Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

V05 comme la ville selon Bouygues

27 Juillet 2010, 17:38pm

Publié par Elisabeth Poulain

La vision de Bouygues interpelle. J’ai gardé depuis 2008 cinq visuels que j’avais trouvés dans Ouest-France, Le Monde et Les Echos, en me disant « un jour je ferai quelque chose avec ça ».

 

Aujourd'hui, c'est le moment. Mais plus je  regarde cette série qui a pour titre Bouygues, La Défense 2008« Donner »,  qui s’inscrit dans le positionnement stratégique du groupe intitulé « Construire l’avenir, c’est notre plus belle aventure »,  plus je m’interroge.

 

Voici donc la ville telle que la voit B et donc telle que l'entreprise se voit.  

 

Les visuels

 

On voit d’abord une photo du quartier de la Défense, centrée sur une autoroute urbaine avec des tours gigantesques de chaque côté. On se croirait en Asie. C’est une pub de Bouygues Construction pour Bouygues, La montagnevaloriser son grand chantier de réhabilitation de la Tour First en certification HQE. Il est question de "donner aux villes un air nouveau".  

 

Arrive ensuite le visuel pour Colas, n° 1 mondial de la route, comme c’est écrit dessus. Cette fois-ci l’autoroute serpente doucement au fond d’une vallée en montagne. Une autoroute faite d’enrobé à base de coquille d’huitres, avec le titre suivant: "donner à la nature toute l'attention qu'elle mérite."  

 

Puis c’est le visuel qui montre le siège historique de l’entreprise, avec un palais Bouygues, Le siegecentral qui s’ouvre en rotonde des deux côtés et des bâtiments construits symétriquement en perspective, pour mettre le palais en valeur, dans un parc ‘à la française’ où seuls quelques petits nuages facétieux ne sont pas parfaitement positionnés de chaque côté de l’axe médian. Cette fois-ci, il s'agit de "donner  aux salariés plus qu'un salaire. " 

 

 

On découvre après le visuel avec l’iceberg qui fond dans la main que le groupe utilise pour la promotion de l’émission Bouygues, L'iceberg« Ushuïa TV » et « Ushuïa  la terre et nous » en faveur du développement durable, pour "donner à la nature les moyens de se faire entendre".

 

Le retournement

Et puis voici une photo curieusement composée. Vous retrouvez les mains de l’homme qui tient le monde depuis le début de cette série. Les mains sont accolées en position d’offrande ou pour recevoir le don, l’une à côté de l’autre. Elles se détachent en clair sur un fond foncé souvent gris. Ce sont évidemment des mains d’homme, dans le monde de la construction. 

 

Dans ces mains, reposent des petites mains auxBouygues, Les petites mains de femme ongles vernis, un peu plus longs. On devine que ce sont des mains de femme. Si vous regardez cette composition de loin, on a l’impression de mains coupés. Le titre de ce visuel : « donner aux uns pour qu’ils donnent aux autres. » Le commentaire, qui accompagne la photo, explique que le groupe a autorisé 400 salariés à consacrer une partie de leur temps à des associations de défense de l’environnement. Du coup, vous regardez les premiers visuels autrement.

 

Le décalage

Que voyez-vous ?

-        La disproportion des mots et des photos à chaque visuel qui fait ressortir le gigantisme et/ou la puissance, que ce soit pour la ville complètement déshumanisée qui tient dans la main de l’homme, une montagne entière, le siège de l’entreprise, un iceberg…

-        La domination car à chaque fois, c’est l’entreprise qui donne, à la ville, à la nature, aux salariés, à la nature encore qui grâce à B peut se faire entendre, à la femme pour qu’elle donne aux autres…

-        En utilisant un vocabulaire qui renforce le visuel, d’une façon choquante, comme si B décidait de la vie sur terre. Alors qu’elle est une entreprise qui relève de l’ordre économique où l'on vend son savoir-faire contre bonne monnaie sonnante et trèbuchante. En aucun cas, elle ne donne à la nature toute l’attention qu’elle mérite ou les moyens de se faire entendre... 

Ce positionnement stratégique

Il interpelle d’autant plus qu’il est fondé sur une vision dominatrice de la nature et de l’environnement alors que le développement durable, au contraire, montre la nécessité d’être partenaire avec les autres composantes de notre univers, de partager, de se concerter. N’oublions pas non plus que les actions de soutien à l’environnement par les 400 salariés et le sponsoring d’émissions de télévision relèvent de la politique de relations publiques, telles que la pratiquent aussi tous les autres grands groupes. Ce n’est pas pour autant que ceux-ci utilisent un vocabulaire qui relève de l’ordre spirituel.  

  

Last but not least, une question se pose: mais alors avant, que faisait donc Bouygues?        

 

Pour suivre le chemin

. Voir Ouest-France (La Défense 04.11.2008) , Les Echos (la montagne 05.11.2008), Le Monde (le siège 05.11.2008, l’iceberg 08.11.2008 et les petites mains de femme 13.10.2008)

. Retrouver la série complète des visuels sur www.construirenotreavenir.com

 

. Lire  d'autres billets sur la ville

V04 comme Ville-Pub > L'ANPE et Le Monde

V03 comme ville-pub > Total et Les Echos

V2 comme Ville végétale > La vision d'Antoine Corbineau

Ville = Identité et image + publicité et communication

 

. Photos EP

          

Commenter cet article