Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Style de Vie > L'Arbre en signe de rareté > Le Télescopage en message

31 Janvier 2014, 11:37am

Publié par Elisabeth Poulain

De l’arbre, considéré comme un des marqueurs de la société. Ce pourrait être aussi un des titres de cette série qui débute, une série dont j’ignore au départ si elle m’emmènera loin ou pas, avec toujours au cœur l’acceptation de l’incertitude tant je sais que ma part de volonté n’est pas décisive dans sa longueur de vie. La seule certitude est que l’arbre devient de plus en plus un acteur important de la représentation de notre société dans les nombreuses images qui se télescopent, chacune voulant trouver sa place dans un monde à l’espace fini.

Il ne s’agit pas de vanter les vertus écologiques certaines du bois. Il s’agit de sacraliser l’arbre, dans ses dimensions esthétiques tout autant que symboliques. Il n’est que de voir l’utilisation de ce thème dans la publicité, dans l’art et dans leur trouble entre-deux pour s’en convaincre.

Arbre-New-York-american-elm-Mitch-Epstein

Style de vie donc plus que style de pub ou style d’art, directement associé à nos modes de vie à un moment où il n’y a plus d’espace libre à conquérir dans le monde et où la demande de bois tropical en particulier n’a jamais été aussi importante en Europe, alors que dans le même temps, aux Etats-Unis ou en France, les classements des arbres remarquables  augmentent et en nombre et en puissance totémique.

Le télescopage doit se comprendre entre les visions de l’arbre quasiment en instantané dans l’exemplaire du Monde du 8 juin 2013 et dans celui du 14 juin 2013, avec trois visions de l’arbre, celle d’un photographe new-yorkais, celle d’un sculpteur italien et celle de publicitaires pour Secret Garden n°2 Versailles, le film à voir sur DIOR.COM

. « New York Arbor » (arbor, l’arbre en latin et non pas harbor, le port). C’est le nom donné par le photographe américain Mitch Epstein  à son exposition présentée à Bruxelles par la Fondation Stichting sur le thème de l’arbre urbain à New York. C’est l’arbre feuillu le plus souvent, celui qui perd ses feuilles l’hiver, que le photographe a choisi pour le graphisme de ses lignes épurées dans cette série de 42 clichés en noir et blanc. L’arbre est présenté comme un  compagnon de vie, un réconfort silencieux, capable de résister avec beaucoup d’endurance à la pression de la ville.

La présence de ces amis appartenant au règne du végétal est d’autant plus forte que les arbres photographiés sont singuliers à plusieurs titres. Ils ont souvent été offerts en signe d’amitié durable par des représentants de puissances étrangères invitées à New York. Ils ont aussi été choisis parmi les beaux spécimens et enfin souvent mais pas toujours l’emplacement leur a été favorable. Notons pour finir que leur capacité d’endurance leur attire en retour un attachement renforcé et des soins encore plus attentionnés de la part des jardiniers de la ville.     

Arbre-Versailles-empreinte,giuseppe-penone-2014

. Giuseppe Penone, un sculpteur italien, parsème Versailles, indoor dans le château et ourdoor dans le parc d’arbres couchés, pendus, écartelés les racines à l’air, martyrisés, le tronc coupé en deux, les branches sectionnées pour rendre leur présence plus incongrue dans un parc ou chaque centimètre carré est maîtrisé, dirigé, ordonné.

C’est ce choc violent d’univers visuels et d’ambiances différenciées  que recherche l’artiste guidé par la puissante pulsion de son empreinte égotique élevé à la hauteur de l’art du télescopage. Le titre de l’article du Monde donne le ton « Le sculpteur italien marque le château de son empreinte caractéristique. Une grande réussite. » Il est permis de se poser des questions.   

Arbre-Versailles--gardens2-pub-lemonde-2013-06-08

. Dior - Secret Garden n°2 – Versailles. On comprend mieux le visuel en format « paysage »  en forme horizontale plutôt qu’en format « portrait » dans une forme verticale centrée sur les personnages comme dans le Monde en dernière et pleine page. Imaginez- vous en plein hiver, quand le givre commence à blanchir les roseaux et les arbustes qui poussent près des grands arbres feuillus au bord de l’étang dans une forêt peu entretenue. Il fait froid, humide, les feuilles à terre sont recouvertes de givre.

Un arbre au bord de l’eau de leurs côtés porte le i de Dior. Il donne le ton décalé de ce réveil au petit matin en robe de soirée dans une scène de forêt humide et froide, avec des arbres dans le fond du décor qui n’ont rien de remarquables. On peut remarquer le différentiel entre les lignes hautes, verticales, serrés et grisées des arbres dans le plan arrière qui couvre la moitié du cliché, l’avant est mis en scène comme au théâtre avec ces jeunes femmes hyper-sophistiquées en tenue de soirée mi allongée comme une odalisque habillée ou assises sur des châles.  Les lignes sont alors horizontales.  Encore un télescopage entre des arbres aux lignes verticales serrées dans le froid de l’hiver et ces femmes à terre habillées comme s’il faisait beau.  Un vrai clin d’œil.

Pour terminer cette histoire de télescopage, on découvre un arbre qui choisit de tournicoter sur lui-même avec ses lourdes branches dans un univers très urbain, un autre gisant au sol comme une baleine dont il ne resterait que des os noirs échouée dans "une nature" totalement maîtrisée, avec enfin des arbres sans identité propre particulière en fond de scène, avec seulement un arbre à tronc significatif au pied duquel se fait le réveil au petit matin d'hiver...  

Pour suivre le chemin

. Retrouver Mitch Epstein à New York en 2012, dans un article « Trees  in an urban Jungle » avec une très belle sélection de clichés du photographe sur    http://www.nytimes.com/2012/02/12/magazine/how-to-see-a-tree.html?_r=0  

Voir aussi pour l’expo 2013 de Bruxelles www.fondationstichting.be avec les 42 photos de la série.

. Pour les traces et empreintres de Giuseppe Penone, voir l’article du Monde en date du 14.06.2013 http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/06/13/giuseppe-penone-parseme-versailles-d-arbres-de-marbres-et-autres-traces_3429062_3246.html

. Voir la dernière page du Monde du 8 juin 2013 pour le visuel Dior-Secret Garden 2 –Versailles en format portrait et sur http://www.arcstreet.com/article-christian-dior-in-versailles-secret-garden-2-fall-winter-2013-campaign-video-118312520.html pour le format paysage et le respect des couleurs. 

. Photos Elisabeth Poulain d'après Le Monde  

Commenter cet article