Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Nuits de feux et de couleurs à Chantilly

9 Juillet 2008, 15:34pm

Publié par Elisabeth Poulain

Le ciel est immense, très clair vers 19 heures ; il se fonce petit à petit pour devenir bleu-noir vers 23h. Il fait alors très sombre. C’est ce que nous attendons depuis quelques heures, sans impatience. C’est la première surprise de cette soirée, le calme de cette foule paisible et ordonnée.  

 Sassetot, Normandie, 08.06.15 012

 

 

  Sassetot, Normandie, 08.06.15 030

  

  

  La nuit, c’est d’abord elle que nous avons attendue. Il fait frais, il y a un peu d’air qui circule entre le château, les tribunes et le canal perpendiculaire au Grand Canal devant lequel nous sommes assis par terre, avec quelques dizaines de milliers de personnes, face à la zone de tir, qui par précaution est située de l’autre coté de ce Grande Canal.  

Nous ensuite, qui formons le public de quelques 60 à 70 000 personnes qui sont venues aux trois soirées consacrées à ce concours européen de pyrotechnie dont voici la 16è édition.  

 

La pyrotechnie est l’art de maîtriser les feux d’artifices. Un ensemble de techniques qui est à la fois très ancien, très lointain puisqu’il remonte à l’Empire de la Chine, très contemporain et très proche avec la sophistication des moyens actuels. Cette maîtrise du feu est associée à la précision des tirs, l’innovation des matériels, les techniques nouvelles comme le laser, qui peuvent s’intercaler entre deux mises à feu,  et aussi et surtout la connaissance des poudres nécessaires à l’obtention d’effets lumineux dans le ciel. 

 

Feu d'artifices, Chantilly, Château 

 

Le feu est au cœur de la magie de la nuit des 12, 13 et 14 juin 2008. C’est un feu de plaisir et de surprise, qui fascine tout autant que l’éclair de l’orage mais sans la peur qui depuis des milliers d’années constitue la crainte la plus ancrée dans le cœur des femmes et des hommes où que ce soit dans le monde.  

 

Chantilly est à la fois une ville charmante, un château et un parc incomparable que le Duc d’Aumale à léguer à l’Institut de France afin de servir au développement de l’art et de la culture. Le château et le parc sont situés au cœur d’une forêt domaniale.  

 

L’implantation du château, entouré d’eau, est si complexe qu’on comprend qu’il a fallu tenir compte de nombreuses contraintes. Autant Versailles se lit relativement facilement, autant Chantilly doit se déchiffrer lentement. Les installations provisoires arrivent à se fondre dans le décor grâce surtout à la foule calme et joyeuse. L’atmosphère est paisible et fraîche.   

 

Le parc s’est ouvert à 20 heures, pas une minute avant ni une minute après. Avec tout de suite quelque chose de remarquable, la discipline de la foule qui est entrée sans se presser devant les grilles d’honneur. Impossible par exemple aussi de passer avec une boîte de bière à la main. 

 

Feu d'artifices, Chantilly, Château 

 

La logistique est impressionnante en particulier pour la maîtrise des flux de centaines de car, le meilleur moyen de venir et les dizaines de milliers de voiture qui doivent pouvoir accéder au château par des routes forestières, sans avoir la possibilité de se garer n’importe où et pouvoir  trouver des parkings pas trop éloignés de l’entrée du parc. C’est une véritable gageure. J’ai été très impressionnée par la qualité d’écoulement des flux et le calme de cette foule immense qui a montré une capacité d’auto-organisation, qui a été pour moi, une révélation.  

 

L’approche du parc se fait à pied par un beau soleil, avec déjà des groupes à pique-niquer au pied de leur car ou sur la grande pelouse qui face aux grilles d’honneur. Nous sommes tous priés de repérer les lieux, ce qui se révèlera plus facile à dire qu’à faire, malgré le plan que nous avons à la main. Le noir de la nuit ne facilite pas les choses. Rien ne ressemble plus à votre parking de cars que celui qui est à coté mais un peu plus loin.  

 

L’installation des touristes se fait à leur choix, sauf évidemment pour ceux qui ont une réservation dans les tribunes ou le Carré d’or. Il y a deux catégories de personnes, celles  qui n’ont rien emporté avec elles ou quasi-rien (comme nous, 1 coussin à fesses et 1 imper + 1 chapeau) et d’autres perfectionnistes, ceux-là. Devant nous, une famille avec matelas pneumatiques, couvertures, oreillers, jumelles et tout ce qu’il faut pour une restauration rapide lors de la tombée de la nuit.  

 

La logistique encore et cette fois-ci individuelle ou par petit groupe consiste à s’installer par terre en délimitant un espace minimaliste réservé sur cette grande esplanade dont le sol pierreux  fait très vite mal au postérieur quelles que soient les positions. Là aussi, une étonnante constatation : les Français de Chantilly sont merveilleusement capables de s’auto-gérer, en ayant individuellement une vue d’ensemble de ces milliers de personnes qui vont venir s’asseoir tout près d’eux, sans désordre, sans stress et sans trouble. Chaque petit groupe prend soin de se mettre en ligne en laissant un petit espace à titre d’allée dans le sens de la longueur. De grandes allées perpendiculaires se sont faites naturellement, comme un damier très circulant.   

 

Feu d'artifices, Chantilly, Château 

 

Nous, nous sommes clairement à classer dans les débutantes un peu naïves qui n’avions pour seul viatique que le pique-nique et le coussin. Pas de toile imperméable à poser sur le sol, trop peu pour assouplir un peu le contact sol/corps, des gamines en un mot.  

 

Nos voisins du car ont découpé pour nous de grands sacs plastiques pour nous protéger de l’humidité et de la poussière de craie. Ils nous ont aussi offerts de quoi compléter notre pique nique et en particulier de magnifiques gâteaux.  

 

Les concurrents, au nombre de 3, sont
-        l’Argentin Gaston Gallo, société Fuegos Jupiter,
-        les Français Daniel Saint-Léger et Jean Charles Audoubert, société Pyrozone
-        les Portugais Fernando Macedo et Carlos Alvez, société Macedo’s Pirotechnica.  

 

Le thème du concours est de figurer les peintures du ciel en 14 mn, avec 2mn de musique de Ravel (Daphnis et Chloé) imposées. Le meilleur est désigné par un vote du jury complété par le choix du public à l’applaudimètre. 

 

La musique, d’une grande diversité, est au service de la couleur, des figures  et des enchaînements. Ce qu’on retient, c’est la grande difficulté à jouer avec la musique sans recourir tout de suite à ce qui va être le plus frappant, le plus sonnant, le plus éblouissant. L’équipe française a certainement de ce point de vue là joué la carte de la mesure et de la finesse.  

 

L’abondance de sensations visuelles et auditives est telle qu’on en retient parfois seulement l’odeur de la poudre qui s’élève dans la nuit au fur et à mesure du déroulement de cette longue soirée. Plusieurs fois, dans la nuit on se surprend à se dire qu’il n’est pas possible d’aller plus loin dans le son, la couleur et le bruit des canons à feu. Il faut bien dire qu’on en sort un peu groggy.  

 

Le commentaire été assuré par Stéphane Bern qui a eu quelque mal à se coordonner et vice et versa avec son conseiller technique. Vu l’ambiance bon enfant, ce n’était pas ce duo incertain qui aurait pu nous gâcher la fête. 

 

Feu d'artifices, Chantilly, Château 

 

Les résultats montrent la diversité des nationalités des concepteurs et des artificiers gagnants :

. le 12 juin, Joseph Couturier de la société Jacques Couturier Organisation pour le prix du web (France)   ainsi que la Société Pyrotecnia Igual (Espagne)  pour le prix du Public et le prix spécial du Jury ; 

. le 13 juin, Christian Czech de la société Pyrovision (Autriche) ) pour le prix du Web  et le prix du Public :

. le 14 juin, Gaston Gallo de la société Fuegos Jupiter (Argentine)  pour le prix du Web, Prix du Public et Prix spécial du Jury ainsi que Christian Czech de la société Pyrovision (Autriche)  pour le Bouquet d'Or 2008.

 

La sortie s’est faîte lentement, sans hâte excessive, avec notre groupe en contournant cette fois-ci le château éclairé devant les douves, pour atteindre la porte B. Un peu de marche à pied dans la nuit fraîche nous a fait le plus grand bien. Nous avons retrouvé la chaleur du car avec grand plaisir.

 

Le retour en car s’est fait en douceur. Les cars avaient en effet priorité par rapport aux voitures pour quitter le lieu. Une impressionnante équipe de gendarmes a assuré la venue et le départ de Chantilly jusqu’à 3h du matin. Pour diversifier les circuits empruntés, le car s’est trouvé parfois en sens inverse des voitures bloquées en pleine nuit dans des embouteillages programmés et annoncés. Impressionnant quand cela se passe en pleine forêt.

 

Le saut dans le lit, je ne sais plus trop à quelle heure, vers 4 h du mat, peut être, s’est fait avec grand plaisir.

 

Le sommeil a été immédiat.

 

Le souvenir très présent dans le corps des bruits de canon et d’éclatement des lumières a duré plusieurs jours.

 

Feu d'artifices, Chantilly, Château 

Pour suivre le chemin

Chantilly est une très charmante ville, ville princière, et aussi capitale du cheval. Son maire est Eric Woreth, le ministre du Budget : www.chantilly-tourisme.com

Le château et le parc de Chantilly forment un ensemble tout à fait remarquable. Plus intime que Versailles, il est aussi plus secret. Ses collections font parties des trésors culturels de la France : www.domainedechantilly.com

Voir aussi www.oisetourisme.com 

. Le spectacle pyrotechnique est à voir sur www.nuitsdefeu.com ainsi que sur www.youtube.com

. Vous trouvez des informations très intéressantes sur la grande entreprise française de pyrotechnie qu’est la société Lacroix-Ruggieri qui organisait déjà des spectacles de feu d’artifices pour le roi Louis XV à Versailles. Pierre et Gaëtan Ruggieri étaient artificiers du roi ; Gaëtan est devenu ensuite celui du roi Georges 2 d’Angleterre. La société a déjà participé aux Nuits de Feu. Elle est la seule compagnie au monde à être certifiée ISO 9001 en matière de qualité pyrotechnique. Lacroix-Ruggieri offre une palette de 800 coloris, qui vont de l’or et l’argent toujours très à la mode surtout en France, aux couleurs vives, en passant par les pastels. Vous pouvez-même acheter des feux sur leur site : www.lacroix-ruggieri.com

Commenter cet article