Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Regarder les autres pour se voir soi > Les vacances aux Etats-Unis

12 Septembre 2011, 17:49pm

Publié par Elisabeth Poulain

Une nouvelle série interculturelle

C’est par les Etats-Unis que commence cette nouvelle chronique fondée sur nos façons de vivre, en dégageant les différences avec ce que nous connaissons nous ici en France. Il ne s’agit pas surtout de porter un jugement en disant  « voyez, ceci est bien, ceci ne l’est pas » dans un mode de pensée binaire qui schématise les situation en les déformant. Il s’agit plutôt de jouer avec le miroir en disant « regarde le et vois en quoi tu lui ressembles ».

 

La France a toujours été plurielle. Il n’existe pas une identité nationale, au contraire d’un drapeau ou d’un chant national. Percevoir la différence est un des objectifs de « Regarder les autres pour se voir soi ». 

 Rouge, Coca Cola sur classeur

 

Une interrogation en double miroir

Précisons d’emblée qu’il ne s’agit pas de répertorier l’ensemble des usages  et façons de vivre des différentes communautés de toutes les catégories. Pour ce faire, il faudrait pour chaque thème disposer d’une vie entière ou au moins d’une étude sociologique très affinée, tel n’est pas  mon propos. Il ‘agit pour moi  de sélectionner des façons d’être et de vivre à l’étranger ou ici en partant d’articles et de connaissances personnelles  pour dégager ce que cela dit de nous. Cette matière humaine parle et nous révèle beaucoup, d’abord sur nous .

 

Il s’agit d’un travail en double miroir, avec au fond toujours cette interrogation « pourquoi sommes nous étonnés, que les autres soient différents ? » .    

 

Le choix du thème des vacances

Le premier thème porte sur les vacances dont vous connaissez l’attachement si français non seulement pour le plaisir d’y être justement (en vacances) mais aussi et tout autant comme marqueur du positionnement sociétal d’une personne ou d’une famille.

 

La date des congés payés est connue de tous, 1936, presque autant que la guerre de 1940. On en parle encore comme d’une évolution majeure de la société. Evoquer cette date fait ressortir en France des photos le Libération par exemple montrant la ruée vers la mer avec la tente sur le porte-bagage du vélo. C’est aussi le cas de Wikipedia qui comporte trois photos des ces premières vacances populaires, comme on ne dit plus aujourd’hui. Le symbole identitaire des vacances reste incroyablement fort dans notre société.

 

Mais voyons d’abord ce qui se passe aux EUAN dont le Fair Labour Standarts Act – l’équivalent de notre droit du travail -  ne comporte pas de clause incluant  le paiement par l’employeur des jours de vacances, des jours fériés et des absences pour cause de maladie . A chacun ou chaque syndicat de négocier des accords en ce sens.  

 Graphisme-aleatoire-2008.5.JPG

Le travail, une responsabilité individuelle

Les vacances, en tant que telles, ne sont pas considérées, comme un élément d’équilibre absolument essentiel à une personne dans notre vision annuelle du temps. Une des raisons très certainement provient de l’héritage transmis par les Pionniers. La survie tant de l’individu que du groupe face à l’inconnu ou l’adversité vient de leur activité ensemble et de leur capacité à faire plus et mieux. Il y a à la fois un engagement face à la communauté et une responsabilité individuelle, chacun à sa place et si celle-ci ne convient, à chercher par ses initiatives une place meilleure. C’est le moment de rappeler la fameuse citation de JF Kennedy « ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, mais demande toi ce que tu peux faire pour ton pays ».  

 

Dans cette optique, les vacances pourraient être considérées comme un retrait égoïste par rapport à la société. Une façon de lutter contre cette déviation de nature à menacer la force du groupe est d’occuper son temps pendant les vacances de façon utile directement pour les autres dans le cadre de fonctions bénévoles par exemple ou de stages d’apprentissage et de vie en groupe, ceci aussi pour les plus jeunes.      

 

Le travail en faveur de la communauté

En lien avec ce positionnement, il faut citer la relation avec la religion qui constitue un élément structurant très fort. Encore maintenant, surtout en dehors des grandes villes, on vous demande de quelle religion vous êtes, ou plutôt pour les Américains à quelle église vous êtes rattaché, d’où l’importance en particulier du dimanche. Consacrer une journée à Dieu est une ardente nécessité, vitale pour la communauté, en plus de ce qu’il incombe de faire à chacun en tant que membre tout au long de la semaine.  L’incidence sur les vacances est forte : comment pourrait-on compter sur des gens qui sont tout le temps partis ?

 AMBD-expo-Lille-dessins-bol.jpg

Le travail dans la famille

C’est là également qu’intervient la répartition du travail au sein des couples : en schématisant et toujours en dehors des grandes villes, à l’homme le travail plein pot et à la femme le soin de la famille, de la maison et des relations avec la communauté. Il est frappant de constater dans ce domaine aussi combien le travail personnel intra-domestique est encouragé. Il est très peu fait appel à du personnel extérieur régulier, en particulier aux femmes de ménage salariées. En cas de surcharge de travail, on se tourne vers ses voisins ou des prestataires qui interviennent ponctuellement. A charge de revanche avec les voisins…  

 

Outre ce positionnement de chacun dans le groupe en terme d’appartenance à un espace dédié et de temps disponible, les vacances posent la question du lieu d’occupation de ce temps pas si libre au sein du couple ou de la famille.

 

Les vacances à la maison

C’est la question entre le lieu de vacances et les vacances qui est posée : passe-t-on (vraiment) des vacances à la maison ? Les vacances n’impliquent-elles pas qu’il soit nécessaire de partit pour être en vacances ? A rester chez soi, les vacances deviennent dés lors  un temps individualisé, que certains occupent à faire chez eux ce qu’ils n’ont pas le temps de faire à un autre moment, du bricolage en particulier.           

 

Le fait que les Etats-Unis sont un Etat fédéral a une incidence également sur la vision portée sur les vacances, non plus dans leur durée quantitative cette fois-ci  mais comme élément de repère spatial. L’espace américain n’est pas rythmé par un moment fort des déplacements estivaux notamment, perceptibles par tous. Les vacances ne sont pas repérables à grande échelle, vues de l’extérieur et même de l’intérieur, hors des endroits clairement à vocation touristique.

 

Des moments de temps autres, plutôt que des vacances

Ce manque de visibilité est accru par le fractionnement des vacances qui se prennent le plus souvent  en plusieurs fois, à la manière de week-end prolongé. Les Américains ne sont que 14% à prendre leurs deux semaines de vacances de façon continue. La discontinuité des jours de vacances a une incidence sur la nature des vacances, le type d’activités et leur lieu de déroulement. Ce qui est sûr c’est que flemmarder n’est pas positif, lézarder au soleil non plus. Par contre entraîner son corps, faire de l’exercice sont de bonnes choses, à condition que ces pratiques ne soient pas prises sur le travail.

 Le passage du temps

Les vacances

On en vient à se demander ce qu’elles sont. Quand elles sont courtes, on parlera plutôt de week-end si elles sont placées en fin de semaine, de loisirs autrement. Quand elles ont lieu l’été, de camp pour les jeunes, de break familial quand la famille se réunit ou de séjour de courte durée dans un ailleurs propice à la détente. Liées aux grandes fêtes, comme Noël, le Nouvel An, l’Independance Day le 4 juillet, le terme de vacances est plus difficile à utiliser.

 

Aller à la plage à ne rien faire quand on est au bord de la mer pas forcément une idée spontanée. A la retraite, il n’est pas rare de voir les couples seniors vendre la maison familiale  liée à leur travail pour partir dans des logements adaptés. Ils sont considérés alors comme des vacanciers de longue durée. La possession d’une résidence secondaire ne résout pas la question des vacances puisque y aller est considéré comme normal. C’est plutôt rare dans la classe moyenne. Par ailleurs, les jeunes sont encouragés à voler de leurs propres ailes, quitte à s’endetter lourdement pour faire leurs études et se lancer dans la vie. La poursuite des relations familiales une fois les jeunes devenus des adultes est peut être moins fréquente. Disons plus finement que tout dépend des communautés.  

 

Les vacances et le vide

La difficulté à définir ce que sont les vacances fait appel à la notion de vacance, de vide comme on parle de vacance de pouvoir en Belgique qui ne dispose pas d’un gouvernement fédéral depuis plus d’un an. Est-on « vacant » quand on ne travaille pas ? Certainement pas quand on est son propre patron, une situation plus valorisante qu'en France. Le cas des salariés varie aussi selon les situations, le niveau de responsabilités, le secteur économique, le lieu, le moment…L’énumération n’est pas exhaustive. Cette notion de vacance dans le sens de vide est en plus terriblement réducteur en particulier pour une grande partie des femmes qui exercent  en fait trois sortes de métier, leur profession, la gestion de la maison et la prise en charge des enfants. Elles sont 80% à travailler à l'extérieur de la famille (73% en France).

 

Une dernière remarque s’impose. Vouloir toujours définir les choses par un statut, du quantitatif qui se traduit en monnaie sonnante et trébuchante,  des déplacements en terme de kilomètres et d’exotisme…, repérable par les autres est franchement désuet.  

 Magritte-Maison-M--rue-Essehheim-135-Bruxelles.jpg

Quelques questions liées

. Quand donc avons-nous le temps de lire, de penser, de faire des recherches pour avancer ?

. Pourquoi faudrait-il absolument toujours partir ?

. De quel vide s’agit-il ? …

        

Pour suivre le chemin

. Sur les vacances à la maison, voir

http://veilletourisme.ca/2008/07/08/les-%C2%ABstaycations%C2%BB-ou-des-vacances-a-la-maison%E2%80%A6/

. Sur la différence de la situation des femmes au travail aux Etats-Unis et en France

http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/dtravail/WP2007-07.pdf

. Sur un tourisme autrement, voir le cahier de recherche du Crédoc, décembre 2009, n° 269, « Le tourisme durable à l’étranger ou la possibilité d’un autre voyage », sur

http://www.credoc.fr/pdf/Rech/C269.pdf

. La citation de JFK sur http://www.lecercledescitoyensfrancais.info/article-e-65881930.html

. Photos EP     

 

 

Commenter cet article