Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Manger dans l'armée française2 > Le Centre de Conditionnement des RCIR

22 Décembre 2010, 17:05pm

Publié par Elisabeth Poulain

Quelques données

RCIR, Accueil et Drapeau, Ponts de CéSon nom officiel est « Centre de conditionnement des rations de combat ». C’est un établissement spécialisé du Commissariat des Armées (ESCA), désormais seul habilité à effectuer le conditionnement et la distribution des rations de combat militaires pour toutes les armées françaises ainsi que si besoin est pour des armées internationales amies. Il a été inauguré en 1993 par Mme Roselyne Bachelot. Il dépend du CESCOF à Rambouillet (Yvelines). C’est le Centre d’Expertise du Soutien  du Combattant et des Forces.

 

Sa localisation

Placé sous la direction de M. le Lieutenant-Colonel Mousset, l’établissement est implanté aux Ponts-de-Cé en Maine et Loire (49), près de Trélazé, dans une petite zone industrielle maintenant entourée de nouvelles zones pavillonnaires disposant en voirie de jolis aménagements paysagers. La N260 passe à proximité, ce qui est un atout certain en matière de réception des marchandises et  d’expédition des rations.

 

Les bénéficiaires

RCIR- CdC, Ponts de CéDans le domaine militaire, plus encore que dans d’autres secteurs du vivre ensemble, les mots employés ont une force toute particulière. Le soutien aux combattants est cité avant le soutien aux Forces. Il est également question des bénéficiaires des rations de combat. Ces mots montrent la forte dimension humaine d’un processus désormais complètement automatisé de conditionnement des rations militaires, à part la colle pour refermer les cartons qu’il est nécessaire de rajouter à la main dans un réservoir situé en hauteur. Les contrôles « qualité », qui constituent une dimension structurante du système, échappent bien sûr à l’automatisation. 

 

Le conditionnement

C’est la partie la plus visible de l’activité du centre, qui vise à transformer la réception de multiples composants tous soigneusement choisis pour les rassembler dans une boîte en carton et former les rations, après une série d’opérations en amont et en aval de façon à optimiser l’ensemble. Les objectifs sont identiques à ceux qui prévalent dans une entreprise en charge de logistique globale. L’atmosphère et l’efficacité du Centre également.

 

Outre le conditionnement, une phase très importante des missions de l’ESCAT est de « normaliser et de sécuriser  la sécurité alimentaire. A ce titre la normalisation qualité nous oblige à progresser. Elle nous tire vers le haut ». Il s’ensuit que des analyses fines sont effectuées par l’établissement pour s’assurer de celle-ci. Une attention spéciale  est apportée à l’emballage qui joue un rôle majeur, sachant que les conditions de portage en opérations peuvent être mouvementées.

 

Les composants

RCIR-CdC, Lt-Col Mousset, DrIls sont au nombre de 18. Leur diversité est grande. On trouve aussi bien des emballages souples en aluminium (le muesli, le potage), des boîtes de conserve pour les deux repas principaux, des sachets souples sous sur-emballage cellophane, une boite carton pour le réchaud métallique, des lingettes…Chaque élément possède ses dimensions propres et pour certains d’entre eux sont des produits de grande marque connue du grand public.

 

Les phases du processus robotisé

Il convient de commencer par l’arrivée des composants prêts à être mis en carton. Ils sont déjà donc tous conditionnés de façon définitive prêts à l’emploi.

1. Le centre s’occupe du conditionnement ainsi que de tout ce qui touche à cette phase, comme le contrôle par prélèvement aléatoire dans les palettes à la réception pour vérifier que la qualité est conforme à l’appel d’offres passé par le CESCOF ainsi que pendant et après le conditionnement des rations. Les marchandises reçues sont stockées dans l’entrepôt de réception, en attente des contrôles aléatoires obligatoires, et après validation, sont entreposées sur les différentes plate-formes de stockage en hauteur.     

 

2. Les marchandises sont stockées de façon à pouvoir être saisies facilement pour le remplissage des 4 gros robots IRB 6000 remplisseurs orange chargés par l’arrière. Ces robots sont disposés près de l’entrepôt jointif à la partie du bâtiment où est située la chaîne. Des chariots filoguidés effectuent les opérations de prélèvement des marchandises dans l’entrepôt et le chargement des robots.

        

3. Les éléments de la ration sont placés par d’autres robots plus petits (Adept) dans la boîte dans un ordre précis, sous peine de ne pouvoir y entrer. Un bon remplissage offre en effet le ratio le plus faible entre les formes et la somme des volumes des composants par rapport au volume intérieur du parallélépipède rectangle.

 

4. Un contrôle visuel « qualité » à vue se fait au sortir deRCIR- CdC, Chaîne robotisée des RCIR la phase de remplissage pour vérifier qu’il n’y a pas d’anomalie. Il s’ajoute à un contrôle informatique permanent effectué par des caméras de surveillance dont les informations, transmises  aux logiciels, sont visibles instantanément sur écran.

 

5. Chaque ration est placée dans un sachet cellophane soudé pour garantir son étanchéité en cas d’immersion ou de forte humidité. A l’issue de cette opération, elle doit être retournée afin de pouvoir l’emballer dans un carton de regroupement. C’est une idée « simple »,  au milieu de tous ces robots parfois compliqués, d’une des personnes travaillant sur la chaîne qui a permis de présenter les boites individuelles en biais de façon à ce qu’elles puissent être facilement saisis par le robot blanc de faible volume en charge de l’opération.

 

6.  Un contrôle aléatoire manuel de conformité et d’étanchéité se fait en maintenant sous pression une ration sous cellophane immergée dans un bac d’eau. Le sachet est étanche quand aucune trace d’eau n’est détectée sur le carton.             

 

7. Arrive le moment où la ration perd son individualité en étant placée dans un carton, à raison de 12 unités. Désormais l’unité comptabilisée est le carton mais pas pour longtemps. 

 

RCIR- CdC, Chaîne, Robot de chargement des cartons sur palette8. En effet c’est le carton qui maintenant fait l’objet d’une palettisation délicate. Le robot, chéri par l’ensemble de l’équipe de l’atelier, effectue des opérations délicates en disposant les cartons de façon croisée en longueur ou en largeur, afin d’imbriquer et de consolider la charge qui va subir un certain nombre de manipulations avant d’arriver à bon port. « S’il n’y  avait qu’un robot à garder, ce serait celui-là. C’est lui qui porte les plus lourdes charges et qui fait les opérations les plus compliquées », déclare le Lieutenant-Colonel Mousset au cours de la visite. Chaque palette porte 21 cartons.

 

9. La palette est solidifiée sous film de protection thermo-rétractable transparent ou noir selon les lieux de destinations, de façon à assurer la solidité de l’ensemble au cours des différentes phases du transport et d’entreposage. Le choix d’un film opaque s’explique par la nécessité de rendre le contenu invisible de l’extérieur, afin de ne pas encourager les tentations de vol pendant le transport. 

 

10. Les palettes sont stockées en attente RCIR- CdC, Chaîne, contrôle par une opératriced’enlèvement à des fins d’expédition aux destinataires des trois armées, la gendarmerie, les ministères, la sécurité civile, l’armée belge ainsi que d’autres armées étrangères alliées en cas de force internationale sur les théâtres d’opérations, après accord technique.

 Les rations seront ensuite envoyées, entreposées et consommées par les bénéficiaires partout dans le monde, sachant que « la ration peut être consommée aussi bien à Djibouti, qu’en Afghanistan ou aux Kerguelen ». Des retours d’expérience sont faits par le personnel de l’ESCA en OPEX auprès des régiments projetés.   

 

Quelques mots sur le personnel

L’encadrement du centre est assuré par Le Lieutenant-Colonel Mousset, assisté d’une petite équipe de personnel civil et militaire. Sous leurs ordres, des civils, hommes et femmes, assurent la totalité des opérations liées au conditionnement, telles que le contrôle, le rechargement manuel, s’il y a lieu, le suivi, l’entreposage… les différents types de contrôle. La traçabilité de l’ensemble des opérations s’effectue dans le cadre de la certification qualité. La maintenance des appareils et des robots occupe une place importante dans la qualité globale, grâce au recours de logiciels intégrés exigeants en compétences informatiques. « Les robots sont dépendants les uns des autres. Ils dialoguent entre eux ». Chaque année, trois à six étudiants en BTS Maintenance informatique Robotique peuvent ainsi découvrir le travail d’un établissement spécialisé comme l’ESCA et approfondir leurs connaissances.

 

Quelques chiffres

RCIR- CdC, Chaîne, opérateur en charge test d'étanchéité du sachet. 1993 Date de création

. 5 types différents de ration conditionnés sur place               

. 3 ans de durée de conservation des rations

 

. 11 000 rations/jour en production

. 1 750 000 RCIR en 2010 sans compter les autres rations

 

. Certification  AFAQ ISO 9001 version 2000 et Approbation NATO

. 4 500 prélèvements/an d’échantillons

. 45 000 analyses par le LCA (Laboratoire du Commissariat de l’Armée de Terre)

. 50 000 mises à l’étuvage des boîtages métalliques des conserves pour vérifier leur étanchéité

 

. Près de 900 000 RCIR distribuées par l’ESCA dans le monde, hors du territoire national au cours de l’année 2009-2010

 

. Transport par bateau et avion, selon l’urgence, avec RCIR- CdC, Entrepot, Jacqueline Bouet, cariste grande hauteuropérations de dédouanement comme pour toute autre marchandise de ce type. Le pré-acheminement se fait par transport routier sur le territoire français et le post-acheminement en s’adaptant à la situation locale. 

 

Pour suivre le chemin

. Ce billet (n° 2) fait suite à une entrevue avec M. le Lieutenant-Colonel Mousset à l’ESCA, suivie d’une visite du centre de conditionnement le 02.12.2010. Il est l’auteur des citations entre parenthèses. 

   

. Un premier billet est paru sur ce blog sous le titre de

  Manger dans l'armée française > Les RCIR ou rations de combat...

. Lorsque vous passerez devant l’établissement, pensez qu’il est connu dans le monde entier. 

L’ESCA est situé au 88, avenue Jean Boutton, 43130  Les Ponts de Cé, 02.41.96.67.04

. Quelques informations sur

http://www.defense.gouv.fr/terre/equipements/matériel-individuel-et-alimentation

. Un site Intranet, réservé aux militaires, figure désormais sur la RCIR. Il permet aux combattants d’être en contact direct avec le Centre pour transmettre remarques et questions éventuelles, www.emma.defense.ouv.fr/sca/index.php/soutien-homme

     

. Photo n° 1 avec le drapeau, Centre du Conditionnement, avec mes remerciements 

. Photos EP prises lors de la rencontre au Centre avec M. le Lieutenant-Colonel Mousset     

 

 

Commenter cet article