En quelques mots...

Elisabeth Poulain
Elisabeth Poulain est docteur en droit et a longtemps exercé dans l'enseignement supérieur et la recherche sur les questions de commerce, de marketing et d'enjeux internationaux. Auteur de nombreux ouvrages, elle choisit de porter un regard analytique sur le système qui nous environne, en montrant les liens de connexion qui le sous-tendent.

Les Habits du Vin

Samedi 13 mars 2010 6 13 /03 /Mars /2010 17:11

Blog 2010.03.05 012-copie-1C’est une drôle d’histoire, triste aussi, un peu, beaucoup, comme toujours. Il y a déjà eu des précédents célèbres, chez des voisins, en Chine, il y a bien longtemps. C’était au temps où le délice des délices consistait à bander le pied des petites filles de façon à en bloquer la croissance. Des pieds atrophiés de 15 cm de long au maximum, cassés, mutilés qui ne leur permettaient pas de marcher.  Comme on entrave les pattes des chameaux le soir pour les empêcher de partir trop loin chercher l’herbe rare dans le Désert des Désert en Arabie Saoudite. Pour les femmes, c’est un peu la même chose : il suffit de brider la marche pour les empêcher de penser à autre chose qu’à leurs pieds.

 

La couleur peau

La souffrance en moins, et encore, c’était ce à quoi j’ai pensé en voyant M, le supplément Luxe du Monde, qui doit être encore un peu plus grand que celui des Echos dont il a copié et le style et le sens. L’article mode est consacré aux styles Grains de Peau pour vanter la couleur chair sur chair des modèles présentés. Mais le concept va beaucoup Blog 2010.03.05 011plus loin si non ce ne serait ni drôle, ni nouveau. Un drôle à comprendre que ce ne serait pas si étrange que cela. Or il faut faire du frappant, du symbolique, du limite sadisme pour montrer qu’on est « in ».

 

Le pied, la cheville

Pour cela, une idée est de partir du pied chaussé de chaussures improbables, avec des talons de 10cm de haut, en métal ultra-fin, avec des semelles compensées de 5-6cm d’épaisseur de quoi se tordre 10 fois la cheville à marcher sur un trottoir. D’autres pieds, toujours des talons mais cette fois-ci avec des chaînes qui traînent à terre, pour le bruit et le symbole. Elles relient le talon à l’arrière de la semelle. Des liens entravent la cheville comme autant d’attaches très visibles. Ils sont lâches pour mieux mettre en valeur la soumission de celle qui les porte.

 

La courbure

Des talons à tuer, des semelles à se tordre, des chaînes à rappeler le bruit des forçats qu’on embarquait à Marseille pour la Guyane, il y a peu encore, pfuitt, on a déjà tout vu, le talon est un peu plus haut et puis, puis rien. Alors il faut faire plus. 

 

Blog 2010.03.05 010L’idée est de remonter et d’arriver à faire entrer tout le corps dans la chaussure en jouant sur la ligne globale renforcée par la matière peau sur peau et la couleur chair.  Vous prenez des bottillons atroces qui fixent le pied en position la plus verticale possible. Il est impossible de dérouler la jambe, de faire jouer la flexibilité de la cheville et d’apposer le pied en douceur. La seule façon de « marcher » serait de sautiller jambes tendues. 

 

La prison de pied

Ces prisons de pied sont bombées sur l’arrière et bombées sur l’avant, le pied étant quasiment à la verticale dedans. Vous, le photographe, vous allez demander au mannequin de reproduire avec son corps la double courbure de façon à ce que la jambe gauche pliée à la hauteur du genou s’inscrive dans un  S qui commence au sol et change de direction à la hauteur du genou, en repartant vers l’arrière. Ce S se poursuit en partie haute avec le dos rond de la nana et remonte ensuite jusqu’à la tête.

 

En jouant avec le pied, vous avez conçu un nouvel être qui ne peut plus marcher et dont l’ombre est d’un sadisme achevé qui donne le frisson: c’est un cintre composé pour le tiers inférieur par ces fameux bottillons. 

 

Pour suivre le chemin

Supplément Le Monde 09, février 2010  

             

Par Elisabeth Poulain - Publié dans : Style de vie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Images Aléatoires

  • Vin de Cahors, La femme à la langue
  • Blog 2010.12.10 016
  • Place La Rochefoucault, Entre deux platanes, la Cathédrale
  • Poses, Maisons
  • Bordeaux-2010.05.29 183
  • Parc Desjardins-Allée des Pavillons-Portillon 266
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés