Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Samedi matin, des arbres tête en bas, à l'étang Saint-Nicolas, Angers

3 Octobre 2010, 17:08pm

Publié par Elisabeth Poulain

Avec ce titre, vous savez déjà à peu près tout ce dont je vais vous parler.

Il s’agit d’une histoire d’arbres, un peu bizarres, car ils ont la tête en bas, tout en étant parfaitement normaux. En plus, ils sont de toute beauté.

 

Blog-2010.09.22-108---Copie.JPG Angers agglo, Lac Saint-Nicolas

L’étang Saint-Nicolas 

Il faut dire que le site l’est tout autant. Il a vraiment tout pour plaire. Situé en pleine ville, il encadre l’étang qui a pris le nom de l’abbaye qui a été érigée au Xe siècle à l’intention des moines sur ordre d’un certain Foulque Nerra, un grand violent, défenseur de l’Anjou. L’abbaye, construite sur une colline de schiste noire, dominant la vallée de la Maine, ferme la partie basse de l’étang. Ce qu’on sait moins, c’est qu’une petite rivière, le Brionneau, le traverse de part en part.  

Le Brionneau, les moulins et les poissons

Lors de la construction de l’abbaye, Foulques  Nerra fit élargir le ruisseau et créa une retenue de façon à former un bassin au pied de l’abbaye pour alimenter plusieurs  moulins à moudre le grain. Ce bassin servait également de vivier aux poissons dont se nourrissaient les moines, qui n’oublièrent pas non plus de planter de la vigne sur leur coteau plein sud devant l’abbaye. L’eau, le pain, le poisson et le vin ont été les bonnes fées qui se sont penchées sur le berceau de l’étang Saint-Nicolas. 

 

Blog-2010.09.22-107-copie-1.JPG 

Angers agglo, Lac Saint-Nicolas

 

L’ardoise et l’arbre

Puis l’étang s’est agrandi au fil de l’extension des sites d’extraction de schistes. Les ardoises servirent en particulier à édifier le château d’Angers distant de quelques kilomètres seulement. Les carrières d’ardoises se développèrent au fil des siècles à Avrillé et dans la partie limitrophe d’Angers. Et l’étang s’est allongé d’autant. C’est la raison pour laquelle on parle d’un étang artificiel alors que ce ruban d’eau de 4 kilomètres de long offre des paysages d’une très forte naturalité, proche de la nature! On est en plus en pleine forêt ! 

Les arbres entre parcs et forêt

L’étang se niche dans un parcours très heurté de rives escarpées qui s’articulent autour de cinq coudes à angles droits. Depuis 1936, il est classé au titre des « sites et monuments naturels de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque ». Il s’inscrit également dans le schéma de la trame verte et bleue qui quadrille l’agglomération d’Angers. Il est entièrement entouré de bois, plus à tendance ‘parc’ dans la partie proche de la rue Saint-Jacques d’Angers et plus à caractère de forêt dans la partie amont de l’étang sur la commune d’Avrillé en rive gauche, dans le fond sur la commune de Beaucouzé  et d’Angers en rive droite. 

Les arbres la tête en bas

Blog-2010.09.22-106---Copie.JPG

 Angers agglo, Lac Saint-Nicolas

Ils se reflètent dans l’eau du lac, vu du côté du Parc de Belle-Beille à Angers, le samedi précédant l’automne quand la lumière de l’après-midi est encore forte et fine, avant la tombée des feuilles. De l’autre rive, l’inverse ne serait pas possible, en raison de la position du soleil, même très tôt le matin. L’escarpement de la rive bordée de ces arbres est tel que le soleil ne frappe pas directement le côté de l’étang près de Belle-Beille. 

La disparition de la rivière

Désormais, il n’y a plus de retenue ni de moulins en bas de l’étang. Les poissons - et les cygnes qui vivent là – sont présents dés lors qu’il y a de l’eau. La partie nord de l’étang est laissée à l’état de retour à la nature et la vase qui colonise ses fonds se repeuple d’espèces endogènes tant végétales qu’animales. C’est un essai de reconstitution de grandes vasières protégées par la situation escarpée des rives, livrées aux seuls marcheurs.

 

Le bas de l’étang a été comblé avec les débris de l’usine Bull, au pied de l’Abbaye Saint-Nicolas. Dorénavant le Brionneau plonge dans un tunnel qui passe sous un grand carrefour qui mène à gauche vers le Château et à droite vers l’avenue Patton. La rivière réapparaît quelques centaines de mètres plus loin, sans que son nom soit indiqué, dans le Parc de Balzac qui même à la Maine, qui elle-même se jette dans la Loire quelques kilomètres plus loin. Au fil des siècles, les chemins de l’eau ne sont pas toujours visibles ni prévisibles.  

Les noms du parc

Angers agglo, Lac Saint-Nicolas

L’étang Saint-Nicolas eut une histoire mouvementée ; il fut d’abord un lieu de travail pour les meuniers, les pêcheurs, les ouvriers agricoles, tout autant qu’un lieu de méditation pour les religieux. Au fil, des siècles, il passa entre plusieurs mains et fut vendu comme bien national à différents propriétaires, dont les religieuses du Bon Pasteur et la famille de Farcy…Actuellement les trois communes d’Angers, d’Avrillé et de Beaucouzé veillent sur le sort de l’étang, sans qu’elles aient cherché ou réussi à trouver un nom commun à cet exemple unique de 112 hectares dont 30 sont occupés par l’étang. Il en résulte une série d’appellations différentes qui se succèdent au long des rives.

 

En partant du bas de la rue Saint-Jacques, on entre dans                                                                                              les Parcs Saint-Nicolas Blog-2010.09.22-097-copie-1.JPG(au pluriel) qui inclut le Parc

Saint-Nicolas proprement dit (au pied de l’abbaye). Le promeneur traverse ensuite le Parc des Garennes qui est fermé le soir car il contient des animaux que viennent voir les enfants. Puis on atteint le Parc des Carrières en limite d’Angers et d’Avrillé. On accède ensuite au Parc de la Haye, du nom d’un lieu-dit situé un peu plus loin. La commune d’Avrillé vient de le débaptiser pour l’appeler le Parc du Brionneau. Le fond de l’étang n’a pas de nom particulier. Puis revenant par l’autre rive, on entre dans le Parc de Belle-Beille comme il est indiqué sur les panneaux sur place mais sans que cette dénomination ne figure sur les cartes officielles ou commerciales de la ville. 

Le ‘Lac Saint-Nicolas’

Et  le terme d’étang ? Alors oui, devant tant d’incertitude  quant au nom de cet étang, il me vient un doute profondément dérangeant : comment peut-on appeler un étang, une étendue d’eau de 30 hectares, alors qu’un étang selon Wikipedia ne peut couvrir au maximum que 5 000 m2, soit un ½ hectare ? Pourquoi ne pas hésiter à lui reconnaître franchement son statut de lac ? Parce que c’est bien ce qu’il est. Comment aurait-on pu y construire trois moulins si l’eau n’avait été vive ? Bien sûr maintenant le courant du Brionneau n’apparaît pas vraiment dans le Lac Saint-Nicolas. L’eau n'y bouge pas beaucoup, tout comme au Lac de Maine proche. La raison en est aussi que les retenues d’eau tant en bas du lac que dans la Maine ont profondément modifiées l’hydrographie locale. 

Pour découvrir les sentiers du ‘Lac Saint-Nicolas’

. Lire, sur le sujet, la très bonne chronique de Sylvain Bertoldi, Conservateur des Archives d’Angers, parue dans « « Vivre à Angers » mai 2007. Certainement le meilleur connaisseur de l’histoire d’Angers et de l’Anjou, il a écrit d’excellents ouvrages de référence, comme « L’Anjou, Confluences d’Histoire », Gal’Art Edition,

http://www.angers.fr/decouvrir-angers/histoire-d-angers/chroniques-historiques/pour-s-informer/lecon-d-histoire-dans-un-parc-saint-nicolas/

 

. Dans une version plus courte, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tang_Saint-Nicolas

. Retrouver Foulques III, Comte d’Anjou de 987 à 1040,  http://fr.wikipedia.org/wiki/Foulque_III_d'Anjou

. Consulter également la brochure sur les parcs de l’agglomération d’Angers http://www.angersloiremetropole.fr/fileadmin/Image_Archive/Internet/infos_pratiques/cadre_vie_environnement_log/cadre_de_vie/parcs_communautaires/guide_parcs_communautaires.pdf

. Pourquoi ce titre ? Parce qu’on marche sur la tête !

. Photos Elisabeth Poulain, à retrouver dans l'album "Paysages".

Commenter cet article