Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Styles de Pub-Jeux de Rôles > Père-Fils > La transmission > La montre

10 Décembre 2014, 16:43pm

Publié par Elisabeth Poulain

 

Avec cette montre d’homme de marque  PATEK PHILIPPE GENEVE, il s’agit de vous montrer dans ce billet comment la marque utilise le ressort de la transmission d’un père à son fils pour montrer la profonde originalité de cette montre. Plus qu’un bel objet qui défie le temps, c’est un témoignage d’amour où le père se voit en reflet dans les yeux de son fils, tout comme celui-ci s’imagine être un jour au moment où lui-même…   

La beauté du positionnement. Il s’agit d’occuper un créneau très particulier dans l’univers du temps, pour se démarquer des concurrents tous placés dans le haut de gamme, en se posant la question suivante : que dit la montre ? Elle indique le temps, pas seulement celui des 24 heures, ni des temps d’ailleurs d’autres fuseaux horaires comme ont choisi de le faire certains concurrents très connus.

Montre-Patek-Philippe-la-transmission-pub-Beaux-Arts-1999   

L’autre temps de la montre. Il s’agit du temps long qui s’inscrit dans un déroulement de liens de sang qui marquent profondément la mémoire, un des plus importants étant toujours celui d’un père à son fils. Il n’y a pas que dans le vignoble que les vignerons n’engendrent que des fils. Il suffit d’écouter des interviews d’hommes connus à la radio, au point qu’en 2014 ce soit vraiment impressionnant. Le phénomène est bien connu des dessinateurs de presse. Il est vrai que la logique de la transmission d’homme à homme peut s’expliquer aussi par le fait que les montres pour femme sont plus petites pour s’adapter à des poignets plus minces.  

La montre en transmission. Elle est une preuve tangible du lien fort qui unit le père encore jeune à son tout jeune fils qui n’a pas encore le poignet assez large pour la porter. En attendant, les liens de l’amour du père au fils et du fils au père peuvent se constater grâce à des scènes de vie à deux, brillamment mises en lumière par des visuels en noir et blanc comme saisis sur le vif et dans une sobriété chromatique très réussie.

Le père et le fils, le fils et le père.Tous deux sont vraiment beaux. Ils sont saisis dans le duo qu’ils forment, centré sur l’essentiel, le regard qu’ils échangent, le lien qui les unit avec le  temps en partage, mais pas le même bien sûr.

. Le Ier visuel les montre en train de rire saisis par l’objectif dans une rue sur fond noir. Tous deux ont les bras croisés, tous les deux ont t’shirt blanc ou chemise blanche, pantalon noir pour le grand et bermuda au genou tenu avec des bretelles pour le petit garçon aux cheveux blonds. Ils rient vraiment ensemble, le grand penché les bras croisés vers son fils et le tout jeune fait de même tout près de la jambe de son père. Les deux lignes de corps, cintrée vers l’enfant pour le père face à nous et celle du petit regardant son père la tête en arrière forment une ogive, qui s’arrête juste en dessous du bas du bermuda du petit garçon.

Pub Montre-Patek-Philippe-La-transmission-LeMonde2007

. Le second visuel. Père et fils, d’autres que ceux du Ier visuel, sont assis cette fois-ci à une table de café. Le père est penché vers le petit garçon qui est plus âgé. Il est brun cette fois-ci, avec des cheveux mi-longs, un peu plus que ceux de son père. C’est lui cette fois-ci qui parle  tandis que son père l’écoute avec attention. Il s’apprête à tourner le chocolat dans la tasse de l’enfant.

Deux conséquences à cette transmission d’un père à son fils. On ne possède jamais complètement une Patek Philippe. « On en est juste le gardien, pour les générations futures. » Cette première certitude s’assortit d’une autre, qui la complète avec bonheur: « Fondez votre propre tradition ».  On entre alors dans une nouvelle séquence temporelle, celui de la transmission dynastique, à poursuivre ou à commencer comme une nouvelle aventure pour donner une autre densité au temps.           

Le temps dynastique, le temps du noir et blanc, un temps quasiment intemporel. Il est particulièrement bien mis en valeur dans le visuel n° 1 pour la Nautilus Aquanaut, la montre du père qui rit avec son petit garçon, avec seulement du blanc pour le t’shirt du père et la chemise de son fils qui ressort fortement sur le camaïeu très structuré des noirs et des gris. Le visuel n°2 est plus axé sur le blanc et des gris dans le fond qui jouent avec des formes rondes, les têtes des deux personnages, les tasses, le guéridon, la cuillère, et toujours le noir qui sert cette fois-ci à mettre en valeur les profils et la très grande proximité d’une personne qui parle –l’enfant- à celui qui écoute -le père-.  

Et la montre ? Elle est dans les deux cas placée en dessous de la scène animée, cette fois-ci c’est elle qui se détache en noir sur le fond blanc. Pour le Ier visuel, elle est exactement située en dessous du père, c’est le temps du père. Pour le second visuel, elle est située sous la tasse placée entre les deux personnages ; son bracelet déborde déjà sur le visuel, avec l’heure (10h) qui indique le temps du père et les minutes (08mn) déjà orientées vers le fils, c’est le temps du successeur à venir.  Et la montre elle-même est située entre les deux !

Du bel ouvrage vraiment, qui montre en plus quelquechose d'essentiel, à savoir que la transmission ne se fait jamais à sens unique, du plus grand vers le plus petit, mais aussi dans l'autre sens qui commence tôt !    

Montre-Patek-Philippe-Beaux-Arts-1999-DSC06002

Pour suivre le chemin, après avoir laissé passer le temps

. Le Ier visuel – Nautilus Aquanaut - forme la page 4 de couverture de Beaux-Arts magazine, n°182, juillet 1999.  

. Le visuel n°2 –modèle inspiré du Calatrava Patek des années 1930 – figure en page 15 du Supplément au Monde « Watch your Time Spécial Montres », Edition européenne du 4 avril 2008. Il figurait aussi en anglais cette fois-ci  en page 4 de couv. d’Intelligent Life, The Economist, Winter 2007

. Consulter le site de la marque https://www.patek.com/contents/default/fr/home.html

. Voir aussi pour le boîtier Calatrava  http://fr.wikipedia.org/wiki/Patek_Philippe

. Photos Elisabeth Poulain  

 

    

Commenter cet article