Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

N comme Nana comme l'étranglement par le corset

31 Août 2010, 10:18am

Publié par Elisabeth Poulain

N = Nana = Corset 

Je sais bien que rien ne colle dans mon titre. C’est la raison pour laquelle je vous l’indique aussi en équation. Il est quand même fou de voir ce qu’on peut infliger au corps des femmes. Après avoir découvert le plaisir de faire du sport, après avoir acquis difficilement le droit de cacher leurs jambes en portant le pantalon, voici qu’en cette fin de première décade du 3ème millénaire, voici le retour du corset. Les lèvres sont pleines, les seins sont pigeonnants à souhait - de qui, on se le demande -, la ‘bimbolisation’ continue. Et le corset revient.

 

La dentelle ou l'éternel féminin 

Non pas de façon frontale, certes pas. Ce sBroderies-04641.jpgerait un peu dur quand même mais de façon détournée, comme toujours. Le moyen utilisé est la dentelle ; oui celle là-même qui obligeait des femmes pauvres à travailler près de la lumière du jour à réaliser des ouvrages d’une si grande finesse qu’elles s’en usaient littéralement les yeux. C’est bien pourquoi je hais la dentelle et que jamais, je n’irais dans un musée de la dentelle, fusse celui  d’Alençon très bien par ailleurs, de Calais qui a fait de la dentelle une Cité internationale ou de Caudry qui a nommé la place où est situé le musée, Place des Mantilles.  

 

Trois corsets du XX siècle

Ce que je sais, c’est qu’entre les trois, il y en a un qui choisit de mettre le corset à Corset, Calaisl’honneur sur sa plaquette publicitaire. J’ai sous les yeux trois modèles de corset, présentés toujours au nom de la finesse du travail des dentellières, un modèle ‘light’ qui va du dessous des seins à la taille de façon à avoir la taille fine. C’est un modèle rose et noir de Marcel Rochas de 1952. C’est bien l’objectif souhaité, faire ressortir les seins et arrondir les hanches à la façon d’un pichet pour une meilleure prise en main ! Le modèle n° 2 va du dessus des seins jusqu’à la culotte bien couvrante comprise. Cette fois-ci, c’est Christian Dior qui signe cet ensemble ‘Star’ (1996). Le troisième est le plus enveloppant : il maintient  les seins et couvre les hanches, au-dessus de la culotte. Raffinement : on peut y fixer les bas, sans lesquels une femme bien née ne pouvait sortir. De la même façon qu’elle devait attacher ses cheveux, mettre un chapeau dessus et enfiler ses gants. Ouf, y avait-il encore un peu de peau nue ?. Oui, le visage sous le maquillage. On sait ce qu’il en est pour certaines femmes en 2010 dans certaines régions du monde.

 

Un autre corset pour aujourd'hui

Mais il y plus, mieux, je ne saurais dire. C’est le Corset, Delhaize, Bruxelles, Papier toilettedernier corset que j’ai à vous présenter. Il est violet sur fond blanc. Il présente très peu de dentelle, si ce n’est aux bords du corset. Il se présente comme une véritable armature de guerre, avec des tiges rigides pour accentuer une cambrure qui ne saurait sans elles exister au-dessus et au-dessous. Une véritable horreur, qui me fait frémir. C’est du papier toilette que l’on trouve en vente actuellement chez Delhaize à Bruxelles. Quel humour ravageur !

 

Ca donne vraiment envie d’aller aux toilettes ! Mais si vous n’aimez pas ça, petite nature que vous êtes, vous avez le choix. Il y a aussi du papier avec des araignées dessus. Pourquoi pas ? 

 

Pour suivre le chemin

. Voir la différenciation des corsets pour femme au fil des âges, pour tenir le dos droit ou faire ressortir les fesses vers l'arrière, avec beaucoup de modèles, sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Corset

. A Alençon, voir  http://www.ville-alencon.fr/alencon.asp?idpage=10703&id=25691&tp=

. A Calais, la Cité internationale de la dentelle et de la mode, 25 rue Richelieu, 62100 Calais, www.musee.calais.fr

. A Caudry, le Musée Dentelles et Broderies, Place des Mantilles, 59540 Caudry

www.museedentelle-caudry@wanadoo.fr

.  Photos n° 1 et 2 Cité internationale de la dentelle et de la mode, EP pour la n° 3 de Delhaize.    

Commenter cet article