Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Manger dans l'armée française > Les RCIR ou rations de combat...

15 Septembre 2010, 14:09pm

Publié par Elisabeth Poulain

Deux exemples de ration

 

RCIR 98 ration de combat individuelle réchauffable

 

Ces RCIR sont des « rations de combat individuelle réchauffable » que fournit l'armée à ses soldats en opération. Elles se présentent sous forme de boite en carton marron, que je citais comme de l’anti-packaging dans mes cours consacrés à la mise en valeur du produit. En fait ce n’est qu’à moitié juste : dedans c’est formidablement bien conçu, c’est donc du très bon packaging vu sous l’aspect de la praticité et dehors par contre, le look est peu appétissant. Disons le clairement, aucun effort n’a été fait pour rendre le carton joli.  

 

La présentation

L’ensemble forme une boîte en carton dans laquelle les différents composants vont être calés et s’emboîter les uns dans les autres de façon à ne laisser aucune place vide et mieux protéger les ingrédients des chocs. Sous les yeux, j’ai deux modèles. Des petites différences apparaissent entre les deux versions, l’une que je désignerai sous le n° 94 qui n’est écrite qu’en français et la n°98 en français et en anglais. La 98 est constitué d’un seul carton dont le couvercle doit être découpé selon le pointillé pour s’ouvrir, afin d’offrir une véritable sécurité à l’emploi. La 94 est constitué de deux cartons simplement emboîtables l’un dans l’autre, sans colle, de sorte qu’il est possible d’enlever des constituants.    

 

L’aspect réglementaire

 RCIR 98 ration de combat individuelle réchauffable

 

La 94 et la 98 parce que les boites sont à utiliser pour la première avant le 14-05-94 et pour la seconde avant le 06 JAN 1998. A droite de cette indication en haut de la face avant de la boite, une mention manuscrite indique qu’il s’agit d’ « une date limite d’utilisation optimale indicative conforme au décret n° 04.1147 du 07.12.84. Au de-là les produits pourraient être néanmoins consommés en toute innocuité ». Sur un des côtés repliables du couvercle, on trouve aussi « ARMEE FRANCAISE - Approuvé OTAN » (94) et la double mention française et anglaise dans la version 98 « FRENCH ARMY – NATO APPROVED».

 

Le contenu de la boîte 98

C’est incroyable ce qu’on peut mettre dans une si petite boîte qui pourrait être une boîte à

cigares.  La 98 donne une liste thématique des différents constituants :   

-        un repas complet avec plats cuisinés, hors d’œuvres, potage, fromage fondu, biscuits de campagne

-        un sachet « petit déjeuner et condiments », avec café, thé, lait écrémé, boisson cacaoté, sucre en poudre, dosette de sel et de poivre »

-        sucres de morceaux

-        confiseries : nougat, pâte de fruit, barre de chocolat, chewing-gum, bonbons et caramels

-        mouchoirs-serviettes

-        ensemble de réchauffage : réchaud jetable, combustible, allumettes, pinces de préhension

+    comprimés de purification d’ea

 

Les 14 menus

Ils figurent au dos du socle de dessous. Ils sont constitués d’un hors d’oeuvre pour le déjeuner et de deux plats cuisinés, comme plat principal pour le déjeuner et pour le dîner, au choix de l’utilisateur, le dîner en France commençant traditionnellement par un potage.

 

Les 14 hors d’œuvre

RCIR 98 ration de combat individuelle réchauffable

 

On y trouve volaille en gelée (1), mousseline de saumon (2), maquereau moutarde (3), bœuf sauce moutarde (4), thon à l’escabèche (5), sardines à l’huile (6), mousse de canard (7), maquereau à l’escabèche (8), mousse de canard (9), pâté de foie pur porc (10), terrine forestière (11), pâté de jambon (12), pâté de campagne (13), thon à l’huile (14). A chaque fois, la préparation en boite de conserve privilégie les protéines –viande ou poisson – en sauce ou en charcuterie, qui sont des basiques de la façon française de se nourrir.    

 

Les 14 x 2 plats cuisinés

On retrouve cette logique dans les plats traditionnels qui constituent le cœur du repas avec le plat cité en premier pour le déjeuner et le second pour le dîner, en principe parce que rien n’interdit de faire autrement:  

 

-        (1) bœuf en salade + thon aux pommes de terre

-        (2) maquereau pommes de terre + hachis parmentier

-        (3) bœuf aux légumes + poulet riz à l’indienne

-        (4) mousseline de saumon – pâtes + chili con carne

-        (5) canard aux navets + veau marengo

-        (6) agneau aux flageolets + pâtes ‘Bolognese’

-        (7) navarin d’agneau + poulet au riz et ratatouille

-        (8) colin aux pâtes + porc aux lentilles

-        (9) cassoulet + cannelloni

-        (10) porc aux légumes + bœuf aux carottes

-        (11) porc aux pommes de terre + émincé de volailles avec des pâtes

-        (12) porc en salade + merlu au riz

-        (13) volaille à la parisienne + gratin dauphinois

-        (14) saucisses aux lentilles + moussaka

 

Au total, la viande occupe une place impressionnante dans l’alimentaire du soldat en  campagne, avec du porc et du bœuf, presque en pôle position, la volaille n’est pas oubliée, ni des viandes plus rares comme l’agneau. Le poisson est cité 5 fois. Ainsi le menu n° 3 contenu dans la ration est « Sans Porc » comme il est écrit en diagonale sur la boite : il offre du maquereau + du bœuf + du poulet.

 

  RCIR 94, version antérieure

La boîte 94

Légèrement plus petite que la précédente, son carton est plus pâle et l’encre est verte. Son intérêt pour nous est d’être plus précise encore quant au contenu de la boîte. Elle offre par contre l’inconvénient de ne pas indiquer tous les menus qui sont portés au verso dans la 98.  

 

Son menu n°6

C’est le nom du contenu de la ration journalière, l’alimentaire et le non-alimentaire. Les quantités sont indiquées très précisément. C’est très intéressant de voir tout ce qu’on peut manger par jour, sans parler de l’eau et des autres boissons qui sont fournies à part. Voici son contenu dans l’ordre :  

 

Bœuf pommes de terre-barquette 300g

Saucisse lentilles       - barquette 300g

Pâté de jambon           - boîte 1/10

Fromage fondu            - boîte de 42g

Biscuit de campagne  - paquet de 280g

Café soluble               - sachet de 4 g

Lait sec écrémé          - sachet de 19g

Thé soluble                - dose de 1/2l

Boisson cacaotée instantanée

                                    - sachet 20g

4 Sucres enveloppés   - paquet de 11g

Sel Poivre                  - sachet 

Nougat                            - barre de 40g

Pâte de fruit                    - barre de 30g

Chocolat à croquer         - barre de 25g

Chewing gum                 - paquet de 7g

Bonbons                          - 6g x 4

Caramels                         - 10g x 4

Comprimés purificateurs d’eau  x 6

Mouchoirs-Serviettes     - paquet de 10

Allumettes                   - pochette de 20

Combustible               - équivalent 40g

Sac plastique                    - x 1

 

Les différences

Elles portent essentiellement sur la présence d’un réchaud jetable avec des pinces de préhension   dans le modèle 98 par différence avec le 94. Au niveau des menus, l’armée a modifié ses menus puisque ce menu n° 6 de 94 avec bœuf pommes de terre, saucisses lentilles  et pâté de jambon n’existe plus en tant que tel dans le 98. Le pâté de jambon a été remplacé par du pâté de foie pur porc (en 9), le bœuf pommes de terre  a disparu. Par contre les saucisses lentilles, un des piliers de la cuisine collective pour des estomacs affamés, est conservé au menu 14. 

 

Aux dires de quelques personnes qui ont pu goûter le contenu en situation internationale, les rations françaises sont connues pour leur qualité et le bon goût des plats cuisinés et ceci encore actuellement, en particulier en Afghanistan et en Afrique. 

 

Pour suivre le chemin

. Cette comparaison ne porte que sur deux emballages rations individuelles de combat de

 

RCIR 98 ration de combat individuelle réchauffable

 

l'armée française. Elle ne saurait prétendre à une quelconque exhaustivité d’autant plus que  l’évolution des façons de se nourrir et des techniques d’emballage et de conditionnement se poursuit sans cesse.

 

. La RCIR, la ration de combat individuelle de combat, est conditionnée au Centre de conditionnement des rations de combat aux Ponts de Cé qui travaille « au profit des trois armées et de la gendarmerie » ; le site a été inauguré le 17 septembre 1993.

 

. La première version de la RCIR date de 1984. En plus de la RCIR, il existe maintenant des rations particulières telles que les rations d’urgence, de survie, des rations individuelles lyophilisées commando (RILC) ainsi que des rations individuelles d’exercice (RIE), depuis 2003 pour cette dernière variante. 

. A voir sur www.interarmees.fr/garnison.php?site=2&garnison=article=121

. Photos EP des conditionnements     

Commenter cet article

Franck 06/07/2017 13:20

Actuellement,la ration de combat de l armée française est considéré comme étant la meilleur au point de vue nutritionnelle et au point de vue goût.En Afghanistan,le taux d échange était de 3 rations us pour une française! .Des chefs cuisiniers ont participes à leurs elaborations

Elisabeth Poulain, c.e.poulain@cegetel.net 06/07/2017 18:55

L'article, je viens de le vérifier, date du 15.septembre 2010 et votre commentaire prouve que cette double qualité - nutritionnelle et gustative-des rations de combat dans l'armée française dont vous parlez, perdure, visiblement sans concurrence, plus de 7 ans après. Cela m'avait été dit lorsque j'avais fait la visite sur site en compagnie d'un gradé...Merci pour ce témoignage à transmettre à qui de droit...