Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

M comme Man > Le Vieil Homme aux Peignes > Georges Tournon

19 Août 2013, 17:12pm

Publié par Elisabeth Poulain

Georges Tournon devait être un artiste parisien   qui avait acquis une dextérité certaine dans l’art de croquer le petit peuple de la rue. Il avait une réelle prédilection pour repérer et dessiner d’après-nature des personnages de la misère d’entre les deux guerres. Clochards recroquevillés par le froid et la faim, couples de vieux assis sur un banc, vagabonds errants… il associait à ces exclus « au bout du rouleau », des vendeurs de « quasi-rien », qui, contre quelques sous, cédaient aux passants des fleurs, du mimosa, des plumeaux… ou jouaient de l’orgue de barbarie portatif à la sonorité si déchirante qu’on ne l’oublie pas une fois qu’on l’a entendue.

 

Fludiose-Le Viel-Homme-aux-Peignes-Georges-Tournon 

Son modèle ce jour-là était un vendeur de peignes l’hiver quand il fait froid. Le vieil homme est bien couvert, avec son manteau long marron couleur de muraille, avec des reflets mauves d’usure. Il a de grosses chaussures, un foulard vert autour du cou et un chapeau enfoncé jusqu’aux oreilles. Sa barbe blanche pousse librement loin des paires de ciseaux d’un coiffeur. De ses cheveux, on ne sait rien.

Par contre, on voit très clairement les cinq peignes à grosses dents que l’homme tient dans sa main gauche sans gant, pendant que la droite se réchauffe dans la poche du manteau. La curiosité vient de la couleur des peignes, avec trois bleus, un crème et un noir. Les peignes étaient dans ce début du XXe siècle en corne. Il semblerait qu’il s’agisse de peignes à queue pour démêler les cheveux courts. Outre la couleur qui indiquerait plutôt un peigne en celluloïde, l’étonnant porte sur la largeur des dents du peigne.

  Fludiose-Le Viel-Homme-aux-Peignes-Georges-Tournon

Le dessinateur devait croquer les silhouettes sur le vif et finir de coloriser chez lui avec les  moyens du bord les moins chers. Pour lui, il n’y avait pas de toile ou d’huile. Georges Tournon utilisait le crayon, le pastel, le fusain et la craie. Sur le peintre lui-même, on ne trouve réellement que peu de choses sur le Net. Même les dates ne collent pas. Celles indiquées, 1928-1958, ne peuvent expliquer qu’il aurait dessiné des croquis de char camouflé pendant la première guerre mondiale.

Que reste-t-il d’un homme, quand il a disparu?  Cette question emblématique de la condition humaine pourrait être totalement associée au dessinateur. Elle peut l’être encore plus à  ses « pauvres héros », comme ce vendeur de peignes dans la rue, qui n’a rien, ni nom, ni localisation, ni date. Et pourtant cette hypothèse est erronée.  Fludiose-Le Viel-Homme-aux-Peignes-Georges-Tournon

Car c’est bien la publicité et la revente des visuels sur le net qui permettent de garder la trace et de l’homme aux peignes et de son créateur pour " le Laboratoire de     Médecine expérimentale de Beauvais", qui devait être un organisme gouvernemental,  comme il est écrit en tout petit tout en bas de la planche. Le plus étonnant pour moi est de n’avoir rien trouvé ou si peu sur ce dessinateur doué.  Car c’est vraiment le moment de porter attention au regard du vieil homme, un regard fort d’un homme aux aguets. Son repas du soir est en jeu et sa vie aussi.  Et pourtant ce n’est pas un homme vaincu. Contrairement à d’autres créations de l’artiste sur des indigents, cet homme a sa dignité.

Pour aller plus loin

. Concernant le dessinateur Georges Tournon, je n’ai réellement aucune source à vous indiquer. J’ai trouvé cette affichette à la Bouquinerie Dutru, Rue Lionnaise à Angers, sans autre indication que le nom de l'annonceur. Le dessin est imprimé sur un papier à dessin d’un bon grammage, protégé par un calque qui porte le nom de Fludiose suivi du texte publicitaire suivant : « Sous l’influence de la Fludiose, le sang se rénove, l’appétit renaît, le poids augmente, la vigueur s’accroît, les pâles couleurs disparaissent ».  Il y avait un autre visuel de la même série, qui m’a moins intéressé. Il était plus convenu même s’il était très réussi aussi. On y voyait une très jolie jeune maman bercer son bébé aux jolies joues rondes, grâce à Fludiose bien sûr.

. Le Laboratoire de médecine expérimentale de Beauvais a exercé ses fonctions de 1920 à 1960. Il reste connu grâce à ses buvards publicitaires.   

. La Fludiose est encore très présente sur le Net ; c’est du manganèse recommandé pour les enfants et… visiblement ici pour les personnes âgées dénutries. http://www.amazon.fr/livres/dp/B009RQ6RU0 . Le laboratoire était un grand utilisateur de la publicité, http://cartes-postales.delcampe.fr/page/item/id,106682439,var,PUBLICITE-FLUDIOSE-LABO-MEDECINE-EXPERIMENTALE,language,F.html  

. Visiter la vieille usine  de fabrication du peigne à Ezy-sur-Eure, en lisant avant son histoire sur    http://hist-geo.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article229

. Voir le site très pédagogique et renseigné sur le peigne en corne d’un fabricant qui en vend sur le net http://peignecorne.com/fabrication.htm

. Photos Elisabeth Poulain

Commenter cet article

Sam 14/02/2017 20:47

J ai le tableau original un pastel de Georges tournon le marchand de peigne

Elisabeth Poulain 15/02/2017 12:26

C'est évidemment une vraie chance que d'avoir l'original. Le visuel que je présente dans l'article est une photo de la reproduction de l'original à des fins publicitaires, ce qui doit avoir forcément des conséquences sur les couleurs, sur le rendu final...Généralement on note un affaiblissement de la force d'expression par rapport à l'original et donc forcément de son l'impact

Elisabeth Poulain 15/02/2017 12:24

C'est évidemment une vraie chance que d'avoir l'original. Le visuel que je présente dans l'article est une photo de la reproduction de l'original à des fins publicitaires, ce qui doit avoir forcément des conséquences sur les couleurs, sur le rendu final...Généralement on note un affaiblissement de la force d'expression par rapport à l'original et donc forcément de son l'impact