Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

M comme Man > Morning Gun > Grand Chef indien Pecunnie > Winold Reiss

23 Janvier 2015, 12:25pm

Publié par Elisabeth Poulain

     

Morning Gun est le nom de ce célèbre guerrier qui a appartenu à la tribu des Pecunnie. Son portrait est l’un des 40 réalisés par le dessinateur Winold Reiss pour l’ouvrage paru en 1940 sous le titre des Blackfeet Indian Portraits, dont Frank Bird Linderman, a été l’auteur.     

Winold Reiss est né en Forêt noire en Allemagne. Emigré aux Etats-Unis en 1913, il s’est intéressé plus tard de façon tout autant artistique que scientifique aux Indiens d’Amérique du Nord qu’il a choisis comme sujets d’étude. Il a été professeur assistant au Fine Arts College de l’Université de New York de 1933 à 1953, date de son décès.

Chaque portrait est accompagné par un petit texte qui  resitue la personne dans le courant de sa vie, en mettant l’accent sur ses valeurs morales au bénéfice de la tribu. Pour Morning Gun, on peut ainsi lire les mots qui suivent: « Through most of his life this Pecunnie chieftain was full of humor and kindness. Yet he left a record of extremely bravery as a warrior “.

Morning Gun, Winold Reiss, 1940 

Le portrait dessiné du Chef indien. Il est fabuleux au regard de l’économie de moyens utilisés par l’artiste et de la force du rendu de son  dessin conférée par la structure de la composition, la finesse du tracé et le choix des couleurs. Seul le visage a été saisi entre le début du cou jusqu’au collier orné de perles bleues et le chapeau au ras des yeux qui est l’élément dominant du dessin, avec la plume. L’homme regarde sur sa gauche. Ses yeux sont plissés au point qu’on se demande par exemple s’il voit bien avec son œil gauche. Celui de droite par contre montre un homme très attentif à ce qui se passe autour de lui. Son attention est extrême.

Son visage est traité façon vieux cuir poli par les ans, avec un brillant étonnant, comme s’il s’était protégé la peau avec de la graisse d’ours. Chaque pli de la peau des joues, près des yeux et de la bouche, donne un sens à ce visage dont on remarque la forme affirmée du nez, la bouche serrée et qui conserve pourtant des lèvres et la forme allongée des lobes de l’oreille.

Deux petites nattes de cheveux noirs surgissent de sous le chapeau ; elles renforcent la structure de ce visage. Le désordre est apporté par quelques cheveux qui s’échappent derrière l’oreille droite, ainsi que les nattes qui échappent au cadre, avec en plus la rupture faite par le tressage d’un lien jaune à la fin de la natte, de façon à laisser libres les quelques cheveux indisciplinés qui bouclent.

Morning Gun, Winold Reiss, 1940

Le chapeau forme à lui seul un des éléments dominant de la composition. Il est impressionnant dans sa forme parfaite et ses dimensions. Une grande plume blanche et noire  est coincée de biais dans le ruban ton sur ton. Sa longueur décentre le portrait pour bien en montrer l’importance. Ici, sous vos yeux se tient un vieux chef anobli par l’âge dans sa grande dignité. Un homme volontaire et bon.  

L’homme derrière le dessin. On voit un chef ayant un caractère fort, qui s’est refusé à entrer dans des discussions vaines. Il avait l'oeil, celui qui lui a donné son nom de "Fusil du Matin". Il est allé à l’essentiel, en ayant su distinguer ce qui était petit du grand. Il s’est soucié des membres de sa tribu en ayant fait preuve du courage du guerrier, tout en ayant agi avec humour et gentillesse. C’est ce que disent à la fois l’épitaphe qui figure au bas de la planche et le dessin lui-même.     

Pour suivre le chemin

. Retrouver les autres 40 portraits de l’ouvrage sur les « Blackfeet Indians », incluant « Morning Gun », en 3è avant-dernière position,  sur http://www.gngoat.org/portraits.htm

. Voir la biographie de Winold Reiss écrite par Helen Appeleton Read ; sur le même site http://www.gngoat.org/reiss_biography.htm

. Pour en savoir plus sur l’histoire indienne, avec des portraits admirables, consulter  http://nativeamericannetroots.net/diary/1128

. Photo Elisabeth Poulain à partir d'une vieille planche.

Commenter cet article