Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Style de Pub > Porc ou Cochon > Entre Mots & Représentations

25 Septembre 2013, 11:06am

Publié par Elisabeth Poulain

En publicité tout a toujours sens, les mots, les façons de les assembler, de les mettre en valeur ou de les dissimuler en mettant en avant leurs représentation en photo rarement, le plus souvent en dessin, en jouant sur la pluralité du  sens des mots et de leur ambiguïté quand on passe en particulier du règne animal à celui de l’humain.

Cochons joyeux_Bonne-annee-en-norvegien1.jpg 

Le porc est doté de  la puissance que lui confère sa lourdeur  alors que le cochon est plus familier. Le premier est plus grand, plus massif, plus lourd. Cette caractéristique d’ailleurs n’est pas seulement une vue de l’esprit. Les races de porc sélectionnées pour l’industrie ont en commun des gènes spécifiques qui les rendent plus grands, plus lourds et qui grossissent plus vite.

Cochons-foire-aux-cochons-champigny-2013 

Quant au cochon, il semble toujours plus petit, avec un côté mignon. Vous ne direz jamais que vous vous voyez un petit porc quand vous en voyez un devant vous, par contre pour le même  en petit cochon, cela se fera sans difficulté. Dans votre tête, vous compterez les porcs par milliers ou centaines dans une exploitation industrielle, à quelques dizaines d’unités dans une exploitation familiale et à quelques unités dans une petite ferme pour sa consommation personnelle.

Le nombre, la proximité et la familiarité vont jouer de concert. Moins il y a de bêtes, plus elles sont proches des membres de la ferme et plus elles font partie du cercle élargi qui gravitent autour des fermiers et de leur personnel. Il y a un tel lien avec le cochon que certains ont franchi le pas. Il est déjà devenu un de ces nouveaux animaux de compagnie, un NAC, avec tous les problèmes que cause sa transformation inéluctable de mignon petit cochon (mpc)  en vrai cochon adulte (vca) !

Cochon-Les-Trois-Petits-Cochons-font-du-camping-Couvertute-Mini-Li 

La proximité avec l’homme est renforcée par le dessin, surtout quand les petits cochons sont faits pour plaire aux enfants. Les trois petits cochons dessinés dans les ateliers de Dysney en 1933 sont restés incroyablement célèbres, surtout quand ils font du camping. C’est la dimension ludique du petit cochon. Bien avant le XXe siècle, posséder un cochon était perçu comme une richesse et une assurance de survivre au froid de l’hiver. Il était un symbole de prospérité. En pays nordiques et anglo-saxons, à la nouvelle année, on s’envoyait des cartes de vœux avec des mignons petits cochons roses entourés de fleurs. Une variante paysanne du « dites-le avec des fleurs, avec un cochon bien rose et bien dodu au milieu du bouquet !

Cochon-Pornocrates-Félicien-Rops-Musée-1898-Namur - Copie Le cochon dans l’art. Malgré toutes ses qualités, il est rarement présent dans l’art au premier degré, en tant que tel. Il existe une exception notable, qui est le célèbre tableau de Félicien Rops, Pornocratès, appelé aussi moins délicatement  « la femme au cochon » où l’on voit marchant la tête haute et les yeux bandés une femme au corps nu, avec talons hauts et  bas, ruban bleu sous les seins, chapeau et fleurs dans les cheveux, tenir de ses mains couverts de longs gants noirs un cochon de taille moyenne, rose, bien propre, ni trop gros, ni trop petit au bout d’une laisse. Les anges qui volètent au-dessus du cochon sont quasiment du même rose pâle qui se détache admirablement du fond bleu ciel passé, comme celle que l’on pourrait voir sur une fresque.   

Quant au porc, le terme n’est utilisé vraiment que lorsqu’on évoque sa viande ou qu’on en parle en tant que symbole. Il recueille sur sa tête toutes les saletés du monde, la luxure, l’ignorance, l’égoïsme, la gourmandise, à manger si goulument et en faisant du bruit… Le langage populaire joue pleinement de cette différence. Traiter quelqu’un de vraiment vilain de « Gros Cochon » n’est certes pas un compliment. Mais le traiter de « Sale Porc » est franchement et profondément injurieux. Dans notre environnement culturel français, forcément compliqué, on comprend la difficulté de rendre attractive la  publicité pour la viande de porc, alors que dans le même temps et le même environnement « les foires au cochon » attirent beaucoup de monde.

Cochon-Inaporc-Laurent-Fabricant-Aliments-Pub 

C’est INAPORC qui rassemble les professionnels de la filière porcine française, qui  a demandé à Publicis Activ  de concevoir les trois visuels très didactiques que je vous présente. Le concept de cette campagne consiste à demander à un professionnel de la filière de témoigner de son métier avec une mise en avant de la qualité. On voit successivement Laurent, fabricant d’aliments, avec un joli petit cochon bien rose à ses pieds qui est très intrigué par l’objectif du photographe,

Cochon-Inaporc-Nathalie-Responsable-Atelier-Découpe-VPF-Pub

Nathalie responsable d’un atelier de découpe et Frédéric, charcutier engagés la première  dans la démarche Viande de Porc Française, comme Laurent, et le second dans le Savoir-Faire Charcutier Français. 

Cochon-Inaporc-Charcutier-Savoir-Faire-Charcutier-Français-Pub 

Je ne peux juger de l’efficacité de cette campagne institutionnelle pour la viande de porc présentée par des professionnels de la filière à l’intention des (vrais) professionnels. Je veux juste faire une remarque concernant le choix de l’emploi des termes de cochon/porc sur le site « leporc.com ».  Les concepteurs de ces publicités en faveur de la viande de porc ont ressenti le besoin d’attirer avec le cochon. Ils ont placé une rubrique qui paraphrase un des dictons français les plus connus « dans le cochon, tout est bon » qui devient maintenant « tout est bon dans le cochon. »

Cochons-Trois-Petits-Cochons. Schwepps-Pub 

Voici une très bonne publicité pour Schweppes   pour finir par une note ludique.  Après tant de sérieux avec le porc, malgré les bonnes têtes de Laurent, Nathalie et Frédéric, on va retrouver trois petits cochons admirablement dessinés et sympathiques dans un visuel qui donne envie de s’éclater. Les trois petits cochons attirés par la bouteille sont surpris quand elle s’ouvre. Les bulles les décoiffent et le plus peureux se cache la tête dans ses petites pattes de devant, une bonne occasion de voir ses petites fesses toutes rondes avec sa petite queue en tire-bouchon. De la bouteille, on ne voit que le nom et les seules lettres présentes « Schhh… ! » qui évoquent le bruit de la capsule.  Il n’y a rien d’autre sur le visuel.

Ni le cochon ni le porc n'ont malheureusement inspiré Claude Duneton qui ne consacre aucune ligne à ce bien utile animal dans " La puce à l'oreille, Anthologie des expressions populaires avec leur origine" (Stock 1979). C'est bien dommage et un peu curieux  de sa part, lui qui a intitulé un de ses ouvrages précédents "Je suis comme une truie qui doute" publié  au Seuil en 1976. Grâce à lui, je m'aperçois que je ne vous ai pas parlé de la truie. Zut, ce sera pour une prochaine fois, sans vous promettre toutefois que ce sera pour bientôt.

Du coup  j'ai trouvé 13 citations sur le cochon ou le porc en alsacien avec une traduction en français dans "Proverbes, Dictons et Poésie populaire d'Alsace récoltés, présentés, traduits par Illberg, édités par Robert Morel, Le Jas du Revest-St-Martin, Forcalquier, Haute-Provence. 7 citations utilisent le terme de cochon et 7 celui de porc, une citation emploie les deux termes en utilisant "cochon" et "porcherie" mais la traduction est incompréhensible. J'en retiens deux, une pour chaque dénomination, sachant qu'il n'y a rien de gentil ni sur l'un ni sur l'autre: 

 "Tu auras beau mettre redingote à un porc, Il restera toujours un porc = Kansch en're Soij lang e Frack anlege. si blibt doc eSoij . C'est comme si on mettait un collier à un cochon  =   Das isch grad wie wenn essoij e Halsbandan het."    C'est bien vrai, ça!                              

Pour suivre le chemin

. Voir le site du Musée de Namur (Belgique) qui détient l’œuvre de Félicien Rops, avec une analyse de Véronique Leblanc en 1997 http://www.museerops.be/oeuvre/2006042001/

. Les trois visuels d’INAPORC à retrouver en plein page du Monde le 16.10.2012, le 18.10.2012 et le 19.10.2012 et voir http://www.leporc.com/

. Schweppes est en page 33 d’un Géo ancien, d’août 1995. C’est toujours un très bon visuel, de ceux qui défient le temps. Je n’arrive pas à voir quelle agence l’a conçue. 

 . Photo des trois vrais mignons petits cochons de Champigny, à retrouver sur http://monchampigny.blogencommun.fr/2011-10-foire-aux-cochons-5-et-6-novembre-a-champigny/

. Pour avoir plus d’informations, si le cochon vous intéresse ; vous y apprendrez qu’aucune réglementation particulière ne s’applique, dès lors que vous ne voulez avoir qu’un seul cochon à la maison, http://groingroin.org/lecoinjuridique.htm  

. Photos Elisabeth Poulain, merci aux contributeurs pour les trois petits cochons mignons, à retrouver dans l'album "Bestiaire".     

Commenter cet article