Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Pub Trash > Des assiettes à faire peur

22 Février 2010, 09:40am

Publié par Elisabeth Poulain

Trash en langage courant ‘français’ est un adjectif qui désigne un côté répugnant, malsain et qui fait peur aussi. La publicité anglo-saxonne aime bien jouer avec nos peurs profondes. Parvenue à un haut degré de saturation publicitaire, notre société, selon certains publicitaires, n’est plus capable d’apprécier les idées fines, le double degré, l’allusion ou les mots mis en phrase tout simplement. Dans ces conditions, ces publicitaires estiment comme relevant de leur devoir social de nous enfoncer leur message à coup de massue dans le crâne, quitte à nous laisser KO par terre. Pas grave, selon eux, l’objectif publicitaire est atteint, l’idée est passée, quitte à nous faire ressembler à un champ de mines après l’explosion des mines.

 

Pourquoi tant de noirceur ? Mais parce que c’est fait pour. Pourtant ce type de communication n’était pas fréquent dans notre culture même si elle emprunte chaque jour des éléments à d’autres cultures. Voyez déjà les paquets de cigarettes en Belgique ; nous allons avoir le même type d’avertissement sanitaire réglementaire très bientôt.  C’est bon pour nous, ça secoue. D’autant plus que c’est pour notre bien alors que fumer tue. Ca, ça ne tue pas mais pour secouer, ça secoue au point que l’image reste collée dans la rétine.                                                                                           
 

La recette ? Vous prenez une assiette blanche à liseré bleu, Blog 2010.02.01 011-copie-1

Blog 2010.02.01 010-copie-1















. l’une s’appelle Afrique de l’Ouest, garni avec un méli-mélo de récoltes familiales contaminées aux pesticides, avec un crâne humain dedans,

     . l’autre Afrique subsaharienne, est une photo de cette même assiette entourée de fil de fer pour nous servir un ragoût de terres confisquées aux arômes de corruption.  

 

Les deux assiettes sont posées sur de la terre fine caillouteuse et le tout est une publicité faite maison par la CCFD Terre solidaire dans le cadre de sa campagne « On ne nous fera plus avaler que la faim est une fatalité ». Avec une adresse, pour connaître « les recettes du scandale sur www.ccfd-terresolidaire.org »  

 

Pour suivre le chemin

. Le Monde, 14 et 15 octobre 2009.

. Quand vous vous rendez sur le site du CCFD, vous tombez tout de suite sur la page « donnez en ligne, c’est plus simple ». Eh oui, c’est bien ce que laissait entendre cette pub.

 

. Le problème de la spoliation des terres à cultures vivrières dont sont dépossédés les paysans et les consommateurs sur place est un vrai problème. Maintenant mondial, il est renforcé par la co-existence de trois phénomènes :

. l’absence de statut juridique de la terre (cas en Ukraine et en Chine en particulier)  qui exacerbe la main mise sans droit de clans puissants,

. l’appétit de consommation en Occident relayé de grands groupes agro-alimentaires mondiaux,

. et par l’absence de véritables réglementations protectrices des droits tant des petits producteurs et consommateurs locaux ainsi que dans les pays occidentaux.   
Rappellons que cette dérive existait déjà il y a 40 en Amérique centrale où de grandes compagnies nord-américaines avaient chassé les paysans qui travaillaient la terre pour y planter des bananeraies, avec l'accord des gouvernements en place.           

Commenter cet article

bazire 22/02/2010 12:09



Effectivement ces images sont un peu dures mais le CCFD-Terre Solidaire s'attache à tourjours créer un message qui fait aussi appel à l'intelligence (ici, la recette écrite sur l'assiette). On ne
s'amuse pas à choquer pour choquer. Attirer l'attention, oui, puis s'adresser à l'intelligence. Ce que vous mettez en valeur en développant l'analuyse sur la question du foncier notamment.
Concernant la remarque de fin sur notre page de don en ligne, je précise que cette campagne n'est pas une campagne d'appel au don mais de sensibilisation au problème de la faim dans le monde. La
page "don en ligne" est bien sûre toujours activée mais aucun élément de cette campagne ne renvoie explicitement au don.
Merci pour l'intérêt que vous portez à notre travail.
Cordialement,
Yann Bazire



Elisabeth Poulain 22/02/2010 18:21


Je comprends votre raisonnement. Ceci dit, je n'approuve pas l'usage d'images aussi fortes même pour une bonne cause. Les Indiens de certaines tribus aux Etats-Unis ont gagné leurs procès pour
"récupérer" des crânes et ossements appartenant à leurs Anciens montrés dans des musées. Quant au fil de fer barbelé, une invention nord-américaine, pour montrer l'appropriation des terres aux
Etst-Unis, il évoque pour moi les camps de concentration.

Ce sont là deux raisons qui suffisent pour qu"on ne fasse pas de pub avec ces symboles.
Les barbelés en plus ont récemment fait l'objet d'une publicité qui a eu beaucoup d'impact: on y voit une bouteille de vin dont le corps est ceint de plusieurs "couronnes" de barbelés,  ceci
pour dénoncer l'oppression réglementaire pesant sur le vin en France.

Avec des valeurs comme celles que vous défendez, il faut être encore plus attentif à faire de la "bonne" communication et à mon avis, certainement pas du "trash". Cordialement à vous, Elisabeth
Poulain