Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

N comme Nana > La Parisienne selon Kiraz & Co

13 Mai 2011, 08:38am

Publié par Elisabeth Poulain

Disons-le clairement, même quand on est ou a été une parisienne, on sait

 

Kiraz-les Parisiennes-d3930i84568h155313

 

qu'on n'est pas LA Parisienne avec des majuscules partout. Parce que la vraie parisienne est réaliste et qu’elle n’a pas la grosse tête, surtout pas. Elle est seulement un tout petit peu vantarde ; elle se sent toujours à la pointe de la mode, en avance sur les autres, quitte à faire la mode ou plutôt à être la mode.  

 

La Parisienne selon Kiraz

Ce célèbre dessinateur a remis chaque semaine pendant 28 ans un de ses dessins à Jours de France sur le thème de l’éternel féminin ré-inventé par lui pour Paris. Il en a fait son égérie, au point encore maintenant d’avoir créé un archétype indémodable. On continue à citer « La Parisienne », en français dans le texte, pour désigner une femme élégante, un peu piquante, distante et pourtant toujours avec de l’humour et … beaucoup d’intelligence. Outre ces traits de caractères, elle a aussi de longues jambes, une silhouette à faire « se damner un saint », des traits fins et un air si sophistiqué  qu’elle en parait naturelle. Et en plus, elle parle. Bref elle a tout pour plaire d’abord aux femmes, sans déplaire du tout aux hommes, qui aimeraient bien en rencontrer beaucoup des comme elle. 

 

Kiraz et ses Parisiennes. 20063930i84565h155241

 

L’homme

Il fallait pour créer cette Parisienne un francophile amoureux de la France, comme l’était Kiraz, cet artiste né au Caire en 1923 doué d’une grande sensibilité, d’un œil vif et d’un trait de crayon qui ressemble à ses créatures de sa création, fin, élégant et doté de beaucoup d’humour. Il n’y a jamais rien de vulgaire chez Kiraz, au point que ses Parisiennes n’ont absolument pas vieillies, presque comme lui d’ailleurs qui vient de se voir remettre la médaille de la ville de Paris.  Il y a toujours une Parisienne de Kiraz dans chaque Elégante à Paris, qu’elle soit parisienne ou pas d’ailleurs. C’est aussi ça l’aura de Paris. 

 

La Parisienne selon les Grands Magasins

Elle a été choisie de longue date comme ambassadrice de la mode par le Printemps et les Galeries Lafayette qui effectuent une grande partie de leur chiffres d’affaires avec la clientèle étrangère de passage à Paris pour le tourisme et/ou pour affaires ou dans les filiales à l’étranger du Printemps. L’image de la Parisienne fine et élégante s’impose d’elle-même.

 

La Parisienne, Le Printemps, Paris

 

Encore aujourd’hui ces deux grands groupes continuent à ancrer leurs visuels publicitaires sur ces Elégantes qui ne doivent pas souvent prendre le métro pour gagner leur train de banlieue et faire des courses pour le dîner du soir.

 

Les Parisiennes de Paris

Elles aiment cette présentation qui donne d’elles même une image si flatteuse, trop flatteuse bien sûr pour être vraie. Comme toutes les images qui durent, celle-ci n’aurait pu s’ancrer à ce point dans une réalité fantasmée, si elles n’avaient pas rencontré l’adhésion de toutes les intéressées et de tous les autres, les professionnels, créateurs, couturiers, bijoutiers, hôteliers…, qui travaillent sur et avec l’image de Paris. Chacune d’entre elles et d’entre eux contribue chaque jour à vitaliser cette image d’une Parisienne, une femme à nulle autre pareille.  

 

Et celles d’un jour

C’en est au point que les épouses des hommes d’affaires étrangers ne voient

 

La Parisienne, Le Printemps, Paris, 2011

 

 jamais partir leur mari en voyage d’affaires à Paris sans un pincement au cœur. L’une d’elle, anglaise,  m’a ainsi dit qu’elle n’accompagnait jamais son mari dans ses réunions de travail hors du pays, à l’exception de Paris. Dans ce cas-là, elle vient avec à chaque fois avec lui avec autant de plaisir. C’est aussi pour cela, que les colloques pour ces hommes d’affaires venus de d’Europe ou des Etats-Unis sont spécialement courus quand ils se tiennent à Paris. Des « Ladies’ programmes » sont organisés avec au menu le matin  des visites du Marais, du Centre Pompidou, à midi un déjeuner dans un grand restaurant et l’après-midi des visites au choix  de grands magasins, grands couturiers, maroquiniers, bijoutiers… 

 

Histoire de voir de plus près ces fameuses Parisiennes pour essayer de percer leur secret et de s’acheter aussi... un sac Vuitton qui semble réellement un des musts de la découverte de  Paris par ces charmantes touristes venues d’ailleurs.       

 

Pour suivre le chemin

. Retrouver Kiraz sur le site Au feminin.Com sur http://www.joyce.fr/mag/culture/d3930/x21695.html

. Connaître l’histoire du Printemps sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Printemps_(grands_magasins)

. Et celle des Galeries Lafayette sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Galeries_Lafayette_Haussmann

. Photos EP

Commenter cet article