Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Style de Vie + Style de Pub = La Proue du Navire en symbole transversal

12 Février 2013, 18:58pm

Publié par Elisabeth Poulain

La frontière entre les deux styles de vie et de pub, entre ce que nous vivons dans « la vraie vie »  et ce que nous voyons dans l’univers de la publicité est de plus en plus tenue, de plus en plus floue au point qu’on ne sait plus qui influence l’autre, avec des échanges constants. J’ai choisi pour exemple l’étrave du navire en mettant sur le même plan  une photo utilisée pour des programmes culturels, un montage utilisé pour la plaquette d’un musée, une réalisation architecturale et des « vraies » photos. L’objectif est de montrer à chaque fois la force de ce symbole de puissance, de courage, d’endurance et/ou de finesse du navire qui, vague après vague, fend les flots, avance malgré les vents contraires ou au contraire sait se rendre léger pour naviguer dans des ports ou sur des fleuves aux multiples contraintes.   

2013-02-13 Proue 011

Mon histoire commence par un fleuve, la Seine, à Rouen qui n’est pas seulement la ville de Jeanne d’Arc ou la capitale de la Seine maritime. Elle est aussi un des grands ports de France. Le chenal est suffisamment profond pour pouvoir accueillir les grands bateaux de haute mer, qui sont alors poussés et tirés par des remorqueurs. Certaines installations portuaires, comme des hangars, ont été reconvertis en lieu culturels permettant d’accueillir des manifestations très variées. C’est le cas par exemple du Hangar 23 qui a choisi une photo d’un gros navire noir et rouge comme symbole transculturel.  Une façon fine de montrer la force du lieu et sa capacité d’attraction capables de rassembler des évènements très divers tels que Susana Baca (musique afro-péruvienne), Michel Jonasz (théâtre et chanson), Je me sens bien + Tempsgo (danse urbaine), Egyptian project feat.orange Blossom (Electro-World)…

Le bateau repart à vide à vitesse très réduite, sur sa rive gauche une double rangée de peupliers avec au-dessus d’eux des superbes cumulo-nimbus. Tout est calme, l’eau du fleuve à peine ridée de blanc le long de l’étrave, le navire avance tiré par un remorqueur à l’avant. Il y en a aussi un autre à l’arrière mais on ne le voit pas. Tout est réussi, la composition, des grues dans le lointain sur les deux rives, les couleurs, le ciel,  l’eau et surtout la formidable puissance calme de ce navire dans un paysage fluvial d’une grande douceur…

2013-02-13 Proue 013

Voici maintenant Cherbourg, dans la Manche au bord de la mer, dans ce qui était un des grands ports transatlantiques au début du XXe siècle. C’est d’ici en 1912 qu’a presque débuté la grande aventure du Titanic dont chacun connait la terrible destinée. La Cité de la Mer a choisi de montrer par une restitution d’aujourd’hui le célèbre navire partant vers les Etats-Unis, avec en arrière-fond ce qu’on suppose être Cherbourg. Le paquebot est saisi d’en bas de façon à amplifier la proue pour donner plus de force à la composition.

Dans la réalité, au vu des nombreuses photos existantes du navire, une des particularités du Titanic était justement sa ligne très allongée avec une proue quasiment dans l’alignement du corps du navire. Construit en trois ans à Belfast (1909-1912), ce transcontinental avait quitté Southampton, via Cherbourg pour rejoindre New York. Il n’avait pu entrer dans le port de Cherbourg, son gabarit étant surdimensionné par rapport à la profondeur du chenal. Deux navettes avaient alors transportés les 274 passagers continentaux dans le Titanic qui n’a jamais pu joindre New-York, sa destination après un arrêt prévu à Cobh (dénommé Queenstown à l’époque). Il a en effet heurté des icebergs cinq jours après au large des côtes nord-américaines et a coulé.

La plaquette montre une composition montrant le navire de face, l’étrave vers l’avant, comme quittant le port de Cherbourg à une distance très proche, trop proche de ce qu’il lui aurait été possible de faire dans la réalité. Connaissant la suite de l’histoire, on a une impression de très grande élégance couplée avec une certaine fragilité due à son étroitesse.   2013-02-13 Proue 015 

D’un bond, allons maintenant à Amsterdam au Nemo Science Center, édifié en 1997 près de la Gare centrale, face à l’entrée du tunnel de l’IJ. On est bien dans une ancienne zone portuaire, irriguée par l’eau de la Mer du Nord, dont une partie est maintenant utilisée pour étendre l’urbanisation, au nord de la ville dense. Renzo Piano, le fameux architecte italien,  s’est toujours défendu d’avoir voulu construire un navire vert à terre, ce qui n’aurait pas été étonnant dans ce grand port. Il s’est plutôt inspiré a-t-il dit, de la forme de la bouche d’entrée du tunnel qui fait face. Quoi qu’il en soit l’édifice, qui est dédié au partage de la connaissance scientifique, a été également nommé comme le tunnel du nom de Nemo.

Nous pensons, nous Français, au célèbre Capitaine Nemo, le héros des aventures racontées par Jules Verne dans « 20 000 lieues sous les mers ». Certains évoquent aussi  une lourde tête de monstre marin sans dents et sans yeux, d’autant plus facilement que le bâtiment est en bonne partie entourée d’eau. Un bloc bas en brique termine le Centre au sol, avec juste en dessous de la partie haute revêtu de métal vert, un demi-anneau cintré en verre. Ce sont les seules « fenêtres » qui existent. Une découpe verticale partielle du haut de l’ensemble renforce l’idée d’une tête, avec en guise d’oreille une curieuse construction inclinée à 90° vers l’arrière et accrochée à la paroi basse de la tête. Quoiqu’il en soit de ces interprétations, l’impression ressentie est celle de la puissance lourde du navire de haute mer, capable de faire front aux tempêtes hivernales de la Mer du Nord et aux inondations là où il est placé.

2013-02-13 Proue 009

C’est au port des Porte-Conteneurs du Havre, que se termine notre périple. Le porte-conteneurs est au repos, soit en partance, soit à l’arrivée, mais dans tous les cas, son gros ventre  est vide de conteneurs tout comme ses pontées. Deux explications à cette certitude, s’il était chargé en cale, sa ligne de flottaison serait plus basse, avec le chargement en pontée, on ne verrait plus du tout la partie rouge qui ressort très nettement avec l’avancée arrondie de l’avant, la bulle d’étrave. C’est un pare-choc plein arrondi  qui permet d’amortir cet endroit très sensible.  

Le bateau appartient à la Compagnie danoise Maersk qui possède les plus gros porte-conteneurs au monde. L’avant du navire occupe les deux-tiers hauts du cliché. Sa coque est peinte en bleu clair plein, avec l’étoile blanche à l’avant encadrée de ses trois traits blanc qui forment le logo de la compagnie. La grosse bande rouge soutenu  du bas de la coque renvoie à la structure haute du pont. Des câbles blancs ont remplacé  les anciennes chaînes d’antan. Une eau verte bouillonne au contact du navire. Le quai gris brille sous la pluie et les grues qui vont manipuler les conteneurs sont en attente. Il y a ici nul désordre, ni impatience. C’est une représentation de la certitude.Cette fois-ci, on est presque sûr de voir une tête de requin, qui impressionne. vraiment.

Et la transversalité ? Elle est partout, dans la représentation du monde que nous avons, la capacité du genre humain à aller au bout du monde, le courage des immigrés, la capacité  à courber le dos sous la tempête pour repartir après, notre volonté de consommer en exportant et en important, dans la technicité qu’impliquent ces échanges par mer, la somme de connaissances qu’il faut acquérir pour tenir sa route hier comme aujourd’hui, le courage encore et… ces accidents de la mer dont je ne vous ai pas parlés, quand on voit ces étraves couchées dans l’eau ou fracassées sur des rochers…Ca, c’est dans la vie réelle et pas dans la publicité qui vous promet au contraire toujours une mer tranquille, juste pour soi, pour passer une belle croisière.     

Pour suivre le chemin

  . LIre sur ce blog un article précédent sur l'étrave du "Normandie" Les symboles en pub > La proue du Normandie > La fierté et la confiance

. Découvrir Hangar23 sur www.hangar23.fr avant d’aller à Rouen

. Parcourir  le site  de la Cité de la mer à Cherbourg   www.citedelemer.com

. Faire connaissance avec le Titanic    http://fr.wikipedia.org/wiki/Titanic  . Retrouver un dossier très complet sur la si courte vie de ce « Géant des Mers » parti d’Angleterre le 10 avril 1912 et qui a coulé au large des Etats-Unis quatre jours après,   http://fr.wikipedia.org/wiki/Naufrage_du_Titanic

. Lire aussi la triste histoire de la ville de Queenstown, qu’on appelle maintenant Cobh, le dernier arrêt du Titanic en Irlande, avant le naufrage. Cette ville a connu en outre le naufrage de Lusitania en 1915. Elle a été le principal port d’émigration au monde. Elle a acheminé aux Etats-Unis plus de 2,5 millions d’Irlandais sur les 6 millions au total qui ont été chassés du pays par l’extrême pauvreté entre 1848-1950.  

. 300 000 visiteurs/an se rendent au Nemo Science Center à Amsterdam http://fr.wikipedia.org/wiki/NEMO_(Amsterdam). Visitez le vous aussi avec  http://www.e-nemo.nl/

. Si l’architecture vous intéresse, je vous conseille le site de la Galinski Galery http://www.e-nemo.nl/ sur lequel vous trouverez d’intéressantes photos de ce bâtiment de Renzo Piano.

. L’article du Monde «  Des millions de conteneurs maritimes hautement toxiques » par Sophie Landrin en date du 02.01.0213  à lire et à voir surtout pour la seconde des photos http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/01/02/du-poison-dans-les-conteneurs-maritimes_1812005_3244.html

. Voir et lire la conduite d’un porte-conteneur dans le port de Rotterdam avec d’excellentes photos sur La Croix sur  http://www.la-croix.com/Actualite/Economie/Economie/Comment-conduire-la-marchandise-d-un-porte-conteneurs-a-bon-port-_NG_-2011-06-20-646363

. Photos Elisabeth Poulain à partir des documents publicitaires et du Monde du  03-01-2013 àretrouver dans l'album  "Mobilités" + quelques autres dans l'album "Symboles"

Commenter cet article