Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Laissez votre empreinte d'automne avec un Ballantine's de NIKO

8 Novembre 2009, 17:15pm

Publié par Elisabeth Poulain

C’est le challenge de Pernod Ricard pour continuer sa série commencée en 2007 intitulée « Laissez votre empreinte ». Le groupe, propriétaire de la maison Ballantine’s depuis 2006, a renouvelé la publicité et renforcé la promotion. Actuellement dans nos rues, de grandes affiches 3 x 4 marquent l’automne, avec une pub pour Ballantines signé par NIKÖ, ARTISTE, à goûter en automne près d’un chêne rouge qui n’a pas encore perdu ses feuilles forcément rouges quand vient l’automne.     

 

 

  

Pour suivre le chemin

. Photo EP un jour d’automne à Angers

. Le concept de 'laissez votre empreinte', qui est un peu compliqué pour du whisky, surfe sur la tendance de l'appropriation de la marque par le consommateur. C'est une façon de lui dire qu'entre Ballantines et lui, il n'y a pas de frontière.  C'est celui qui boit le Ballantine's qui fait et donc qui est la marque. Le problème est que le buveur n'ajoute pas sa touche personnelle.  
Je ne suis pas sûre que cela fonctionne avec cette série. C'est dommage parce que je trouve que le résultat artistique est vraiment réussi, avec un sacré bémol quand même: Dinny plombe la bouteille et Niko la casse.!
. Voir le site non réactualisé 
www.ballantines.com où l’aventure de Ballantine’s s’arrête en 2006

. Découvrir la sculpture de DYNNI en 2007 sur http://2.bp.blogspot.com/_6KFY_GGkxys/R10P1_tTFVI/AAAAAAAAAXQ/0Cyl6JK7_nI/s1600-h/Bal-Sculpteur.jpg

Commenter cet article

Claire 13/11/2009 13:48


effectivement, les affiches sont jolies, mais le massage est compliqué. cela ressemble plus à un mecenat.


Elisabeth Poulain 14/11/2009 09:53


Salut Claire. e suis tout à fait d'accord avec toi. C'est réussi graphiquement, mais le message n'est pas compréhensible. malgré tout ce que nous disent les publicitaires, on ne boit pas une
bouteille, qui là est détruite en plus. On boit le whisky. Si c'est pour nous dire que dans un cas, on boit du bois plombé et dans l'autre on s'éclate littéralement, je m'inquiète. Quant aux
artistes, ils sont si peu connus par ici, qu'on se demande si c'est en plus c'est vraiment du mécénat. Pernod Ricard fait souvent appel à des jeunes artistes pour valoriser son image.