Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Pub > Quand M et Mme Lavazza prennent un café

5 Janvier 2011, 09:27am

Publié par Elisabeth Poulain

C’est bien sûr un expresso Lavazza pour tous les deux et en même temps. Une opération terriblement compliquée, comme vous allez le constater. D’abord une piqûre de rappel : Lavazza est une marque de café très connue en Italie. Chaque année, la marque demande à un grand photographe de composer un calendrier avec six photos. En 2003, elle a fait appel à Jean-Baptiste Mondino pour illustrer le thème choisi « Exprimez-vous » en français. C’est plus marrant et plus vrai en anglais : le site dédié parle de « expresso and glamour ».

 

Lui, Don Lavazzo, est nu, au moins en haut. Il a huilé son torse et son dos, ce qui vous en conviendrez est drôlement compliqué.  En plus d’avoir de beaux muscles, il faut s’être épilé, avoir le crâne à nu et les épaules suffisamment mobiles pour se mettre de l’huile dans le dos, pour bien accrocher la lumière pour la photo. Ensuite il faut se coller sur son dos cinq tasses, une dans le cou et trois sur la tête pour avoir une crête de coq, bien en ligne.

 

  Lavazza, photo Jean-Baptiste Mondino, 2003

 

Je ne connais qu’un seul procédé : c’est le coup des ventouses. Un truc atroce quand on voit ça, enfant. Vous prenez une tasse, enflammez un coton dedans et retournez vite sur la peau. En brûlant le coton supprime l’oxygène et la tasse ou le verre reste collé à la peau un petit bout de temps. Evidemment quand vous enlevez les ventouses, la peau est rouge de rouge, tant le sang a afflué à la surface de la peau. Ca doit faire un beau dessin d’indien, vu de dos.  Je crains que la tête n’aime pas de trop, mais bon, que ne fait-on pas au nom de la pub.

 

  Lavazza, photo Jean-Baptiste Mondino, 2003

 

Elle, Donna Lavazza, est nue également, du moins on le suppose. Pour le glamour, ça aide bien sûr, sauf qu’elle est dans un bain de café jusqu’aux seins. On ne voit qu’une seul tasse, accrochée à son oreille gauche. On peut supposer qu’elle en a une autre à l’autre oreille pour éviter un profond déséquilibre. Elle se trouve si bien dans son jus où elle mijote qu’elle en ferme les yeux de plaisir. Elle ne nous jette pas un sale œil comme Don L. Je pense qu’elle aurait du mal à tourner la tête vers nous. Elle porte une crête de 24 cuillères à café, alternativement présentées face creuse et face bombée alternées, avec suprême chic, une cuillère coté creux sur le front pour la finition. Du coup, je viens de vérifier : lui a aussi une cuillère devant sur son front, cette fois-ci c’est la manche qui ressort. Quelle finesse, vraiment ! Trop, c’est vraiment beaucoup de trop.

 

Alors, vous comprenez combien il leur est difficile de boire un café ensemble. Il faut qu’elle sorte du bain et que lui ou elle accepte de se défaire de deux tasses, avec chacun une cuillère. Celle du front ou une cuillère pour deux. Sans parler de faire ce fameux café, parce qu’aller remplir sa tasse dans la baignoire, euh, franchement non, avec toutes les crèmes qu’elle a sur la peau. Même pour un Lavazza…  

   

Pour suivre le chemin

. Photos publicitaires de « Lavazza, le café favori des Italiens »

. http://www.lavazza.com/corporate/fr/

   

. Retrouver tous les calendriers de la marque, sur

  http://www.capsulecafe.com/calendrier-lavazza-2009.php

   

. J’ai adoré la photo du mois de juin d’Annie Leibowitz  qui vaut  son pesant de spaghettis. J’en ris encore. Je vous la présente dans le billet qui suit

N = Nana = Annie Leibowitz = Mme Lavazza dans son bain de spaghettis  

 

. Voir le site officiel du photographe Jean-Baptiste Mondino

http://www.mondino-update.net/index.php?page=1

. Et lire quelques infos sur lui http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Mondino

 

 . Photos EP                 

Commenter cet article