Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Une vision de la ville moderne en un dessin de BD des années 50

21 Juillet 2013, 11:27am

Publié par Elisabeth Poulain

C’est une page d’un album d’une bande dessinée, ce qui reste quand le livre est dissocié, sans aucune indication autre que le dessin de la ville, les deux enfants qui traversent le croisement en courant et les mots écrits en bas à droite.  C’est un dessin dérangeant du fait me semble-t-il d’une volonté d’un dessinateur appartenant au monde anglo-saxon de franciser un dessin d'une ville où on roule à gauche, où existe le tramway et où il n’y a pas de passage clouté pour les piétons.

Dessin de ville moderne, origine mystère, BD

Les bâtiments sont des blocs identiques où les seules variations affectent les reflets sur les fenêtres. La ville est très minérale. Le créateur a disposé des arbres dans la perspective pour montrer la fin de la ville. Dans l’air plane un avion rouge tandis que trois petits nuages en forme de poissons flottent dans l’air à gauche. Outre les voitures rouges à l’allure de jeep, il y a au premier plan une camionnette verte qui semble transporter de la bière, peut-être de la marque Heineken, à cause de l'étoile.

Les drapeaux français sont très nombreux. On en voit accrochés à des hampes au coin des deux immeubles, fixés par trois à une baie au troisième étage de l’immeuble de droite  tandis qu’une longue guirlande  est disposée sur la façade de l’immeuble de gauche.

Deux enfants courent en direction du camion vert, le petit garçon – aux cheveux bruns - avec une salopette bleue et un t’shirt rayé, la petite fille – aux cheveux blonds- avec jupette rouge  et petit haut blanc. Les deux petits ont tous les deux la bouche en cœur. Ils sont sérieux.

Dessin de ville moderne, origine mystère, BD

Le texte  est plus que succinct et mystérieux : "Dieu ! Que la rue est large !". Ma question: d'où vient ce dessin de 29,3 sur 23,6cm?  Merci à vous lecteurs, de me donner des pistes, si vous en avez...  

.Photo Elisabeth Poulain

Commenter cet article