Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

La Petite Fille du chocolat Nestlé, Leonetto Garretto, Plaque émaillée

22 Août 2018, 17:31pm

Publié par Elisabeth Poulain

La Petite Fille du chocolat Nestlé, Leonetto Garretto, Plaque émaillée, Cl. Elisabeth Poulain La Petite Fille du chocolat Nestlé, Leonetto Garretto, Plaque émaillée, Cl. Elisabeth Poulain

La Petite Fille du chocolat Nestlé, Leonetto Garretto, Plaque émaillée, Cl. Elisabeth Poulain

Traduction du titre. Voici une des plaques émaillées parmi les plus célèbres réalisées par Leonetto Garretto pour le chocolat au lait Nestlé. Elle représente une petite fille de style « cubiste ».  On l’appelle de ce fait plutôt «  La petite fille cubiste » que « La petite fille du chocolat au lait Nestlé ». Certains enlevant même la référence au chocolat pour ne garder que celle à Leonetto Garretto. Toutes ces dénominations montrent l’importance  que cette plaque  a eue pour Nestlé. L’entreprise a en effet  commandée plusieurs versions à l’artiste, du fait du retentissement que cette œuvre publicitaire  a eu dans la société. De ce fait j’aurais plutôt tendance à l’appeler moi,   « La petite fille  « Nestlé » vue par Leonetto Garretto », en laissant de côté le chocolat au lait qui maintenant est devenu plus que courant, la tendance du marché allant plutôt vers le chocolat noir.

La Petite Fille du chocolat Nestlé, Leonetto Garretto, Plaque émaillée, Cl. Elisabeth Poulain

La Petite Fille du chocolat Nestlé, Leonetto Garretto, Plaque émaillée, Cl. Elisabeth Poulain

La petite fille, dont je vais vous parler, dispose dans la brochure d’un emplacement intéressant en bas de page à gauche. Les dimensions de la photo de la plaque – 8,1cm de hauteur et 5,7cm de largeur - attirent l’attention, mais  également  ses quatre couleurs : un bleu très spécial avec une pointe de violet pour le fond, un orangé réchauffé par du rouge pour la tablette de chocolat au lait, sans oublier le jaune orangé fort de la chevelure et un blanc très légèrement crémé pour le visage, avec une sorte de trainée de couleur rouge léger près de sa joue droite, en partie gauche de la plaque. Ouf, c’en est terminé pour les couleurs !

Mais déjà surgit le déséquilibre des lignes qui brise volontairement cette forte harmonie chromatique. La tête de la petite fille  en forme de casque jaune, qui représente sa chevelure, est scindée en trois parties triangulaires irrégulières. On distingue en effet une petite zone à gauche, tout près du nuage de rouge du visage, une partie haute  très symétrique qui se situe au-dessus du front de la tête penchée vers la droite et une surface à droite qui est la plus lourde, alors même que la tête penche de l’autre côté.

Le visage lui-même résulte de deux parties, sont volontairement non « jointives. Il est coupé presque horizontalement par une ligne qui part du bord interne de l’œil droit - bien ouvert-  vers l’œil gauche qui du coup est fermé parce que la petite fille sourit – en partie basse. C’est à la rencontre de la ligne du sourire que se forme un nuage léger rouge qui dénote, chez la petite fille, l’annonce du  plaisir de croquer du chocolat, dont la tablette est …- vous l’avez devin- rouge orangé !

Arrive maintenant la tablette de chocolat Nestlé que tient la petite fille avec ses drôles de doigts qui ressemblent à des pinces recourbées et qui mettent mal à l’aise, comme une façon d’exprimer la volonté de l’enfant de garder ce précieux trésor pour elle toute seule. Ce rouge orangé attire très fortement le regard : il est à la fois léger, d’une vraie  teinte chaude tout en étant « acidulée », sur une petite surface, comme pour laisser la place d’honneur à la tablette de chocolat au lait « Nestlé Milk ».

Et cela étonne d’autant plus que la main de la petite fille d’un blanc blanchâtre, comme son visage,  n’a pas la douceur de la crème, au contraire…On dirait que ses doigts sont des griffes qui montrent combien la petite fille tient à sa tablette : elle ne veut pas la lâcher. Leur forme ronde est une réponse à la courbure  et du bas du visage et du sourire de la  petite fille. Vraisemblablement, ce blanc est destiné a attiré l’attention sur l’importance de la tablette, dont la bordure gauche forme une ligne directe oblique qui la relie avec le visage de la petite fille Nestlé’s Milk dans sa partie gauche. Il y un assemblage étonnant entre le jeu des couleurs, des lignes                                                                         

                                                                    

La Petite Fille du chocolat Nestlé, Leonetto Garretto, Plaque émaillée, Cl. Elisabeth Poulain

La Petite Fille du chocolat Nestlé, Leonetto Garretto, Plaque émaillée, Cl. Elisabeth Poulain

Vient l’assise de ce visuel,  qui résume les qualités cette fois-ci du chocolat au lait Nestlé,  en trois adjectifs, ONCTUEUX, SAVOUREUX, DELECTABLE, qui se présentent en marche d’escalier. Le coin gauche inférieur se situe juste entre le « U » et le « E » d’ONCTUEUX. C’est une autre facette de la singularité de ce chocolat.  Ils caractérisent aussi l’originalité de cette plaquette. On voit ces trois caractéristiques qui se déclinent en marche d’escalier sans y faire trop attention, alors qu’elles résument les qualités et l’originalité de ce chocolat. La puissance d’attractivité de cette plaquette est telle qu’elle projette sa propre ombre, qui lui confère en plus une dimension en profondeur. On la voit à gauche et en bas de la tablette.   

C'est alors  au tour de notre attention d'admirer le bleu du fond qui est fabuleux. On dirait un bleu associé à du parme adouci avec de la crème. Cette teinte renforce cette étonnante compatibilité des couleurs et des lignes entre elles et qui explique cette  formidable et étonnante attractivité.

Pour suivre le chemin

. Leonetto Garretto, à voir sur  http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Leonetto_Cappiello&action=history    

. Admirer l’extraordinaire créativité de cet artiste hors du commun en voyant une partie de ses créations  sur https://www.google.fr/search?q=leonetto+cappiello+affiche&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=2ahUKEwi037OrrfTcAhVI4YUKHQZ-DcAQiR56BAgJEBw&biw=1366&bih=589

. Retrouver cette plaque en particulier également dans le catalogue- de Salorges Enchères, Nantes- La Baule en date du 5  novembre 2005, une plaque de l’Emaillerie alsacienne de Strasbourg, sans  date indiquée.   Il existe en effet plusieurs plaques quasiment  identiques de représentation de la petite fille. Les différences peuvent porter sur le bleu qui varie en fonction de la température de la cuisson des plaques, sur leurs dimensions, par exemple 49,2 sur 35 cm pour celle que j’ai choisie pour ce billet... Kaczorowski, Hôtel des Ventes des Salorges, 44100 Nantes

. L’Emaillerie alsacienne de Strasbourg, à retrouver sur https://www.google.fr/search?q=emaillerie+alsacienne+de+strasbourg,+Nestl%C3%A9+Milk&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=2ahUKEwiW9Jyyu_TcAhVCxhoKHVUCARAQsAR6BAgFEAE&biw=1366&bih=589   J’ai compté six  reproductions de la « Petite Fille au chocolat au lait » dans les trois premières lignes de photos. L’écoulement du temps renforce encore l’attractivité de cette plaque, ce qui est réellement fabuleuse.  

. « Nestlé Milk, Onctueux, Savoureux, Délectable » est encore cité sur wikipedia, tout en sachant que la production a été arrêtée il y a quelques années ; à voir sur https://en.wikipedia.org/wiki/Nestl%C3%A9_Milk_Chocolate

. Sur l’entreprise Nestlé d’aujourd’hui, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Nestl%C3%A9

. Retrouver l’histoire de Nestlé dans « Nestlé, Cent vingt-cinq ans de 1886 à 1991 », par Jean Heer, une édition Nestlé, en date de 1992, axée sur le développement de l’entreprise et non pas sur la double dimension de la communication et de l’art. Un ouvrage très intéressant que m’avait adressé la multinationale dans sa version française…   

. D’autres photos de la plaque à retrouver sur KACZOROWSKI,  Hôtel des Ventes de Salorges Enchères, 44100 Nantes, Samedi 5 novembre 2005. Kaczorowski SARL ---) Voir le livret grand format Salorges Enchères, Nantes, La Baule, publié pour la vente en date du 29 novembre  2014, 

Pour des informations récentes, e-mail kac@interencheres.com et voir https://www.interencheres.com/commissaire-priseur/maitre-philippe-kaczorowski-et-salorges-encheres-155/  

. Clichés Elisabeth Poulain, avec mes remerciements  à KACZOROWSKI de Nantes

Voir les commentaires

La caravane ‘Provence’ de CARAVELAIR, Château-Gaillard, 1968…

13 Août 2018, 17:24pm

Publié par Elisabeth Poulain

Vue sur la Seine et les falaises de craie blanche, Château-Gaillard, Les Andelys76, Cl. Elisabeth Poulain

Vue sur la Seine et les falaises de craie blanche, Château-Gaillard, Les Andelys76, Cl. Elisabeth Poulain

Il s’agit d’une publicité parue, il y aura presque 50 ans à quelques mois près, en une année « torride » par ailleurs, dans une revue de Caravane Camping, intitulée « plein air, CARAVANE CAMPING » dans son numéro d’octobre 1968. La revue elle-même est le « SPECIAL SALON, LE BOURGET 3-13 OCT ».

C’est le site qui est l’élément déterminant et intéressant de ce visuel. Que voit-on ? Un des plus beaux paysages de la Seine lors de sa traversée du département de l’Eure. C’est le site des Andelys dont on aperçoit l’église et la ville (8 000 habitants actuellement) nichées entre la Seine et les falaises de craie que l’on voit très distinctement dans le fond du cliché, là où la Seine n’a pas pu passer. On voit sur le cliché la belle courbe  du fleuve et ces hautes falaises en partie gauche de la photo en dessous de la ligne de crête. Il faut dire aussi que l’amplitude du paysage se complète d’une datation temporelle de durée impressionnante. Le site est occupé en effet depuis la Préhistoire, au Paléolithique moyen, il y a presque 300 000 ans… ! Les Gallo-Romains ont suivi. Il me vient à l’idée – une idée saugrenue, voir incongrue - que Napoléon Bonaparte aurait été  battu à plat de couture, avec sa célèbre citation  prononcée en 1798 devant les pyramides  et ses « quarante siècles qui vous contemplent » en s’adressant à ses soldats. Aux Andelys, c’est la Seine  qui a fait ce formidable travail d’érosion et de façonnement des falaises, ce qui signifie que le niveau du sol était beaucoup plus élevé qu'aujourd'hui. Sous vos pieds, vous savez qu'il y a des milliers et des milliers d'années..., qui "parlent"! 

Caravelair "Provence",La Seine aux Andelys-76, Plein Air Caravane Camping1968, Cl. Elisabeth Poulain

Caravelair "Provence",La Seine aux Andelys-76, Plein Air Caravane Camping1968, Cl. Elisabeth Poulain

Revenons au site, en faisant cette fois-ci un parallèle, avec un cliché que j’ai pris, au printemps 2011 par un temps superbe, au point qu’on se  serait cru en été. Sur une des photos, on voit très distinctement la Seine, la ville des Andedys en bas, les falaises de craie en partie droite du cliché, en rive droite du fleuve,  l’île dont je ne vous ai pas parlée jusqu’ici. Sur le visuel Caravelair, on la discerne en noir tout à gauche dans la courbe de la Seine, sans comprendre vraiment ce que c’est. Par contre, on la voit bien sur les photos couleur, de même qu’on aperçoit sans peine des personnes, des contemporains - qui piquent-niquent - devant le célèbre paysage. Sur la Seine, une péniche blanche est amarrée à la rive droite…

Avec en prime, « un cadeau »  qui est fabuleux et auquel je n’ai pas encore fait aucune allusion. C’est un cliché que j’ai fait du formidable château fort du Moyen-Age, alors possession anglaise, construit en deux ans de 1196 à 1198 pour barrer la route aux troupes françaises alors ennemies… Imaginez quand même la surprise que l’on peut avoir, de partir d’une caravane de marque connue, d’un magazine spécialisé dans le caravaning datant d'octobre 1968 - une année chaude en son joli mois de mai - et le camping pour se retrouver  en plein conflit entre les Anglais alors sur « leur » terres et les Français qui revendiquaient ces terres au même titre, sans compter les milliers d'années du sol sur lequel vous marchez. Ne vous étonnez donc pas dans ces conditions de voir nos amis et voisins britanniques venir en nombre visiter  leur château, implanté dans leur belle province continentale. Et je ne parle pas du Canada !

Vue sur Château-Gaillard, la Seine et les falaises de craie blanche, aux Andelys,76, Cl. Elisabeth Poulain
Vue sur Château-Gaillard, la Seine et les falaises de craie blanche, aux Andelys,76, Cl. Elisabeth Poulain

Vue sur Château-Gaillard, la Seine et les falaises de craie blanche, aux Andelys,76, Cl. Elisabeth Poulain

Et pour finir par un choc visuel et tout à fait pacifique cette fois-ci , voici une juxtaposition vraiment étonnante, le jour où nous sommes venues voir le site. Sur le parking  aménagé sur la colline d’à côté, Château-Gaillard recevait la visite d’un club anglais de propriétaires de quad venus tout à fait pacifiquement rendre hommage à cette belle terre normande autrefois anglo-normande et à « leur » forteresse…

PS. Vous comprenez aussi alors pourquoi la porte de la caravane est fermée. Votre regard commence à tourner autour de la caravane et ce faisant, d'une certaine façon, vous vous appropriez la caravane, en y associant l'espace qui l'accueille, la beauté du site, son amplitude, sa lointaine histoire, la belle province de la Provence  et ...l'air. Et vous vous dites en plus qu'ici à Château-Gaillard, vous marchez sur un sol  profond qui compte près de 3 000 siècles. Excusez du peu!   

Site de Château Gaillard, Les Andelys, Eure, parking, réunion de quads, Cl. Elisabeth Poulain

Site de Château Gaillard, Les Andelys, Eure, parking, réunion de quads, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Magazine  « Spécial Salon, Plein Air, Caravane Camping »  d’octobre 1968, 3,00 F., Collection F. Poulain

. Voir la gamme actuelle de cinq modèles de Caravelair-Caravanes en 2018, sur https://www.caravelair-caravanes.fr/gammes/     Elles commencent toutes par A, avec Allegra Home, Allegra, Artica, Alba et Antares.

. Mieux connaître l’Eure, qui est tout autant un département de la Normandie, à voir sur  https://fr.wikipedia.org/wiki/Eure_(d%C3%A9partement),  qu’un affluent de la Seine https://fr.wikipedia.org/wiki/Eure_(rivi%C3%A8re)

. Le site des Andelys à voir sur https://www.paris-normandie.fr/region/les-andelys--pari-gagne-pour-la-reouverture-de -chateau-gaillard-GD12660226

. Retrouver la ville des Andelys sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Andelys

. Retrouver le grand paysage de la Seine, la ville des Andelys,  en bas de la colline  en rive droite sur une belle photo de  Tristan Nitot datée du 07 octobre 2007  https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Petit-andely-depuis-chateau-gaillard.jpg   

. Lire de France Poulain, "Le Dire de l’Architecte des Bâtiments de France, Les Essentiels, Château Gaillard", Connaissance n°08, en date du 2 juin 2012  

. A compléter avec un très beau et très bon reportage de la revue "Détours en France, Hors Série Collection", sur "Le Monde secret des Châteaux forts" , qui commence par l'Ouest et qui démarre avec ... (suspense) Château-Gaillard en page 34, un Hors-Série de cette année, à voir en pages 34 à 37 incluse, avec des clichés exceptionnels. Vous comprenez alors mieux le destin 'chahuté' du château. A  retrouver sur www.detoursenfrance.fr 

. Cliché du visuel de la caravane "Provence" et photos  2011, Elisabeth Poulain. 

Voir les commentaires

L’Illustration 9-07-1910, Annonces, Belle Jardinière, Paris…Angers

10 Août 2018, 16:24pm

Publié par Elisabeth Poulain

Belle Jardinière, L'Illustration 1910-07-9, Annonces 1, Cliché G. de Malherbe, Cl. Elisabeth Poulain

Belle Jardinière, L'Illustration 1910-07-9, Annonces 1, Cliché G. de Malherbe, Cl. Elisabeth Poulain

Que je vous redonne le  titre tout de suite, tel qu’’il ne figure  pas sur cette grande page de L’ILLUSTRATION du 9 juillet 1910, en page 1 des « Annonces », comme on appelait alors  la publicité en ce début du 20è siècle. La Belle Jardinière de maintenant correspond à cette « Belle Jardinière » qui sonne bizarrement à nos oreilles. On dirait qu’il lui manque quelque chose. J’ai vérifié, il s’agit bien du Grand Magasin parisien, avec tout de suite une autre différence d’importance, qui porte sur l’adresse. A l’époque, le magasin était situé au  2, rue du Pont Neuf, PARIS, un Paris qui ne   connaissait pas alors les arrondissements. Son adresse  en 1910 se situait au « 1, Place de Clichy » et son  n° de téléphone, dans sa très grande sobriété, est « Téléphone 106-89 ».  

 Que voit-on sur cette page « Annonces 1 » ? Deux Dames et deux Messieurs s’apprêtant à partir en « excursion ». A chaque fois, l’une ou l’un est debout et l’autre assise ou assis. Leur tenue sportive pour partir en « excursion » est un pur délice de raffinement.   

Belle Jardinière, L'Illustration 1910-07-9, Annonces-1, Cliché G. de Malherbe, Cl. Elisabeth Poulain

Belle Jardinière, L'Illustration 1910-07-9, Annonces-1, Cliché G. de Malherbe, Cl. Elisabeth Poulain

. La Dame de gauche est  vêtue d’un tailleur à jupe droite, ornée d’une bande de tissus écossais que l’on va retrouver sur le parement de sa veste de tailleur et des revers de poche. Elle a une très grande canne à la main et une très large capeline. Elle est « L’Elégante » dans la composition, qui est bâtie sur le B de « BELLE JARDINIERE », avec la montagne en arrière fond. Son chapeau renforce le ton de son élégance. C’est elle qu’on voit en premier.

. Le Monsieur de  droite porte une tenue de sportif  aussi « raffiné » que celle de la dame de gauche, chacune, chacun à sa façon. Lui,  l’Homme à l’appareil de photo, est aussi structuré, dans sa représentation graphique par des lignes.  Il porte une vraie boîte à images (un appareil-photo en langue de notre époque),  un vrai parallélépipède rectangle,  avec sa sacoche en cuir adaptée à sa morphologie, le lien partant de sa hanche gauche, passant par son épaule droite en barrant sa poitrine. Sa longue veste est structurée en verticale par des parements qui allongent encore sa silhouette, en plus du fait que le tissu lui-même est rayé verticalement. Son chapeau « version H »  répond à la capeline de la Dame de gauche. Le plus surprenant chez lui est son pantalon large de la taille au  genou, resserré ensuite à hauteur du mollet, qui lui permet de mettre des chaussettes hautes jusqu’au genou, dont le revers est orné de motifs stylisés. Ses chevilles sont en outre protégées par des guêtres de couleur claire !

. Quant au Monsieur du centre, il joue un peu le même rôle que son homologue féminin à sa droite et à qui, il tourne le dos. Il est moins visible que son voisin masculin, son costume clair n’attirant que peu le regard. Seuls trois éléments  retiennent l’attention, le ruban noir de son canotier, sa fine moustache foncée et une large ceinture noire à la taille.  

Belle Jardinière, L'Illustration 1910-07-9, Annonces-1, Dessin G. de Malherbe, Cl. Elisabeth Poulain

Belle Jardinière, L'Illustration 1910-07-9, Annonces-1, Dessin G. de Malherbe, Cl. Elisabeth Poulain

La composition très complexe de l’ensemble est étonnante. Belle Jardinière - en caractères majuscules gras et de très grandes dimensions pour le B et J -  située  en haut à droite, retient l’attention, surtout avec un PARIS en dessous, à mon goût, un peu sous-dimensionné.

Le paysage de montagne vient ensuite. Il occupe une grande place, même s’il est en arrière-plan dans un grisé très pâle. On voit des montagnes qui sont en 4è plan par rapport au bas du visuel. Elles attirent l’attention sur le lac sur les eaux calmes duquel vogue ( !) gaiement un voilier et conduit le regard vers les mentions en bas à gauche en caractères italiques de belle hauteur. C’est là où la lectrice ou le lecteur  comprend la première raison d’être du visuel, les vêtements passant alors au second plan.                                                          

L’objectif du visuel figure  en italiques : « Voyages, Bains de Mer, Excursions » qui ne figure pas en rouge mais en noir, l’hebdomadaire en 1910 ne connaissait pas la couleur . On comprend alors qu’Il s’agit d’abord de vendre ces voyages en y ajoutant des vêtements adaptés et chics pour 1910.  

Terminons par les succursales de Belle Jardinière, que je cite dans l’ordre : Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes, Angers, Lille et Saintes.

Pour suivre le chemin

. Voir le numéro papier de l’ILLUSTRATION en date du 9 juillet 1910, N° 3515, 68me Année, PRIX DE CE NUMERO : UN FRANC NET.

. Le dessin est une création signée comme suit «  Cliché de G. de Malherbe ». Et son cliché a permis à Elisabeth Poulain d'en faire un cliché.

. « Belle Jardinière », à découvrir sur le site de l’Art Nouveau qui offre à voir de très beaux clichés et donne de précieuses informations à lire, en particulier sur cet immeuble à Angers, Place du Ralliement, en date du 4 août 2010 :  http://paris1900.lartnouveau.com/paris00/gds_magasins/la_belle_jardiniere.htm

 

 

.

 

 

Voir les commentaires

Le Blockhaus de la plage de Bonne Source-Pornichet, au soleil couchant

6 Août 2018, 16:18pm

Publié par Elisabeth Poulain

Le Blockhaus de la plage de Bonne Source-Pornichet -LA- au soleil couchant, Cl. Elisabeth Poulain

Le Blockhaus de la plage de Bonne Source-Pornichet -LA- au soleil couchant, Cl. Elisabeth Poulain

C’est une photo-papier, datant de 1954, que l’on retrouve collée dans un album-photos, une de celles  qui  conservent la mémoire d’un instant fugitif par définition et que l’on retrouve par hasard, sans l’avoir cherchée.

La mer est basse, sans que l’on puisse dire si elle monte ou si elle descend… On aperçoit une partie des rochers. Un peu plus loin, on découvre quelques bateaux à voile ancrés. Sur le sable cette fois-ci, et dans le prolongement, un bateau a été remonté sur la plage au plus près de la dune fixée par des oyats. La plage est en partie couverte d’algues arrachées aux rochers bas, qui font le bonheur des pêcheurs de crabes. Les algues sur la plage font preuve d’une mer quelque peu agitée dans le cycle des marées précédentes. 

Le Blockhaus de la plage de Bonne Source-Pornichet-LA, au soleil couchant, Cl. Elisabeth Poulain

Le Blockhaus de la plage de Bonne Source-Pornichet-LA, au soleil couchant, Cl. Elisabeth Poulain

Par derrière, on distingue une curieuse grosse forme, d’un volume important. C’est un blockhaus (BH) de bonne taille, construits par les Allemands, lors de la guerre de 1940-1945 sur cette plage de Bonne Source de Pornichet. Il y en eut beaucoup d’autres, de différents gabarits, de différentes formes, qui furent édifiés en différents endroits sur cette plage, pour partie sur l’espace public et pour partie aussi dans les propriétés privés tout au bord du littoral et ou légèrement en retrait dès lors qu'il y avait de la vue, naturellement. Les troupes allemandes n'hésitaient pas à détruire des habitations en retrait dés lors qu'il avait de la vue sur un site un peu en hauteur, pour occuper ce "promontoire" et y construire un BH, d'autant plus important qu'il était difficile à discerner par les armées ennemies (des Allemands"), à comprendre les navires britanniques situés en mer hors de portées des canons allemands sur terre. J'ajouterai aussi hors de portée des sous-marins et autres navires allemands visibles croisant en mer.       

Ces blockhaus faisaient partie du « Mur de l’Atlantique ». Cette dénomination est déjà une indication de la volonté allemande de mettre en place un système défensif d’une envergure jamais vue en Europe jusqu’alors. Il ne s’agissait pas de créer un mur continu, comme ce qui fut fait bien des décades plus tard par les Allemands de l’Est (RDA) à Berlin pour couper tout lien avec l’Ouest (RFA), pour ensuite redevenir à nouveau un seul Etat le 3 octobre 2015.   

Revenons à ce blockhaus de la plage de Bonne Source à Pornichet. Comme on le voit nettement, grâce à l’horizontalité de la grande plage de La Baule dans le fond du cliché, il est franchement penché vers la partie mouillée de la plage, les marées hautes ayant tendance à « grignoter » la partie dunaire qui protège par sa hauteur les villas et leurs jardins face à la mer. La force de la mer est telle qu’elle a réussi à déstabiliser les fondations de ce blockhaus, qui a été le plus imposant de toute la plage. Vous dire quand il a pu être enfin détruit, je l’ignore.                                                                  

Le Blockhaus de la plage de Bonne Source-Pornichet, au soleil couchant, Cl. Elisabeth Poulain

Le Blockhaus de la plage de Bonne Source-Pornichet, au soleil couchant, Cl. Elisabeth Poulain

Concernant la photographie, juste trois informations pour finir :

  • la première  concerne cette fois-ci la vue de la Baie de la Baule que l’on voit nettement dans le fond, sans que l’on puisse distinguer chaque immeuble ou grande maison ;
  • la mer occupe peu d’espace, car c’est la marée basse, « une mer d’huile » comme on disait,  sans vent, ce qui est quand même rare, le site étant beaucoup moins protégé des vents d’Ouest que la Baule, surtout vers le Pouliguen, par exemple ;
  • il me reste à citer le plus grand espace, qui est le ciel à la tombée de la nuit , quand la lumière s’adoucit. Ce sont  alors des nuages qui occupent une grande partie du  ciel, avec à gauche une effilochée de nuages plus foncés  qui répond presque à cette masse volumineuse d’oyats sur la partie droite en bas. Quant au soleil, il est encore visible plein Ouest, très bas sur l’horizon. Pour bien l’apercevoir, il suffit de laisser votre regard partir d’en bas, légèrement à gauche d’une rampe qui permet de descendre et de remonter la dune couverte d’oyats qui masquent quelques marches en bois. Et ensuite de rehausser votre regard  presque à la verticale…

                                                                            ***

Et voici comment, parti d’une photo-papier en noir et blanc sur un coucher de soleil de partie ouest de la plage de Bonne Source à Pornichet (1954) dans le département de Loire-Atlantique, on se retrouve à évoquer la guerre de 1940-1945, l’architecture militaire allemande, l’Agence LIN  qui a concouru au début de ce troisième millénaire au "Projet de Rénovation des Berges de la Maine", à Angers, qui se poursuit d’ailleurs. Et tout cela après avoir évoqué une photo-couleur d’un  coucher de soleil, qui a été pris du même endroit mais plus tardivement , très récemment sur ce blog…     

Le Blockhaus de la plage de Bonne Source-Pornichet, au soleil couchant

Pour suivre le chemin

. Le coucher de soleil en photo-couleur, à retrouver sur ce blog, sur  http://www.elisabethpoulain.com/2018/06/coucher-de-soleil-rouge-au-dessus-de-la-mer-en-loire-atlantique.html  

. Sur la plage de Bonne Source à Pornichet en Loire-Atlantique (LA), voir http://www.plages.tv/detail/plage-de-la-bonne-source-pornichet-44380

.  Les blockhaus,  ces maisons-blocs,  faites de béton coulé dans une forme structurée grâce à des tiges d’acier, étaient construites pour implanter des installations de tirs d’obus, dirigés vers la mer, pour dissuader les navires britanniques de déparquer sur cette partie de la Côte atlantique pour chasser l'ennemi allemand de France .  Voir le Grand Blockhaus de Batz sur Mer, devenu un musée sur http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/le-grand-blockhaus-musee-de-la-poche-de-saint-nazaire         

. Le Mur de l’Atlantique, à retrouver sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Mur_de_l%27Atlantique

. Il me reste à vous citer, la base sous-marine allemande à Saint-Nazaire, également en béton coulé   https://fr.wikipedia.org/wiki/Base_sous-marine_de_Saint-Nazaire .C’est maintenant devenu un musée, un lieu d’exposition et un jardin ... grâce aux architectes innovants de l’Agence LIN et Gilles Clément.

L'Agence LIN à Berlin et Paris  avec en particulier Finn Geispel et Giulia Andi architectes-urbanistes,  une équipe qui avait en 2012 participé aux projets de rénovation des berges de la Maine à Angers, voir  https://presse.angers.fr/wp-content/uploads/2012/01/31/VA/Dossier_de_presse_Berges_de_Maine.pdf

- Gilles Clément pour le jardin implanté sur le toit, ce qu’il appelle un « Tiers paysage », un concept qu’il a inventé et met en pratique. Il s’agit de récupérer tout espace résultant d’usages fonctionnels antérieurs, qui n’ont plus cours, pour y implanter un  jardin d’un nouveau type. La société de ce début du 3è millénaire d’une façon générale a encore trop tendance à penser que l’espace est infini, ce qui est faux. A voir sur  https://fr.wikipedia.org/wiki/Tiers_paysage.

. Cliché Elisabeth Poulain à partir d'un cliché familial...

        

Voir les commentaires

Quick-Bruxelles, une publicité à laquelle il ne manque que la senteur

4 Août 2018, 09:06am

Publié par Elisabeth Poulain

Bruxelles, affiche publicitaire Quick, panneau JCDecaux, début du 3è millénaire, Cl. Elisabeth PoulainBruxelles, affiche publicitaire Quick, panneau JCDecaux, début du 3è millénaire, Cl. Elisabeth Poulain

Bruxelles, affiche publicitaire Quick, panneau JCDecaux, début du 3è millénaire, Cl. Elisabeth Poulain

C’est un visuel de grande taille telle qu’on en voyait au début du Troisième Millénaire à Bruxelles, dans un abribus, signé JC Decaux. A l’époque où j’avais fait ce cliché en marchant sur le trottoir, j’avais admiré cette affiche qui offre un impact incroyablement fort. Je crois réellement que c’est la meilleure affiche que j’ai jamais vue pour une chaîne  de restaurants. Ce n'est pas qu'elle me donne envie de manger ce qu'on voit sur l'affiche, c'est le concept lui-même qui fait qu'on retient le nom de la marque "Quick".  

Que voyez-vous sur l’affiche ? Un homme jeune qui s’écrase le nez sur la vitre, tant la tentation est forte de manger le Big Bacon Q de la marque QUICK que l’on aperçoit sur la gauche, vers le bas de l’affiche. Les deux coûtent 4,50 euros, avec le slogan suivant « ‘t Zit lekker bij Quick », qui pourrait vouloir dire, sans garantie aucune, malgré le recours à des sites de traduction automatique : « c’est meilleur chez Quick ».

Outre le nez qu’il écrase sur l’affiche,  on voit les yeux de l’amateur de Big Bacon qui  convergent vers un Quick que saisit  sa main droite, dans le bas de la partie gauche de l’affiche. Et sa bouche souriante est fermée dans l’attente de pouvoir porter le premier de ces Big Mac au Bacon. La tentation est si forte, qu’on a l’impression qu’il en est « bigleux », un mot très familier pour dire qu’il louche…Quant au Big Bacon, je n’en jamais goûté.

Quelques mots sur le groupe Quick, belge d’origine, qui a pour slogan « Le Formidable, c’est du belge ». La valse des ouvertures-fermetures dans les différents pays est telle que je renonce à essayer de rassembler les données essentielles. Disons seulement que la France est actuellement son principal marché et que le logo de Quick a changé aussi tout en gardant la lettre Q en blanc sur fond rouge… 

Bruxelles, affiche publicitaire Quick, panneau JCDecaux, début du 3è millénaire, Cl. Elisabeth Poulain

Bruxelles, affiche publicitaire Quick, panneau JCDecaux, début du 3è millénaire, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Quelques mots sur le groupe Quick, belge d’origine, qui a pour slogan « Le Formidable, c’est du belge ». La valse des ouvertures-fermetures dans les différents pays est telle que je renonce à essayer de rassembler les données essentielles. Disons seulement que la France est actuellement son principal marché et que le logo de Quick a changé aussi tout en gardant la lettre Q en blanc sur fond rouge…

. Quant au Big Bacon d’aujourd’hui, si son nom a bien été conservé, son aspect et donc sa composition ont beaucoup changé visuellement. Il y a par exemple visiblement de la salade…

 . Sur Quick voir, https://fr.wikipedia.org/wiki/Quick_(restauration).

. Quant  à JCDecaux, l’entreprise est très présente à Bruxelles, JCDecaux, Allée Verte 50, 1000 Bruxelles, http://www.jcdecaux.be, 02 274 11 11, 02 274 11 72.Je vais essayer de retrouver une autre série de clichés en particulier d'un restaurant  situé rue Lesbroussart, à Ixelles cette fois-ci, une des autres villes associée à Bruxelles-Centre.   

. A Bruxelles, il existe de très nombreuses façons de se restaurer autrement, pas seulement des grandes chaînes mondiales. Cette ville internationale  possède de nombreux restaurants de qualité, à découvrir  par exemple  sur  https://www.resto.be/restaurant/bruxelles .

. Cliché Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Pourquoi voit-on si peu de perroquets dans l’art, la pub, la maison …?

28 Juillet 2018, 16:32pm

Publié par Elisabeth Poulain

Amazon Parrots x 2_Birds_Lands_Leicester_4_wikipedia, avec mes remerciements au photographe

Amazon Parrots x 2_Birds_Lands_Leicester_4_wikipedia, avec mes remerciements au photographe

Le perroquet, comme chacun sait, est un oiseau très particulier. Aucun autre animal, à part peut-être le chien, n’a cette capacité à entrer en empathie avec l’homme et à pouvoir répéter ce que dit la personne humaine. Mais contrairement au chien, en notre XXIe siècle, il n’a « plus vraiment la côte » et heureusement et ceci pour deux raisons.

. D'abord traiter quelqu’un de perroquet n’est pas vraiment un compliment. « Arrête de parler comme un perroquet », signifie que vous demandez à quelqu’un à côté de vous de ne pas répéter tout ce que vous dites, qui monopolise aussi ce faisant la parole, d’une façon certaine. Ce n’est pas un compliment, mais pas une injure pour autant, en sachant aussi que cette expression est de moins en moins utilisée.

. Et surtout, capturer des perroquets dans les forêts tropicales est la seule façon de se procurer  des animaux vivants dont le nombre ne cesse de  décroître avec le risque assuré d'anéantir l'espèce!    

Le prestige de cet animal exotique, ses couleurs flamboyantes, sa capacité à imiter les humains…continuent pourtant à attirer à ma grande surprise. On ne parle plus guère de leur étonnant « appareil phonateur (qui) leur permet d’imiter des sons très divers, y compris la voix humaine… », comme le précise le Larousse 3 volumes en couleurs » de 1966 en page 2352.  Cependant Il y a un véritable marché de vente et d’achat de perroquets en Europe. Il suffit de voir les offres sur  le Net.

   

Tôle lithographiée "Lion", Caramel au chocolat, Petit Garçon au Perroquet, Cl. Elisabeth Poulain d'après le catalogue Salorges Enchères

Tôle lithographiée "Lion", Caramel au chocolat, Petit Garçon au Perroquet, Cl. Elisabeth Poulain d'après le catalogue Salorges Enchères

En cherchant bien, c’est à dire avec beaucoup de ténacité et  de persévérance, sachez que j’ai trouvé trois exemples seulement de perroquet, en vous prévenant tout de suite que je n’ai pas d’oiseau empaillé la maison, dont l’idée même me fait frémir d’ailleurs.

. Ce premier perroquet se trouve sur une « tôle lithographiée estampée » publicitaire  qui mesure 37,9 de large x 52,5 cm de haut. Il s’agit de vanter le goût d’une tablette de  chocolat fourré de caramel. Un petit enfant aux cheveux blonds tient une  tablette de la marque « LION » avec écrit en dessous « CIKULATA KARAMELA », avec une cédille sous le C écrit en majuscule. « C’est un modèle imprimé  par De Andreis à Marseille pour le marché turc »

Le perroquet est placé sur l’épaule gauche d'un petit garçon, qui pourrait tout aussi bien être une petite fille d'ailleurs. Aucune date n’est indiquée. On voit le perroquet presque en entier, nous faisant face, avec son jabot jaune foncé, entouré de rouge orangé léger pour attirer le regard sur le haut de ses ailes repliées et qui se terminent par un bleu léger. Ses pattes agrippent fortement une barre en bois

Tire-Bouchon Perroquet, Alesi, Cl. Elisabeth Poulain

Tire-Bouchon Perroquet, Alesi, Cl. Elisabeth Poulain

. En 2, voici le perroquet tire-bouchon de marque Alessi qui a été créé  en 1955, ce qui ne signifie pas qu’il  m’ait été offert à cette date. C’est un très beau travail de design. Quand on tient verticalement le tire-bouchon replié, on voit de profil un oiseau au bec crochu, avec un gros œil noir. Quant à la pointe que l’on enfonce dans le bouchon, elle est cachée par une partie métallique en deux parties, la partie supérieure avec l’œil et celle du bas avec  une encoche pour prendre appui sur le verre du goulot et ainsi pouvoir enlever le bouchon sans effort.

Toute la partie métallique est superbe et, clairement, c’est LE tire-bouchon le plus pratique que je connaisse. Il est vrai par contre, que les taches de couleur, qui font de lui, un perroquet multicolore, ont plutôt tendance à disparaître de leur support en plastique…

. Si je mentionne ses couleurs, c’est tout à fait intentionnellement. En effet maintenant, je vais vous parler d’un autre perroquet qui est d'une autre couleur.

Le perroquet bleu, restaurant rue de Joncker, Bruxelles-Saint-Gilles, Cl. Elisabeth Poulain
Le perroquet bleu, restaurant rue de Joncker, Bruxelles-Saint-Gilles, Cl. Elisabeth Poulain

Le perroquet bleu, restaurant rue de Joncker, Bruxelles-Saint-Gilles, Cl. Elisabeth Poulain

. En effet maintenant, je vais vous parler d’un perroquet qui est bleu cette fois-ci. Ce perroquet bleu  était – je n’ose pas encore utiliser le présent – accroché à un mur de la rue de Joncker  à Saint-Gilles-Bruxelles, au-dessus de la devanture d’un restaurant qui s’appelait « Au Perroquet Bleu ». Il figurait aussi sur la vitre cette fois-ci en peinture, de sorte qu’on le voyait deux fois. Et c’est aussi à cause de lui que j’ai fait ce billet, en espérant qu’il est toujours là…  

                                                                                      ***

La réponse a la question que je posais dans mon titre est plurielle: les espèces  se raréfient du fait du trafic, de la chasse tout autant interdite, du coût de l'achat, de la gêne que provoque à notre époque l'enfermement d'un aussi bel oiseau dans une cage, ce qu'il ne supporte pas, de son besoin de compagnie, alors même qu'on le laisse, seul, enfermé dans sa toute petite prison des journées entières, ce qui est carrément cruel... De ce fait, l'époque de la représentation en peinture d'un perroquet est  finie. Quant aux photos, j'imagine qu'elles sont prises dans des zoos où les "cages" sont plus grandes, sauf exception, évidement...  Quant à l'art, il doit bien  exister des toiles ou des représentations  de cet oiseau magnifique et puissant, mais je ne les ai pas trouvées.

                                                                                         *

Il me reste une seule information d'importance à vous donner. C'est le cadeau qui vient de m'être fait par Claire Poulain et qui explique la raison d'être de ce billet. Il s'agit d'un "ensemble à écrire" composé de 15 éléments, au design très contemporain, aux couleurs tendres, qui tous portent en commun un dessin de perroquet.  Le plus grand objet, le n°1,  est un sac orné d'un perroquet blanc, noir et vert, sur fond crème;  puis  vient ensuite une pochette de papier (12cm sur 20 de hauteur), des petites pochettes de diverses couleurs ornées d'un ... perroquet, de petits sacs en papier assortis,  d'un petit sac à fermeture éclair avec toujours un perroquet, de trois carnets de couleurs différentes, d'un porte-crayon avec  un une fermeture-éclair en tissus, d'une série de crayons noirs,  d'un taille-crayon, de  deux gommes et de plusieurs séries de trombones qui sont les seuls objets sans ... perroquet! Je suis sûre que vous l'aviez deviné...Avec un grand merci à Claire Poulain qui m'a offert ce cadeau très original, grâce auquel le perroquet qui parle devient un perroquet à écrire, qui crée et/ou renforce le lien entre les personnes, celle qui écrit et celles et ceux qui lisent ce billet...

 

Pour suivre le chemin

. Pour le Ier perroquet, se référer au Catalogue d’Art Publicitaire, Salorges Enchères, Kaczorowski, Derigny & Associé.Nantes 44100, en date du samedi 7 novembre 2009. Voir le « n° 231,1  …LION, tôle lithographiée estampée illustrée d’un petit garçon à la tablette et d’un perroquet. Modèle imprimé par De Andreis à Marseille pour le marché turc…

. Le perroquet tire-bouchon de marque Alessi est l’œuvre d’A. Mendini, 1955, comme il est indiqué à l’arrière  du tire-bouchon.

. Un cliché superbe de M et Mme Perroquet est à voir sur   https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/zoologie-perroquet-parle-t-il-5956/

. Se référer comme toujours à wikipedia :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Perroquet qui montre la diversité et le nombre étonnant des 21 variétés de perroquet, dont la dernière citée est le perroquet vert. Quant au perroquet bleu, je doute qu'il existe "pour de vrai" comme disent les enfants! 

. Cl. Elisabeth Poulain en date du 8.8. 2004 pour le perroquet bleu de Saint-Gilles-Bruxelles.                                                                                

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Couleurs pastel sur papier : l’évanescence en jaune, orange, rose…

23 Juillet 2018, 17:05pm

Publié par Elisabeth Poulain

* Couleurs pastel, blanc et recherche du point de fuite, Cl. Elisabeth Poulain

* Couleurs pastel, blanc et recherche du point de fuite, Cl. Elisabeth Poulain

C’est le travail d’une jeune artiste qui n’a indiqué ni son nom, ni la date à laquelle elle l’a réalisé. Par contre ce dessin a un sens : chaque rectangle, qui se forme dans le rectangle précédent, perd et de ses dimensions et de la force de la tonalité de ses couleurs.

Couleurs pastel, blanc et recherche du point de fuite, Cl. Elisabeth Poulain

Couleurs pastel, blanc et recherche du point de fuite, Cl. Elisabeth Poulain

 Il oblige alors notre regard et notre cerveau à chercher où pourrait être localisé le point de fuite et le trouble s’empare de nous lorsque nos yeux repèrent jusqu’à quatre points blancs en ligne, sans compter d’autres petits taches blanches au point qu’on ne voit plus qu’elles.

Par ailleurs dans mon titre, il manque la couleur brune – qui n’a rien de pastel - en bas à droite qui dynamise ce coin en opposition avec celles qui font contrepoids en haut à gauche. Il est rose et jaune, tandis que l’on se surprend à regarder chacun des deux autres coins, orange à gauche en bas et orange clair et jaune en haut à droite, pour faire contrepoids …

P.S. La photo fait ressortir le blanc dans le dessin!

Pour suivre le chemin

. La définition de l’évanescence dans le Larousse en 11 volumes, en volume n°4, page 824  : « qualité de ce qui s’évanouit et s’efface ».

. Les couleurs pastel, à voir dans https://fr.wiktionary.org/wiki/pastel

. Cliché Elisabeth Poulain, l'étoile en début du Ier cliché indique qu'il s'agit d'une vue partielle de la photo.

Voir les commentaires

Le véritable savon de Marseille, Fer à Cheval, Savonnerie depuis 1856

10 Juillet 2018, 16:16pm

Publié par Elisabeth Poulain

Savon de marseille, barre de 2kgs, Cl. Elisabeth Poulain

Savon de marseille, barre de 2kgs, Cl. Elisabeth Poulain

Un titre curieux dans la mesure où je reprends mot à mot, celui du titre légal  utilisé par l’entreprise de Marseille, située au n°56 Chaussée de Sainte-Marthe, 13014 Marseille. Vous retrouvez toutes ses coordonnées au bas du billet, dans la section « Pour suivre le chemin » où j’indique mes sources.

Sous les yeux et autour du moi, j’ai disposé, au plus près de l’ordinateur plusieurs modèles de savons de Marseille. Autant vous dire tout de suite que je me sens littéralement cernée, par une bonne odeur, propre au forcément au… « Savon de Marseille » !

Le produit lui-même. Ne cherchez pas de composition simple du savon de Marseille. Chez lui, en lui, tout est compliqué et pluriel  en partant, pourtant, d’une composition apparemment simple, mais sans que les composants soient  toujours cités sur tous les formats de savon… C’en est au point que le leader français de savon de Marseille, la Savonnerie du Fer à Cheval, indique seulement qu’elle a été fondée en 1856. Son antériorité fonde sa légitimité, ainsi que d’abord et surtout son ancrage à Marseille.

En effet un véritable savon de Marseille traditionnel est reconnaissable à quatre caractéristiques :

. il doit être en forme de cube ou de pain, de couleur brun-vert ou blanc,

. porter une empreinte –Savon de Marseille - sur ses six faces,  

. ne pas contenir plus de six ingrédients naturels,

. et avoir une couleur qui oscille entre le marron et le vert.

La notice jointe au Savon de Marseille spécifie que ce savon est fabriqué réellement à Marseille au 66, Chemin de Sainte-Marthe, 13014. La Savonnerie du fer à Cheval, qui existe depuis 1856,  accompagne chaque produit de sa fabrication d’une notice : c’est une page A4 pliée en deux, qui réserve 50% de l’espace soit un recto-verso d’une demi-page aux usages du SDM et l’autre à deux autres produits d’entretien…Un peu de suspense ne nuit pas que je vous citerai à la fin*. Continuons la longue histoire du savon de Marseille.

Bloc de savon de marseille, extra pur, 72% d'huile, 600 gr, Fer à cheval, Cl. Elisabeth Poulain

Bloc de savon de marseille, extra pur, 72% d'huile, 600 gr, Fer à cheval, Cl. Elisabeth Poulain

La première ½ page est consacrée au … SAVON DE MARSEILLE et son sous-titre est « NETTOYER ». D’accord, mais quoi ? Je vous le dit tout de suite : les surfaces ne sont pas mises sous classement alphabétique -  ce qui choque mon esprit ordonné – mais sont classées par trois.  Les surfaces, sont, dans l’ordre :  

  • les murs et les plafonds au SDdM : il suffit de « diluer une poignée de copeaux » dans un seau d’eau chaude, de lessiver et de rincer à l’eau claire. »
  • la semelle du fer à repasser, c’est-à-dire le dessous : là prenez un morceau de savon sec en le passant sur la semelle encore tiède et… vous rincez
  • plus surprenant, les taches sur un matelas, qu’il suffit de frotter (les tâches), avec un tissu humide imprégné de SDM, puis de rincer avec un autre tissu un peu épais ou gant de toilette, tout en laissant sécher ensuite  au soleil. J’ajoute, préférez un jour de grand soleil et avant tout ne mettez pas trop d’eau…Je vous déconseille fortement d’y aller au jet ! 

Les trois autres surfaces d’objets plus diversifiées plus ou moins grands, qui  sont cités, sont les poussettes et matériels de puériculture (vous ajoutez au SDM un peu de bicarbonate de soude et vous rincez), les chaussures à brosser avec de l’eau tiède + du SDM, à laisser sécher ensuite sans rincer et enfin les pinceaux et éponges à maquillage pour lesquels vous utilisez la même recette.

. Le verso de la plaquette du SAVON de MARSEILLE est dédié à l’entretien du linge, avec trois recettes, la première est la recette traditionnelle, la seconde donne la recette pour les taches tenaces  et la troisième est affectée aux taches tenaces. Vient ensuite l’entretien du canapé en cuir et celui de la terrasse en bois.

. Une dernière section est affectée aux 3 ASTUCES. La première permet de retirer la buée sur le verre des vitres, des miroirs, des lunettes. La seconde est de faire disparaître la trace de  la pliure d’un ourlet, en mettant un morceau de papier de soie dessus et en passant le fer à repasser à la bonne température ni trop chaude, ni froide, bien sûr…

Savon de marseille, Fer à cheval avec étiquette, Cl. Elisabeth Poulain

Savon de marseille, Fer à cheval avec étiquette, Cl. Elisabeth Poulain

Il est temps de terminer pour vous dire que les 3,725 kg au départ de SDM, qui m’ont été offerts il y a quelques années,  pèsent maintenant un peu moins lourds du fait du dessèchement du savon. Ils étaient placés dans un sac en toile...Et de vous parler de ce sac imprimé sur l’arrière ou l’avant à votre choix au nom de « Savon de Marseille » et sur l’autre face est inscrit « Se faire passer un savon, ça a du bon » !  C'est de l'humour!

Pour suivre le chemin

. Savonnerie Fer à Cheval, 66 ch. de Sainte-Marthe, 13014 Marseille, www.savon-de-marseille-boutique.com 

. Retrouver l’essentiel sur  https://fr.wikipedia.org/wiki/Savon_de_Marseille

. Découvrir le tout nouveau Musée du Savon de Marseille à …Marseille, le Musama sur  http://musama.fr/le-lieu/

*Les deux autres produits cités sont «le savon noir liquide  ménager » et « le savon noir mou ménager »  

. Clichés Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Un poudrier ancien avec des fleurs dessus, poudre & houppette dedans

6 Juillet 2018, 17:05pm

Publié par Elisabeth Poulain

Poudrier ancien avec des fleurs sur le boitier, houpette, Cl. Elisabeth Poulain

Poudrier ancien avec des fleurs sur le boitier, houpette, Cl. Elisabeth Poulain

Ce poudrier est un petit objet qui a  un lien fort entre les fleurs et la femme. Il a pour fonction de rendre celle-ci plus belle ou du moins de lui  donner l’impression de l’être. C’est un cas concret de la célèbre locution, à prendre au premier degré pour le poudrier, « Miroir, mon joli miroir, dis-moi que je suis la plus belle » même quand on l’est déjà et bien sûr aussi et surtout quand on ne l’est pas. C’est bien sur ce ressort que jouent la flatterie et …la publicité, même quand ce terme n'existait pas.  

. Visiblement il a déjà beaucoup servi. Le boîtier est bien usé, comme on peut le constater en voyant le dessous. On dirait un plastique de couleur rouille légèrement transparent là où il est le moins épais. Il est fissuré aux quatre angles. C’est presque ce socle qui constitue le premier niveau qui est presque le plus étonnant tant il donne une impression d’avoir « vécu » en tant que premier niveau, celui qui porte tout !

Poudrier ancien avec des fleurs sur le boitier, dessous, Cl. Elisabeth Poulain

Poudrier ancien avec des fleurs sur le boitier, dessous, Cl. Elisabeth Poulain

Poudrier ancien ouvert, avec poudre, houppette & miroir, Cl. Elisabeth Poulain

Poudrier ancien ouvert, avec poudre, houppette & miroir, Cl. Elisabeth Poulain

. Le couvercle du poudrier. II ne  sert pas seulement à fermer le poudrier de façon à pouvoir l’avoir avec soi dans son sac à main. En effet une « Dame bien née » n’a pas le nez qui brille ! D’où l’importance de la poudre du poudrier qui donne son nom à cet objet de beauté sur laquelle je reviendrai. Ce couvercle rond  est légèrement bombé pour donner de la vie aux fleurs.

Encore faut-il savoir si son nez ne brille pas? Si non d’un geste discret, la dame en question ouvre son poudrier et se regarde sur le miroir qui est placé à l’intérieur du poudrier, du côté du couvercle. Si, horreur, la réponse du miroir est oui : un petit coup de houppette et hop un tout petit peu de poudre de riz cache cette brillance affreuse. Encore faut-il avoir choisi la bonne teinte, celle qui est adaptée à votre  teint…pour que la poudre se voie à minima. 

. Le miroir est donc un élément fondamental du poudrier, tout autant que le support qui "porte" la poudre. Si on ne peut pas voir son visage, à quoi pourrait servir un poudrier avec sa houppette à l’intérieur? Il assure aussi la solidité du couvercle. Le verre lui-même a mal vécu ; il porte des petits trous en partie gauche qui montrent que le métal qui permet le reflet a été attaqué par l’humidité.     

Poudrier ancien, dedans avec poudre, grille fine, houppette & miroir, Cl. Elisabeth Poulain

Poudrier ancien, dedans avec poudre, grille fine, houppette & miroir, Cl. Elisabeth Poulain

. Parlons maintenant enfin de  la poudre qu’on ne voit pas au départ ; ce n’est pas étonnant quand on découvre qu’elle « se cache » sous une grille en tissus très fin de façon à optimiser la quantité prélevée par la houppette,  juste ce qu’il faut, mais pas plus. Difficile de vous donner la teinte , tant il doit exister de nuances et d'effets de mode.

. J’en arrive maintenant à la houppette, qui est cette petite touffe de fourrure d’une légèreté et d’une douceur étonnantes.  Sa couleur tire vers un jaune très doux, teintée évidemment de rose au contact avec la poudre ! Après quelques recherches sur le Net, j’ai trouvé que ce ne peut être que du duvet de cigogneau, le petit de Madame et Monsieur Cigogne. 

Poudrier ancien, couvercle avec fleurs, houppette, Cl. Elisabeth Poulain

Poudrier ancien, couvercle avec fleurs, houppette, Cl. Elisabeth Poulain

Il est grand temps de vous parler des fleurs. C’est certainement la partie qui a le plus vieillie au fil du temps. Je  vois deux roses imprimées sur une toile très fine collée sur le fond solide. La rose placée à gauche est rouge-rose, celle de droite est jaune, avec deux boutons rouges et des fleurs qui pourraient être des iris dans le fond. Pour compléter, on voit du feuillage de différents verts… Le fond sur lequel sont posées ces fleurs a  jauni. En outre il est taché en divers endroits, notamment près du bord, là où se trouve le débord.  Il semble y avoir des coulures blanches vers le haut de cette peinture sur tissus cerclée de cuivre.

Et ce petit objet raffiné, qui date de si longtemps,  ne doit surtout plus être  utilisé, en tant que poudrier contenant de la poudre. En effet tous les composants doivent dater d’avant la seconde guerre mondiale, à commencer par la poudre bien sûr, la houppette... sans pouvoir citer  bien sûr le type de colorant et des produits X ou Y... de la composition pour rendre cette  poudre encore plus attirante. C’était une autre époque…

Poudrier ancien, avec des fleurs sur le couvercle, sur fond vert végétal, Cl. Elisabeth Poulain

Poudrier ancien, avec des fleurs sur le couvercle, sur fond vert végétal, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Voir les généralités sur  le poudrier sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Poudrier_(maquillage)

. Des modèles divers et variés à acheter sur  https://www.ebay.fr/b/Poudrier-ancien/bn_7006314703

. A ma grande surprise, on trouve  actuellement sur le net encore énormément de poudriers avec leur houppette.  

. Clichés Elisabeth Poulain 

Voir les commentaires

Sur L’île de Noirmoutier, les cabines de la plage du Bois de la Chaise

1 Juillet 2018, 17:01pm

Publié par Elisabeth Poulain

Ile de Noirmoutier, Plage du Bois de la Chaise, Cabines de plage, Cl. Elisabeth Poulain .

Ile de Noirmoutier, Plage du Bois de la Chaise, Cabines de plage, Cl. Elisabeth Poulain .

Ces cabines de l’Ile ont acquis une notoriété peu commune pour ce qui ressemble, à bien les regarder, à des « simples »  cabanes en bois. Pourtant, on s’étonne à la fois de leur nombre et de leur bon entretien. Toutes ont été repeintes, alors que chacun sait que ce genre de dépenses appartient aux propriétaires qui doivent vraisemblablement faire repeindre souvent leur « petit chez soi » ou le faire eux-mêmes.

Les clichés que je vous présente datent maintenant d’il y a plusieurs décades à un moment - où on faisait des photos-papier - qui semble si lointain. Répondons d’abord à la question cabine ou  cabane ? N’y a-t-il  pas seulement la différence d’une seule consonne entre le « i » et le « a »..  Il y a plus que cela: le temps qui passe, les habitudes de vie qui ont changé, de sorte que la cabine appartient plutôt au début du XXe siècle et la cabane au XX,  XXIe et demain...

Ile de Noirmoutier, Plage des Dames - Bois de la Chaise, vue d'en haut, Cl. Elisabeth Poulain

Ile de Noirmoutier, Plage des Dames - Bois de la Chaise, vue d'en haut, Cl. Elisabeth Poulain

. La cabine de bain permettait aux femmes de mettre leur maillot de bain, avant d’aller se baigner : dans ce cas la cabine était tirée par des chevaux jusqu’à l’eau pour que « la nageuse » même si elle ne savait pas nager, puisse faire trempette sans montrer son corps, et revenir ensuite dans sa cabine pour s’y sécher et s’y rhabiller. C'est la raison pour laquelle elle s'appelle "la Plage des Dames". A lire la brève description du Bois de la Chaise, qui est un site classé, dont le peintre Renoir était tombé « amoureux » : «  c’est un coin admirable, beau comme le midi mais avec une mer autrement belle que la Méditerranée ».   

. La cabane au contraire est fixe. Elle offre l’avantage de pouvoir mettre son maillot de bain  avant d’aller se baigner et au retour de pouvoir se sécher et de remettre ses vêtements, et cela pour tous les membres de la famille et de leurs invités. Occupant une place sur l’espace public, j’imagine que les propriétaires de ces petites maisons de bois  y laissent des transats, un parasol, des jeux pour les enfants, des nattes de raphias pour s’y étendre, sa crème contre les coups de soleil…

Ile de Noirmoutier, Plage du Bois de la Chaise, Cabines de plage, Cl. Elisabeth Poulain Ile de Noirmoutier, Plage du Bois de la Chaise, Cabines de plage, Cl. Elisabeth Poulain Ile de Noirmoutier, Plage du Bois de la Chaise, Cabines de plage, Cl. Elisabeth Poulain
Ile de Noirmoutier, Plage du Bois de la Chaise, Cabines de plage, Cl. Elisabeth Poulain Ile de Noirmoutier, Plage du Bois de la Chaise, Cabines de plage, Cl. Elisabeth Poulain

Ile de Noirmoutier, Plage du Bois de la Chaise, Cabines de plage, Cl. Elisabeth Poulain

Mais il n’y a pas que cela. Regardez bien la plage. Le jour où j’ai pris ces clichés, il y a du avoir soit un coup de vent soit une grande marée peu de temps avant. On voit en effet des algues agglutinées pour certaines  en tas, retenues par les poteaux de fondation de ces petites maisons de bois. On comprend alors pourquoi ces cabanes sont rehaussées par les poteaux, avec parfois des marches pour faciliter l’accès à la porte, quand le différentiel entre le sable et le niveau du plancher devient trop grand pour que la personne puisse insérer la clé de la cabane dans la serrure.  

Ces algues montrent aussi que les quatre poteaux de chaque cabane ou presque doivent être protégés, renforcés parfois soit par du  goudron pour éviter que l’eau salée imprègne durablement le bois et le fasse pourrir plus vite, soit par des poutres supplémentaires placées en croisillon pour mieux répartir les forces.

Quelques rares « trous » dans l’alignement des cabanes rompent la continuité. Il y en a donc qui n’ont pas survécu au temps ! Le temps parlons-en. Ces  clichés ont été pris au début du siècle, les  cabines abîmés ont été remplacées, du fait en particulier du classement du site. Sur un cliché récent, je n'ai vu qu'une seule cabine manquante...  

Île de Noirmoutier, Plage des Dames, Vue d'en haut sur la mer, Cl. Elisabeth Poulain

Île de Noirmoutier, Plage des Dames, Vue d'en haut sur la mer, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Le Bois de la Chaise à Noirmoutier, qui est un site classé, à retrouver sur  https://www.ville-noirmoutier.fr/bois-de-la-chaise/

. Les cabines de la plage des Dames à Noirmoutier, à voir sur   https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/les-cabines-de-plage-immanquables-noirmoutier-2770854

https://www.ile-noirmoutier.com/fr/le-passage-du-gois.html

. Lire sur ce blog dans la série « des petites maisons », « Les petites maisons, l’entre-deux, entre cabine et cabane », en date du 8.03.2011   http://www.elisabethpoulain.com/article-les-petites-maisons-l-entre-deux-entre-cabine-et-cabane-68862370.html 

. Voir la Plage des Dames dans un cliché pris d'avion en page 90 du Hors-Série OUEST-FRANCE "Les îles de l'Ouest, vues du ciel, paru en juin 2017. On y voit 11 cabines en partant de la gauche, 1 trou et un seul, et 15 ensuite...

. Clichés Elisabeth Poulain à partir des photos-papier que j'avais prises lors de la découverte de l'île de Noirmoutier...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>