Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Paysage de la bouteille de vin, le plan de la parcelle Madiran-Lourou

27 Novembre 2014, 17:18pm

Publié par Elisabeth Poulain

Traduction du titre, pour ouvrir la fenêtre. Il s’agit dans ce billet de vous parler des paysages sur lesquels s’ouvrent les bouteilles de vin, avec à chaque fois quelle chose d’intéressant, d’étonnant, de bizarre, de sympa, de drôle, de réussi… Tout ce qui peut aller à l’encontre de cette idée erronée sous-jacente qui court en filigrane qu’on a déjà tout fait en matière d’habillage de la bouteille. Il ne resterait plus rien à inventer, une idée fausse parmi tant d’autres. Je vais donc vous parler du grand pouvoir d’expression de l’étiquette, et de sa copine la contre-étiquette mais pas seulement…Il s’agit surtout de montrer ces paysages du vin qui expriment  une ambiance, un climat si j’osais, un je ne sais qui fait la différence... et leur pouvoir de portance, à l’instar du pouvoir de portance d’une voile tirant à elle seule un bateau à voile.  

Madiran-Lourou1

Le vin dans la bouteille de vin. Il s’agit d’un Madiran, du Domaine de Lourou à Madiran même, rattaché à la Cave de Crouseilles, depuis 1950 au pied des Pyrénées. Il a reçu la médaille d’argent au Concours de Bordeaux 2013 dont il porte fièrement le médaillon argenté en haut à droite collé sur l’étiquette. Cette médaille explique certainement sa présence un court moment dans les rayons des grandes surfaces de la Loire, le Madiran n’étant pas forcément un vin très connu des linéaires ligériens.

Madiran-Lourou2

Plus que la médaille, c’est clairement le plan de la parcelle « le Lourou » imprimé sur l’étiquette qui m’a attiré, comme si la main voulait vraiment voir la parcelle, avec sa localisation, sa superficie de 11,854 hectares d’un seul tenant, la nature de son terroir de galets roulés / argile à gravettes  et l’exposition sud-sud-ouest. Une rose des vents est placée en bas à droite juste au-dessus de MADIRAN écrit en caractères d’imprimerie rouge.

Rouge cette rose des vents, rouge comme la teinte des caractères d’imprimerie de Madiran, rouge comme l’est la couleur de la parcelle qui tranche avec force et sans écraser une étiquette de couleur jaune ivoire, tout le reste étant en imprimé en brun acajou foncé. Rouge aussi, vous l’avez deviné,  est ce vin puissant et charpenté, un rouge profond, fort et en même temps avec un peu de rondeur souple qui fond dans la bouche, sans que sa puissance soit un obstacle à des amateurs plus habitués à des vins plus soyeux du Val de Loire.

Madiran-Tannat feuille grappe, pancrat wikipedia   

L’étonnant pour moi est la rareté de la cartographie de la parcelle sur l’étiquette, alors même que l’accent mis sur le terroir, un combat cher à René Renou, a quasiment disparu des écrans. Disons plus finement qu’on ne prononce plus guère ce terme de terroir, de la même façon qu’on n’oppose plus vraiment les bios aux autres qui n’ont pas d’étiquettes. La parcelle pourrait dans ces conditions être une unité, non seulement de la conduite de la vigne et  de la vinification  mais  aussi un formidable moyen de dire le vin sur la bouteille, en associant à l’œil une appellation, une parcelle, une exposition… et sa profonde singularité. Sans exagérer aucunement, j'irai jusqu'à dire que la forme de la parcelle, sa présence au plus près du vin derrière la paroi de verre... vont jusqu'à renforcer la  singularité de ce vin.     

Un jeu visuel d’autant plus fécond que l’étiquette est assortie de la contre-étiquette son verso. Celle-ci porte toutes les informations légales obligatoires et complémentaires de nature à satisfaire l’amateur de vin. Citons la parcelle à flanc de coteau, le petit ruisseau - le Lourou - qui coule en bas, les coordonnées GPS de la parcelle… Puis la dénomination du cépage, le Tannat qui veut bien dire ce qu’il veut dire. Pour diminuer cette force, il est conseillé d’ouvrir la bouteille quelques heures avant. Ou de l’arrondir avant par un passage en cuve boisée le temps qu’il s’arrondisse…    

           

Pour suivre le chemin

. Domaine du Lourou à Madiran, Gite de France également, Robert Dutour, 05 62 31 93 25

. Pour La Cave de Crouseilles, voir http://www.crouseilles.com/s%C3%A9journez-chez-les-vignerons/

. Consulter http://fr.wikipedia.org/wiki/Madiran_(AOC) pour avoir une vue d’ensemble

. Ainsi que http://www.madiran-story.fr/fr/nos-vignerons-en-portrait

. Voir aussi le portail de l’Institut français de la Vigne et du Vin pour découvrir la gestion à la parcelle sur http://www.vignevin.com/index.php?id=2668

. Pour le Tannat, voir http://vin.de.madiran.free.fr/TANNAT.htm, avec des photos sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Tannat 

. Photos de la bouteille Elisabeth Poulain, Pancast sur wikipedia pour la photo d’une grappe de Tannat, avec mes remerciements.

Voir les commentaires

Il pleut sur Nantes, il tonne sur la ville > Etudiants des Beaux-Arts

24 Novembre 2014, 18:35pm

Publié par Elisabeth Poulain

 

Ce sont  deux planches de papier à dessin de format 65 sur 50cm en 180 grammes. Un format qui permet de se lâcher et d’exprimer des  émotions, sans que cela soit trop coûteux et un grammage  papier qui peut supporter l’eau, en particulier celle de la pluie qui peut tourner à l’orage.

Ces travaux d’étudiants viennent bien de Nantes. Il me souvient même de l’endroit où je les ai découverts, un endroit très improbable, une galerie de peintures improvisée située pour moitié  à l’air libre, avec un auvent où protéger les travaux en cas de pluie, dans une arrière-cour complètement fermée par de hauts murs à laquelle on parvenait en descendant un escalier très étroit. Le trottoir était situé un étage au-dessus du niveau de la cour.

Il pleut sur Nantes, encre et eau

Ce jour-là, le temps gris était au calme.Il ne pleuvait ni ne tonnait. Et la ville est celle de Nantes, traversée par la Loire, avant que le grand fleuve se jette dans la mer quelques 60 kms ou 80 kms  plus loin selon que l’on y va en voiture ou à vélo. L’air marin ou du moins l’influence océanique y est très présent, ne serait-ce que par la marée qui regonfle le fleuve en eau. Mais aussi par la pluie plus fréquente à Nantes qu’à Angers par exemple.

La pluie est le thème de la première réalisation d’art, avec cette ritournelle qui tourne en boucle dans la tête. « Il pleut sur Nantes, comme il pleut dans mon cœur… », en détournement d’« il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville », le début du poème de Verlaine …  On y perçoit le choc des gouttes  s’écrasant dans un ciel qui serait à terre, dans une harmonie de blanc bleuté, de bleu clair gris et d’ocre brun pour cadrer.

Il tonne sur Nantes, encre et eau

Quant à l’orage, sa violence marron foncéécrase tout sur son passage, au point presque d’occulter le  paysage jaune. Là clairement le choc n’est maîtrisé, ni centré. Il faut faire avec. Dans les deux cas, le résultat n‘a pas été retravaillé et c’est ce qui m’a intéressé. Il y a dans les deux réalisations une antinomie riche de contraste entre la pluie qui tombe dans le cadre et en dehors  et l’orage qui éclate et où il a décidé de le faire…Il pleut sur Nantes, il tonne sur la ville

Pour suivre le chemin

. Découvrir Nantes par http://fr.wikipedia.org/wiki/Nantes avec un très beau cliché vu d’avion de l’Ile de Nantes, ainsi que la photothèque de la ville sur  http://www.nantes.fr/phototheque 

. Voir une photo intéressante de Maryvonne Leray, « Il pleut sur Nantes, Quai Wilson, Ile Beaulieu » sur http://www.daoloire.com/photoblog/index.php?tag/jours%20de%20pluie

. Retrouver le nombre comparé de jours avec pluie importante entre  Nantes (54 jours)  et Angers (40 jours), sur    http://www.alertes-meteo.com/divers_pheno/pluie_tableaux.htm  

. La Loire à vélo sur http://www.loireavelo.fr/infos-pratiques/brochures

. Photos Elisabeth Poulain  

 

Voir les commentaires

Paysages de pierre blanche et d’eau de la Dronne, Bourdeilles

17 Novembre 2014, 17:07pm

Publié par Elisabeth Poulain

Bourdeilles est une petite ville de Dordogne, qui a une longue histoire comme en témoignent plusieurs monuments visibles, à commencer par le vieux pont qui traverse la rivière, le vieux moulin et les deux châteaux qui dominent le site du haut de l’éperon rocheux qui tombe à pic. Son sous-sol est riche aussi de trésors archéologiques.

Bourdeilles, place du village, vu du pont sur la Dronne

Comme toujours c’est par l’eau, celle de la petite rivière,  la Dronne, qui passe au bas du village que commence cette petite histoire. C’est elle qui a creusé l’apic rocheux où se trouvent les deux châteaux. C’est elle qu’enjambe le vieux pont qui offre une très belle vue sur le moulin qui permettait autrefois de moudre le grain grâce à la force hydraulique  et… une place de parking perpendiculaire à elle bien opportune en basse-saison touristique.

Bourdeilles, le moulin vu du pont sur la Dronne

Une place d’autant bienvenue qu’il faut monter au château à pied. Une belle occasion aussi de découvrir le paysage, tout en marchant un peu et en parlant beaucoup, d’admirer la vue et de redescendre pour cause d’ouverture du site à 10h seulement.

Bourdeilles, le château vieux vu de la ruelle

La redescente de la ruelle montre à voir l’importance des falaises de pierre blanche ravinées par les pluies. A l’aller, on regarde pour voir l’amplitude du site, on regarde loin ; au retour, on regarde autrement. Il en va toujours ainsi, de sorte qu’on ne voit jamais la même chose. On distingue en haut la proximité qui existe entre le bord du château vieux et le bord de la falaise. On est surpris aussi et surtout de voir l’imbrication des maisons nichées dans les creux de la roche par en bas, devant lesquelles passe la petite rue que nous empruntons.

Bourdeilles, le château vieux et les petites maisons

Avec une surprise de taille, quand on se surprend à examiner la paroi. On voit distinctement enserrés dans la roche un crâne et des os longs du  type « fémur », mais de petite taille éparpillés tout autour verticalement. Sachant que la Dordogne est un haut lieu de la recherche préhistorique, on se sent tout d’un coup comme hors du temps, surtout qu' ici même, il y a de beaux sites de fouilles de la pré-histoire mais plus bas près de l'eau.

Bourdeilles, vue sur la falaise sous le château vieux

L’autre hypothèse est que c’est une blague...   A moins que cela ne soit qu’une illusion optique due à la magie du lieu…

 

Pour suivre le chemin

. L’essentiel sur Bourdeilles et son château, désormais propriété du Conseil général de la Dordogne   sur

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bourdeilles  http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Bourdeilles

. Découvrir une visite guidée de l’intérieur du château avec des photos grâce http://www.cg24.fr/les_sites_patrimoniaux/le_chateau_de_bourdeilles/225-3

. Retrouver la rivière, la Dronne, qui traverse le village sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Dronne

. Voir où en est la recherche d’archéologie préhistorique à Bourdeilles  http://paleo.revues.org/2668

. Photos Elisabeth Poulain. Elles ont été prises un matin un peu brumeux, il y a quelques années lors d’un périple à Brantôme, Bourdeilles, Lectoure, Pau… qui nous a fait découvrir de très beaux paysages de France. 

Voir les commentaires

Le bélier de bois pour éventrer les murs de brique, L'Illustration1917

16 Novembre 2014, 18:42pm

Publié par Elisabeth Poulain

     

Dans ce n°3866  de l’Illustration du 7 avril, le choc du dessin face à des photos. C’est la 3è année de guerre. Dans ce magazine déjà,  le poids de dessin d’après nature et des photos de faits réels pris sur le vif pouvait l’emportait sur l’analyse par les mots. C’est en particulier le choix de la rédaction dans ces pages centrales qui montrent à voir en pages 308 et 309 un dessin réalisé à Margny près de Roye et trois photos prises près de Tergnier. Ce billet porte sur le rapport entre le dessin et la photo, pour savoir qui fait quoi et comment, lequel ou laquelle agit sur l’autre, avec en concomittance une question dérivée qui porte sur l’art de l’assemblage des photos.  

L'Illustration-1917-04-27, p.308, Bélier de bois, Lucien Jonas

. Le «  dessin d’après nature » est l’œuvre de Lucien Jonas en pleine page 308. Son titre : « Pour détruire les maisons d’un hameau », avec l’explication placée dessous : « A Margny-aux-Cerises, près de Roye, les Allemands ne voulant sans doute pas user leurs explosifs à la destruction d’humbles chaumières, imaginèrent de construire ‘un bélier’ sous les coups duquel s’effondrèrent les murs de briques et de torchis. »

On y voit un bélier visiblement fraîchement assemblé. Le bois d’assemblage (du chêne vraisemblablement) est encore blanc. Il n’a pas eu le temps de se salir, ne serait-ce que sous les coups de butoir qu’il vient de porter grâce à au gros tronc d’arbre qu’il porte et qui va servir à emboutir les murs pour les éventrer. Ses grosses poutres sont au nombre de six plus une petite transversale qui lie les deux plus verticales. Les grosses horizontales  supporteront  à l’avant deux fois deux poutres, les unes plutôt verticales et les deux dernières qui viendront appuyer en contrefort celles qui sont dressées à l’avant. La plus petite poutre viendra en hauteur solidifier la tenue des deux verticales. C’est elle aussi  qui a la charge de la lourde chaîne qui enserre le gros tronc d’arbre, qui avant sa coupe était encore un arbre vivant. Il a donc fallu au moins un gros tronc, six arbres de bonne taille, sans nœud, ni irrégularité de croissance, plus un plus fin pour constituer ce bélier « allemand. »

La scène ensuite. Le décor montre à voir les ruines d’un hameau. Il reste des pans de mur avec des charpentes branlantes qui restent accrochées pour partie.  Dans le fond, on entre-aperçoit des murs blancs. Le sol est jonché de débris, de bois fraichement coupé, d’une roue de charrette et des morceaux de pierre. Il devait être quasiment impossible de marcher, c’est du moins possible dans le dessin pour ouvrir la perspective.

Des soldats français contemplent la scène, deux sur le côté gauche plus un devant avec tout son harnachement, tandis qu’un quatrième s’en va dans le fond entre les maisons éventrées. La présence de ces militaires français bien habillés, bien nourris, avait surement pour but de rassurer à l’arrière les populations restées à l’arrière du front.

 L’art du dessinateur, Lucien Jonas. Il est vraiment bon à plusieurs titres. Citons son sens de la composition, sa maîtrise de la densité et du choc des lignes qui rendent compte de de la violence de l’univers du chaos semé par la guerre, son humanité qui le pousse à garder et transmettre l’émotion des scènes qu’il saisit sur le vif. Sa famille était originaire d’Anzin dans le Hainaut français, son père venait du borinage belge.     

En février 1915, Lucien Jonas avait été nommé peintre militaire attaché au Musée de l’Armée. Il était donc là en service commandé, pour témoigner de la barbarie ennemie et de la résistance des armées française et alliées. Le dessin au fusain fait partie des œuvres qu’il a créées dans ce cadre. Pendant son service, il produisit plus de 4000 dessins et 700 peintures qui parurent dans un certain nombre de publications telles que l’Illustration. Il devient ensuite peintre de la marine. Né le 8.4.1880 à Anzin dans le Nord, il est décédé à Paris le 20.09.1947, presque 20 ans plus tard. Sa sépulture se trouve au cimetière de La Flèche, le port d’attache de la famille de sa seconde épouse. Il avait demandé à ce que sa tombe soit proche de celle du soldat du Souvenir Français.  

. Les photos qui font face au dessin. Dans ces trois représentations de la réalité du terrain, on voit une nature blessée avec des arbres à terre gisant sur le sol d’hiver, présentée sous le titre générique « Le massacre de arbres ».  

L'Illustration-1917-04-07,p.309, Vergers-saccagés

Le premier cliché en haut de la page montre à voir un « verger dont tous les arbres fruitiers ont été brisés, tandis que plus loin des arbres forestiers étaient épargnés. » Un gradé vêtu d’un long manteau marche dans les rangées d’arbres, tandis qu’une automobile l’attend sur la route qui mène au village dont les maisons sont debout.

L'Illustration 1917-04-27,p309, soldats-paysans, arbres coupés

La seconde photo présente des soldats dont deux sur les cinq sont munis d’une pelle. Ils contemplent de l’autre côté du chemin des arbres déjà d’une bonne taille dont le tronc est coupé de façon à éviter toute utilisation militaire par les armées françaises. Cet acte avait valeur de message facile à interpréter, l’arbre coupé montrant la détermination des ennemis de bouleverser durablement le paysage lors de leur départ pour le plaisir de saccager quelque chose qui relève du vivant et du symbole .  Le commentaire est étonnant, surtout dans une revue aussi maîtrisée que l’a été L’Illustration : « un crime injustifiable que nos soldats-paysans ne pardonneront pas ». C’est la première fois que je vois autant d’émotion et cette dénomination de soldat-paysan.

L'Illustration-1917-04-27, p309-Pommiers-Homme-à-terre

La photographie n°3 a été prise près du sol, pour bien donner à voir un soldat allemand mort allongé sur le sol  et une rangée d’arbres à terre dans le fond. Le commentaire est le suivant : « des pommiers abattus qui sont déjà vengés : Allemands d’un détachement d’arrière-garde tombés dans une escarmouche contre nos éléments avancés, près de Tergnier. »  Le corps de l’ennemi est tombé dans le même sens que le fût de l’arbre plus loin dans le fond. Parfois sur certains clichés (les n° 1 et 2), on peut apercevoir quelques arbres isolés qui ont échappé au massacre.

Ce thème de l’arbre abattu par les Allemands lors de leur retraite a été amplement photographié par les photographes et les artistes tels Lucien Jonas chargés de transmettre la réalité des exactions de l’ennemi et de garder la mémoire des faits. Comme le note le Lieutenant David Sbrava, en charge des collections de l’Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) fort d’Ivry-sur-Seine, l’arbre à terre entrait dans le cadre plus large de la politique de "la Terre brûlée", qui était mise en œuvre lors du départ des troupes ennemis, lorsqu’elles en avaient le temps. C’était aussi une façon très première d’empêcher toute récolte des fruits dans un pays ravagé par les destructions ou de laisser pourrir à terre des troncs d’arbres qui auraient pu servir à la reconstruction.

Aucune de ces trois photos n’est signée. Elles ont dû être faites par Edouard Brissy, du Service des Armées, qui a photographié le 25 mars 1917 des paysages d’arbres fraîchement coupés dans la région de Tergnier. C’est lui l’auteur d’une des plus célèbres photos de la guerre de 1914-18, prises à la même date aussi justement à Tergnier qui montre l’entrée de la ville. Tout a été rasé par les bombardements,   à l’exception d’un panneau publicitaire sur la droite de la rue, la route ( ?) avec un hangar à gauche …Tout est redevenu pierre. On comprend alors le choix des arbres. Voir un  arbre à terre, voir une rangée entière tombée pour rien, ça fait mal, on peut le comprendre. Voir une ville entièrement morte, dénuée de toute vie, de toute présence, aucune photographie, même faite par le plus grand photographe, ne peut être transformée en « propagande», comme on disait à l’époque, de nature à réconforter la population restée à l’arrière. Il valait mieux parler de la cruauté, « un crime injustifiable que nos soldats-paysans ne pardonneront pas. » 

L'Illustration-1917-04-27, p.308, Bélier de bois, Lucien Jonas         

. Le choix de ce dessin au fusain en page 308 à gauche face aux photos en page 309, se comprend mieux. Il précède ce qui vient ensuite. On arrive sur la scène de l’éventrement juste après qu’il ait eu lieu. C’est ce qu’on imagine du moins, comme une scène de crime encore chaude, qui palpite encore. Alors que les photos sont froides. Elles le sont d’autant plus qu’on sait maintenant que les photographes ne pouvaient pas montrer l’horreur de la réalité. On sent qu’il s’est passé quelque chose, on le pressent  avec la légende très forte de la photo du centre, qui montre à voir ces soldats-paysans celle qui est encadrée par les autres. Alors que le corps de l’homme mort ne soulève aucune émotion dans la rédaction. La référence explicite aux paysans n’est évidemment pas neutre, surtout dans un tel contexte. Les chiffres sont difficiles à confirmer. Certains auteurs parlent de 4 millions de jeunes paysans envoyés directement sur le front comme « chair à canon » pour reprendre l’expression de Napoléon.

Pour terminer avec l’arbre, ces deux pages de l’Illustration formées à bas d’un dessin et de trois photos envoyés par l’armée française ont été publiés au cœur de la revue, à l’endroit le plus fort du magazine pour montrer à voir des arbres. Certains ont servi d’outils, d’armes pour blesser, faire mal, chasser de chez eux les paysans et leur famille « des humbles chaumières». D’autres arbres jeunes ont été coupés pour ne plus donner leurs fruits à des gens affamés après quatre ans de guerre ; les plus beaux qui faisaient la gloire des routes françaises ont été jetés à terre pour pourrir, pour mourir.    

La symbolique de vie attachée à son image, sa force et à sa durée de vie sont très fortes puisque selon les espèces de chêne à durée de vie longue, celle-ci varie de 800 à 1000 ans. Et ce sont des arbres qui ont été plantés pour célébrer de grands évènements comme la Victoire de la Marne en 1915 ou fêter l’armistice en 1918, en gage de confiance en l’avenir. 

La réponse aux questions. C'est le dessin qui l'emporte, d'autant plus qu'il a été fait à chaud, quand l'évènement venait de se produire ou peu de temps après. Les photos militaires du bélier -voir le cliché n°32 de l'étude du Ldt  D. Sbrava ou celui de la mairie- montrent à voir un paysage totalement nettoyé, avec un sol propre de nature à pouvoir accueillir les membres de la Commission sénatoriale venue constater  de visu les ruines. Il ne reste rien de l'émotion. Quant aux photos d'arbres mutilés, c'est en fait le commentaire et le placement du cliché au centre entre les deux autres qui nous avertissent qu'il s'est passé quelquechose là...mais pas les clichés eux-même.  

 

Pour suivre le chemin

. A découvrir l’analyse très complète sur Lucien Jonas, peintre (1880-1947), sous le titre suivant « Lucien Jonas, un Anzinois a laissé son empreinte sur le Valenciennois. »  http://www.va-infos.fr/index.php/sections/article/5716

. A comparer avec le portrait tel qu’il se dégage de wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Jonas

. Pour le bélier, consulter pour le Moyen-Age, « l’art raisonné de l’architecture militaire » sur wikisource, sachant que je n’ai pas réussi à trouver  le modèle très simple  que l’on voit sur le dessin de Lucien Jonas http://fr.wikisource.org/wiki/Dictionnaire_raisonn%C3%A9_de_l%E2%80%99architecture_fran%C3%A7aise_du_XIe_au_XVIe_si%C3%A8cle/Architecture_militaire

. Pour Margny-aux-Cerises, consulter le site très bien fait de la mairie et retrouvez quatre photos des ruines de 1917, dont le cliché du 25 mars 1917 lors de la visite de la Commission sénatoriale des Ruines  sur  http://www.commune-mairie.fr/photos-premiere-guerre-mondiale/margny-aux-cerises-60381/

. Sur la route menant à  Margny-aux-Cerises (nord de l’Oise), voir aussi une photo des bombardements allemands sur un site très documenté   http://bastien80.e-monsite.com/pages/les-combats-de-champien.html

. Pour Tergnier qui a reçu la Croix de Guerre à la fin de la guerre, retrouver trois clichés sur le site de la ville. Les photos ont été prises le 27 mars 1917 pour l’une et le 30 mars pour les deux autres. Littéralement, il ne reste rien de la petite ville. http://www.commune-mairie.fr/photos-premiere-guerre-mondiale/tergnier-02738/

. Remettre le tout en perspective grâce à l’étude très intéressante du Lieutenant David Sbrava  avec de nombreux clichés dont ceux sur Margny et Tergnier cités dans L’Illustration  dans « Les destructions du patrimoine en Picardie vues par la section photographique et cinématographique de l’Armée (SPCA) » http://insitu.revues.org/11012

. Pour les chiffres de jeunes paysans parmi les soldats,  voir en première approche http://derdesders.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/12/13/glossaire-d-a-a-z-des-paysans-et-la-grande-guerre.html  

. Retrouver la ville de La Flèche sur les bords du Loir dans de département de la Sarthe dans http://www.ville-lafleche.fr/retour-en-images/  

. Sur l'arbre, qui sert de totem pour célébrer ou commémorer un grand événement, voir en particulier un cliché de brigitte Libaud d'un chêne portant une plaque de la Victoire de la Marne en 1915 http://www.oratoires.com/   

. Pour  le chêne, http://www.lesarbres.fr/chene2.html

. Photos Elisabeth Poulain à partir de ce n° de l’Illustration. Pour les autres photos, il vous faut consulter chacune des sources citées.    

Voir les commentaires

Christophe Lesort quitte ses fonctions dans la collectivité angevine

14 Novembre 2014, 09:18am

Publié par Elisabeth Poulain

Le titre en commençant par Christophe Lesort  en Ier.  Cet urbaniste, qui aime les gens et la ville, vient de quitter ses fonctions de Directeur général délégué de la Société Angers Rives Nouvelles pour prendre sa retraite. Il devient maintenant consultant dans ce domaine très foisonnant de l’aménagement de la ville en phase avec son évolution dans le temps.  

DSC03945

Un chaleureux pot d’adieu dans la grande salle de la mairie d’Angers,  s’est tenu en la présence du maire en exercice Christophe Béchu, d’un des précédents maires Jean-Claude Antonini  ainsi que de Jean-Luc Rotureau, un des candidats à l’élection à la mairie d’Angers. M. Frédéric Béatse, l’ancien maire  étant retenu à Nantes par ses fonctions. Christophe Lesort n’a pas oubliée pas non plus de citer M. Jean Monnier, maire d’Angers, qui l’avait fait venir à Angers, avant que M. J-C Antonini prenne le relais. 

DSC03937

A l’Hôtel de Ville d’Angers, en ce 29 septembre 2014, outres ces hauts représentants de la ville, il y avait de nombreuses personnes attachées aux différents services de la ville et des organismes associés.  En particulier les membres des équipes avec lesquelles Christophe Lesort a travaillé pendant 14 ans depuis qu’il s’est s’installé à Angers, avec sa famille. Etaient présents aussi ce jour, quelques membres-citoyens des ateliers qui ont participé à la grande opération de concertation urbaine qui s’est déroulée pour lancer le projet de l’aménagement des Berges de la Maine à Angers.    Jacques Bineau était là aussi; c’est un des associés du cabinet de psychosociologie Emanence. Avec Gérard Bossé, son associé, tous deux ont conduit avec beaucoup de finesse la concertation avec les habitants,  une grande première pour la ville d’Angers. 

 DSC03913  

Dans le domaine de l’aménagement de la ville, on ne  travaille jamais sans les autres, comme le souligne Christophe Lesort. « Le travail d’une vie ne se fait jamais seul. » On porte le projet urbain en équipe,  en s’enrichissant chacun des apports des autres et des échanges qui se font naturellement. C’est toujours le cas dès lors que l’on parle  de la ville et de son accès à l’eau, comme ici à Angers touchée aussi par une déccélération industrielle. Ou de sa profonde revitalisation comme à Dunkerque, dans un territoire très meurtri par les guerres. Angers, Dunkerque, mais aussi Angoulême et Marseille constituent les quatre grandes collectivités locales dans lesquelles Christophe Lesort s’est impliqué, avec toujours beaucoup de contact avec les gens du terrain.

DSC03912

Aucune de ces villes ne ressemble à une autre. Chacune a sa culture. « Je suis frappé, dit-il par la différence des cultures. Je m’élève par exemple contre l’idée de la banalisation des villes. » Ses diverses expériences professionnelles sur le terrain lui permettent en effet  d’avoir développé une forte sensibilité à la diversité urbaine, sociologique, patrimoniale et paysagère du territoire urbain angevin. Cette palette de différenciations est aussi une des singularités notables de la France et une de ses profondes richesses.

DSC03914

Quant à ses liens avec l’Anjou, il dit simplement « j’ai pris des racines ici. » Il est vrai que le projet d’aménagement des Berges de Maine, qui s’est poursuivi par la création de la société publique locale Angers Rives Nouvelles, dont Christophe Lesort est devenu directeur général délégué, est devenu, avec ses 300 hectares de reconquête en centre-ville et la très forte imbrication des différentes problématiques qui se posent à la ville, quasiment un modèle de grand projet urbain qui apporte de nouvelles visions de la culture du métier… La ville se construit petit à petit, dans sa durée en perspective pour qu’elle puisse se développer…A Angers la crise industrielle a été différée, l’habitat social est intégré à la ville, les cultures sont différentes. Ici on est plus dans une culture boule de fort, qui n’est pas forcément celle de la ligne droite… J’ai vécu ici une aventure professionnelle exceptionnelle.  »

 DSC03911     

Comme l’a noté M. Christophe Béchu dans son discours préliminaire, « ces différents lieux de travail cités par l’urbaniste présentent beaucoup de nuances et de différences. Christophe Lesort a montré une grande capacité d’adaptation et un attachement sincère à Angers, un véritable amour porté à son développement…dans un dossier qui demandait beaucoup de pédagogie. »  Concernant plus spécifiquement l’opération Berges de Maine, il rappelle qu'il s’agit d’arrêter de tourner le dos à la rivière, une intuition partagée par les Angevins. La situation (de la traversée automobile) est très compliquée en raison de la rocade centrale (qui coupe la ville en deux). « Ces villes (citées par CL) présentent beaucoup de différences et de nuances, qui nécessitent de grandes capacités d’adaptation… L’énorme travail de réflexion qui existe actuellement à  Angers répond à la question de savoir ce qu’il faut faire à court terme dans une vision à long terme. Ce travail d’aujourd’hui sert de base pour demain et après-demain ». Et le maire « remercie Christophe Lesort du fond du cœur. »  

DSC03964

Quant au héros du jour, il remercie à son tour avec beaucoup de chaleur « les habitants qui ont donné beaucoup de leur temps pour faire un vrai travail de fond avec les professionnels et impulsé un vrai mouvement, ainsi que les élus, sans qui rien ne pourrait se faire. » Et il termine avec un grand sourire par cette magnifique citation de François Ier qui garde toute la force de sa profonde vérité:

« Si on se préoccupait de l'achèvement des choses, on ne construirait  jamais rien. »

DSC03930

Pour suivre le chemin  

. Attendre avec patience le texte promis par Christophe Lesort sur sa vision de la ville et son parcours professionnel.

. Retrouver les grandes lignes de son profil professionnel sur https://fr.linkedin.com/pub/christophe-lesort/61/76/37 , 2013-2014- directeur général délégué de la SPL Angers Rives Nouvelles, 2008-2012- directeur de la mission des berges de Maine de la ville d'Angers,  2000-2008- directeur de l’Agence d'Urbanisme de la Région angevine,  1989-2000- directeur de l’Agence d'Urbanisme et de Développement de la Région dunkerquoise.

. Relire sur ce blog le billet dédié à la grande opération de la reconquête des Berges de Maine, orchestré par Christophe Lesort, alors urbaniste responsable de l’Agence d’Urbanisme de la Région angevine (AURA) http://www.elisabethpoulain.com/article-amenager-les-rives-de-maine-christophe-lesort-urbaniste-angers-64597020.html

France-Poulain-Architecte-des-Bâtiments-de-France-Mairie Angers

. Photos Elisabeth Poulain prises lors de la chaleureuse cérémonie.

Voir les commentaires

Le sucre-glace en personnages, formes & couleurs > Daddy en exemple

11 Novembre 2014, 11:10am

Publié par Elisabeth Poulain

             

Comment connaître et reconnaître le sucre, le matérialiser à la vue, sans utiliser les mots habituels qui parlent de douceur, de plaisir, de réconfort, de partage…En particulier pour des enfants qui ne possèdent pas encore la capacité de comprendre tous les mots compliqués des adultes. Par contre, ils savent dès leurs premières heures de vie reconnaître la saveur sucrée qu’ils distinguent très bien de l’amer, du vinaigré… qui provoquent chez eux immédiatement des grimaces de rejet. On ne les voit jamais ces mimiques de répulsion  avec le sucré et cela partout dans le monde. C’est quand même extraordinaire.  

DSC05726-copie-1

L’exemple du sucre glace Daddy. Ce sont quatre flacons plastiques revêtus d’une pellicule plastique en couleurs de 500 grammes sorties en en série limitée, il y a plusieurs années. Je les avais achetées à l’intention d’étudiants de cinquième d’école d’ingénieurs. Ils avaient eu à étudier, qualifier et commenter le packaging de ces flacons qui ont même conservés leur sucre glace. Un exercice intéressant aux réponses vraiment différenciées selon les nationalités ou l'origine régionale des étudiants composant les groupes de travail.  

Quelques mots sur le flacon. C’est un gros tube resserré à la taille de façon à pouvoir le prendre facilement dans une main d’adulte, ce qui pose la question de la cible visée par ce packaging. Il mesure 18cm de hauteur, bouchon compris. Il atteint 29,4cm à la poitrine et aux hanches, son tour de taille étant de 24cm. Il est revêtu en haut d’un bouchon à vis rose dont une partie se relève afin de pouvoir verser le sucre plus facilement, l’amidon ajouté au sucre glace ayant pour objectif à de faciliter l’écoulement du mélange.   

    DSC05716

. Le trio de la première série. Le seul flacon que j’ai pu me procurer est un personnage à destination des filles, les deux autres étant plutôt faits pour des garçons. Ce sont « les catcheurs de glace ». Celui qui est en bleu veut faire peur avec sa grosse moustache retombante, tandis que le violet  éveille ma perplexité avec ses yeux qui louchent.

La mignonne toute en rose. Elle a de grands yeux étirés qu’on devine sous un masque, avec un cœur au-dessus du nez. Ses lèvres sont roses. En guise de bras, elle a des spatules pour faire les gâteaux et sur son ventre rebondit, elle porte un tablier où il est marqué « Daddy ». Sur son ventre, elle porte à la hauteur du nombril le logo de Daddy « Sucre Glace ».

DSC05722

. Le trio de la seconde série. Ce sont tous des flacons-garçons. Le look a changé. Le design est plus travaillé. La recherche d’humour est clairement perceptible et le travail sur les couleurs plus amusant. Visuellement la série est plus réussie. Ils font partie d’ « Entreprise brises-glace » avec un s à brises, qui ressort en blanc sur fond marron. Le bouchon est maintenant plus sophistiqué avec un côté « verseur » à grande ouverture  et un autre côté « moulin » à grille.

L’Orange. Le bonhomme a une casquette bleue avec le sigle Daddy, des yeux qui biglent et quatre quenottes (des dents) qui ressortent. Son ventre rebondi est orné d’une ceinture porte-outil, avec en particulier une clé bleue, tandis que sa main droite tient un tourne-vis.

DSC05724

Le vert. Sa casquette est orange-jaune. Ses yeux biglent aussi. Il n’a que deux quenottes qui ressortent sous une moustache. Et il a un marteau sur le ventre et une sorte de règle à la main droite.

DSC05719

Le rose. Une casquette verte occupe le haut de son front, sa moustache ne laisse voir que deux dents, une de chaque côté, son ventre est orné d’une sorte de spatule  et sa main s’efforce de tenir une clé. 

Le  score entre les trois derniers et entre les deux roses. C’est l’orange qui est le plus réussi à mon goût. Quant à la comparaison entre le flacon-fille rose à la bouche rose et le flacon-garçon moustachu, c’est le second qui l’emporte visiblement. Les outils gagnent contre les grandes cuillères à pâtisserie, le flacon fille étant franchement kitch.Par rapport aux autres, il est daté.

Reste quand même quelques éléments troublants qui interrogent, à savoir :

DSC05727

. A qui est destiné ce packaging, à la personne qui fait les courses, celle qui fait la pâtisserie, aux enfants dont les mains sont trop petites pour tenir le flacon et qui pourtant semblent être la cible choisie?

.  N’est-ce pas une façon de transformer le flacon de sucre-glace, dont la consommation ne doit pas être si développée, en objet ludique et de décoration pour la cuisine, une habile façon de renforcer la présence du sucre dans l’univers de la cuisine familiale ? Une façon très directe d’associer la cuisine au sucre et cela par le jeu visuel dès l’enfance ?

. La forme ronde, très ronde n’est-elle pas aussi le signe d’une personne bien nourrie, dont la silhouette appelle la sympathie ? Dans de nombreux pays du monde, la rondeur est un signe très  positif.                    

Pour suivre le chemin

. Retrouvez la marque Daddy sur http://www.daddy.fr/#daddy . Voir aussi le site mère http://www.cristal-union.fr/le-groupe/nos-marques/ à Actualités 2013 avec  la boîte rose qui se met au vert, ainsi que l’entreprise  CristalCo cité sur les flacons juste avant l’adresse de Daddy  http://cristalco.fr/produits-services/sucre/   

. Photos Elisabeth Poulain à voir dans l'album photos "Manger2"

Voir les commentaires

A Paris > L'or de la Tour Eiffel sur le fond noir de la nuit

8 Novembre 2014, 18:02pm

Publié par Elisabeth Poulain

A Paris, tout prend plus de résonnance qu’ailleurs. Il y a le Paris du jour, le Paris de la nuit et celui de l’entre-deux. Celui qui revient deux fois par 24 heures, que ce soit l’aube quand le soleil se lève ou le crépuscule quand l’astre se lève. Pour chacun de ces évènements que continuent à chanter les poètes, les photographes, les amoureux, les promeneurs …, il y presque toujours la Tour Eiffel. Comme si le déroulé du cycle du temps à Paris, plus qu’ailleurs, pourtant prévisible ne pouvait se passer d’une déesse iconique qui appartient clairement au genre féminin à la forme proprement phallique. Cette Dame de Fer constitue une prouesse visuelle pourtant dont personne ne s’étonne et qui est abondamment utilisée par la publicité pour les femmes.

Paris-la-nuit-Tour-Eiffel-approche-DSC05051

L’heure de la nuit. Il devait être 11h du soir, un moment où il y a encore quelques piétons et suffisamment de voitures pour qu’on s’y sente bien. Le trafic automobile  garde la ville vivante. On ne note pas encore le ralentissement propre aux petites heures creuses, celles qui sonnent un certain vide propre à libérer des angoisses pour celles ou pour les quelques ceux qui rentrent à pied. C’est aussi le bon moment pour aller souhaiter bonne nuit à la Grande Chérie, avant de repartir vers un ailleurs.  

Paris-la-nuit-Tour-Eiffel2-DSC05057

L’approche. Elle s’est faite en voiture par la rive droite en traversant le pont de l’Alma. Nous avons déjà pu l’apercevoir vue de la Seine au-dessus des arbres qui bordent le Quai Branly. Tout va alors très vite. Il s’agit pour moi de mitrailler la Tour ou du moins ce qu’on en voit alors que la voiture roule.

Paris-la-nuit-Tour-Eiffel3-DSC05058

Ces photos de la Tour la nuit signent une rencontre entre la brillance incroyable de la Tour toute en or et le fond noir très profond du ciel parisien. Chacun sait pourtant qu’une ville la nuit continue toujours à éclairer le ciel, au point de former des dômes de pollutions lumineux dénoncés par les écologistes. C’est réellement mon premier étonnement, comme si le ciel parisien jouait le jeu de rester noir autour de la Tour en marque de respect pour la star pour mieux faire ressortir sa silhouette.

Paris-la-nuit-Tour-Eiffel4-DSC05059

Quant à l’or, il est vraiment si présent, si vivant  qu’on voudrait le toucher. Il ne ressemble en rien à ce qu’on voyait de la Tour Eiffel la nuit il y a quelques années. C’était surtout le Ier étage qui était éclairé par de puissants projecteurs dissimulés dans les grands arbres qui entourent la Tour aux quatre coins, avec des ampoules le long des rambardes. Quant à la partie haute, elle était peu présente en tant que telle. On la devinait surtout par le puissant rayon laser bleu qui balayait Paris sans faiblir pendant toute la nuit. On guettait son passage comme autant de témoignages de ses pulsations de vie. Certains l’interprétaient aussi comme une caresse bienveillante qui apaisait la ville pendant son sommeil relatif.

Paris-la-nuit-Tour-Eiffel5-DSC05060

En cette fin octobre 2014, des touristes qui viennent admirer la Tour la nuit sont encore présents. Il est vrai que la soirée est douce, bien qu’une petite pluie fine ait menacée dans la journée. Ce soir le temps est clément. Et les prises de photo se suivent sans respect aucun de la verticalité ou de son compère l’horizontalité. « Allez vite, vite, on enchaîne, quel que soit l’endroit de la Tour qui peut être saisi… ». Vous avez devant les yeux le résultat d’une danse photographique qui nous a bien fait rire.

Paris-la-nuit-Tour-Eiffel6-DSC05061

Et l’or? Il vient à la fois d’un profond changement technologique et d’une volonté toute politique de faire de la Tour l’emblème de Paris quelle que soit la saison. La Tour est maintenant surtout éclairée de l’intérieur, en tous points de façon à ce qu’il n’y ait plus aucune zone d’ombre. On voit la silhouette entière. La puissance de l’éclairage est telle qu’on a vraiment l’impression de voir de l’or liquide vibrer devant soi en forme de tour. Quant au célèbre rayon bleu, j’ai vainement cherché à le voir. Peut-être a-t-il été remisé au rayon des accessoires dont on ne sait plus que faire, quand son temps est dépassé. Portant regardez  bien la dernière photo, vous y voyez un rayon bleu qui part vers le haut...C'est ça Paris, il y a toujours un peu de magie.     

Vous savez ce qui vous reste à faire…

  Paris-la-nuit-Couleurs-DSC05045     

Pour suivre le chemin qui mène à Paris, à la Tour Eiffel

. Retrouvez Paris la nuit, à l’aube, au crépuscule sur  https://www.google.fr/search?q=paris+%C3%A0+l'aube&biw=1366&bih=622&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=s6NcVL3rJITYOKDZgDA&ved=0CAcQ_AUoAg#tbm=isch&q=paris+la+nuit+photos 

. Des informations pratiques sur http://www.tour-eiffel.fr/images/PDF/tout_savoir.pdf

. Photos Elisabeth Poulain et France Poulain

Voir les commentaires

Le Chow-Chow, un chien à la mode en 1927, selon Vie à la Campagne

4 Novembre 2014, 12:31pm

Publié par Elisabeth Poulain

 

D’abord « Vie à la Campagne ». C’était une revue du groupe Hachette. Elle se voulait résolument moderne comme on disait à cette époque qui s’éloignait de la fin de la guerre en 1918, juste avant le krach de 1929. On était dans un entre-deux qui voulait croire dans des  jours meilleurs. Le magazine était un curieux  mélange d’une forte volonté de modernisme dans la recherche de meilleures pratiques culturales, de cages adaptées pour la volaille, de sélection des bonnes races à viande … pour des exploitants agricoles,  ainsi que d’une volonté assurée de vivre très confortablement dans de belles maison entourées de parc, comme des bourgeois raffinés. Avec toujours des dessins admirables et des plans, comme dans ce numéro qui présente un chalet 4 pièces juste en dessous d’une grande demeure en forme de cour normande en page 494-495. Le titre complet de la revue était « Vie à la campagne et Fermes et Châteaux réunis, revue pratique avant tout »

Chow-Chow, L'Illustration-couverture-19271201-DSC05551

La très forte présence animale. Elle se manifeste par  des textes très documentés avec des exemples de terrain, des dessins ou des plans et toujours des photos. C’était un positionnement tout à fait volontaire de la part du comité de direction placé sous la présidence d’Albert Maumené. Il y avait une volonté affirmée de répondre à des besoins précis d’information et de formation au bénéfice de ces néo-ruraux avant-gardistes, comme on ne disait pas à l’époque. C’était une démarche affirmée et positive du retour à la terre, source de richesse et de revenus, à la condition de chercher toujours à parfaire ses connaissances et d’utiliser les moyens modernes d’exploitation. Le positionnement de la revue découlait directement de cette volonté plurielle.

 Chow-Chow, fils de champion, Vie-à-la-campagne-19271201-DSC05559  

Le Chow-Chow, Chien à la mode. Il fait la couverture dans un cliché bleu très contemporain. A l’intérieur, l’article est signé par Mme E. du Bois de Roest qui a véritablement lancé en Belgique et en France la race des chow -chow. Le texte écrit en petits caractères développe sur grande page et demie les qualités du chien. L’autre page et demie précise les conditions de l’élevage de ces chiens. Une double page est consacrée aux photos ; l’une présentant deux séries de 5 et 6 photos de plusieurs chow-chow en provenance de l’élevage de T’Kell’Sie fondé par l’auteure de l’article  et à son verso deux séries de 4 et de 5 clichés, le Ier sur un chenil de  chow-chow et l’autre avec des chiots et des enfants. Le second texte sur l’élevage est enrichi en outre de deux plans, la coupe d’un chenil pour deux chiens adultes avec le plan. C’est dire qu’avec cet article, vous saurez tout sur tout ce qui concerne cet animal doté de tant de qualités.

Chow-Chow-planche1, Vie-à-la-campagne-19271201-DSC05552

Le Chow-Chow. Dans l’article, son nom est toujours cité avec des majuscules, pour montrer la considération de l’auteur-éleveur pour ce chien si spécial à la triple fonctionnalité. C’est d’abord la plus vieille race canine au monde qui date d’environ, il y a 4000 ans av JC. Née vraisemblablement en Mongolie, on la rencontre en Chine septentrionale, au Thibet, comme la dame l’écrit, en Corée…Il est à la fois un chien de  garde très protecteur de son maître, un chien de chasse et un chien comestible à la chair recherché. Ce sont surtout de jeunes chiots de six mois engraissés à cet effet et au poil noir qui sont  le plus appréciés. Cette viande de choix est célèbre en outre parce qu’elle développe l’intelligence de celui qui la goûte. Si l’auteur commence par cet aspect propre à choquer les esprits européens même à l’époque, la raison en est simple : "chow signifie en effet la mastication et chow-chow ce qui se mange." La dame prend la précaution de rappeler que manger de la viande de « toro andalou » le lendemain d’une corrida n’a jamais coupé l’appétit de ceux qui choisissent des escalopes (de taureau) à Grenade ou Cordoue.

Chow-Chow, planche2, Vie-à-la-campagne-19271201-DSC05553

Vous comprenez aussi pourquoi ce chien porte un nom à  double  majuscule dans l’article. En mandarin, son nom signifie  « chien-lion boursoufflé ». Il était utilisé en Chine pour sa puissance lors de la chasse au loup, sa résistance au froid grâce à son poil long épais avec un sous-poil laineux dense et à l’effort ainsi que ses grandes qualités au service de son maître. Le chow-chow a été introduit à partir de 1880 d’abord en Grande-Bretagne et après la première guerre mondiale en Europe continentale. Il est devenu très vitre  populaire dans le Tout-Paris, grâce à sa silhouette particulière, dense,  robuste, « toujours majestueuse …quelque chose de grave dans son attitude » et à sa langue bleue. On le connait en Europe surtout dans sa robe claire, beaucoup moins avec sa fourrure noire.

Chow-Chow-planche3-Vie-à-la-campagne-19271201-DSC05554

Ses qualités sont nombreuses. C’est d’abord la fidélité à son maître qui est citée ; viennent ensuite sa force physique et sa résistance. Son intelligence est indéniable non seulement dans ses rapports avec son maître mais aussi  dans la connaissance d’un territoire, de « la topographie » selon l’auteur. Il reste toujours en lui « un reste de sauvagerie, un instinct  de domination » quand il rencontre un autre mâle, dont il faut  se méfier ; tout comme il est fondamental pour le maître de s’imposer comme tel auprès de son chien sans discussion ni atermoiement, sous peine d’avoir de gros problèmes relationnels… En promenade, le chow-chow se conduit comme un gentleman ». Encore faut-il qu’il n’ait pas pris la mauvaise habitude de tirer…A la campagne, faites bien attention à ce qu’il ne voit pas de mouton. Il se pourrait que ceux-ci  aient de sérieux problèmes, si le chien arrive à s’échapper. Il faut le tenir fermement en laisse et ne pas relâcher son attention.  

Chow-Chow, planche4-Vie-à-la-campagne-19291201-DSC05555

Un dernier conseil de Mme du Bois de Roest concernant le chow-chow, pour finir,  «  si vous voulez en posséder un, achetez-le de bonne origine, choisissez-le jeune et vous n’aurez jamais d’ami plus fidèle ni de compagnon plus sûr et plus agréable. » Je gage que ces conseils sont toujours les bienvenus aujourd'hui.          

 

Pour suivre le chemin

. Une précision d’abord. Ce billet n’est en aucune façon un résumé de tout l’article très dense qui aborde tous les aspects du chow-chow, tant au point historique, que ses caractéristiques, ses qualités et aptitudes, la conduite de l’élevage, son avenir ...dans la première partie concernant le chien directement (p 466 et 469). Quant à la seconde partie –p.469 et 470- concernant son élevage de chow-chow sur le continent je n’en parle pas du tout. J'ai privilégié le thème de la relation entre la personne humaine et l'animal.    

. La Vie à la Campagne, Hachette, vol. XXIV, n° 294, 1er décembre 1927. La présence animale est extrêmement forte dans ce mensuel de décembre 1927. Outre le chow-chow, désigné comme un chien à la mode, des articles sont consacrés à la volaille, à la préparation de lapins à des expositions, à la production de lapins, aux débuts d’un petit élevage de renards avec des belles photos et surtout un admirable plan d’une (triple) « cage pour polygamie », avec le mâle au milieu et une femelle de chaque côté. On trouve aussi un article sur l’anatomie du pigeon, avec une pleine page de texte et l’autre de deux planches anatomiques, ainsi qu’un grand article sur « 2 excellentes races de canard pour la ponte…, les Orpington et les Khaki-Campbell ». Tout ça, sans compter les publicités pour des poulettes, des poussins, des lapins, des porcs...Sur la photo ci-dessous, vous voyez une chèvre allaiter des chiots CC.

Chow-Chow-chiot-chèvre-allaitante-Vie-à-la-campagne19271201DSC05556

. Certains numéros sont visibles sur   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34463306g/date

. Retrouvez Mme E. du Bois de Roest,  qui a fondé le toujours célèbre club de Chow-Chow T’ Kelle ‘ Sie, sur http://www.belgianchowclub.com/Belgian_Chow_History-2.htm. Cette dame, qui écrivait aussi très bien, a donné son nom à une course de chevaux. Le cheval de course est une des traces vivantes qui reste d'elle, outre son amour des chow-chow. Une hypothèse est qu'on la voit dans la planche n°2 au milieu de la rangée du haut.    

. Impossible de trouver sur le net des informations sur le Château et le parc de Pierrefonds près de Bruxelles, où se trouvait l'élevage et qu’elle cite dans son article.

. Photos Elisabeth Poulain à partir de celles de l’élevage de Mme. du Bois de Roest pour les deux premières séries sur le chien en page 467 et non nommées pour les secondes (page 468) concernant l’élevage sur le continent.  

Voir les commentaires

3 Cartes publicitaires réunies, improbables, venant de Belgique

1 Novembre 2014, 18:34pm

Publié par Elisabeth Poulain

     

Elles sont toutes les trois un peu ou franchement bizarres. Leur visuel détonne, étonne... Les trois rapprochées font  sourire au point que je les ai gardées en me disant qu’un jour, j’en ferai quelque chose. Elles ont aussi en commun d’avoir été trouvées à Bruxelles. Elles sont belges d’origine pour deux d’entre elles alors que la dernière doit venir de France. Elles ont toutes « un je ne sais quoi » qui fait leur différence.

The White Hotel-Selection-Design Bruxelles

. “The White Hotel Selection-Design we”. Imaginez, vous faites partie du service communication du « The White Hotel » et vous voulez faire connaître le « design belge online », avec le blanc et le design qui sont  au cœur  du concept même du célèbre hôtel blanc situé avenue Louise à Bruxelles. Que choisissez-vous comme visuel ? Une carte postale grise, avec des gros titres en gris plus ou moins foncé et…un cœur rouge au bas de la carte entre WE et NOW AVAILABLE ON LINE.

Le mystère ne s’éclaircit guère avec l’explication au verso “ If you love Belgian design as much as we do, you will  obviously want to take some home with you. An old Belgian saying”. Ca, c’est pour l’humour, comme si c’était un dicton. L’adresse figure en bas en rouge www.thewhitehotelselection.com avec l’argument suivant « Our selection of Belgian design delivered worldwide. » Et vous dites “Oh yes, great”.    

Belgo Burger, L'oignon fait da force, Mc Do

. « L’oignon fait sa force, Belgo burger, Un gout surréaliste ». Voilà une de mes cartes publicitaires préférées. L’explication du visuel ressort sur une nappe marron et beige comme on pouvait en trouver en 1950. On dirait une toile cirée.Le verso de la carte vous donne la clé de ce mystère. C’est un « Belgo burger. Nouveau chez McDo », une carte gratuite éditée par « boomerangjack.be». Imaginez emmenez votre petit ami en lui disant « il faut absolument que tu goûtes le belgo burger à l’oignon. Pourquoi. Parce qu’il est surréaliste ! ». Il ne reste  qu’à définir un McDo surréaliste. C’est possible puisque les Belges l’ont fait.   

Je l’ai trouvée à Gand un dimanche de temps gris, mouillé et froid, en déjeunant sur la Grand Place prestigieuse où ce fast food offrait la seule alternative à des restaurants certainement de grande qualité aux tarifs impressionnants, à comprendre dans le sens de très chers. Ce devait être du haut de gamme.   

Léon le caméléon-Ni vu ni connu

. Léon le caméléon de Kris di Giacomo qui jette son slip dans le buisson par derrière lui d’un geste ample et déterminé. Il est très sérieux. Lui est vert, l’herbe aussi, le buisson également, le ciel est bleu ciel et le slip est orange. Ce dessin est une création du dessinateur cité extrait de l’ouvrage pour enfants « Ni vu, ni connu » sur un texte de Mickaël Escoffier. Après enquête sur le Net, l’ouvrage est très apprécié des petits enfants et de leur maman qui leur font la lecture. Ce petit caméléon vert n’a pas de papier pour s’essuyer les fesses, après avoir fait "son gros besoin". Il utilise donc une vieille culotte trouée…ce qui lui fait connaître des tas d’aventures qui réjouissent les petits auditeurs. La carte au recto ne comporte que le dessin et le verso donne les quelques informations citées avec la source qui est l’association des Libraires spécialisés Jeunesse.

Trois cartes, avec le blanc qui choisit le gris sur gris pour s’exprimer, avec juste un coeur rouge en bas pour convaincre, la toile plastique marron et beige en passant par le goût de l’oignon pour vanter son burger surréaliste et le petit monstre vert qui jette calmement sa culotte, sans dire qui il est au recto comme au verso. Ma préférée est bien sûr la seconde à la toile cirée marron et beige. Pour convaincre les jeunes, je suis sûre ou presque que cela a suffi pour lancer le burger à l'oignon surréaliste...Il faut le faire quand même.    

 

Pour suivre le chemin

. The White Hotel a maintenant changé de nom. Il s’appelle dorénavant le Ibis Styles Brussels Louise, parce qu’il est situé avenue Louise au n°212, 1050 Bruxelles, à voir sur  http://www.ibis.com/gb/hotel-8915-ibis-styles-brussels-louise/index.shtml

. Quant au White Hotel Selection, il n’existe plus en tant que tel, sous ce nom-là du moins. Le design belge est toujours bien vivant. J’ai choisi de vous donner l’adresse de créateurs en auto-production http://www.mybelgiumdesign.be/

.  Belgo burger, Nouveau chez Mc Do, boomerang, une agence belge de cartes publicitaires gratuites qui ne donne que son n° de téléphone. L’agence vient de fusionner maintenant avec Field & Concept, à retrouver sur  http://www.boomerang.be/assets/press/boomerang-field-press.pdf

. « Ni vu, ni connu », Frimouse, novembre 2009 sur http://www.babelio.com/livres/Escoffier-Ni-vu-ni-connu/178527, Association des libraires spécialisés jeunesse sur www.citrouille.net  

Cet ouvrage est recommandé pour l’apprentissage de la lecture sur    http://materalbum.free.fr/nivuniconnu/fichier.htm

. Photos Elisabeth Poulain, d’après les cartes postales.   

Voir les commentaires

Les murs jaune & orange de la Havana vieja, Havana Club, Pernod-Ricard

29 Octobre 2014, 20:07pm

Publié par Elisabeth Poulain

      

A Cuba, dans la vieille ville de La Havane, classée au titre du Patrimoine mondial de l’UNESCO, beaucoup de vieilles et belles demeures sont peintes en couleurs. Il y a des jaunes clair adoucis d’une teinte de miel, de l’orange et aussi maintenant des bleus doux, des roses…. Certaines façades ont été restaurées telle celle qui abrite le Musée du Rhum ; d’autres ont gardé plus ou moins leurs teintes d’origine. Les murs dont je vais vous parler  aujourd’hui vous racontent une histoire différente et pourtant liée, l’un parce qu’il sert valoriser la musique et la danse cubaine dans le cadre de la Semaine du Havana Club pour son 10è anniversaire en 2004 et l’autre est une publicité pour le Havana Club 3 ans d’âge en Allemagne.

La Havane-mur-jaune-Havana-Club-Pernod Ricard-2004-DSC05515

. Le mur jaune est celui qui nous intéresse d’abord. Le mur a perdu une partie de son crépi en deux endroits vers le bas et la peinture jaune a déjà dû servir de cache-misère.   C’est le cliché qui figure en couverture d’« Entreprendre », le magazine du Groupe Pernod Ricard. Il s’agissait pour le Groupe de célébrer en 2004 le 10è anniversaire du Havana Club, comme en témoigne la taille du lettrage de la mention 10 ans qui figure en rouge éclatant. On y voit une jeune femme danser au son de la trompette dont joue le musicien. Tous deux sont habillés de blanc. Elle est éclatante de vie ; elle rit franchement sur ses talons très hauts face à lui qui est très concentré. Le couple symbolise la joie de vivre telle qu’on l’imagine aux Caraïbes et à Cuba en particulier à nouveau, en partie grâce à la musique,  à la danse et … au rhum. 

On ne sait si la scène se passe  dans la rue ou dans une cour. Il semblerait que la seconde hypothèse soit la bonne en raison de l’absence de marche. Les deux portes turquoises sont fraîchement repeintes, celle de gauche semble être la plus importante. Elle est entourée d’une  bande blanche soulignée d’un trait noir. C’est le noir aussi qui a été choisi pour finir le mur en bas, à sa rencontre avec le sol. La partie noire qui court sur le mur proche de la porte de droite de haut en bas semble être une ombre portée.

Les couleurs associés à ce jaune très doux à l’œil, outre le vert turquoise adouci, un peu de blanc en bandeau autour de la porte et du noir en séparation entre le jaune et le blanc, sont le blanc et le rouge. Le nom du magazine « Entreprendre » figure en blanc ainsi que le logo et la signature de PR, tout comme le nom de la marque Havana Club en signe de revendication forte.   La présence du rouge est moins disséminée mais plus impactant. Ce rouge doux adouci d’une pointe de jaune  est  concentré sur le dixième anniversaire, avec un « 10 »  qui occupe la moitié de l’espace en bas sur toute la hauteur des jambes du musicien. Les pieds de la danseuse sont en partie occultés par les « ans » en rouge. Le rouge constitue, avec la forme carrée et le logo du groupe, un des trois marqueurs identitaires de Pernod Ricard.

La Havane-mur-orange-Havana-Pernod-Ricard-2004-DSC05516 

. Le mur orange avec un lettrage jaune ancien et des traces de peinture verte en sous-couche. C’est la photo d’un vrai mur qui est resté dans son jus depuis un certain temps ; une façon de dire qu’il n’a pas été repeint depuis qu’il était passé du vert à l’orange. A ce moment-là, il était orné de lettres jaunes que l’on devine tout en haut  sur le mur proprement dit ainsi que sur la colonne du côté droit. Ce relief en forme de colonne avec un socle orné d’une étoile à cinq branches et au-dessus d’une plaque à coins coupés en arrondi marque la volonté d’anoblir la façade. Cela n’avait pas empêché le peintre de continuer à écrire dessus à la demande certainement de son client.    

Cette fois-ci il s’agit d’une vraie publicitéet non pas de la couverture du magazine du Groupe Pernod Ricard. Comme le signale le magazine en page 25, c’est une campagne utilisée en Allemagne. C’est la raison pour laquelle l’argumentaire  est écrit en allemand « Es lebe das Leben. (Havana Club) Cuba flüssig. »  qui est difficile à traduire. La première partie  peut se lire comme « La vie se vit. » ou plus simplement « La vie, c’est ça » , suit la photo d’une bouteille Havana Club 3 ans d’âge, puis « Cuba flüssig », qui veut dire « Cuba facilement ou aisément. » L’idée semble être que savourer un rhum Havana Club est la façon la plus naturelle de comprendre et d’aimer Cuba. Il suffit en allemand de six mots et d’une bouteille pour exprimer cette idée. Une petite phrase pourtant qui rend perplexe les traducteurs automatiques sur le Net. On comprend mieux pourquoi ce visuel est réservé au marché allemand.

Mon choix entre le mur jaune et le mur orange sur vert va clairement au second. Il a gardé trace de son passé sans chercher à devenir beau ou trop beau. Il pose la vraie question du jusqu’où faut-il relifter un vieux  bâtiment ? Faut-il changer ses couleurs au risque de tout ou de beaucoup harmoniser pour plaire au goût d’aujourd’hui?  La question n’est pas simple. Et il y a autant de réponses que de situations particulières.   

Pour suivre le chemin

. Aller à la Havane, à découvrir sur http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Havane

. Visiter le Musée du Rhum à la façade jaune adouci , à découvrir sur le site de Pernod Ricard http://havana-club.fr/fr/patrimoine-havana/musee-du-rhum-de-la-havane

La Havane-Habana-Club-Bouteilles jaunes et rouges-2004-

. Consulter « Entreprendre » le magazine des actionnaires de Pernod Ricard, n°44, printemps-été 2004, Havana Club 10 ans

. Pour 2014, Havana Club fête ses 20 ans avec une semaine multi-culturelle très dense et le slogan « Havana Club, nothing compare to Havana »à découvrir sur  http://havana-club.com/sites/default/files/whats-on-havana_october2014_fr.pdf

. Lire aussi http://www.photomazza.com/?ZONE-VARIOUS-ARTICLES-Old-Havana&lang=fr avec de beaux clichés d’aujourd’hui.

. Photos Elisabeth Poulain, avec mes remerciements au  Groupe Pernod Ricard.

Voir les commentaires