Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Vallée du Loir > Durtal, son château, ses moulins > Val d'Argance

4 Décembre 2012, 11:57am

Publié par Elisabeth Poulain

C’est une jolie découverte, de celles qui font vraiment plaisir, offerte en surprise à ceux et celles qui écoutent une petite voix intérieure leur dire à l’oreille « ce samedi matin est un bon jour pour aller voir, revoir Durtal ». Il y a un je ne sais quoi dans l’air qui vous dit de remonter la vallée du Loir en dépassant Seiches au nord d’Angers, en allant un peu plus haut, guère plus, juste en dessous de La Flèche.

Durtal, sur le pont, vue sur le Château et le moulin

En fait, ce site sur le Loir est tout à fait stratégique à plusieurs titres. Durtal était une des Portes du Comté d’Anjou au nord, un passage obligé pour ceux  qui venaient du Mans (Comté du Maine) ou voulaient s’y rendre, un lieu à protéger militairement grâce à un château féodal impressionnant et franchement défensif. Nul ne peut en douter quand on est an bas des murailles. La présence sur ce site  d’un éperon rocheux a permis de hausser le château au plus proche de l’eau de la rivière « Loir »  et de gagner en visibilité pour surveiller l’avancée de  l’ennemi, venant du Nord (Le Mans) ou du Sud par la grande forêt de Chambiers au Sud, en direction d’Angers.

Durtal, Le Loir, vue du pont aval

 

Pendant des siècles, ce château, qui n’a jamais eu à subir d’assaut si ce n’est ceux du temps, de la Révolution et de ses différentes fonctions (maison de retraite avant d’être racheté), a fait de l’ombre au village qui s’est d’abord développé dans l’enceinte même puis aux pieds de ses contreforts en rive droite puis en rive gauche. L’histoire, qui a peu parlé des Durtalois et encore moins des Durtaloises, cite toujours ceux qui y ont séjourné le moins longtemps, les hauts personnages de sang royal, Henri II, Charles IX  et Catherine de Médicis…invités par le châtelain, le Maréchal de Vieilleville, François de Scépeaux, comme c’était alors une des obligations des nobles de haut rang. C’est la raison pour laquelle, la chambre qu’a occupé, fusse une nuit seulement un des rois de France, s’appelle pour l’éternité « la Chambre royale ».    

Durtal, le Château, la façade principale, après la traversée du pont

La route nationale allant d’Angers, via la Flèche, vers Le Mans passe en bas du l’impressionnant édifice pour franchir le Loir par un vieux pont à l’endroit le plus resserré, connu sous le nom du « Verrou de Durtal ». C’est à cet endroit que le vieux pont à cinq arches a été édifié en 1750 sur une levée pour remplacer le pont ancien en bois, qui subissait des dégâts régulièrement à chaque crue du Loir.

Car le compagnon inséparable du château de Durtal, à la fois ennemie par la puissance de ses débordements annuels et ami pour l’abondance de son débit, est l’eau du Loir. C’est une des rivières de France qui a conservé le plus de ses vieux moulins, qui ont fait sa richesse, en lien avec la terre généreuse pour fournir le blé à moudre pour le pain et faire paître les vaches pour le lait, la viande et le cuir. Des importants travaux de régulation du cours furent entrepris au cours des siècles.

Durtal, la Tour nord, des maisons à gauche, l'église à droite

Presque logiquement, un port s’est établi en face du château, au pied du pont cette fois-ci, dans des prairies humides drainées par des canaux, qui est maintenant devenu le quartier Saint-Léonard. Le chemin de promenade conseillé par l’Office de Tourisme préconise d’ailleurs de commencer par en bas, en rive gauche pour découvrir l’amplitude du site qui fait plus que servir d’écrin au château.

Durtal, le Château, la cour intérieure de face, vue de l'entrée

Pourtant c’est par la pierre que, carte à la main, que nous avons poussé notre découverte, en tournant en bas autour du château, pour voir comment s’insérait les maisons, entre ruelle et escalier, vieil habitat dans la rue du Maréchal Vieilleville et magasins proches. La montée par l’escalier nous a attiré, entre le château à gauche et à droite l’église romane Notre-Dame qui faisait partie du château. L’arrivée sur la Place des Terrasses permet d’avoir une belle vue sur le panorama. Après avoir pénétré dans la cour du château, nous avons franchi la Porte Verron qui fermait la vieille ville au nord.

Durtal, Place des Terrasses, Porte Verron

La découverte de la fin du Val d’Argance a consisté le point fort de la découverte du site, le long de la ruelle de La Sablonnière, avec toujours en ligne de mire, la tour la plus haute du château. Ce fond  de vallée a été comblé à la fin du XXe siècle et l’Argance, l’affluent du Loir  qui en avait fait son lit, est maintenant canalisée en un chenal étroit au cours  sinueux d’antan et  rectiligne récemment. L’endroit est charmant avec ses berges où pousse librement l’herbe, des jardins potagers enclos au centre, des ruelles parfois encore bordées de hauts murs où sont entretenus des mini-jardins de rue avec des roses trémières et d’autres fleurs. La promenade au départ est placée sous le signe de la boule de fort sur le côté gauche en avançant vers le site de La Sablonnière.

Durtal, Ruelle de la Sablonnière 2, l'Argance ruisseau à gauche

Le point culminant et le plus éloigné de la Tour du Château se nomme la Sablonnière. C’est un endroit au vaste panorama dont les bâtiments agricoles ont été conservés. Il en reste une longère constituée de plusieurs ajouts successifs et, séparée par un chemin, une grange avec trois belles portes à la voute cintrée, avec un escalier en extérieur pour rejoindre le grenier.

Durtal, La Sablonnière, Annexe, face latérale avec escalier

De là, on redescend vers la seconde partie de la ruelle de la Sablonnière, pour arriver dans la rue du Général Oudri avant de traverser la nationale qui porte le nom de la rue du Maréchal Leclerc tout en prenant une photo du Château entouré de la ville.   

Durtal, Ruelle de la Tour, avant de franchir le Loir

C’est  par la ruelle de la Tour qui fut cédé par le châtelain aux lavandières pour y laver le linge que l’on retrouve la rivière, avant d’emprunter la passerelle sur laquelle passe le GR  pour rejoindre la prairie Saint-Léonard. Un sentier en arrondi permet de rejoindre la rue juste avant le pont, en voyant le lavoir en guise de dernier plaisir avant de quitter Durtal.

Durtal, rive droite, au bord de la passerelle du GR, vue sur les moulins rive gauche

Pour suivre le chemin qui mène à Durtal .

http://www.ville-durtal.fr/liaison-douce-du-val-dargance.html

. Si vous le pouvez, allez à l’office du tourisme face au château, juste après le pont quand vous arrivez d’Angers et demandez le petit livret « Durtal, Ville d’Eau, Ville de Pierres, Ville de Découvertes ». Le sentier d’interprétation qui y figure avec une carte vous détaille d’une façon à la fois claire et concise les points à voir. La balade commence par le circuit de l’eau, c’est-à-dire par la rive gauche, alors que nous avons choisi le circuit de la pierre. C’est le même mais dans l’autre sens ! Il suffit de ne pas se tromper dans les chiffres ! Du coup, ça  vous oblige à mieux regarder et la plaquette et le paysage. Juste une petite remarque: lors de la prochaine édition du livret, il serait utile aux promeneurs d'avoir une indication sur la distance à parcourir entre deux séquences et le temps approximatif, de façon à ce qu'on puisse adapter la balade au temps disponible.    

Durtal, rive gauche, le pont, le lavoir, le château

. Lors des Journées du Patrimoine en septembre, demandez aussi la fiche  concernant Durtal,  les Rairies et la grande forêt de Chambiers proche. Vous trouverez aussi un dépliant plié en 3 sur le château, qui est ouvert à la visite et qui offre des chambres d’hôtes : à voir sur www.chateau-durtal.comet contact@chateau-durtal.com 

Voir aussi http://clipclapvideo.over-blog.com/article-le-chateau-de-durtal-49-un-palais-sompteux-aux-portes-de-l-anjou-109473358.html

http://www.ajpn.org/commune-Durtal-49127.html

Durtal, carte Office du Tourisme, sentier d'interprétation 

. Consulter le Petit Futé, Vallée du Loir, qui cite le château en page 18 et replace la ville dans son contexte géographique en page 166 en plus de trois pages. C’est la présentation la plus complète que j’ai trouvée, complémentaire de celle présentée par la ville sur son site et qui est focalisée sur la ville.

. Photos Elisabeth Poulain. Voir les autres photos dans l'album "vallée du Loir". La carte est extraite du livret. Mes remerciements pour la carte.   Skouame a publié sur Wikipedia de très beaux clichés sur Durtal.

Commenter cet article