aiment l’univers de la bonne BD d’où qu’elle vienne et les autres cloches de par le monde, dont une certaine qui s’appelle en anglais la « Lutine Bell ».

BQFB-Angers, La Lutine-Expo-2013 

La cloche de Lutine la Belle, la « Lutine Bell ». Elle a une forte particularité, qui est d’exister vraiment encore actuellement, au siège de la Llyod’s à Londres. Elle est placée au cœur du grand hall d’entrée de la première compagnie d’assurances et de réassurances au monde, créée en 1774. Quand le HMS (His ou Her Majesty Ship’s) Lutine sombra en mer de Hollande en 1799, la cloche sonna une fois dans le café d’Edward Lloyd cabaretier de son état. C’est là que se réunissaient des hommes d’affaires qui garantissaient grâce à leurs capitaux le versement d’une indemnité en cas de sinistre maritime à ceux d’entre eux qui faisait partie du club. Quand on apprenait qu’un des navires assurés venait de subir une avarie en mer, la cloche sonnait une fois. Quand au contraire on entendait deux coups de cloche, c’est que tout allait bien. Le navire allait arriver prochainement à bon port à Londres. Pour la Lutine perdue corps et biens, la cloche du Lloyd’s, celle qui prit le nom de Lutine Bell, ne sonna qu’une fois. Le préjudice était énorme, il s’élevait à 1,2million d’euros, dont seuls 200 000 euros ont été récupérés à ce jour.

 BQFB-Angers, La Lutine-Expo-2013

Depuis ce jour, la cloche de la Lloyd’s Cy s’appelle toujours la « Lutine Bell ». Quant au trésor de pièces d’or et d’argent perdu en mer, l’incroyable est qu’il existe vraiment. Ce n’est pas un fantasme nocturne de lutine, belle ou pas, ou un petit coup de vin moelleux du Layon de trop. Un tel trésor gisant en Mer du Nord depuis 1799, recouvert de sable au gré des courants, ne fait qu’aiguiser des appétits très réels ceux-là. Des chasses au trésor sont effectuées périodiquement pour essayer de mettre la main sur cette « fortune de mer ».   

C’est bien pourquoi Lutine la Belle et ses copines sonnent les cloches à la volée quand se tient l’exposition, comme celle qu’a organisée, avec un grand succès, la Bande des Cinq Copains Bédéistes de La Boîte qui fait Beuh à Angers. Elle attiré 10 001 visiteurs. Et tout ça grâce à qui ? Au gros travail du Club des Cinq Lutins à la BQFB – avec par ordre alphabétique Christophe Bodin, Tony Emeriau,  Fanch Juteau, Sylvain Lauprêtre et Philippe Minvielle - avec un 6è pote qui s'appelle Ezelh qui est le seul lutin-chien-membre d'un club de bédéistes existant au monde -  et à celui totalement invisible de Lutine la Belle, pas la cloche, l'autre, celle qui range tout au petit matin pour que tout soit bien en ordre avant l'arrivée des visiteurs! Maintenant quand vous aurez l'impression de voir des trâces d'une patte ou de plusieurs patte-s de chien  sur un des dessins, vous saurez pourquoi: Ezehl est passé par là et demande bien poliment à partir en promenade.  

 BQFB-Angers, La Lutine-Expo-2013

Et voici comment est née cette petite histoire le dernier jour de l’exposition de la Bande des Cinq lorsque j’ai rencontré Sylvain. Discutant de l’expo avec lui, après l'avoir félicité, je lui avais fait remarquer l’absence très forte de la gente féminine, à l’exception de Nathalie Bodin, membre de la BQFB et qui travaillait à ce moment là sur un autre gros projet. Et lui de me répondre très sérieusement: « mais la Lutine est là ». Et comme je ne comprenais qui était cette « Lutine », il m’a montré la charmante petite lutine toute mignonne dessinée sur un carton qui indiquait le chemin aux visiteurs. Pour mon choix presonnel, je préfère la "Pistolera", toute feu et flammes, qui a du punch à revendre pour faire marcher droit tout son petit monde d'indicipliné-e-s!          

Pour retrouver le chemin menant à la vraie exposition qui s’est tenue à la salle Chemellier à Angers du 1er décembre au 13 janvier 2013, sur les différentes séquences nécessaires pour faire une BD.

  BQFB-Angers, Expo-2013, Sylvain Lauprêtre

Voir http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Angers.-L-expo-qui-explique-comment-se-construit-une-BD_40774-2150099------49007-aud_actu.Htm

http://www.angers.villactu.fr/exposition-bulles-bulles-bd-angers-br78323-c014.html

http://www.angersmag.info/De-Bulles-en-Bulles-la-BD-angevine-s-expose-salle-Chemellier_a6032.html   

     BQFB-Angers, Expo-2013, Jeune Femme, Accueil-Salle Chemellier . Lire aussi un précédent billet sur la Boîte qui fait Beuh sur ce blog La Boite qui fait Beuh > La BD en atelier pluriel à Angers       

. Photos Elisabeth Poulain, à découvrir aussi d'autres photos de l'exposition  dans l'album Personnalités 2, à l'intérieur de "Personnalités" et le HMS Lutine pendant une tempête à découvrir dans l'album photos "Mer-Eau" . 

Commenter cet article