Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

V03 comme Verre > Le Verre d'alliance du Pineau des Charentes

7 Septembre 2010, 14:48pm

Publié par Elisabeth Poulain

 

Pineau des Charentes, pub 2001, verre, CarreletsLe verre du Pineau des Charentes

Ce qui frappe en premier, c’est la hauteur de remplissage du verre. Rien de comparable avec du vin, dont le verre ne doit jamais être rempli au-delà du tiers de façon à garder un volume important d’aération pour sentir les arômes du vin. C’est la partie du verre que l’on appelle la cheminée. Ici, dans le cas du verre du Pineau des Charentes, on voit bien la différence avec le vin, on voit aussi que ce n’est pas du cognac dont le verre est très reconnaissable. 

 

Le verre et le visuel 

Tant de Pineau dans le verre ne saurait Pineau des Charentes, pub 2001? Carreletsêtre un hasard. Pour preuve, les trois publicités que j’ai sous les yeux, la première  au bord de la mer un jour de tempête intitulé « carrelets au nord de Royan », la seconde la nuit devant le port de « la Rochelle » et la toute dernière très récente avec des verres toujours autant remplis. C’est une façon de faire ressortir le P de Pineau entouré d’un nœud fait avec une corde de marin qui identifie le verre en signe de logo. La nouveauté entre les deux premières pubs qui datent du début du siècle qui sont marquées  par la référence à la terre et à l’eau de la mer alors que la dernière privilégie la mise en avant du Pineau rouge devant le Pineau blanc sur fond de feuilles de vignes. Il ne reste que le nœud marin, avec des mots qui sentent bon la com et un slogan qui indique un nouveau positionnement pour ce vin de liqueur « Du grand art pour l’apéritif ».          

 

L’usage de la corde et du nœud de marine

Pineau des Charentes, pub 2001, La Rochelle, verreC’est vraiment la trouvaille des deux premières publicités. Juste au-dessus de l’endroit le plus ventru du verre, ce qu’on appelle l’épaule, un glaçon est attaché par une corde sur la paroi extérieure du verre et, raffinement, le tout tient grâce à un noeud joliment fait de l’autre côté du verre.

 

Si vous ajoutez par derrière les vagues qui déferlent sur les cabanes à carrelets, vous sentez presque la mer. Avec La Rochelle la nuit, l’alliance est aussi réussie même si ma préférence va à la mer en colère. Les couleurs  de la pierre des tours d’entrée du port répondent à celle du Pineau. C'est également une jolie façon de montrer que vous pouvez déguster un Pineau en soirée. En point commun aux deux visuels, la signature du Pineau des Charentes, avec le slogan ‘De Terre et d’Océan’ inscrit en blanc sur fond bleu moyen intense qui ressort aussi bien sur le blanc ou le noir utilisés en fond pour le Ier et le second visuel.

 

Le texte d’accompagnement Pineau des Charentes, pub 2001, La Rochelle

Il est franchement long, très long, trop long, même si la version 2 (La Rochelle) l’a déjà rétréci. Le Ier texte a pour titre « En Charentes, le Pineau puise son caractère dans l’Océan » avec quatre lignes sur deux pages pour que vous compreniez bien. J’ai renoncé à lire. Le visuel n° 2 ne garde que 3,5 lignes sur une page pour vous détailler le positionnement « En Charentes, chaque jour qui passe donne plus de saveur au Pineau ».   

 

Le visuel 2010 « Alliance de Nature et Talent »

Pineau des Charentes, pub 2010Exit la corde, le glaçon, la mer, les vagues ou les tours de la Rochelle la nuit. Parti le logo en rectangle bleu, le long texte qui s’était déjà rétréci qui expliquait ce que voulait dire l’image. Voilà le nouveau visuel, plus économe en espace. Il tient maintenant sur une page et non plus deux, avec toujours au centre le verre Pineau qui est toujours gravé de son P avec sa corde.

 

Mais cette fois-ci, ils sont deux. Qui ? Les verres ! Un pour le Pineau blanc classique en retrait et un avec le Pineau rouge en avant. Comme le glaçon a aussi disparu, on voit maintenant de la buée sur la paroi extérieure du verre. Le texte ne fait plus que 3 lignes sur une seule page; il apparaît en blanc sur fond bleu marine. C’est ce qui reste de la mer. A la place, une nouvelle composition avec en bas les verres sur fond de feuilles bien vertes et au-dessus une grande partie bleu-marine avec une bague en bois ornée d’un grain de raisin en guise de diamant !  

La question subtile

En fait ce n’est pas la question qui l’est, c’est le concept sur lequel repose cette publicité. Je me demande combien de personnes vont comprendre ce visuel et associer en un clin d’œil, l’alliance (celle du mariage) avec ce rond en bois percé avec un grain de raisin en équilibre instable. C'est certainement une façon de valoriser le vieillissement en tonneau, pour rapprocher le Pineau du Cognac, au moment où les vignerons sont mieux rémunérés en vendant directement leurs vins au chai. Mais pour cela il faut lire le texte, ce que je fais rarement je l’avoue, sauf quand j’écris un billet  sur la pub à votre intention. Les verres trop remplis sont toujours là et maintenant on en voit deux. Quel encouragement!

 

Le slogan est maintenant devenu « Du grand art pour l’apéritif ». Je doute de son efficacité, surtout au moment où l’Alsace communique aussi avec son Crémant en apéritif, en se référant aussi à l’art. Mais ça, c’est un syndrome qu’on connaît bien dans le vin. On a déjà vu tant de verres qui dansaient, valsaient, tournaient ... en même temps dans les pubs des interprofessions qu’on ne savait réellement plus laquelle d’entre elles avaient lancé l’idée et qu'on saturait avec ces verres pas droits. 

 

Retenez l'idée de l'anneau de bois. On devrait la voir ressurgir, tout comme je l'avais déjà trouvée dans une pub Heineken (encore) avec en thème principal, une petite bouteille dans un écrin de bague de fiançailles et en arrière des ronds de lumière qui éclairent la scène.      

 

Pour suivre le chemin du Pineau des Charentes

. Voir les recettes faites avec du Pineau des Charentes sur  http://www.pineau.fr/ 

. Avoir les bases : C’est un vin de liqueur (ou vin muté) que tout le monde connaît au moins de nom en France. Situé comme son nom l’indique en Charente, entre deux grandes régions d’appellation, le Bordelais au sud et la  Loire au nord, il se présente comme un vin de liqueur issu de l’alliance entre la Terre et l’Océan. Il offre aussi une alternative aux vignerons de l’aire d’appellation : produire leurs propres vins, ce qui constitue la nouvelle tendance,  livrer leurs raisins aux producteurs de cognac pour faire du cognac ou faire un savant mélange entre ces deux produits de la vigne que sont le vin et le cognac. L’alliance des deux selon des conditions bien définies forme le Pineau des Charentes qui, comme le vin, peut être blanc, rosé ou rouge.

 

Longtemps réservé à la consommation familiale en fin de repas lors des anniversaires ou des mariages, il titre 16,5°. Deux raisons pour lesquelles, son image reste un peu vieillissante et sa consommation limitée. Son caractère dual joue peut être aussi en sa défaveur : ce n’est ni un vin de Charentes comme il en existe maintenant de plus en plus, ni du cognac peu goûté en France et qui se préfère à l’export. C’est la raison pour laquelle le Comité national du Pineau des Charentes fait de la publicité générique en faveur de l’appellation. Sa principale autre activité est de diffuser des recettes qui ont un grand succès. Qui ne connaît le melon des Charentes au Pineau forcément des Charentes !

 

. Goûter la sélection de Château Loisel en vin de pays des Charentes et Pineau sur http://www.chateauloisel.com/degustation/charentes.htm et tout particulièrement un vieux Pineau rosé «  de la race d’un grand cognac » au Domaine François Voyez, qui produit du cognac et des pineaux dans une triple gamme, classique, vieux (5ans en tonneau) et très vieux (10 ans).  

http://www.cognac-voyer.fr/grande-champagne/pineau-des-charentes.html

. Lire les précédents billets consacrés au verre sur ce blog

V01 de Verre > Elise Brignot vue par Tolmer

B de Bouteille + V de Verre = Einstein = Perrier  

 

. Photos EP à partir des publicités.  

Commenter cet article

Bernard Pichetto 10/09/2010 19:19



Bonjour,

Promis ! J'arrête après !

Après réflexion, je me suis dit que le Pineau méritait mieux que cette impro, certes sympathique, mais courte un peu.

Donc, je vous propose un peu plus difficile, non pas en réalisation, mais en approvisionnement...

Huître au Pineau :

L'intérêt de cette recette réside principalement dans le fait que l'on bouscule deux habitudes solidement établies.
L'une est  celle de ne manger, quasiment, que des huîtres crues, alors que presque la moitié du stock commercialisé était mangé cuisiné, il y a à peine 100 ans.
L'autre est de ne servir qu'une huître par personne, d'où le singulier de cette recette !

Ayez donc des sabots de cheval ou pied-de-cheval, au nombre des convives.
http://www.saintkerber.com/fr/les-huitres.php
http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=706
De la très bonne chair à saucisse, à laquelle vous ajouterez du Pineau blanc ou rouge, du thym-citron, du safran (en souvenir des safranières de Saintonge), un  peu d'aillet (recette de
printemps, donc !) émincé le plus finement possible et de la crépine.

Ouvrez vos huîtres, n'oubliez-pas qu'elles ont plus de 10 ans et qu'elles ne vont pas se laisser faire comme d'innocentes jeunettes !
Filtrez la première eau, conservez-la
Prélevez la chair et détaillez-la en morceaux à votre goût.
Incorporez-la à votre appareil de chair à saucisse aromatisé, avec plus ou moins d'eau des huîtres.
Nettoyez les coquilles et emplissez-les de l'appareil, lissez-bien le dessus et enveloppez chacune de crépine.

Faites cuire à four chaud, sur un lit de gros sel ou sur du papier alu, arrangé en nid, environ 10 à 15 minutes.

Bon app'
Bernard.



Elisabeth Poulain 12/09/2010 09:38



Well, well, la situation se complique. Il va falloir trouver des sabots de cheval de préférence à des pieds de cheval. Parce que moi, déjà manger du sabot, je vais avoir du mail mais des pieds.
Ouh la la...


Merci pour cette recette de maison de vigne. Elisabeth



Bernard Pichetto 08/09/2010 19:18



Bonjour,


Étonnamment, je n'ai pas dans mes recettes manuscrites d'utilisation du Pineau, et dieu sait pourtant combien j'en ai passé.


On va improviser : Crêmes caramel aux deux Pineaux.


Dans une casserole à fond épais, mettre à réduire, à feu très doux, du Pineau rouge jusqu'à la consistance d'une glace, d'un sirop épais, juste suffisant pour enduire le fond de 4 ou 6 ramequins.


Déposez votre caramel au fond des ramequins, laissez refroidir.


Préparez un appareil à crême caramel, je ne vous donne pas la recette, on la trouve partout... en y incorporant du Pineau blanc.


Cuisez comme à l'accoutumée...


PS : J'y verrais bien quelques brins d'angélique confite, finement ciselés...



Elisabeth Poulain 09/09/2010 09:14



C'est comme si c'était fait. Y-a plus ka déguster, surtout avec les brins d'Angélique!



Bernard Pichetto 07/09/2010 19:19



Bonjour,

Merci pour cette chronique.

Quelques remarques d'un charentais qui cuisine au Banyuls ! :

Certes, il y a une légende faisant remonter le produit au XVIe siècle, mais son apparition sur la scène culinaire n'a pas encore 100 ans.

Il faut attendre Curnonsky et Rouff, avec leur célèbre tour de France gastronomique, et d'autres auteurs de même veine régionaliste, dans les années 30, pour que l'on commence à parler des divers
produits locaux ignorés nationalement.

D'autre part, sa qualité n'est pas toujours à la hauteur des espérances, même si l'on en trouve d'exceptionnels, et ne contribue donc pas à une bonne diffusion.

Enfin, l'AOC est récente, 1998 !
http://www.admi.net/jo/19980320/ECOC9700245D.html

Amicalement,
Bernard.



Elisabeth Poulain 08/09/2010 09:27



Salut Bernard,


Il y a tant de choses à dire sur des sujets comme celui-là, que je rétrécis le cadre. je ne donne que quelques infos par ci par là pour donner envie au lecteur d'aller plus loin. C'est bien ce
qui s'est passé, n'est-ce pas?


Et le charenntais et le cuisinier que vous êtes, n'a-t-il pas dans le fond du tiroir de la table de sa grande cuisine, une recette, que ne donne pas le Comité national du Pineau, à faire avec un
Pineau?


A+, Elisabeth