Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Style de Pub > La naissance de Fleur de Lampaul > Jean-Olivier Héron

6 Mars 2013, 18:01pm

Publié par Elisabeth Poulain

Fleur de Lampaul est le nom d’un bateau de charge à voiles construit en 1947-1948.  Il a arrêté de naviguer en 1974. Après avoir  a été laissé à l’abandon en 1983, il a ensuite été classé monument historique en 1987. Cette inscription n’est pas arrivée par hasard. Elle est allé de pair avec tout un travail fait en amont  par une poignée de personnes organisées en association  qui veillent à sauvegarder ces patrimoines du monde de la mer. Parmi eux des sponsors qui ont permis d’amorcer et/ou de prolonger l’aventure, pour ce bateau de transport de matières premières ou de marchandises. Fleur de Lampaul a transporté beaucoup de sable, aussi parfois des primeurs de Roscoff. Mais sa notoriété n’a vraiment commencé que dans sa seconde vie après 1985 quand il est devenu voilier-école pour des enfants. Il a trouvé à ce moment-là sa vocation pédagogique qu’il ne va plus quitter.

Fleur de Lampaul 002 Un de ses sponsors a été Fleury-Michon, une grande entreprise vendéenne de l’Agro-Alimentaire de Pouzauges. Dans le cadre de son partenariat avec l’équipe en charge du projet, celle-ci  a fait appel à Jean-Olivier Héron, un dessinateur pour mettre en valeur le savoir-faire humain, le monde de la mer avec ses vagues terrifiantes et le monde animal représenté en particulier par une baleine et plusieurs dauphins qui vont se transformer en Fleur de Lampaul  par la magie du vent. A  l’avant du navire, trois enfants regardent des dauphins les précéder en plongeant sous leurs yeux.

Fleur de Lampaul 005 

« Comment naissent les bateaux » est le titre du dessin en format inhabituel, comme il est indiqué dessous C’est la planche 12 faite par l’artiste en 1994. Nous n’en saurons pas plus, ni de la part de l’entreprise, ni par le dessinateur, si ce n’est que le dessin entre dans sa série des « Comment naissent les bateaux ». Dans des deux autres dessins de la série vus sur le Net, à chaque fois le bateau toutes voiles dehors résulte d’une série de mutations animalières présentées  en séquences de plus en plus grandes, la dernière étant la résultante de toutes les phases précédentes.

Fleur de Lampaul 006 

Et c’est ainsi que « pour faire une Fleur de Lampaul, (vous) prenez une queue de baleine et (vous) mettez un dauphin sur le dos », laissez le vent gonfler la voile et partez !  Comme toujours ou presque derrière un dessin, il y a une histoire dont ne se surgissent quelques années après que quelques faits, comme pour un bateau dont on voit que le visible. Ici, ce qui m’a intéressé, outre la finesse du dessin, c’est le rendu de la mer quand elle commence à devenir méchante, avec le vent violent qui écrête les vagues et transforme l’eau en une sorte de nuée qui forme une émulsion avec l’air. Et le capitaine à la barre dans la réalité aurait diminué la voilure pour prendre moins le vent  et surtout lui donner moins de prise.Il reste à dire que le dessin offre un avantage très fort par rapport à la photo qui est de montrer de façon très visuelle le design des voiles du bateau.  

Fleur de Lampaul 011

Pour suivre le chemin

. Planche 12, Fleur de Lampaul, Jean-Olivier Héron, Comment naissent les bateaux, Spécialement imprimé pour Fleury Michon, partenaire principal de Fleur de Lampaul, Edité par Gulf Stream 1994, une affiche qui m’a été donnée par l’entreprise.  

. Aller voir le site www.heron-heron.fr de Jean-Olivier Héron le père et Jean-Benoît Héron, le fils, tous deux dessinateurs, le premier très ouvert sur la mer vue sous l’angle des bateaux, des poissons et des oiseaux, le second sur la terre vue sous l’angle de l’architecture et le patrimoine  http://www.heron-heron.fr/oscommerce/catalog/advanced_search_result.php?keywords=fleury+michon+&osCsid=9d1eb90653d107fe4b1595737920f380&x=6&y=4

. Retrouver l’histoire du Fleur de Lampaul sur http://www.artouest.org/vieux-greements/fleur-de-lampaul-un-dundee-francais-construit-a-camaret.html et sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Fleur_de_Lampaul

. Photos Elisabeth Poulain

Commenter cet article