Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Savourer la Loire à la Guinguette des Tourbillons, La Possonnière (49)

16 Juillet 2010, 09:54am

Publié par Elisabeth Poulain

S’arrêter au bord de Loire, pour se restaurer de façon simple, chaleureuse et bonne, sans se ruiner, face à des paysages d’une très grande beauté, au soleil du début de l’été, quand la Loire a encore beaucoup d’eau, est un vrai plaisir, plus rare qu’on ne le pense. Chacun sait combien il est difficile de trouver « LE » bon endroit réunissant toutes ces conditions d’apparente simplicité, au moment où on le veut, proche de l’eau pour une fois accessible, sans souci pour garer sa voiture. Pour l’ombre, il y a déjà des places sous les arbres, mais pas toutes. Soyez un peu patient. 

La guinguette ‘Les Tourbillons’ 

La Possonniere, le port, la guinguette Aux Tourbillons

 

Il doit bien sûr y avoir un jeu de mots. Chacun sait que la Loire n’est jamais sage, sous ses aspects de grande beauté. L’eau y est toujours vivante, allante, tourbillonnante, avec un fort courant dans le chenal  et des effets de contre-courant sur les bords. Ces fameux tourbillons s’appellent alors des « marmites » qui n’ont rien de particulièrement sympathiques pour les kayakistes. Ce peuvent être aussi les tourbillons de la vie et plus sûrement ceux de la danse, qu’on y pratique les vendredis et samedis soirs à la Possonnière. Les Tourbillons est le nom de la guinguette qui se trouve là depuis 1998, sept ans avant l’aménagement du port.

 

Encore une preuve que rien ne vaut un restaurant pour tester du pouvoir d’attractivité d’un endroit. Certains penseraient plutôt à d’abord tracer le cadre et ensuite implanter la guinguette. La municipalité de La Possonnière a choisi avec raison de faire l’inverse.    

 

Une histoire, un rêve, une rencontre

 La Possonniere, le port, la guinguette Aux Tourbillons

Il est vrai que cette guinguette est l’histoire d’une rencontre et d’un rêve d’enfance. La rencontre s’est faite avec la municipalité, quand Elisabeth Kret, dite Babé, restauratrice, a trouvé l’endroit, avec sa cousine, Hélène Grimault. Toutes deux ont cherché pendant un an, un endroit près de la Loire,  qui corresponde à leurs rêves d’enfant, pour y créer une guinguette, avec l'aide de la mairie et de leur équipe. 

 

Cela fait 13 ans déjà que Babé Kret et Hélène Grimault ont ouvert ce restaurant qui fait une cuisine « bistrot » avec des produits locaux et des vins de Loire bien sûr, ceux de cette Loire si proche. « En 13 ans, me dit Babé, les gens qui viennent n’ont pas changé. Ils sont sympas, détendus.  Ce sont des couples, des gens seuls, des familles, de tous les âges… Tout est fait pour les accueillir de la façon la plus naturelle, afin qu’ils se sentent bien, tout simplement. Il n’y a, chez nous, ni congélateur, ni micro-onde. Ce qui explique, et c’est écrit sur les menus qui font office de set de table, qu’ils vont devoir un peu attendre que le plat se fasse, sous leurs yeux» dans la toute petite cuisine très fonctionnelle, ouverte, forcément, sur la terrasse et la Loire.

   

L’équipe

Les Tourbillons sont une double affaire d’équipe, entre les deux cousines d’abord, et avec l’équipe des cinq personnes qui chaque jour font tourner la guinguette. Outre Babé qui veille à tout, il y a Perrine à la cuisine, Delphine, Emilie et Anthony en terrasse, car on ne peut pas dire en salle. Il n'y en a pas. Le choix d’une cuisine élaborée avec des produits frais fait aussi que Babé a tissé autour d’elle un double réseau de producteurs locaux et de vignerons proches. La cuisine reflète cLa Possonniere, le port, la guinguette Aux Tourbillonset ancrage local.  

               

La carte

Elle est tri-partite, avec à gauche, ce qui est « à manger », au milieu les vins « à déguster » et à droite, les autres boissons « à boire ».

 

. Petite faim, visez les tartines au fromage, avec une tartine gabarre, une salade, une soupette froide (courgettes + crème crue + curry), des rillettes Angèle au maquereau fumé…  

. Adeptes de l’assiette, vous choisirez la Morice (avec andouillettes + frites + salade + tomate…), l’Angevine (avec rillauds + sauce cyriloise + frites + salade + tomate), la Chalonnaise avec des filets de canard marinées aux épices ++…

. Si la saison et l’arrivage vous sont favorables, une friture d’anguilles sauvages avec l’accompagnement. 

 

Tous les producteurs sont cités sur la carte avec Plumejeau de La Pommeray, L’Anguille argentée de Montjean sur Loire, La Boulangerie Bressin de La Possonnière, le Gaec de La Thau à Montjean sur Loire, la Charcuterie Bertaud de Chalonnes, les Légumes Fièvre de Saint-Georges et le Gaec de la Blanchetière de Belligné.

   

A déguster les vins des vignerons du coin

La Possonniere, le port, la guinguette Aux Tourbillons

On y retrouve, au verre pour certains, en demi-bouteille et à la bouteille, des vins de vignerons bien connus. Citons en rouge David Lecomte de Passavant, Les copains d’abord avec le Groslot des Ménard (Rablay sur Layon), Alain Boré du Fresche  à la Pommeraye, les Frères Richou de Mozé sur Louet pour un Anjou-Village Brissac et un vin un peu ‘rare’ en Anjou le Cheverny rouge de Philippe Tessier.

 

En blanc,  un Pinot gris de Alain Boré, un Muscadet Sèvre et Maine sur Lie de Chistophe Maillard du Pallet, des Anjou blancs secs de David Lecomte et Patrick Baudoin, un Saumur blanc de Guillaume Reynouard et deux Savennières, celui de Sylvie Termeau (Moulin de Chauvigné situé sur la rive gauche, au dessus de Chalonnes) et Madame Laroche (Domaine aux Moines).

 La Possonniere, le port, la guinguette Aux Tourbillons

En rosé, deux Rosé de Loire  de Sylvie Termeau et de Jean-Marc Renaud (Château de la Franchaie, le seul vigneron de La Possonnière) et le Cabernet d’Anjou de David Lecomte.

 

Bien sûr, la carte ne saurait oublier, en moelleux, le Coteaux du Layon de Sylvie Termeau et l’Anjou Côteaux de la Loire d’Alain Boré, en Crémant et Crémant rosé, ceux du Château de Passavant.

   

Un paysage global

Récapitulons : devant vous, autour de vous, la Loire, dans un endroit à la fois intime et d’une très grand amplitude, entouré de personnes aimables, avec des vacanciers détendus, en train de manger non pas du pain banal, mais du pain de la Possonnière juste derrière vous dans le village, avec un rosé de la Loire de Sylvie Termeau, dont la vigne est en face sur l’autre rive sur le coteau, près de son moulin, mangeant de l’anguille de Montjean, un peu plus loin sur la rive gauche…Un véritable tour de Loire, assis-e sur chaise et tout ça, rien qu’en allant à la guinguette de Babé, Hélène et leur équipe…Vous pouvez tout aussi bien choisir de rester sur cette rive droite, en mangeant du fromage de chèvre et un Savennières.

 

Pour suivre le chemin

. Lire le précédent billet qui porte sur le cadre tout à fait exceptionnel du petit port de la Possonnière, dont le nom n’a rien à voir avec le poisson, mais avec le posson, une mesure de vin  qui contenait 180 litres de vin. On retrouve ce terme en amont dans la Vallée de la Loire ; on parle de poinçon à Blois (228 litres), en Touraine (230 à 250 litres)…

 

La Possonniere, le port, coté Loire, avec bateau et kayak 

Admirer la Loire au port de La Possonnière (49), France      

 

. A La Possonnière, prendre le chemin du camping, garer  la voiture au parking en face et faire les quelques mètres restant à pied, vous y serez : 02 41 72 66 66

. Les coordonnées de tous les producteurs sont portées sur la carte qui sert de set de table.

. La Guinguette est référencée dans divers ouvrages et sites, à voir dans le Guide du Routard, Géoguide, le Petit Fûté… sur Facebook aussi

http://www.facebook.com/group.php?gid=95866065097

. Photos Elisabeth Poulain

Commenter cet article