Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Paysages de Loire > Le Château de Chinon entre Vienne & Vins de Chinon

23 Mars 2014, 16:51pm

Publié par Elisabeth Poulain

 

La forteresse de Chinon. C’est plutôt ainsi que l’on doit appeler le Château de Chinon. Le premier terme à portée défensive est plus exact. Le second relève plutôt de l’univers d’une Loire où il faisait bon vivre aux siècles passés de la royauté, quand le roi se déplaçait de château en château pour visiter ses provinces avec son mobilier, ses serviteurs, sa vaisselle…le temps d’organiser de belles fêtes avant de repartir. Cela a été une réalité effective mais pas forcément d’ailleurs celle de Chinon très marquée par sa dimension militaire entre Anjou et Angleterre.

    Chinon-chateau-plaquette-route vallée des rois

Pourtant la dénomination de château est quasiment toujours privilégiée par les auteurs et les communicants du tourisme et du vin. Deux autres raisons s’ajoutent à la première, sa visibilité du bas de la rivière en lien avec la ville de Chinon blottie à ses pieds et en haut la force de sa silhouette graphique datant du Moyen-Age.

A Chinon, Il y a tout, toute la Loire telle qu’on l’imagine, la ville associée au château avec en partenaire inséparable la vigne et le vin. L’eau est celle de la Vienne qui se jette dans la Loire à Candes-Saint Martin à quelques kilomètres au nord-ouest de la ville. Celle-ci a su garder son cœur ancien habité, ses rues étroites, ses anciennes maisons maintenant rénovées, avec ses commerces toujours très actifs en plus de bars à vins et de nombreux restaurants. En guise de « cerise sur le gâteau », le château sur un éperon rocheux, au sommet du coteau pentu, a bénéficié il y a quelques années seulement d’un gros chantier de rénovation de façon à lui redonner vie. Pendant trop longtemps, il ne restait plus que des murs rendus à l’état de ruines. La vue superbe d’en haut ne compensait pas totalement la frustration de ne plus sentir vraiment la présence du château.

Chinon-de-château-Pkobel-2010-wikipedia

C’est la vue du château pris d’en bas, dans l’île de Tours sur la Vienne, qui est le plus souvent choisie pour identifier le vignoble de Chinon, en raison de l’étirement de la muraille et des tours sur la crête qui domine la ville. D’en bas et surtout l’hiver, avec un peu de recul légèrement en amont du pont qui traverse la Vienne, on peut admirer les différents plans-séquences, avec la rivière, les arbres plantés sur les quais, les maisons puis la vieille ville, la roche de tuffeau de Touraine de la falaise  et la forteresse elle-même, en ses différentes composantes. La vue d’hiver est parfois préférée parce que la masse compacte du feuillage des arbres poussant près de l'eau ne dissimule pas les maisons des quais et permet de mieux comprendre la composition des murs d’enceinte et des tours du haut.  

Ce sont trois châteaux de Chinon, que l’on désigne sous l’appellation générique du château de Chinon. On distingue à l’est - à droite sur la photo - la Tour de l’Horloge, le Fort du Coudray à l’ouest - à gauche -, le Donjon à droite du Fort du Coudray et le Château du Milieu entre les deux extrémités. A cette énumération, il manque une quatrième partie tout à l’ouest, séparée par une rue qui monte raide, c’est feu le Fort Saint-Georges qui a maintenant disparu.  

Chinon-forteresse-royal-côté ouest

Toujours d’en bas, mais cette fois-ci placé en aval du pont sur la rivière ou dans l’île, une autre vue est aussi utilisée mais moins fréquemment dans la mesure où l’on ne voit pas le déroulé des murs d’enceintes et des tours. Seul ressort vraiment le fort du Coudray à l’ouest. C’est ce qu’on peut voir sur cette gravure originale sur bois, « Les ruines du château », signée Ferdinand Dubreuil qui a accentué la force et le pointu des tours, en jouant aussi sur leur reflet dans l’eau de la rivière.

Chinon-Ferdinand-Dubreuil-gravure-sur-bois

La mise en avant du caractère royal de la forteresse. C’est ce qui ressort surtout maintenant de façon à renforcer le prestige du site et sa place prééminente dans l’histoire de la France et de l’Angleterre, une façon certaine de renforcer l’attrait de Chinon particulièrement pour les touristes anglais et de faire la différence d’avec les autres grands châteaux de la Loire plus dédiés au plaisir.   

Tout autant que ces caractéristiques indéniables qui font que seul Chinon dispose d’une telle forteresse qui a maintenant repris des formes et de la force grâce à un très gros chantier de restauration du patrimoine, les vins de Chinon ont su pendant des décades utiliser le « Buvez toujours, ne Mourrez jamais » de Rabelais. Les campagnes actuelles initialisées au niveau européen pour apprendre à mieux conduire ses façons de se nourrir et de boire ont certainement accentué le vieillissement du charme de cet adage qui a connu un pic de notoriété réel avec le développement de la société de consommation.

 Chinon-forteresse-royal-cliché-rapproché    

C’est maintenant le lien avec le vignoble qui apparaît en plus de celui qui existe depuis très longtemps avec les vins de Chinon.        

. Le lien avec les ouvrages sur les vins de Chinon. C’est tout autant la position du château que sa silhouette qui épouse le modelé de la crête qui intéresse ceux qui choisissent les photos dans les ouvrages sur les vins de Chinon. On va trouver des variantes entre ceux qui prennent toute la crête ou une partie seulement, la vision de l’Est ou plutôt de l’Ouest, l’automne ou l’hiver quand les feuilles sont tombées ou plutôt l’été quand il fait beau  parce qu’il s’agit d’attirer les touristes au moment le plus agréable dans la vallée de la Vienne et plus largement de la Loire. Une petite revue de détail montre les positionnements adoptés par les auteurs.    

« Vins de Loire » de Jasper Morris traduit en français (1989) consacre une demi-page couleurs à une vue du château l’été quand le sable se découvre en Vienne. Le commentaire rappelle que « Chinon est célèbre pour son château, pour Jeanne d’Arc qui eut sa première entrevue avec Charles VII, pour Rabelais et pour son excellent vin rouge issu du Cabernet franc. »

Chinon-vigne-Couly-Dutheil

L’ouvrage de François Midavaine sur les vins de Chinon (1995) dans la collection « Le Grand Bernard des Vins de France » utilise ainsi par quatre fois la photo du château de Chinon, une fois avec la Tour de l’Horloge en couverture, la Tour de Coudray, une double page sur les ruines à sa droite, sur la Tour de l’Horloge vue de la Vallée et une pleine page du château pris de la rivière l’été. Il faut attendre la page 144 pour que le vignoble fasse son apparition en lien direct avec le château vu cette fois-ci et pour la première fois vu de l’arrière en lien direct avec la vigne du « Clos de l’Echo », la parcelle close de murs certainement la plus célèbre du vignoble de Chinon et celle qui a l’honneur de figurer dans wikipedia. 

L’ouvrage de Robert Joseph  « French Wines » (1999) montre par trois fois le château de Chinon  par le château d’abord face à la rivière, le vignoble coté est avec la Tour de l’Horloge et enfin à nouveau le Clos de l’Echo Couly-Dutheil avec la maison de maître. 

« Les vins de Loire » de Rolf Bichsel (1999) dans la collection Vinoteca, traduit en français en 2001, commence par parler du fleuve en citant Rabelais, le créateur de Gargantua qui réclama dès sa naissance « A boyre, à boyre ». Il est plus axé sur la vigne en montrant l’arrière du château.   

Chinon-vins-domaine-beauséjour    

. Le lien avec les étiquettes de vins de Chinon. Force est de constater qu’à beaucoup faire usage de l’image du château pour l’associer au tourisme et aux vins de Chinon en général, peu de vignerons l’utilisent en propre sur leurs étiquettes de vins par crainte vraisemblablement d’affaiblir leur identité en la diluant dans l’identité collective. Comme toujours, il y a des exceptions à cette quasi-règle.   

La plus ancienne et la plus célèbre est assurément celle du Chinon du Domaine de Beauséjour à Panzoult, propriété de Gérard Chauveau, vigneron, architecte DPLG-urbaniste, créateur du domaine et qui avait conçu et dessiné lui-même l’étiquette. Marie-Claude Chauveau, son épouse, assure maintenant la direction du domaine et des chambres d’hôtes avec leur fils David en charge  de la vinification.

Un autre exemple, récent celui-là, est celui de l’étiquette contemporaine très réussie de la Maison Couly-Dutheil pour son Chinon rosé dédié à René Couly. Le château apparaît en gris léger avec une pointe de rosé sur l’étiquette à fond noir avec des mentions plutôt blanches où seul le terme de Rosé apparaît effectivement en rose. Cette étiquette est vraisemblablement une des retombées de la grande opération de communication lancée il y a quelques années pour faire connaître à son tour le Rosé de Chinon.  

Chinon-rosé-René-Couly-Couly-Dutheil

Et bientôt, le 26 avril 2014,  ce sera toute la ville de Chinon qui accueillera les vignerons de Chinon…Une affaire à suivre.  

Pour suivre le chemin

. Découvrir l’essentiel à savoir sur la rivière Vienne sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Vienne_(rivi%C3%A8re_fran%C3%A7aise)

. Sur l’importance de la Loire, en tant qu’agent géologique, consulter l’intéressante revue du BRGM pour une terre durable, n° 12, décembre 2010 et plus spécialement l’article « La Loire, de la carrière au monument » par Daniel Prigent, avec d’excellentes photos dont une prise l’hiver du Château de Chinon en page 32, d.prigent@cg49.fr   

. L’histoire du château sur http://www.forteressechinon.fr/fr/editorial/17/histoire-de-la-forteresse et sur  http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Chinon

. Sur le déroulé de l’histoire du château de Chinon avec un plan et des vues aériennes voir le site très détaillé de http://jean-francois.mangin.pagesperso-orange.fr/capetiens/fenetres_filles/chateau_chinon.htm

. Voir aussi et surtout la ville de Chinon sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Chinon avec deux excellents panoramiques, l’un pris de la rivière vers le château de Pkobel 2010 et l’autre vu d’en haut sur la ville et la rivière de Sirud 2013.

Chinon-forteresse-royal-cliché-soir-d'été-frc3

. Pour admirer les photos et plus sur le site du Cg37 http://www.cg37.fr/competences/culture-patrimoine/le-patrimoine/monuments-et-musees-departementaux/ .

. Sur le Val de Loire – UNESCO dont fait partie Chinon  http://www.valdeloire.org/

.  http://coulydutheil-chinon.com/vins-couly/Le-Clos-de-l-Echo-127.html et voir aussi http://coulydutheil-chinon.com/vins-couly/Rose-Rene-Couly-135.html

.  http://www.domainedebeausejour.com/fr/vins/

. « Grands et Petits Vins de France », avec une préface de Jean Carmet, de François Collombet et Jean-Paul Paireault, Hatier 1992, pour retrouver en particulier la bouteille de Gérard Chauveau du Domaine de Beauséjour.   

. Gravure originale sur bois « Les ruines du château » de Ferdinand Dubreuil signée F. Dubreuil et imprimée D.F sur le côté droit, Collection « Angers » Elisabeth Poulain

Chinon ville-from tower-château

. Voir aussi « Les plus belles promenades du patrimoine en France » de France Loisirs (1996), en page 114, la promenade 62 « Au royaume de Gargantua » avec un cliché d’hiver du château « dominant la Loire ». L’auteur non dénommé n’est pas le seul à faire cette erreur : Chinon est bien situé sur la Vienne dans la Vallée de la Loire, mais pas sur la Loire.  C’est bien une des complications géographiques du recours au concept très large de « Vallée de la Loire ».

. Consulter aussi l'ouvrage qui a gardé son charme de 1999 "Douceur et tendresse de Loire" de Jacques Puisais aux Editions l'Araignée avec en particulier des clichés "Couly" très intéressants et dont l'originalité de la prise de vues a été utilisée ensuite par d'autres.  

. 26 avril 2014, à voir sur  http://www.chinon.com/news.aspx?ID=103&cat=A

. Photos avec mes remerciements aux différents contributeurs, en particulier le Conseil général 37 d'Indre et Loire, la famille Couly qui a une belle collection de  clichés sur son vignoble et les photographes de Wikipedia.          

Commenter cet article