Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

M comme Man > Abel Faivre > Le soldat de 1914-1918 en affiche

3 Avril 2011, 16:16pm

Publié par Elisabeth Poulain

Abel Faivre fait partie de ces artistes très prolifiques en phase avec leur temps, qui furent

 

 Abel Faivre-2e emprunt 1916- aff 001 

 

dessinateurs, affichistes, caricaturistes, humoristiques… Ses réalisations très connues se vendent encore aujourd’hui et bien, semble-t-il. Les références à son nom sur Google sont impressionnantes. La diversité des sites également. Citons pour exemple :

. d’un côté les nombreux sites dédiés à la guerre de 1914-1918 au plan pédagogique, culturel…

. les sites professionnels qui vendent ses affiches, ses dessins

. et de l’autre, une vacuité certaine et sèche sur ce que fut l’homme.  

 

Une ambiance bizarre

Même Wikipedia n’en dit pas grand chose. La seule source citée est le Musée Jean-Jaurés à Castres pour certaines de ses caricatures. La fiche pédagogique intéressante du Centre pédagogique d’Amiens, qui traite de « l’affiche avant-guerre : support publicitaire et oeuvre d’art », ne le cite pas non plus dans le texte. Ses auteurs utilisent pourtant deux de ses plus fortes affiches pour illustrer leurs propos. Il est vrai que le titre ne convient pas : il aurait été plus juste de parler de « l’affiche de guerre », ce qui aurait permis de couvrir l’avant-guerre et le pendant-guerre, comme on dit l’après-guerre. L’absence de citation et le décalage du titre interpellent. En l’absence de certitudes concernant Abel Faivre, on ne peut faire que des hypothèses. Serait-ce inconvenant que d’associer l’argent, la guerre et le jeune soldat qui donne sa vie pour la patrie ou y-a-til autre chose? 

 

Ses affiches de guerre

Elles connaissent encore maintenant un succès  impressionnant. Ce sont des affiches faites à la demande du Crédit Lyonnais chargé par le gouvernement français d’organiser et de gérer les emprunts de guerre. Il s’agissait de mobiliser le patriotisme des Français en vue de recueillir de l’argent pour poursuivre l’effort de guerre. Le thème du jeune soldat tendant toutes ses forces pour défendre la patrie s’imposait de lui-même. Il y eut vraisemblablement autant d’affiches que d’emprunts de guerre. Seules celles lancées pour les emprunts n° 2, 3 et 4 sont largement diffusées. Je n’ai trouvé aucune référence concernant le premier emprunt. Quant à « L’emprunt de la Libération », il clôt la série. La guerre est finie. Une nouvelle époque commence. 

 

L’affiche de l’emprunt n° 2

Elle date de 1916. C’est la plus consensuelle des quatre

 

Abel Faibre, Le soldat, Guerre de 1914, Crédit Lyonnais, 3è Emprunt de

affiches de guerre d’Abel Faivre. On y voit un soldat en mouvement, le fusil en avant, le visage tourné vers nous, comme saisi par une photo, en marche vers l’Allemagne. Son visage jeune est ouvert. Le titre de l’affiche exprime son sentiment de confiance sur l’issu de la guerre : « On les aura ». En bas figure la double mention « Deuxième emprunt de la Défense nationale – Souscrivez ». A noter, l’économie des moyens utilisés par l’artiste, la simplicité des couleurs terre, l’écriture manuscrite pour la confiance et la souscription et l’allant empli d’équilibre de la composition. 

 

L’affiche de l’emprunt n° 3

Elle montre un poilu longiligne, calé contre le globe terrestre, s’apprêtant à ficher, les bras tendus, la hampe du drapeau de la liberté sur l’Allemagne. La date n’est pas précisée. Ce qu’on peut percevoir, c’est que du temps a passé depuis le dernier emprunt. Il n’est plus question de confiance, le soldat est obligé de se dresser sur la point des pieds. Il est convenablement vêtu, ses chaussures sont cirées, ses bandes molletières bien ajustées, sa besace garnie… 

 

Par contre le drapeau blanc de la Liberté qu’il porte est si troué et usé qu’on pense à un morceau de drap découpé à la hâte et imprimé au tampon rouge. Le monde, si noir et si lourd, occupe plus de la moitié de l’espace au total. Il pèse sur l’ensemble de la composition. On comprend que le combat est lourd et usant.  

 

L’expression est forte et l’ambivalence évidente. La liberté est chère à conquérir. En bas à droite, reste l’essentiel « 3è Emprunt de la Défense nationale – Crédit Lyonnais - Souscrivez ».  Seul reste en lettres manuscrites la mention « Souscrivez ». Le nom de la banque figurant désormais en gros caractères plus épais que les autres. La publicité de marque a pris le pas dans cette affiche très sombre.  

 

L’affiche de l’emprunt n° 4

 

Abel Faivre, Soldat de la Ière guerre, 4 Emprunt national,

 

C’est la plus forte et certainement la plus troublante. Elle date de 1918. On y voit un homme puissant nu, au corps d’athlète dans sa plus grande beauté d’expression, de plénitude forte et de détermination, combattant à la seule force de son glaive, qu’il tient de sa main droite, un aigle monstrueux qui l’écrase de sa puissance. Le sort est incertain, l’homme affronte d’une seule main le bec et les griffes de l’aigle noir qui ailes déployées occupe à lui seul plus de la moitié de l’affiche, cette fois-ci horizontale. Les autres étaient verticales. 

 

De sa main gauche, l’homme tire à lui le drapeau français dans sa partie bleue que lui dispute l’aigle. La composition est impressionnante. Aux ailes noires de l’aigle, répond le drapeau dans sa partie blanche en arrière du corps du soldat et le rouge vers le bas, comme une danse de vie face à la mort qui veut l’enserrer dans un piège mortel à trois pinces, le bec qui tue et les griffes qui immobilisent. Entre la bête et le drapeau, cet homme le glaive à la main. Il est vêtu de sa seule ceinture qui porte le fourreau de son glaive. Imaginez l’impact qu’a pu avoir cette affiche dans la population, qui savait fort bien  à ce moment là ce qui se passait, les soldats qui mourraient de faim, gazés dans les tranchées...

 

Au plan de la conception de l'espace, l’avancée est grande. La maîtrise est totale, un encadré enserre l’ensemble, avec des débordements volontaires pour montrer que la force du contenu l’emporte sur l’encadré :

-        le drapeau bleu tenu par la main en haut en partie gauche horizontale, à côté de CREDIT LYONNAIS en lettres majuscules,

-        le drapeau bleu dans la verticale gauche,

-        le bord de l’aile noire de l’aigle en bas, au dessus du « A » de NATIONAL dans l’expression SOUSCRIVEZ AU 4è EMPRUNT NATIONAL. 

 

Les lettres figurent désormais en lettres majuscules, avec un jeu sur le U qui se présente comme un V pour styliser les mentions et aérer l’ensemble. La mention du Crédit Lyonnais s’affiche maintenant ouvertement en haut. Le 4è emprunt devient un produit de la banque. Cette évolution également est étonnante. Il a fallu si peu de temps.  

 

Le seul commentaire que j’ai pu trouver concernant cette affiche l’inscrit dans un courant de « romanité ». Il parle d’ « un gladiateur, combattant l’aigle allemand à l’aide du drapeau tricolore ». Ce n’est pas ce que j’ai vu. J’y vois un homme qui tire à lui le drapeau que tient l’aigle fermement dans son bec. Personne non plus n'évoque cette nudité troublante et ce fourreau de l'épée. C'était en 1918! 

 

L’affiche de l’Emprunt de la Libération

 

Abel Faivre-L'emprunt de la Libération-1918-Royal Canada M

 

L’affiche, qui date de 1918, ne montre plus de soldat. La force des drapeaux des Alliés l’emporte sur tout autre élément pour montrer la victoire. L’ennemi, l’Empereur Guillaume II, muni de son célèbre casque à pointe, emblème du haïssable, avec son épée brisée, signe de la défaite, courbe la tête comme s’il était écrasé par le poids des drapeaux multicolores.  

 

On retrouve une composition en biais, cette fois ci au tiers et non plus à la moitié comme dans l’affiche précédente :

. à l’Empereur, la plus petite partie de gauche à droite en gris et blanc, avec un col noir et un nuage d’orage au-dessus de sa tête,

. au dessus de lui et dans toute la plus grande partie de l’affiche, des drapeaux enroulés qui semblent gonflés de l’intérieur, pour en montrer la force de vie. Il y a là un rendu impressionnant du tissus, des rayures et des couleurs pris comme un symbole d’une nouvelle vie, joyeuse. 

 

La mention de la banque a disparu au dessus de la scène de liesse. Seul dépasse le haut des hampes des drapeaux.                 

 

Pour suivre le chemin

. Lire le premier billet sur le thème de l'homme sur ce blog, M01 comme Man > Le soldat en pub  M01 comme Man > Le soldat en pub     

. Retrouver toutes les affiches de guerre de la Première Guerre mondiale - dont celles d’Abel Faivre - sur le site portugais tout à fait remarquable de la Biblioteca Nacional Digital http://purl.pt/398/1/indice_f.html

. Lire l’étude du Centre régional de Documentation pédagogique d’Amiens sur "l’affiche et la représentation du soldat pendant la guerre (de 1914-1918)" 

http://crdp.ac-amiens.fr/historial/soldat/aff_pres_presentation.html 

et aussi "la guerre de l’affiche" sur

http://www.royalalbertamuseum.ca/vexhibit/warpost/french/page41.htm

. Les affiches d’Abel Faivre en vente sur http://www.galaxidion.com/home/catalogues.php?LIB=saintlamb&CAT=469978

. Pour comprendre l’époque, voir la recherche d’Olivier Fillieule, L’avenir en crise (1914-1918)

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769-3206_1990_num_21_1_410704   . . Mes remerciements aux contributeurs des photos; à retrouver ici dans l'album-photos "Symboles".  

Voir les commentaires

Marketing territorial > Le Royaume-Uni > Les Immigrants riches

31 Mars 2011, 16:44pm

Publié par Elisabeth Poulain

  

C’est toujours un vrai plaisir d’observer ce que font nos amis anglais. Ils font tout ou presque avec une fraîcheur et une conviction que nous n’avons pas ou jamais eues. Quand ils ont un objectif à atteindre, ils y vont franco. Nous, nous en serions encore à chercher le titre de façon à ne heurter aucune sensibilité – traduisez - aucune clientèle politique.


Londres-Tamise-Panorama urbain vu depuis Souh Bank-Wikipedia

 

Il y a plusieurs sensibilités en marketing territorial comme il en va dans les autres secteurs de la vie économique. C’est ce qui ressort de cette information du Financial Times reprise par Les Echos et le Monde sur la volonté du gouvernement anglais d’attirer au Royaume-Uni les entrepreneurs et les personnes à hauts revenus, majoritairement en provenance du Moyen-Orient. Il s’agit là d’un marketing territorial un peu spécifique dans la mesure où  la cible est clairement désignée, le territoire visé est l’échelon national et le moyen d’attirer ceux qui appartiennent à la cible est un assouplissement réglementaire.  

 

La problématique

Il s’agit pour les autorités anglaises d’attirer les investisseurs étrangers pour créer de la valeur, créer des emplois… En cette période de forte concurrence entre lieux d’accueil des sièges sociaux, tous ont besoin de fortifier leurs atouts. Leur espoir est de faire venir sur leur territoire la crème des entrepreneurs et de futurs habitants possédant la panoplie entière des parfaits séducteurs : beaucoup d’argent, forte capacité à investir et à dépenser, création d’emplois pour du personnel qualifié et plus, si affinités…

 

  Londres-David Iliff 800px-Palace of Westminster - Feb 2007

La cible

Elle est très clairement affichée. Ce sont ces fameux investisseurs fortunés et ces personnes qu’on a peine à qualifier d’immigrants quand elles sont millionnaires. Leur liberté de choix de leurs lieux de vie et de travail est proportionnelle à leur capacité à investir et à dépenser. « Plus vous avez d’argent, plus on vous fait les yeux doux et plus vous avez le choix ». Pour ne pas faire trop de jaloux, la mesure a été étendue aux banquiers, avocats et cadres supérieurs dés lors qu’ils atteignent un certain plafond de revenus. Telle est la première règle.

 

Le pragmatisme

Elle est tout à fait logique, en application de la seconde règle. « Quand vous avez beaucoup d’argent, il faut vous en offrir plus, en terme de facilitation de vie et d’allègement réglementaire. » L’assouplissement de l’application de la loi est directement ajusté aux sommes d’argent déposées en banque ou investies par ces immigrants extra-communautaires d’un nouveau type.

 

La segmentation et les allègements

Les contraintes à l’entrée et à la résidence au Royaume-Uni ne sont pas supprimées, sauf une exception. Le test d’anglais n’est plus nécessaire quand vous déposez 1 million de GBP (= 1,5m EUR) en banque.

 

Dans tous les autres cas, le  seuil de l’application est abaissé :

. le permis de séjour peut être accordé au bout de 2 ans, au lieu de 5, si l’immigrant dépose 10 millions de livres, au bout de 3 ans avec 5 millions ;

. le temps de séjour au RU est réduit à 6 mois obligatoires au lieu de 9 normalement dans les deux cas précédents;

 

Londres-Tour du XVè siècle-Tamise

 

. l’entrepreneur d’une start up ayant crée 10 emplois ou généré un chiffre d’affaires de 5 millions de GBP en 5 ans, bénéficiera des mêmes avantages. Le banquier, avocat ou cadre sup qui gagne plus de 150 000 GBP également, tout comme les salariés gagnant plus de 40 000 GBP.

 

Les chercheurs et artistes pourront bénéficier de visas en raison de leurs « talents exceptionnels »…sans quantification de leur capital ou revenu, au nom de leur capacité d’innovation ou de créativité.

 

Une fois sur le sol anglais, cette nouvelle catégorie de personnes pourra faire jouer à nouveau la concurrence entre les différentes autorités qui administrent le Royaume-Uni, en particulier la  puissante région de  « Grand Londres », qui est toujours le lieu phare où il faut être, pour les sièges sociaux.

 

     

Et le marketing ?

Est-ce vraiment encore du marketing ? Oui dans la mesure où il s’agit de mieux faire percevoir l’attractivité du territoire à des personnes morales ou physiques de l’extérieur. Oui encore aussi où les heureux bénéficiaires auront des avantages particuliers, comme il est habituel de le faire pour des entreprises qui s’installent, sous forme par exemple d’installations spécialement faites pour elles…Gageons que la seconde phase de l’installation des entreprises, concernant les usines et unités techniques, bénéficiera également d’avantages découlant clairement d’un autre marketing territorial cette fois-ci localisé. 

 

La novation

C’est du marketing territorial niveau 2, qui crée une nouvelle catégorie d’immigrants, ce qui interpelle quand même quelque peu un esprit français, mais pas forcément un Anglais, l’objectif étant de créer des emplois et de la valeur ajoutée, dans une logique d’affaires.

     

  City-Hall-Grand Londres-Wikipedia

Pour suivre le chemin.

. Source : http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/dossier/0201134482196.htm

. Quelques informations sur l’administration territoriale au  Royaume-Uni sur http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/collectivites-locales-au-sein-union-europeenne.html

« La structure territoriale est caractérisée par une forte hétérogénéité. Deux cas se présentent : . soit un seul niveau de collectivités locales dans certaines parties de l’Angleterre : les unitary authorities dans les zones rurales et les metropolitan district dans les zones urbaines ;

. soit deux niveaux sur le reste du territoire : les council areas et la région en Écosse, les unitary authorities et la région au Pays de Galles, les district councils et la région en Irlande du Nord, les district councils et les county councils dans certaines zones de l’Angleterre »         

. Sur la puissance de Grand Londres qui regroupe 32 districts plus la City 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Londres

. Photos Wikipedia, avec  mes remerciements à tous les contributeurs et en particulier à David Iliff, dont la photo de Town Hall a été élue Image de l’année 2007.  

Voir les commentaires

M comme Man > Le Soldat en pub

29 Mars 2011, 15:53pm

Publié par Elisabeth Poulain

La publicité existait pendant les deux dernières grandes guerres du XXè siècle. Pendant celle de 1914-1918, le Crédit Lyonnais faisait de grandes campagnes d’affichages en faveur des emprunts pour soutenir l’effort de guerre. J’en parlerai dans le prochain billet. Il  s’agit aujourd’hui de vous montrer quelques publicités, malheureusement le plus souvent non  datées, qui utilisent en temps de paix l’image du soldat pour mieux faire connaître et vendre leur produit à des hommes, sans qu’ils fassent partie de l’armée.

 

Soldat de l'Infanterie territorial sur un vélo Rochet

 

Le soldat plutôt que la guerre.

La guerre en tant que telle n’apparaît pas. A l’exception d’une affiche en faveur des Cycles Robert, on ne voit pas l’armée. La présence d’un ou deux soldats souriants au repos suffit à donner le ton. On voit le soldat en uniforme parfois en entier, parfois seulement la partie haute de leur corps. Rarement une civile figure dans le tableau. Il s’agit d’une petite fille

 

 Soldat 1914, Papier à cigarettes Riz La Croix, Plaque 1919

 

alsacienne qui offre un paquet de papier à cigarette Riz La Croix au soldat, comme dans les scènes montrées traditionnellement où c’était un bouquet de fleurs tricolores qui était remis aux combattants lors des défilés.   

Le soldat au repos

A la seule exception  du fantassin qui pédale sur le vélo Robert, tous les autres sont au repos. Le plus célèbre militaire français, le tirailleur sénégalais, qui figure sur les boîtes de Banania, est reproduit assis en train de  savourer la célèbre boisson, un grand sourire sur le

 

Zouave, Soldat Infanterie française en Algérie, 1830-1962

 

visage. Le dessin,  1912 du journaliste Pierre Larchet, n’a cessé d’évolué jusqu’à nos jours. Un autre zouave, roux celui-là, vante le Papier à Cigarettes Zig Zag. Certains sont dehors près du feu, comme ces deux fantassins au célèbre pantalon rouge, qui se réchauffent près du feu en buvant une Chicorée Black.    

Le choix des guerres

C’est une sélection qui interpelle. Rien de semblable à ce qui s’est passé par exemple lors de la seconde guerre mondiale pour Coca Cola. Cette boisson présentée dans sa bouteille individuelle a été  déclarée fourniture de guerre par le gouvernement américain. Il était vital de permettre à ses soldats de conserver leur lien avec la mère patrie. En France, le tabac pour la pipe et le vin ont été très largement distribués par le

 Soldats de l'Infanterie territoriale, 1914, Chicorée Black

 

gouvernement en particulier aux soldats de la première guerre pour leur permettre de ‘tenir’ dans les tranchées. Si les soldats voulaient fumer des cigarettes, ils devaient se les rouler, ce qui explique la publicité pour les papiers Riz-La-Croix et Zig-Zag déjà citée.  

Le choix des périodes

L’absence de marque et/ou de conditionnement adapté explique en grande partie l’absence ou le faible nombre de publicité générique. Tel n’est pas le cas des objets publicitaires qui se vendent aux enchères ces dernières années. Si les Gauloises existaient depuis 1910, leur célébrité date de 1928, lors de la création de  la célèbre affiche réalisée par Max Ponty avec le fier guerrier gaulois au casque.  On rencontre aussi dans les travées publicitaires un quidam

 

 Tirailleur sénégalais, Fantassin des Colonies, mi XIX-mi

 

en armure pour les Bijoux FIX. Deux grognards del’armée napoléonienne vantent les mérites, l’un de la bière Champigneulles et l’autre des bons vins de la Vieille Garde. 

L’âge des soldats

A l’exception du chevalier invisible sous son armure, dont on sait rien, et des deux grognards qui ont déjà de la bouteille, les fantassins et le zouave sont jeunes ou supposés tels. 

Pour suivre le chemin

. Catalogues du Cabinet Kaczorowki, 8 rue Chaptal, 44188 Nantes cedex,

kac@interencheres.com, www.interencheres.com

 

. Prochain billet > M2 comme Man > Abel Faivre > Le soldat en affiche 

. Photos EP, avec mes remerciements à Philippe Kaczorowski, à  voir dans l'album-photos "Personnes-Personnalités-Personnages" 

Voir les commentaires

La bouteille de vin > L'Anjou rouge > Olivier Cousin > Martigné-Briand

28 Mars 2011, 09:01am

Publié par Elisabeth Poulain

Une bouteille vide

Anjou rouge, Olivier Cousin

Elle s’impatiente. Elle m’interpelle : « alors tu vas parler de moi quand ? A la Saint Glin-Glin ? » Elle n’attend plus  que je fasse un billet sur elle, pour retourner à l’état de verre bon à recycler et à reformer un cycle qui la conduira à nouveau à être une bouteille de vin, avec du bon vin dedans, pas de la bibine et pas non plus une bouteille vide. Une vraie vie de bouteille, quoi !

Le vigneron et son vin

Attention, elle a le verbe haut cette bouteille, comme son patron d’ailleurs, Olivier Cousin est un vigneron qui parle comme il pense, haut et fort. Le bonhomme s’est fait représenter au dos de la bouteille, tout nu accroché à une ancre de marine, avec plein de grappes de raisin en guise de maillot de bain et une coupe de vin à la main. Le vin est un de ses Anjou rouge vinifiés sans sulfite ajouté. Ce vin, classé dans la catégorie des vins de table français, est issu de raisin  produit en agriculture biologique, certifié Demeter. Mais ça, il faut voir l’étiquette pour le savoir.    

La bouteille et le vin

C’est une bourguignonne classique, qui convient bien à ce 100% grolleau issu de vieilles vignes, vinifié en rouge et pas en rosé comme dans la quasi-généralité des cas. Selon le dégustateur de « Vins de chez nous »,c’est un « pur Grolleau vinifié par un puriste ! Du fruit, des épices et de la légèreté. A boire et à re-boire. De la bombe, on vous dit ! »   

Entre Cousin et cousin   Anjou rouge, Olivier Cousin, Etiquette

Il y a le vin d’Olivier le vigneron d’un côté et le cousin, l’insecte aux longues ailes et ses six pattes graciles, représenté en un chouette dessin sur l’étiquette, celle qui se trouve devant la contre-étiquette. C’est ce fameux cousin qui attire l’attention sur lui, avec sa tête couleur bleu moyen, et la mention ‘Le Cousin Rouge’ écrit dans le même bleu. Le marrant est que cela ne choque personne et pas une de ces personnes ne l’avait remarqué, avant d’avoir goûté le vin. Ce bleu est utilisé également pour souligner les premières lettres de « Vieilles Vignes Grolleau ».  

 

Deux différences d’avec le vrai insecte  

. Celui d’Olivier a des yeux gros comme des billes de loto, avec  la bouteille dans une main et le tire-bouchon dans l’autre.

. Il a en effet troqué ses deux pattes de devant contre des bras munis de main qui lui permettent d’ouvrir cette fameuse bouteille de « Cousin Rouge ». 

Ce que dit l’habillage de la bouteille

Le respect de la bio-diversité quand on travaille en bio-dynamie, comme Olivier Cousin, n’empêche pas de faire un clin d’œil à l’amateur de vin en s’adressant à un bon dessinateur. Sa volonté de dire quelque chose de façon ludique et qualitative. Il n’hésite pas non plus à reprendre en bas de l’étiquette un jeu de mots qui ressort périodiquement chez les vignerons en France « Mieux vaut le vin d’ici que l’eau de là ». Ce qui signifie pour les personnes  ne connaissant pas le français : mieux vaut boire un vin aujourd’hui dans cette vie, qu’au ciel, après sa mort, un postulat d’évidence que tous comprennent.   

Les signes par lesquels la bouteille communique

Anjou rouge, Olivier Cousin, Contre-EtiquetteL’habillage ressemble au vigneron qui en plus figure sur la contre-étiquette. Il appartient indubitablement au Signe de L’Homme, qui ouvre ma recherche sur l’habillage de la bouteille de vin, parue sur mon blog sous le titre « The World through the Bottle of Wine » en chapitre 1. Ex-aequo, je placerai l’étiquette sous le Signe du Je-u (chapitre 8) qui vise à la fois la volonté de parler de soi et la volonté de jouer et le Signe de la Terre (chapitre 2). C’est un des rares exemples de maîtrise d’un habillage en cohérence, à trois lignes de force.  

En un mot!

Un bon habillage ne suffit pas à rendre le vin bon ou intéressant quand il n’est ni l’un ni l’autre. Par contre, il est essentiel que le contenant ne nuise pas au contenu. Quand en plus, il y a tout, le géniteur du vin, ses convictions et en plus la réussite graphique, il faut saluer cet exploit. Il  y a tout ; vous avez les fleurs, l’herbe, le cousin, la coccinelle, les grains de raisin, l’ancre de marine qui permet à Olivier Cousin de montrer son attachement à la mer et son cheval à corps de sirène, en hommage à ses chevaux de trait, ses compagnons dans la vigne. 

Pour suivre le chemin qui mène au vin d'Olivier Cousin Habillage bouteille de vin, Schéma général

.

 Olivier Cousin, 7, rue du Colonel Panaget, 49540 Martigné-Briand.

 

. Pour commander ses vins, voir si « Vins de chez nous » en a encore en vente en ligne 

 http://www.vinscheznous.com/vin-bio-naturel/42-le-cousin.html

 

. Retrouver l'étude sur l'habillage de la bouteille de vin, parue sous le titre "The World through the Bottle of Wine" sur ce blog. Voir les Pages.  

 

. Photos EP

Voir les commentaires

Le Marketing territorial et le Temps > Un système global d'actions

25 Mars 2011, 19:16pm

Publié par Elisabeth Poulain

On peut distinguer plusieurs phases dans le temps, pour deux raisons essentielles:

-        le processus nécessite un certain temps de préparation et d’application avant d’obtenir des résultats mesurables,

-        le territoire est indissociable du temps et se modifie sans cesse, tout comme le marketing.

Première phase : s’assurer de la demande de la collectivité

Au départ, il y a une demande d’une collectivité territoriale en vue de vitaliser son territoire.   Un cabinet de matière grise spécialisé en la matière y répond. Le plus célèbre en France actuellement est CoManaging, qui intervient auprès des régions, des agglomérations en France,

 

Le cabinet interroge longuement son client - la collectivité - sur ce qu’il veut, ne veut pas et surtout aussi sur son attitude face au changement et à l’incertitude, afin de recueillir les éléments nécessaires pour déterminer l’essence et la spécificité du territoire.  Ses objectifs sont de créer  un système global à triple ancrage, comme un tripode, constitué par la légitimité,  l’attractivité et la capacité à être mis en œuvre, à s’adapter et à évoluer. Ces trois concepts sont les lignes directrices (guidelines) qui fondent le projet.

  Bernard Venet, Bozar, Bruxelles

 

Deuxième phase : assurer la légitimité du projet

Il s’agit maintenant pour le cabinet d’édifier plusieurs projets de représentation du territoire, qui vont se traduire avec des mots et des images, parmi lesquels va choisir la collectivité. Pour cela, le cabinet entreprend un gros travail d’enquêtes et de relevés de signes qui caractérisent le territoire. Il met l’ensemble de ces informations, images, couleurs… en forme active, c’est dire qu’il les assemble de façon à en former un ensemble, ayant un sens, qui fonctionne en cohérence vivante. La raison en est que nous sommes dans l’ordre du vivant: une ville n’est jamais figée dans le temps. 

 

Cette première étape est fondamentale pour ancrer le projet de représentation dans une réalité de territoire, afin que ‘les gens du territoire, concernés ou intéressés par lui’  puissent s’approprier cette vision nouvelle du territoire. C’est cette légitimité qui va permettre d’opérer une mutation :  le projet du cabinet, accepté et validé par la collectivité, va devenir l’élément de départ du programme d’actions multiples sur le terrain.  

 

Troisième phase : assurer la visibilité de l’attractivité du territoire

C’est le véritable but de toute l’opération confiée au cabinet de matière grise : accroître la perception de l’attractivité du territoire, en mettant en valeur ses atouts et son potentiel de les faire évoluer positivement dans un univers très changeant, en profonde mutation et mutation rapide. Il s’agit de créer et/ou d’améliorer les conditions de visibilité du territoire attractif. A proprement parler, le cabinet ne crée pas l’attractivité ; il en améliore la perception et sait mettre en valeur aussi des atouts méconnus et/ou peu visibles, au moyen notamment de la juxtaposition de facteurs jusque là isolés et qui, réunis, forment sens en cohérence. Par là, elle crée un programme organisé des nouvelles conditions de visibilité du territoire. 

 

La question qui se pose à cet instant, c’est celle des cibles visées par cette construction : ceux qui y vivent, y travaillent ou y passent, ceux qui aimeraient bien venir le connaissant ou ceux qui vont découvrir le territoire qu’ils ne connaissent pas. Cela fait trois catégories de personnes qui toutes à leur façon sont ou peuvent être concernées. L’ensemble est très vaste, trop vaste pour pouvoir être opératoire directement. Il faut donc affiner l’analyse.  

 

Survient alors une autre dimension, celle des réseaux et celle d’Internet. Notre époque est différente de ce qu’il y avait encore 20 ans, au début de la bulle d’euphorie de l’an 2000. Les réseaux d’affaires, les réseaux amicaux ou familiaux existaient déjà, le bouche-à-oreille également qui ont permis par exemple le décollage de la Côte d’Azur, celui de Biarritz ou de La Baule au début du XXè siècle, avec l’appui de la presse. Les journalistes existent toujours mais l’influence de la presse a diminué. En témoignent les baisses des ventes et la diminution de la coûteuse publicité pour les annonceurs, dont font partie les collectivités. 

 

Une des raisons de ce bouleversement  de la diffusion de l’information est l’Internet et son appropriation d’outil majeur de communication par un grand nombre d’acteurs, qui font partie des cibles citées dans le point précédent. Chacun peut maintenant à sa façon non seulement relayer l’information mais la créer et ajouter de la valeur. Le nombre de transmetteurs et ou de créateurs de l’information a explosé de façon exponentielle.  

 

Notre monde, notre époque ont soif d’informations, en particulier de celles qui visent les territoires, parce que sans cesse le changement oblige les acteurs économiques tout autant que les personnes à trouver de nouvelles implantations, de nouveaux ancrages, des nouveaux lieux de vie et de développement.  Le besoin d’espace et de territoire augmente de façon exponentielle aussi au moment où chacun sait qu’il n’y a plus d’espace libre, disponible pour celui qui en a besoin.  

 

Arrive le projet créé par le cabinet de matière grise, cet outil qui va permettre aux collectivités de convaincre  ceux de l’Intérieur du territoire de rapprocher l’information sur l’attractivité du territoire vers ceux de l’Extérieur. Cette image de l’Intérieur face à l’Extérieur n’étant qu’une simplification pour montrer le cheminement de l’information et la rencontre entre ceux qui transmettent et ceux qui reçoivent l’information, qui peuvent se trouver partout.

 

Blog 2009.11.20 038

 

Quatrième phase : assurer la capacité à être mis en œuvre, à s’adapter et à évoluer

C’est à ce moment qu’apparaît la novation de ce type de marketing et le fait qu’il puisse être qualifié de marketing de seconde génération. Le projet étant maintenant assuré sur sa légitimité aux yeux des acteurs du territoire, à commencer par la collectivité, et sa capacité à être perçue de l’extérieur grâce sa visibilité, il reste la partie principale de l’opération qui consiste à demander aux acteurs du terrain d’agir au sein de leurs réseaux, quitte à en créer des nouveaux d’ailleurs, pour faire connaître les atouts du territoire.

 

 La multiplication des sources d’émission du message par les différents acteurs, qui deviennent du coup des émetteurs, est un gage d’assurance du renforcement de l’efficacité de la mise en œuvre du programme. Celui-ci  est à la fois contrôlé lors de son élaboration et personnalisé par chaque émetteur de façon à mieux s’adapter à chaque récepteur. C’est la façon optimale de miser sur l’adaptabilité des émissions personnalisées par chaque émetteur à chaque situation. Chacun reste soi, en ajoutant  une pelure supplémentaire, aux multiples pelures qui nous caractérisent tous. Il y a à la fois pour l’émetteur préservation de son individualité, de sa typicité, et jeu collectif en faveur du territoire. 

 

C’est aussi une façon pour le système de permettre son évolution. L’adaptabilité des émissions permet d’intégrer les changements apportés par le temps. Ne parier actuellement que sur la façon jusqu’alors traditionnelle de communiquer en faisant paraître des encarts dans la presse, avec l’appui d’articles favorables en complément, serait un pari trop risqué en ces temps de début d’hyper-concurrence territoriale.

 

Cinquième phase : créer un coeur de stimulation et des indicateurs d’efficacité

Cette phase à dire vrai n’en est pas une, car la mise en attractivité du territoire est un processus continu dans le temps. C’est un processus, basé en grande partie sur le travail des acteurs émetteurs  sur le terrain, qui ne peut avoir de fin, sous peine de signer la baisse ou la fin d’une certaine forme d’évolution dynamique souhaitée par la  collectivité humaine prise au sens le plus large du terme. A cet effet, les responsables  de la ville réunissent autour du programme d’action en cours un groupe de personnes très différenciées favorables et volontaires pour diffuser la bonne parole sur le terrain.

 

Ce groupe moteur est un créateur dynamique de valeur. Il ne substitue pas à la qualité première de l’accueil fait par chacun des membres de la collectivité à ‘l’autre’, le terme le plus large pour indiquer celui qui n’est pas soi, où qu’il soit et/ou d’où qu’il vienne. Il ne remplace pas non plus l'appropriation du programme de mise en valeur par les autres membres de la collectivité que sont en particulier les jeunes.   

 

Parallèlement, la collectivité met en place des indicateurs chiffrés permettant d’évaluer, autant que faire se peut, l’évolution des retombées afin d’ajuster la trajectoire, là aussi autant qu’il est possible.

     
Anne Marie Donnaint Bonnave jpg

 

En résumé

Tout bouge, tout le temps, pour tous, les villes aussi, mais pas de la même façon pour toutes. A nous tous, d’essayer de faire en sorte que ce soit dans le sens favorable pour le bien être de tous, en évitant de tomber dans le piège d’une standardisation nuisible en particulier et surtout aux plus fragiles. 

 

Pour suivre le chemin du marketing territorial

. Voir le site très pédagogique du cabinet de matière grise Co-Managing  http://www.comanaging.net/

. Voir sur mon blog un billet montrant les liens entre la Tour Eiffel et le marketing territorial

http://www.elisabethpoulain.com/article-marketing-territorial-la-tour-eiffel-embleme-de-paris-la-france-69597153.html

. Retrouver les différents programmes de marketing territorial en cours en France sur des sites de ‘curation’, la ‘curation’ étant un assemblage intelligent de contenus sur un thème précis, www.scoop.it/.../vers-une-marque-territoriale-pour-l-alsace-marketing-territorial

. Photos EP

Voir les commentaires

La beauté d'évidence du rose de printemps des fleurs du jardin

21 Mars 2011, 12:42pm

Publié par Elisabeth Poulain

 

Les fleurs

 

Rose, Camélia

 

Ce sont celles que l’on peut voir actuellement en cette mi-mars dans les jardins de Loire, avec une alternance de temps très doux et de nuits et matins froids depuis quelques jours et en conséquence une lumière vibrante et précise. Ce n’est pas qu’il y ait tant de fleurs en ce moment, que le fait que le rose explose ou plutôt les différentes nuances de rose.

 

   Rose, Bruyère

 

La couleur dominante

Sa présence est forte, face

-        au jaune exubérant des forsythias à la forte vitalité, des fleurs de narcisse, de pissenlits, de primevères,

-        au bleu moins visible, du fait de la petite taille des fleurs de pervenche, de violette, de jacinthe, de muscari;

-        le blanc, toujours plus discret, s’admire en cerisier, aubépine, spirée…et aussi de pervenche. 

Rose-rouge, Cognassier

Le grand éventail de roses

Aucun ne  ressemble à un autre. Des roses, il y en a en arbre, comme ces magnolias à large fleur qui se plaisent tant en Anjou, les prunus qui fleurissent le long des trottoirs ou dans les jardins. On en trouve encore plus en arbuste avec des haies de cognassier, des camélias isolés sur la pelouse près des puissants rhododendrons qui atteignent à l'âge adulte dans les endroits propices plusieurs mètres de hauteur. En bordure, comme faisant un contre-chant, par en dessous, le regard s’abaissant, il est possible de louer la ténacité réconfortante des vivaces, comme les saxifrages, qui croissent et se multiplient sans souci, des jacinthes et des primevères qui perdent peu à peu la force de leur couleur rose. Quant aux bruyères, elles méritent une mention spéciale tant leur durée de floraison est longue.  

 

 Rose, Magnolia

Pour suivre la route du rose

Rose, Saxifrage printemps

. Regarder les jardins en marchant, c’est une des jolies façons de jouer avec les couleurs. Comptez les roses différents, vous serez surpris-e, par leur diversité et surtout par leur capacité à être vrais et simples: le rose est joyeux, il porte la confiance d'un printemps radieux.  

 

. Lire la présentation qu’en fait Wikipedia sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Rose_(couleur)

. Photos EP, avec mes remerciements à FL pour le magnifique magnolia. 

Voir les commentaires

Marketing territorial > La Tour Eiffel > Emblème de Paris > La France

18 Mars 2011, 12:46pm

Publié par Elisabeth Poulain

La Tour

Tous les Français la connaissent, même si peu ont emprunté les célèbres ascenseurs qui vous économisent tant de marches à monter. Après laTour Eiffel-Elévations-Diagrammes-Emplacement. Plans de 19

seconde guerre mondiale, la visite était encore un passage obligé pour les jeunes. Il n’était pas concevable de ne pas avoir vu une fois au moins dans sa vie ce symbole de Paris et de la France. Cette tour métallique de 324 mètres de haut (avec son antenne), considérée comme un fleuron du savoir-faire français à la fin de XIXè siècle, continue à fasciner les touristes étrangers plus que français mais aussi les annonceurs publicitaires.  

La fascination

La technique d’assemblage métallique a été révolutionnaire, les tentatives concurrentes multiples, les détracteurs aussi. Le fait que ce soit un ingénieur français, Gustave Eiffel, qui ait réussi le premier cette prouesse technique, a été loué par ses admirateurs. Actuellement, la Tour continue à rassurer les Français sur la capacité de leur pays à innover et à prendre des risques.  La célèbre silhouette témoigne d’un glorieux  passé industriel qui se place au premier rang  dans l’image positive plébiscitée par les Français, qui ne représentent pourtant plus que 21% des visiteurs. 

 

Tour Eiffel-Expostion universelle Paris 1889l-Wikipedia

L’appropriation

Elle est aussi, sans contestation possible, le monument qu’il faut avoir vu quand on vient à Paris venant de l’étranger. C’est ce qui ressort d’une enquête faite par TNT Sofres en 2005 dans cinq pays (Italie, Royaume-Uni, Espagne, Allemagne, Etats-Unis, Japon) pour savoir quels étaient les trois monuments européens cités spontanément par les personnes questionnées. La Tour Eiffel est citée en première position dans les réponses aux trois questions

-        quels sont les trois monuments les plus connus ?

-        les trois monuments les plus visités ?

-        les trois monuments les plus symboliques ?  

Son succès

Sa fréquentation pourtant n’a pas toujours été à la hauteur de ses premiers succès Tour Eiffel-Jeu du Bébé Jumeau; 1889, Paris

lors de sa découverte par les Parisiens. En 1889, en sa première année d’ouverture au public, près de 2 000 000 visiteurs vinrent admirer la Tour et voir Paris d’en haut. Calendrier publicitaire, jeu pour les petites filles (photo ci-contre)... prolongèrent la fierté nationale. La seconde année pourtant, elle n’en attira plus que 400 000. Il y eut même une année à 120 000 visiteurs (1902). En conséquence il fallut et il faut  à la société gestionnaire constamment revoir sa copie, améliorer l’accueil, proposer une offre touristique plus large et … entretenir la flamme, en un mot, communiquer.

 

La Tour a réussi à passer sans trop de dommage les deux guerres mondiales. Heureusement elle n’a pas été détruite sur l’ordre de Hitler, comme il en avait donné l'ordre. Par chance pour sa survie, la Tour a réussi à se doter de fonctions nouvelles non prévues au départ. Emetteur de radio, puis de télévision, elle a très vite connu de nouveaux avatars dans la représentation de la ville et dans la publicité. 

L’emblème de Paris et de la France

On peut légitimement s’étonner de voir que la Tour Eiffel continue à ce point à être reconnue comme premier symbole de la France et de Paris, sans concurrence possible, sans que le pays et sa capitale d’ailleurs cherchent à se dissocier l’un de l’autre. Un rapide tour d’horizon montre que c’est la ville plus que le pays qui l’emporte. C’est le premier monument cité spontanément en Europe par les touristes étrangers.  

Le rôle des arts

 Tour Eiffel-Guillaume Apollinaire Calligramme Wikipedia

 

Outre les touristes qui ont et continuent à jouer un grand rôle dans sa légitimité, sa notoriété a été entretenue spontanément au fil du temps depuis 1889 par

-       les peintres comme Seurat, Dufy, Chagall, Henri Rousseau…

-       les cinéastes comme René Clair, Julien Duvivier, Abel Gance, Ernst Lubitsch, Claude Autant-Lara, Jean-Luc Godard, Louis Malle, Claude Chabrol…

-       les chansonniers, les poètes comme Guillaume Apollinaire … 

L’amour de la lumière pour la Tour

Personne n’envisagerait de projeter de la publicité de marque  sur l’Arc de Triomphe, qui forme, avec  les Champs-Élysées, le 2è monument le plus cité pour Paris (en 3è position dans l’enquête précédente sur les monuments les plus connus). Mémorial érigé en 1836 à la demande de Napoléon Ier, qui en avait émis le souhait en 1806, ce monument est dédié aux soldats morts au combat pour la France.

 

Par contre le métal triomphant de la Tour a su accueillir très vite les éclairages artistiques. Elle adore être mise en lumière, comme le montre le passage à l’an 2000. C’est son petit côté narcissique qui colle bien avec sa haute silhouette, qui s’étire dans le ciel à la poursuite des nuages.

Tour Eiffel-Georges Garen embrasement Wikipedia

L’amour de la publicité pour la Tour          

De la lumière à la pub, il n’y a qu’un pas très vite franchi. Dés 1925, Citroën y fit figurer le nom de sa marque. Ce n’est plus la volonté actuelle de la société de la Tour Eiffel. Par contre, les annonceurs ne se privent pas de tirer parti de sa notoriété. UbiFrance, la société en charge du développement à l’export des entreprises françaises, en a fait son logo.

 

Lego en a fait une reproduction au 300è. D’autres entreprises beaucoup plus nombreuses utilisent la Tour en toile de fond pour vendre des parfums, des sacs à main... ou annoncer un concert sur la Tour Eiffel.  

La Tour et l’image de Paris, la France

La Tour Eiffel est indissociable de l’image de Paris et plus largement de la France. Elle est revendiquée comme telle non seulement par les Parisiens, les Franciliens mais aussi par les autres personnes vivant en France. Aucun autre monument n’est à ce point consensuel. Elle est également perçue comme telle par les étrangers, touristes ou non dans notre pays. L’augmentation des chiffres des visites prouve que les dépenses d’investissement pour embellir l’édifice et en assurer sa brillance sont nécessaires et profitables. La Tour Eiffel contribue directement à la bonne renommée de Paris et de la France. Le 14 juillet, jour de la Fête nationale, ne saurait se passer d'elle, tout comme du défilé militaire sur les Champs Elysées proches.  

 

Tour Eiffel-Paris-fireworks-14-july-2005-Wikipedia

La confiance en l’avenir

La Tour a été réalisée à une époque où le terme même de marketing n’existait pas. Par contre la notion de rentabilité, oui,  la volonté politique aussi, la conscience que la construction allait être bonne pour la ville et le pays entier également. Elle allait prouver le savoir-faire des ingénieurs français dans le monde et plus largement faire montre d’une véritable confiance en l’avenir. Les grandes expositions universelles témoignaient d’une très large volonté sociétale de mettre en lumière les avancées tant attendues du XX siècle pour le bénéfice de tous, même si qui celle qui eut lieu à Paris en 1889, pour laquelle la Tour fut construite à grands frais, était dédiée au centième anniversaire de la Révolution française.  Tournée vers le passé, plus que vers l'avenir à l'époque, mais plus maintenant. 

L’image d’un territoire et le marketing territorial

 

Actuellement il existe toujours des expositions universelles. La dernière eut lieu en 2010 en Chine, marquée par la puissance de ce pays devenu en quelques années le deuxième du monde, après les Etats-Unis et avant le Japon. Dans un univers devenu fou de communication, l’image d'un pays continue pourtant à  être véhiculée par des constructions humaines, telles notre Tour Eiffel ou telle la longue Muraille de Chine, qui au départ n’étaient en rien concernées par le marketing territorial. Par contre leur préservation, leur modernisation et la mise en lumière de leur attractivité relèvent tout autant de la demande des touristes  que de la volonté politique. Les deux, avec le territoire, sont au coeur de la démarche du marketing territorial et ne peuvent faire l’un sans l’autre.  

Pour suivre le chemin de la Tour Eiffel

. Le site officiel actuel du monument le plus connu de France, à voir sur

http://www.tour-eiffel.fr/ 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Donn%C3%A9es_techniques_de_la_tour_Eiffel

. Son histoire sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_tour_Eiffel

. Sur la fréquentation par les touristes, une très bonne étude de 2005 de la société gestionnaire de Tour Eiffel, malheureusement sans indication du nombre de personnes interrogées,  http://fr.wikipedia.org/wiki/Popularit%C3%A9,_notori%C3%A9t%C3%A9_et_profil_des_visiteurs_de_la_tour_Eiffel

. Sur l’appropriation par les artistes

http://fr.wikipedia.org/wiki/Repr%C3%A9sentation_de_la_tour_Eiffel_dans_l%27art

 

. Autre billet à venir sur les marques et la Tour

. Sur le marketing territorial, lire sur ce blog

L'image de la Ville et le rôle de la création marketing territorial

Mini-Cas Territoire > Le hamburger et la prospective 

Identité ou attractivité d'une ville par le plein, le creux, l'autre  

 

. Photos de Wikipedia, EP pour celle du Grand jeu du Bébé Jumeau pour les filles, reproduite avec l'autorisation de l'Etude de Philippe Kaczorowki-Salorges Enchères, Nantes, avec mes remerciements.   

Voir les commentaires

Les petites maisons > Les tentes pour réfugiés

15 Mars 2011, 09:56am

Publié par Elisabeth Poulain

La tente a toujours servi d’abri temporaire pour des personnes en déplacement, qu’elles soient militaires ou civiles. Depuis l’Antiquité, les soldats ont toujours su mettre à profit les qualités de la tente pour abriter les hommes, les vivres et les matériels de façon à être opérationnels très rapidement au lieu stratégique, dans des lieux sans hébergement ou capacité d’accueil suffisante. C’était le cas au camp  de La Courtine en 1910, avec ces superbes tentes blanches. 

  Tentes, Camp de la Courtine, 1910

La tente et le pouvoir

Il en existait bien sûr différents modèles selon les usages qui en étaient faits. Il en est ainsi de la tente d’apparat. Plus le niveau hiérarchique de celui qui y était abrité était élevé et plus la tente était somptueuse. Citons Alexandre le Grand qui disposait d’une tente personnelle soutenue par des piliers d’or.

 

Tente d'apparat-Field of the cloth of gold-1520-Wikipedia

Autre exemple célèbre, celle où François Ier accueillit en 1520 Henri VIII d’Angleterre au camp du Drap d’Or, en Flandres, entre les châteaux d’Ardres et de Guines. Actuellement en Arabie Saoudite par exemple, lors de grands rassemblements politiques, des tentes sont édifiées dans le désert avec des tapis en guise de toile. Une seule tente peut accueillir jusqu’à 2 000 personnes. La tente est un symbole fort de culture.

 

La tente et la ville

Au cours des temps, la tente servit aussi à accueillir les membres des croisades en attente de départ, comme à Aigues-Mortes en 1246. Le lieu fut choisi pour sa faculté à être protégée par des remparts à l’intérieur desquels fut érigé un village de toile dont les tentes furent ensuite remplacées par des maisons, tant le site était propice.

 

La tente et la guerre

Il fallut inventer de nouveaux modèles de tentes pour accueillir en urgence des personnes déplacées dés la fin de la première guerre mondiale. Le modèle  d’urgence était basé sur le principe d’arceaux recouverts de tôles. C’est ce qu’il y avait de plus simple et de plus rapide à monter.

 

Ancien abri fin 1ère guerre mondiale, Peronne

  

La tente, les réfugiés

Actuellement dans les situations d’urgence que gère le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR), un organisme spécialisé de l’ONU, avec les autorités de l’Etat d’accueil, ici la Tunisie, c’est le plastique qui remplace la tôle trop lourde à déplacer. Ce matériau très léger offre aussi le gros avantage de présenter un volume réduit car il est repliable. Sur la photo prise à la frontière entre la Lybie et la Tunisie, on découvre ainsi des lignes de tente serrées les unes contre les autres, presque sans espace entre elles, avec seulement quelques drapeaux noirs ou blancs comme point de repère.

  Tentes de secours Réfugiés de Lybie-LeFig-20110307PHO

 

Le tunnel, la serre

Une autre image vient alors à l’esprit, celle de ces étendues de plastique qui ont fait disparaître la terre du Sud de l’Espagne pour faire pousser des tomates à des prix imbattables grâce à de la main d’œuvre entrée sans papiers en provenance essentiellement du Maroc. Au sud-ouest du Campo de Dalias, les tunnels et les serres sont parfaitement alignés. La plasticulture s’étend sur 20 000 hectares entre El Ejido et Roquetas de Mar. La zone est parfaitement visible de l’espace.

  Serres et Tunnels,Campo de Dalias, Espagne Su

 

De la plasti-culture à l’accueil d’urgence

Plusieurs différences vous montrent qu’il ne s’agit pas de la même situation. La photo prise en Tunisie montre des abris alignés à la hâte pour les personnes en provenance de Lybie, sans alignement comme à La Courtine, sans allées bien rectilignes pour pouvoir circuler. Il n’y a que du plastique et des arceaux. Seuls les drapeaux montrent qu’il y a des humains dessous la nuit. Le jour, ces hommes en très grande majorité se regroupent, en attendant le plus rapidement possible un vol pour les emmener au loin…  

  Réfugiés fuyant la Lybie-HCR-Branthwaite- 4d7a3e376

 

Pour suivre le chemin des tentes

. Ce billet a eu pour déclencheur la photo publiée Le Figaro-Sélection sur le camp de réfugiés de Ras Jdir, à la frontière entre la Lybie et la Tunisie. Près de 215 000 migrants ont été accueillis en cet endroit en trois semaines.   

 

. Les photos

1. Camp de La Courtine, collection France Poulain

Des infos sur le camp

http://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_de_La_Courtine

2. Camp du Drap d'Or, Wikipedia,

http://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_du_Drap_d'Or

3. Ancien abri d'accueil de personnes déplacées, fin Première guerre mondiale, à Peronne, collection France Poulain

4. Camp du Ras Jdir, sélection du Figaro du 13 mars 2011, http://www.lefigaro.fr/photos

5. Plasticulture, Nasa, à voir sur http://en.wikipedia.org/wiki/Plasticulture

6. Réfugiés en Lybie-HCR sur http://www.unhcr.fr/4d7a51f2c.html

 

. Découvrir également les « tentes de réfugiés », appelées aussi « tentes pour réfugiés » aux normes chinoises car faites en Chine, sur le site http://french.alibaba.com/products/refugee-tents.html Il en existe de nombreux modèles d’une capacité d’accueil jusqu’à 50 personnes.

 

. Se rappeler que les tentes permettent aussi une autre approche de la nature, de vivre avec les autres, tout en ayant une pratique sportive, à lire dans « L’Esprit du Camping » de France Poulain et Elisabeth Poulain (Cheminements éditeur) qui retrace toute l’histoire du camping depuis la fin du XIXè siècle, avec une très belle iconographie, en particulier des différents types de tentes.

 

 

Voir les commentaires

La force du slogan de pub > Le bon et pas cher > Jean-Pierre Coffe

11 Mars 2011, 18:09pm

Publié par Elisabeth Poulain

Jean-Pierre Coffe*.

Il est un fondu de communication, un touche à tout de ce qui se parle, s’échange, se mange, se jardine…Inclassable, il adore attirer les projecteurs sur lui. Il aime aussi les mots en acteur de théâtre qu’il a été et continue à être. Paradoxe vivant, il fait éclater tous les standards d’une pensée à valeur unique. En grand caméléon communicateur, il est capable de prouver le tout, son contraire et plus encore. Il fait ça bien et il aime ça. 

 Courgettes violettes mouchetees .jpg

Un slogan sonore

Son dernier message publicitaire en faveur de Leader Price, le groupe avec lequel il est sous contrat depuis deux ans, joue avec un réel brio sur le bon et pas cher. Sa déclinaison est brillante, surtout quand elle est récitée par une voix inimitable comme la sienne, avec une grande force de conviction:

 

Le bon et cher ? C’est pas toujours bon.

Le pas cher, pas bon ? C’est mauvais.

 

Le pas cher et bon ? C’est Leader Price.

Le bon et pas cher ? C’est encore meilleur.

 

Le raisonnement

Ces quatre petites phrases forment un tout aux allures d’un raisonnement qui semble imparable. Au moins pour trois propositions sur quatre, la première, la seconde et la quatrième. Nul ne peut nier leur force d’évidence, sous forme d’un syllogisme. Elles enveloppent l’affirmation non-contrôlable selon laquelle la marque du hard-discounter  réussit ce tour de force, comme les deux tranches de pain d’un sandwich autour de la tranche de jambon. Conclusion du raisonnement, LP c’est meilleur et pas cher. Formidable d’arriver à dire ça en si peu de mots, qui virevoltent comme une ritournelle dans la tête, sur la base de 3 évidences qui enrobent une auto-affirmation de la marque sans preuve. 

 

 Choux-Fleurs violets

Un logo sonore

La radio n’est plus actuellement en 2011 le premier media auquel on pense pour toucher celles et ceux qui sont en charge des achats alimentaires dans un foyer. Elle montre avec cet exemple qu’il est encore possible de faire du nouveau avec des vieux ingrédients.

 

La recette

Elle est ‘simple’ :

-        plusieurs fois deux mots courts, ‘bon’ et ‘cher’, 

-        avec un emploi judicieux du négatif ‘pas bon’

-        l’emploi du terme inversé ‘mauvais’ et ‘meilleur’ pour le bon,

-        en gardant la force du ‘cher’ et ‘pas cher’, sans chercher à dire par exemple que c’est ‘onéreux’, un mot trop compliqué et long,

-        à prononcer très vite, de sorte qu’il est très difficile de s’y retrouver,

-     en mélangeant des évidences non contestables avec une promesse de pub.

 

Le tout donne une impression intéressante de force et de vitalité, avec le côté 'scotchant' de la ritournelle dans la mémoire. Essayez donc de redire les 4 phrases sans les relire...  

Pour suivre le chemin

. *Jean-Pierre Coffe est décédé le 11.03.2011.

. Pour des recettes voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Coffe

 

. Photo EP de légumes que j'ai choisie pour leurs couleurs. 

 

 

Voir les commentaires

Le lexique de l'aménagement des berges > Liège > La Meuse

10 Mars 2011, 12:04pm

Publié par Elisabeth Poulain

 

Aujourd’hui commence un jeu qui consiste à repérer les mots qui sont employés par les villes, les urbanistes, les paysagistes, les journalistes… pour présenter leur projet d’aménagement des bords de leur fleuve. Un jeu qui présente un réel intérêt du fait maintenant de la force de ce mouvement qui se produit au même moment  dans le monde avec une réelle concomitance d’emploi de certains termes. L’intérêt porte aussi sur les nuances de sens des mots utilisés et des contextes d’utilisation.    

 

Wikipedia-Liège-Meuse et sa dérivation

 

Les personnalités de Liège

. L’élu concerné : l’Echevin liégeois de l’Urbanisme Michel Firket : « ce projet est très séduisant et porteur de valeur ajoutée… »

. Le directeur liégeois du SPW (Service Public Wallonie) Routes, Dominique Verlaine : «  notre volonté est forte que ce chantier soit mené en cohérence avec les autres aménagements du quartier » 

 

L’équipe

Architectes : Bureau Greisch, Jean-Marie Cremer

Urbanistes : Sart Tilman

Mobilité : Transitec

Paysagistes : Michel Corajoup et Yannick Saillot, un de ses collaborateurs

 

« Le travail du paysagiste est de comprendre des choses complexes et de proposer des aménagements » ---) Yannick Saillot 

 

 Liege carte 1572 1624 Braun Hogenberg wikipedia

La ville + son fleuve ---) Liège + la Meuse  

 = Lîdje sins Môuse, c'est Moûse sins Lîdje[A 4] « Liège sans sa Meuse, c'est Meuse sans son Liège » ;

 

L’objectif principal de l’opération urbaine

Aménager un boulevard urbain inédit ---) Joël Matriche, journaliste Le Soir

 

Fréquenter les berges à nouveau ---) Michel Corajoup

Mettre en évidence les quais de la Meuse, à propos de Michel Corajoup

 

Redessiner les quais ---) entre Piercot et le pont de Fragnée

Remettre tout à plat ---) Jean-Marie Cremer  

Redonner de l’importance aux berges de la Meuse, qui ont été négligées  ---) Michel

Corajoup

Remodeler les bords du fleuve ---) le journaliste

Rendre la Meuse aux Liègeois ---) le journaliste

Rénover les quais ---) le journaliste    

Resserrer le tissu urbain autour de la gare ---) Michel Corajoup

Prévoir une scénographie forte ---) Michel Corajoup

 

Liege-carte-Blaeu-1627-Univ-Leyde-wikipedia

 

Paysages d’eau

. De grande amplitude et d’horizon ---) Michel Corajoup

. Avec une belle courbure ---) un des points forts du site pour Michel Corajoup (comme à Bordeaux)  

La circulation automobile

. la ralentir fortement en surface

. faire mieux que les tunnels

. n’en garder qu‘un seul déjà existant, sous la rue des Guillemins  

La place de la voiture

. réduire le stationnement de la voiture, à réserver aux seuls habitants (idée évoquée) = ne prévoir que quelques places de parkings

. réduire le parking de l’Héliport et mettre à la place un espace vert

. « ôter à la voiture de son arrogance, au profit des cyclistes et des piétons »---) le journaliste

 

L’autoroute urbaine actuelle

.  à remodeler, à repenser

= c’est l’objectif principal du projet

 

Les voies nouvelles

. desserte locale, afin de « réserver l’accès sud aux Liègeois et à ceux qui leur rendent visite » ---) le journaliste

. créer un long cheminement  en desserte locale, un boulevard urbain ---) Greisch

= « deux chaussées de deux bandes de circulation chacune, ponctuées de six carrefours avec feux de signalisations entre le pont de Fragnée et Piercot, avec des places de parkings dessinés le long de ces voies » ---) le directeur du SPW

 

. améliorer et rendre plus conviviales les entrées et sorties du Centre-Ville

. prévoir un nouvel axe de circulation de la gare à la Médiacité en passant par le Parc de la Boverie et son futur centre d’Art

 

Carte, Liege 1775 Carte du Cabinet des Pays-Bas autrichiens Wikipe  

Les cheminements nouveaux

. adaptés aux usagers lents

. un passage piétons pour aller de la gare à la Boverie 

Des interventions paysagères

. à prévoir…

. « la préservation des platanes centenaires de l’avenue Blonden contribuera à la résurrection du quartier » ---) le journaliste

. les terrasses seront valorisées. 

L’éclairage

. froid sur les bords de la Meuse, chaud dans les quartiers à mettre en place  

Le calendrier + le financement

. calendrier serré du fait du financement Feder qui impose des dates butoirs

= 2007 ---) adoption du périmètre urbain des Guillemins, 2008 ---) accord du Feder pour l’aménagement de la place, la passerelle et les quais pour 40% des 30m E prévus, le reste étant financé par le SPW, 2010 ---) étude d’incidence pour la rénovation des quais, ---) demande de permis de construire, 2012 ---) Début du chantier qui doit se terminer en 2014. 

 

La concertation

Si le besoin s'en fait sentir au vu des résultats de l'enquête publique...

 

Pour suivre le chemin

. Lire les deux articles de Joël Matriche dans Le Soir, 28 juillet 2010 et 8 octobre 2010

www.lesoir.be/.../un-nouveau-boulevard-en-bord-de-meuse-783729.php

www.lesoir.be/regions/liege/.../rendre-la-meuse-aux-liegeois-97257.php

. Découvrir Liège sur Wikipedia avec les belles cartes http://fr.wikipedia.org/wiki/Li%C3%A8ge

 

. Voir sur ce blog, les 6 billets sur le ré-aménagement des berges de la rive gauche de la Garonne à Bordeaux, les 6 consacrés à celui de la rive gauche du Rhône à Lyon en partie centrale de la ville et les 2 dédiés aux berges des deux rives de la Maine à Angers.  

Voir les commentaires