Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Mai en Provence > Un champ de coquelicots à damner un photographe

19 Mai 2016, 14:19pm

Publié par Elisabeth Poulain

Coquelicots de Provence au mois de mai-Cl.1. F. Poulain

Coquelicots de Provence au mois de mai-Cl.1. F. Poulain

Le coquelicot, vous connaissez forcément cette fleur, telle est forte son attractivité orange-rouge ou rouge orangé léger. Chez elle, tout est légèreté et finesse. Tout est bon : en exemplaire unique, elle nous fait se pâmer, quelques pieds de plus suffisent à nous faire rêver. Imaginez maintenant que vous avez, devant vous, un champ entier de coquelicots qui s’écoule en pente douce vers vous, avec en arrière un mont ou plutôt plusieurs monts arrondis par le temps et le vent qui souffle même au printemps. Et vous avez le choc de l’année. Il vous faut absolument vous arrêter, pour prendre quelques clichés. Pas vous en fait mais votre charmante co-pilote parce que le champ est de son côté, à elle.

Nous sommes en Provence au mois de mai, le mois le plus beau  de l’année. Il fait encore frais le matin et toute la journée sous l’ombrage des arbres feuillus, doux au soleil caressant ; la soirée redevient fraîche et la nuit « frisquette ». La lumière est incomparable tant elle brille de finesse et de clarté. Toutes les teintes de la nature en sont magnifiées mais sans surdosage, si naturellement, qu’on devrait inventer des noms de couleurs pour chacune des saisons. Cet univers de couleurs est si cohérent qu’il est quasiment impossible à retrouver en photo, dans la totale cohérence des teintes entre elles et la plénitude du réel. Ici, rien n’est sur-colorisé. Tout est vrai et fragile à la fois. Et on ne peut « toucher » ce paysage de coquelicots que des yeux.   

Coquelicots de Provence au mois de mai-Cl.2. F. Poulain

Coquelicots de Provence au mois de mai-Cl.2. F. Poulain

C’est ce qui est arrivé ce matin-là, avec un champ entier rouge orangé, éclatant de douceur et de force à la fois, qui enchante véritablement vos yeux. S’arrêter ne pose aucun problème. Vous un êtes sur une petite route de montagne qui relie deux villages en fond de vallée d’un côté l’autre, que seuls fréquentent, seuls, des cyclistes, tous des hommes minces endurants. Pas question ici de faire de la compétition. Le plaisir de monter à la force du jarret ne se partage pas, tant il est fort. Etre soi avec soi, dans des paysages de moyenne montagne encore frais au printemps, sans chape de chaleur, est un vrai bonheur, qu’on attend dès le lundi.

Quelques coquelicots s’annoncent en bordure de la route, puis des surfaces plus importantes apparaissent près de la route et enfin se présente à vous cette immense prairie, sans clôture, ni traces de pas ou de vandalisme forcément idiot. Le coquelicot présente en effet de particularité qu’on ne peut ni le saisir, ni en faire des bouquets, tant cette fleur et sa tige sont fragiles. C’est là sa force, qui est mise à mal par tous les produits chimiques, qui font qu’on ne voit plus guère de prairies de coquelicots, dans les plaines travaillées en culture intensive.

Et c’est ainsi que, revenue chez soi, on se surprend à se demander comment Claude Monet peignait « ses » coquelicots de plein champ en Normandie…Une question que je laisserai sans réponse, forcément... pour ne pas déclarer la guerre des coquelicots entre la Provence et la Normandie. La guerre des Deux Roses a bien suffi... A chaque province, ses coquelicots et plus largement ses atouts.

Coquelicots de Provence au mois de mai-Cl.3. F. Poulain

Coquelicots de Provence au mois de mai-Cl.3. F. Poulain

Pour suivre le chemin.

. Un des villages doit être, sans certitude, celui de Fouques...

. Aller en Provence au début du mois de mai. C’est un enchantement de chaque instant. https://fr.wikipedia.org/wiki/Provence  

. Le coquelicot sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Coquelicot  

. Photos F. Poulain, avec les remerciements d'Elisabeth Poulain 

Voir les commentaires

Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello

18 Mai 2016, 16:53pm

Publié par Elisabeth Poulain

* Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello, détail, Tôle peinte, Cl. Elisabeth Poulain

* Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello, détail, Tôle peinte, Cl. Elisabeth Poulain

Je sais bien que je fais partie de  la Famille Rasurel. Je suis le petit garçon qui se tient auprès de ma Maman, alors que je suis le fidèle reflet de mon Papa. Je trouve que Capiello aurait du me mettre entre mon Papa et ma Maman, vu que je suis un petit homme. J’ai en petit la tenue des hommes avec un caleçon long adapté à notre morphologie d’homme pour le bas et des manches courtes en haut.

Les femmes, c’est autre chose. Comme imaginer qu’elles pourraient avoir la même tenue ? Ce serait fou. D’abord elles doivent cacher leur avant-bras, ensuite ne jamais, mais alors jamais montrer leurs fesses, un mot qu’on n’a même pas le droit de prononcer. Par contre tout est fait pour les faire ressortir. Quoi ? Mais les fesses bien sûr, ce mot à ne jamais dire. Ce ne serait pas poli, ce serait  « malpoli », comme ma mère me l’a expliqué déjà plusieurs fois.

En plus des f….s qu’elles doivent cacher, les femmes, même ma Maman, doivent absolument se serrer la taille, pour avoir une taille de guêpe. Vous savez ces horribles bêtes qui piquent : je peux vous dite qu’une piqure de guêpe,  ça fait drôlement mal. Je ne comprends vraiment pas comment elles ont une taille de guêpe, alors que ce sont des personnes. Ne nous égarons comme le dit mon père. J’en reviens aux dames. Je vous ai parlé de leurs avant-bras, de l’absence de caleçon long, remplacé par une jupe longue et ample, des guêpes dont elles doivent avoir la taille, pour faire ressortir leurs f….s et leurs hanches. C’est vrai, j’ai failli oublier les hanches.

Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello, Tôle peinte, Cl. Elisabeth Poulain

Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello, Tôle peinte, Cl. Elisabeth Poulain

Il reste deux différences, drôlement importantes, pour bien montrer que ce sont des femmes. Elles ont de la poitrine, qui va par deux, un à droite, un à gauche. Un « quoi ? », ah ne me le demandez pas, il est interdit aux enfants de parler de ces gros trucs qui ballottent. Ce serait mal-élevé. Par contre, pour les faire ressortir, les femmes, même ma maman, font des trucs bizarres. D’abord, elles veulent un décolleté à la base du cou, où souvent elles portent un collier, pour bien attirer l’attention sur cette partie de leur corps qu’elles ne doivent pas montrer. Et ensuite et surtout, elles se serrent la ceinture pour faire ressortir cette poitrine, placée juste au-dessus. Du coup en dessous de leur taille, elles mettent une jupe ample qui fait plein de plis partout. Pourquoi ? Pour faire de la rondeur. C’est drôlement compliqué, les femmes, les dames, je dois dire.

Elles ne doivent pas montrer leur corps et en même temps, elles dénudent la base de leur cou et ont des jupes amples et longues pour ne pas montrer leurs jambes. Heureusement que je suis comme Papa. Monsieur Capiello, l’artiste qui a dessiné et peint Papa, Maman et moi, nous a tous représenté avec des sous-vêtements jaunes, moi comme Papa, et avec les cheveux rouges comme ma Maman. A trois, nous formons la famille du Docteur Rasurel, je devrais dire la célèbre Famille Rasurel. J’en suis très fier. Quant à la date, ne me demandez pas quand cela a été fait. On m’a dit après, quand je suis devenu grand, que l’auteur est Capiello, un célèbre affichiste, né italien en 1875 et décédé en 1942 après avoir été naturalisé français. Cette publicité est une tôle lithographiée qui mesure 51 cm sur 59,5cm. Elle a été éditée plusieurs fois, en des tailles légèrement différentes. Et c’est tout ce que je peux vous dire.

Moi, je me trouve bien dessus ; je n’ai qu’un regret qui est que Capiello a fait des affiches et des tôles publicitaires encore plus célèbres, que celle de ma famille Rasurel. Personne n’est parfait…

                                                                             *

Pour suivre le chemin

. Capiello, à voir sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Leonetto_Cappiello  

. Tôle n° 374 à retrouver dans le catalogue d’Art publicitaire, Kaczorowski Sarl, 8 bois rue Chaptal, 44188 Nantes cedex 4, 02 40 69 91 10, kac@interencheres.com , www.interencheres.com  avec de nombreuses photographies, avec mes remerciements.

. Le titre s'inspire du célèbre sketch de Robert Lamoureux "Papa, maman, la bonne et moi"....

. Cliché Elisabeth Poulain, l'étoile * indique qu'il s'agit d'un détail de la tôle.   

Voir les commentaires

La petite boîte orange de confiserie du Chocolat Poulain > Le poulain+

10 Mai 2016, 15:11pm

Publié par Elisabeth Poulain

* Boitier de Confiserie du Chocolat Poulain-Cl. Elisabeth Poulain

* Boitier de Confiserie du Chocolat Poulain-Cl. Elisabeth Poulain

Ses dimensions d’abord, pour vous prouver sa taille. Elle mesure 7, 3 cm de largeur, 6,8 cm de hauteur et 1,8 cm d’épaisseur. Elle est vraiment petite, ce qui prouve son usage, qui permettait  de l’avoir toujours avec soi, dans une poche ou dans son sac à main. C’est cette dernière hypothèse qui me semble être la bonne. Les mentions ensuite, qui nous éclairent sur son contenu. Il s’agit d’y placer de la confiserie et non pas du chocolat. J’imagine des petits bonbons, des pastilles qu’une dame bien née pouvait placer dans son sac à main, qu’elle devait tenir délicatement du bout des doitgs.

Boitier de Confiserie du Chocolat Poulain-Face avant et face arrière- Cl. Elisabeth PoulainBoitier de Confiserie du Chocolat Poulain-Face avant et face arrière- Cl. Elisabeth Poulain

Boitier de Confiserie du Chocolat Poulain-Face avant et face arrière- Cl. Elisabeth Poulain

. Sur le couvercle, on voit clairement « Confiserie du Chocolat Poulain » et en bas à droite « Usines de Strasbourg ». . Sur l’arrière, figure la mention qui identifie la marque « Goutez » en haut « Et Comparez » en bas. Le célèbre petit poulain de couleur orange qui identifie la marque sur fond bleu figure entre les deux parties du slogan, un terme inconnu alors, en ce début du XXe siècle. Remarquez qu’il galope sur terrain plat en allant vers la droite, alors que nous lisons de gauche vers la droite. C’était déjà un « truc de publicitaire » pour obliger le regard à se croiser et donc à rester en quelque sorte « collé » au point de rencontre de façon à ce que votre mémoire fasse son travail de … mémorisation.

Le dessin du petit poulain figure à l’intérieur d’un médaillon ovale bleu entouré d’un liseré de petites formes rectangulaires bleues sur un ruban à fond jaune pâle, que l’on retrouve à la fois autour du médaillon, autour de chaque face ainsi que de tous les côtés haut et bas. Et pour raffiner encore la présentation de ce boitier orange en métal, il y a trois guirlandes, deux simples de chaque côté à droite et à gauche…

Boitier de Confiserie du Chocolat Poulain-Face avant et face arrière- Cl. Elisabeth Poulain

Boitier de Confiserie du Chocolat Poulain-Face avant et face arrière- Cl. Elisabeth Poulain

Et pour animer l’ensemble, un liseré en forme de ruban de petits rectangles bleus court sur un fond jaune pâle très fin, autour de chaque face, sans oublier les quatre cotés et en bas, avec en plus une autre guirlande de petites fleurs qui forment des vagues. C’est toujours ravissant à l’extérieur ; l’intérieur a subi les attaques du temps. Le métal oxydé est maintenant devenu noir mais pas uniformément.

                                                                        *

Pour suivre le chemin

. Retrouver les autres billets concernant la marque Poulain sur ce blog.

. Une synthèse qui va à l’essentiel sur http://www.magcentre.fr/94778-la-belle-histoire-du-chocolat-poulain-ce-lundi-a-23h30/  

. Une reconstitution historique intéressante avec de beaux documents publicitaires qui sortent de l’habitude, et une mise en perspectives à voir sur http://www.prodimarques.com/sagas_marques/poulain/poulain.php  

. Sur le site http://www.tombes-sepultures.com/crbst_1971.html de Blois-Villes , vous retrouvez les informations résumées concernant Victor-Auguste Poulain, confiseur de métier, qui est devenu ensuite chocolatier. Il est enterré au cimetière de Blois-Ville à Blois en Loire et Cher.

. Des infos actuelles et très partielles sur l’usine de Strasbourg sur http://www.lsa-conso.fr/ou-va-mondelez,230154  et absolument rien sur ces fameuses confiseries de la « Confiserie du Chocolat Poulain », qui est quand même une étrange dénomination, qui n' a pas semblé gêner qui conque à l'époque. 

. Clichés Elisabeth Poulain

Boitier de Confiserie du Chocolat Poulain-Guirlandes latérales-Cl. Elisabeth Poulain

Boitier de Confiserie du Chocolat Poulain-Guirlandes latérales-Cl. Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Amsterdam, un si beau vélo bleu noir, tout neuf, si digne…

2 Mai 2016, 16:58pm

Publié par Elisabeth Poulain

*Amsterdam-le vélo-bleu-nuit-bien-attaché-à-la-grille-&-qui-s'ennuie-Cl.Elisabeth-Poulain

*Amsterdam-le vélo-bleu-nuit-bien-attaché-à-la-grille-&-qui-s'ennuie-Cl.Elisabeth-Poulain

Il fait vraiment rêver, non pas par ses couleurs ou son design très innovant ou par l’inscription qui figure sur le mur sur lequel il s’appuie … Non, non, rien de tout cela ne le tente. Il tient seulement à affirmer sa très grande dignité et son  sens profond du maintien « comme il faut ».

S’il pouvait parler, il vous dirait que l’important dans la vie  est de savoir garder tête haute et grand calme intérieur en toutes circonstances. Il faut savoir qui on est et s’y tenir, même si ce temps de petit hiver, doux et humide, à l’abri du vent n’est pas l’idéal pour un vélo. Mais ce n’est pas dramatique non plus. Sur ce point et beaucoup d’autres…il est en complet accord avec sa maîtresse  à qui il doit ressembler beaucoup. Il ne va pas jusqu’à dire qu’elle est comme lui sur ce point, mais il le pense quand personne ne l’écoute réfléchir. Il faut dire aussi que c’est elle qui l’a choisi. Elle a fait le bon choix. Jugez-en.

Amsterdam-le vélo-bleu-nuit-bien-attaché-à-la-grille-&-qui-s'ennuie-Cl.Elisabeth-Poulain

Amsterdam-le vélo-bleu-nuit-bien-attaché-à-la-grille-&-qui-s'ennuie-Cl.Elisabeth-Poulain

Chez lui, tout est beau, il n’y a rien à jeter, ou plutôt à changer. Je ne vois pas quel accessoire supplémentaire, il serait possible de lui ajouter. Il a un petit panier à l’avant pour mettre des petits objets, une sonnette bien brillante, une selle haute rehaussée, des plaques anti-remontées d’eau sur le pneu arrière à hauteur des jambes, un tendeur double bleu moyen fixé à l’arrière, un catadioptre de forme rectangulaire placé en hauteur, bien visible entre les deux tiges du porte-bagage juste en dessous de la selle, et non pas comme en France sur le garde-boue. Devant par contre, il ne me semble pas voir de phare avant.

Quatre sticks ronds de couleur jaune sont posés en quatre endroits différents du vélo. On peut imaginer qu’il s’agit de la marque. Un très gros antivol l’attache de biais bien solidement à un barreau blanc d’une grille blanche fraîchement repeinte, elle-même solidement  fixée au mur de briques. Dans l’autre sens, proche du sol mais ne le touchant pas, se trouve la béquille qui normalement devrait toucher terre.

La seule remarque, que ce vélo si propre, si neuf, si digne pourrait faire, s’il osait, serait de dire qu’il aimerait bien plus rouler, pour de vrai, que de rester attaché immobile, fusse à une belle grille fraichement repeinte dans un univers de briques, briques au mur, briques au sol, avec trop peu de passants pour l’admirer et seulement quelques vélos attachés ici et là, trop loin pour pouvoir échanger entre voisins…

Un autre univers urbain, avec plus de passants, un peu plus de bruit, plus de vie, même s'il y a des travaux, le tram, des voitures, des gens, tel serait son souhait…bientôt exaucé. Patience ! L'intéressant vient de ces jeux de lignes, de contrastes et de couleurs qui  surgissent en contrastes plurielles entre les retangles des briques au mur, au sol, ces lignes blanches fortes  et celles obliques, les courbes du cadre du vélo et celles qui rayonnent dans les deux roues... Un joli jeu complexe d'univers en quelques mètres, sans qu'il se passe quelque chose. Littéralement, il ne se passe rien...  

 

Amsterdam, la ville en travaux, vu du tram, sans vélo, avec un grand moulin, Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville en travaux, vu du tram, sans vélo, avec un grand moulin, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Les pièces constitutives d’un vélo sur http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/dictionnaires/20130208_minilexique.pdf  

. Plus d’informations sur le vélo à Amsterdam sur http://www.lemonde.fr/mobilite/article/2012/11/22/amsterdam-depassee-par-le-succes-du-velo_1792570_1653095.html  

. Clichés Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Pulvérisé Poulain > Chocolat en poudre solubilisé > La boîte métal 500g

30 Avril 2016, 19:55pm

Publié par Elisabeth Poulain

*Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, Cl. Elisabeth Poulain

*Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, Cl. Elisabeth Poulain

Un clivage s’est fait souvent dès le début de l’essor de l’industrie du chocolat. Certains dirigeants de l’industrie chocolatière furent aussitôt attirés par la publicité et surent faire un très bon usage de ce pouvoir d’expression visuelle dont le développement a durablement marqué la fin du XIXe et le XXe siècle. Citons dans cette catégorie d’entrepreneurs innovants, créateurs de véritables paysages de chocolat, Menier, Kolher…par exemple.

D’autres choisirent des emballages plus discrets pour finaliser leur vision du chocolat, avec le plus souvent seulement le nom du fondateur à titre de marque en distinction quasi exclusive par rapport à la concurrence. Pour autant, toute l’attention du fondateur de ce chocolat se porta aussi sur sa signature graphique, avec ce POULAIN écrit en majuscules en lettres cursives et un P singulier, ainsi que sur la recherche fine de signes qualitatifs pour prouver visuellement la promesse de très haute qualité, sans concurrence possible. C’est en effet ce qui est écrit « Le Meilleur des Chocolats » en lettres d’imprimerie au centre de la face avant.
 

Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, face avant, face arrière,Cl. Elisabeth PoulainPulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, face avant, face arrière,Cl. Elisabeth Poulain

Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, face avant, face arrière,Cl. Elisabeth Poulain

C’est ce que montre cette très ancienne boîte de 500 gr, haute à quatre faces, dont deux différentes qui se répètent deux fois. La face principale commence par « PULVERISE » en lettres droites d’imprimerie tout en haut du panneau orange. POULAIN arrive ensuite en lettres obliques partant vers le haut à droite. L’indication de la marque se présente comme une signature en lettres manuscrites dont le P est accentué par sa taille et ses trois rondeurs. Toutes les autres lettres de plus petites tailles sont liées, avec en plus un trait qui part de la fin du n pour souligner la signature. La mention « CHOCOLAT EN POUDRE SOLUBILISE occupe la partie laissée vacante par le positionnement oblique de la signature.

Le bas de cette fenêtre orange sur fond bleu avec toutes les lettres bleues est rempli par trois mentions. « Le meilleur des chocolats instantanés » sur trois niveaux, avec le meilleur en arrondi comme une ombrelle protectrice. Vient ensuite le slogan qui fut constamment repris « GOUTEZ & COMPAREZ !! » . Et en bas se trouve la mention « Poids net 500 grammes ».

Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, les deux faces, Cl. Elisabeth Poulain

Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, les deux faces, Cl. Elisabeth Poulain

L’autre face qui se répète aussi deux fois, comme la précédente, reprend toute la partie haute de la face principale sans changement, avec « Goûtez et Comparez !! » qui se retrouve en bas. Entre les deux, les différences portent sur deux petits encadrés, l’un en français et l’autre en anglais. C’est une surprise. Il m’a fallu sortir une grosse loupe pour arriver à deviner ce dont il s’agissait. Voilà le texte en français : « 1 cuillère à bouche pour une tasse à thé, 2 cuillères à bouche pour un déjeuner. Verser dans le lait bouillant et laisser cuire dix minutes à petit bouillon en remuant constamment. » Le texte, qui est identique en anglais, prend moins de place. Et enfin tout en bas, se trouve le slogan GOUTEZ & COMPAREZ. Des petits traits séparent les mentions.

Clairement le dessin du petit cheval dans cette boîte carrée de 500 grammes que j’ai sous les yeux ne figure pas sur cette boîte en fer, vraiment en très mauvais état. Une conclusion s’impose, entre le carton vert style Art Nouveau et cette boîte métal, c’est cette dernière qui est la plus ancienne : elle ne porte pas le dessin du petit poulain dans sa signature graphique. Mais difficile de vous donner une date. Aucune n'y figure sur la boîte ni dans les rares documents que j'ai pu trouver avec peine.

Pour suivre le chemin:

. Voir le billet précédent, http://www.elisabethpoulain.com/2016/04/une-belle-boite-de-chocolat-poulain-lacta-poulain-debut-du-xx-siecle.html

. Attendre le suivant sur le chocolat Poulain 

. Clichés Elisabeth Poulain 

Voir les commentaires

Amsterdam, « le vélo-parent à petit-enfant », sous la pluie

28 Avril 2016, 10:48am

Publié par Elisabeth Poulain

*Amsterdam-vélo-parent-à-bac-petit-enfant-sous-la-pluie-Cl. Elisabeth Poulain

*Amsterdam-vélo-parent-à-bac-petit-enfant-sous-la-pluie-Cl. Elisabeth Poulain

Voici un cliché très représentatif de l’espace urbain où il y a encore de la place. Nous ne sommes pas en plein cœur ancien de  la ville, plutôt en zone portuaire chic désormais urbanisée, où vivent beaucoup de quadras, de jeunes couples et de jeunes étudiants.  Voici d’abord en première ligne le vélo-parent et son voisin tout simple dont j’ignore s’ils sont attachés. Les autres sont appuyés contre le mur de l’immeuble. Le seul qui ait un anti-vol visible d’une taille impressionnante de couleur bleue est situé dans le fond à gauche. Il est attaché à une grille bienvenue.

L’intéressant est ce vélo-parent au premier plan. J’ignore le nom véritable que l’on  donne à cet attelage composé d’un vélo auquel est accroché sur le devant un grand bac profond dans lequel s’assoit un petit enfant ou même deux…. L’intérêt de placer cette « annexe » à l’avant est que le cycliste, le plus souvent « la » cycliste, peut surveiller l’enfant pendant le parcours tout en devant tenir compte de la forte augmentation de la longueur et de la lourdeur de l'ensemble

L’intéressant dans ce cliché est la disposition des vélos au sol. Vraisemblablement nous sommes tout près du Llyods Hôtel en zone portuaire, juste en face d’un des grands bassins, avec en face une grande île qui a maintent une bi-polarité fonctionnelle avec des entrepôts portuaires adaptés et… depuis quelques années des grands immeubles d’habitation parfois implantés les pieds dans l’eau,   plus que cela, les façades plongent directement dans l’eau.

Amsterdam-vélo-parent-à-bac-petit-enfant-sous-la-pluie-Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam-vélo-parent-à-bac-petit-enfant-sous-la-pluie-Cl. Elisabeth Poulain

J’aperçois au moins cinq vélos le long du grand bâtiment de briques du Lloyds Hôtel, avec ses grilles devant des fenêtres à ras du sol et deux vélos devant, près du lampadaire, celui que j’appelle de vélo-parent et son voisin de lampadaire avec cette fois un panier ajouré en fil d’acier fixé à demeure à l’arrière. Une bonne pratique urbaine pour faire les petites courses.

La composition est complexe. On distingue parfaitement les textures, les couleurs, les lignes... Ce sont des murs de briques, des sols de briques en gris-rouge par temps de pluie, rouge teinté de gris quand il fait beau…Voici ces lignes blanches verticales des grilles fraichement repeintes, ces éléments métalliques des vélos qui restent toujours lumineux sous la pluie, ces cercles brillants disposés un peu n’importe comment que sont les roues de vélos.

Quant au vélo familial   si long, avec ce grand bac avant, son porte-enfant se remplit d’eau et de feuilles d’arbres quasiment toujours pendant l'hiver…On imagine le grand vidage et le rapide nettoyage… à faire avant de donner le top départ de ce vélo à usage familial, avec cette question « pourquoi ne met-on pas une bâche dessus ? ». Je pense que poser la question c’est y répondre… Et vive le vélo à Amsterdam, la ville du vélo…

Amsterdam, la ville du vélo, vue sur le tram et ses rails, Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville du vélo, vue sur le tram et ses rails, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Amsterdam, sur http://www.amsterdam.info/fr/  ainsi que sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Amsterdam

. Sur Facebook, voir https://www.facebook.com/iamsterdam  ainsi que https://www.facebook.com/Humans-of-Amsterdam-406776679369875/  

. Transporter son ou ses enfants à vélo sur http://www.hollandbikes.com/comment-transporter-son-enfant-a-velo.htm  

. Lloyds Hôtel à voir sur http://www.lloydhotel.com/photos.htm#234745  

. Photos Elisabeth Poulain, la première avec vélos, la 2e sans, avec le tram qui arrive..., avec une étoile * au début pour indiquer quand la photo est coupée en gardant le centre pour tenir compte du système..   

Voir les commentaires

Une belle boîte de chocolat Poulain, Lacta Poulain, début du XX siècle

25 Avril 2016, 17:56pm

Publié par Elisabeth Poulain

*Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

*Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

C’est une de ces petites trouvailles que l’on peut découvrir quand on s’apprête à quitter une maison de location qui avait été occupée pendant des années par les anciens propriétaires ainsi que par une locataire d’été. Il s’agissait d’une dame d’un âge certain vivant sur la Côte d’Azur et qui revenait chaque été dans sa région d’origine en Val de Loire pour bénéficier du bon air ligérien et de sa relative fraîcheur estivale. Une fraîcheur bien réelle pour elle qui ne supportait pas en outre la foule se pressant l’été au bord de la Méditerranée. Elle occupait la majeure partie aménagée du Ier étage et les combles à titre de grenier. C’est là que se trouvait en particulier cette boîte, sous une poutre qui soutenait la toiture, coincée tout près du mur. 

La boîte de carton. Ses dimensions. Le couvercle  mesure 20,4 cm de long et 11,2cm de large, la partie inférieure est donc quelque peu plus petite, 20 x 10,5. Seule la partie supérieure externe du boitier comporte des indications, au contraire de la partie inférieure qui fait socle. La partie supérieure comporte une face avant très travaillée ; ses quatre faces latérales comportent par deux fois les mêmes mentions, en longueur « CHOCOLAT POULAIN » en longueur er « Boite de 24 Tablettes » en largeur.

Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

Les couleurs du boitier sont au nombre de trois, avec un traitement différencié pour chacune d’entre elles. . La couleur la plus couvrante est le vert, une teinte qui de nos jours ne viendrait pas  à l’esprit pour du chocolat. En fait il faudrait parler des verts tant il y a de subtilité.

. Commençons par la couleur du fond, c’est un vert léger, jauni, un peu passé. La partie figurant dans le rectangle dans lequel s’inscrit le dessin, est d’une tonalité un brin plus soutenue. Ensuite on trouvera un vert foncé plus consistant, très présent d’autant qu’il est associé au noir.

. Le noir est intimement associé à l’ensemble de plusieurs façons, d’abord parce qu’il sert à structurer le décor rectangulaire à grille, qui lui-même comporte un rectangle noir en bas, du dessin, sur lequel se détache le nom de la marque en négatif, vert clair jauni sur fond noir. Au-dessus figure un panonceau richement orné de forme globalement rectangulaire, avec deux décrochés dans le bas, comme des amorces de pilier, qui semblent reposer sur le long ruban noir. C’est la fenêtre du haut, celle qui porte le prestige. La partie haute est adoucie de deux courbes qui se rejoignent presque au centre, pour enserrer un médaillon en forme de coquillage ou de fleur de lotus, pétales en haut et des langues racinaires vers le bas. .

. La troisième couleur est le rouge qui se décline en rose clair, en commençant par la plus claire des deux couleurs. Une volute de feuillage et de fleurs orne toute la bordure de de ce rectangle ornée d’une bordure rose, elle-même entrelacée d’un ruban vert. C’est une façon douce d’annoncer le lien avec les médaillons rouges entourés de vert. L’important est en effet d’accrocher des deux côtés de l’ovale les deux médaillons rouges contenant le petit poulain emblème de la marque, qui figure en gros caractères au milieu. Plus tard la silhouette d’un seul poulain toujours associé à la marque sera placée au-dessus des lettres, en oblique, comme s’il s’apprêtait à sauter l’obstacle.

L’objectif premier de cet encadrement très valorisant a été de mettre en valeur un médaillon de forme ovale lui-même entouré de fin liseré de feuilles, qui contient le nom de la marque. CHOCOLAT POULAIN figure en rouge en lettres d’imprimerie composées de rayures horizontales alternées de points et ou de traits de couleurs rouges, avec un des bords de la lettrine renforcé d’un trait rouge continu. L'ensemble montre l’importance de la présentation raffinée de ce chocolat à une époque très ouverte non seulement sur l’Art nouveau et sur la publicité, qui associés ont su défier le temps.

Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. L’histoire de la marque Chocolat Poulain dont le siège était à Blois https://fr.wikipedia.org/wiki/Chocolat_Poulain   

. Voir le site actuel de la marque sur http://www.chocolatpoulain.fr/#/home  

. Photos Elisabeth Poulain, * l'étoile signifie que la photo est un extrait pour tenir compte des contraintes du système.  

Voir les commentaires

Les sucettes Chupa-Chups, Pop Machine Garçons, Le mécanicien…An 2000

23 Avril 2016, 15:59pm

Publié par Elisabeth Poulain

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-Cl. Elisabeth Poulain

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-Cl. Elisabeth Poulain

Chupa Chups pour commencer. C’est une marque au départ catalane, de nationalité espagnole, à très forte notoriété internationale. Maintenant, elle fait partie d’un groupe italien de sucreries à vocation mondiale. Comme pour toutes les grandes marques, vous trouverez de moins en moins d’informations  sur le net, à l’exclusion d’éléments identiques d’information complètement maitrisés. En conséquence, ce billet ne va pas s’appuyer sur des infos répétées en boucle, ou sur l’évolution d’une entreprise fondée par un entrepreneur, Enric Bernât,  qui au départ en 1958 eut une vision très avant-gardiste et intéressante  d’une sucette ronde. Celle-ci fit l’objet de grosses campagnes publicitaires de communication focalisées  aussi bien sur les adultes que sur les enfants, avec un succès étonnant. La sucette ronde fut dès le départ plus qu’une sucette, elle devint un quasi-must de la vie sociale, grâce aussi il faut le dire, à une inventivité impressionnante et une distribution à la hauteur.

Voici donc exemple de Chupa Chups destiné plutôt à des garçons tout autant qu’à des hommes, partant du principe que l’humour n’a pas d’âge, que ce soit dans un sens ou dans un autre, mais avec des motivations différentes, forcément. Le titre de cette série, dont je n’ai qu’un seul exemplaire –désolée personne n’est parfait- est à la pointe de l’innovation. Il fallait une pile dans la POP Machine pour animer la sucette dont vous teniez le boitier avec la pile à la main, tandis que la partie sucrée-sucette bougeait dans la bouche.

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-Cl. Elisabeth Poulain.

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-Cl. Elisabeth Poulain.

Inutile de vous dire que le bonhomme POP est fier de son coup, surtout avec une « battery included » AA 1,5v. Comme je ne l’ai jamais fait marcher, je ne peux pas vous dire, si tout était OK. Après test avec une pile neuve, le résultat a été négatif ; 16 ans et des poussières après, ce n’est guère étonnant. Le petit bonhomme rouge-orange est la tentation faite homme, avec une grosse clé à la main et des gants bleus qui ressortent sur les roues dentées noires sur fond bleuté du support en carton.

On peut supposer qu’il y a eu une série de POP Machine « The Power ». Celle que je viens de vous montrer est un rappel de la célèbre affiche de film de Charlie Chaplin pour les « Temps modernes ». On peut en voir un extrait issu de l’affiche de présentation du film (1936) « Les Temps modernes ». Quant à la POP Machine, seul le plastique thermoformé, qui permettait de protéger l’ensemble, a jauni avec le temps…

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-arrière-Cl Elisabeth Poulain

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-arrière-Cl Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. J’avais acheté ces sucettes CC dans plusieurs pays européens pour montrer à des étudiants-ingénieurs à bac +5 des bons exemples innovant de création de marques immédiatement positionnées à l’international, en brouillant les frontières, les âges, les genres…Elles eurent un franc succès du en particulier à leur dimension transgressive, contrairement aux cigarettes en chocolat de Breda qui n’amusèrent personne.

. La marque internationale catalane d’origine, donc de nationalité espagnole à ses débuts, est la filiale depuis 2006 d’un grand groupe italien, qui possède par exemple Mentos dans son portefeuille, http://www.perfettivanmelle.com/our-brands/chupa-chups/  

. Retrouver l’histoire très succincte de Perfetti Van Melle sur http://www.perfettivanmelle.com/who-we-are/our-history/  

. A voir par les yeux de sa filiale française, sur http://www.chupachups.fr/sucettes.html  

. La référence wikipedia, avec très peu d’’informations, comme dans tous les grands groupes, sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Chupa_Chups  

. Voir aussi sur ce blog http://www.elisabethpoulain.com/article-mini-cas-le-sucre-formes-couleurs-les-tirelires-chupa-chups-125446577.html  

. Sur le sucre cette fois-ci en boîte poudreuse de sucre-glace, d’une autre marque http://www.elisabethpoulain.com/article-le-sucre-glace-en-personnages-formes-couleurs-daddy-en-exemple-124983055.html  

. Photo de Charlie Chaplin dans les Temps Modernes (1936) à voir sur https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Chaplin_-_Modern_Times.jpg

 . Photos de cette Pop Machine Chupa Chups Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Amsterdam-Vélo-vitesse-à l'arrêt

22 Avril 2016, 16:01pm

Publié par Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville du vélo, vélo-vitesse à l'arrêt, Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville du vélo, vélo-vitesse à l'arrêt, Cl. Elisabeth Poulain

C'est une toute petite histoire, qui en mérite à peine le nom. A tant s'attendre à voir des vélos à Amsterdam, on se surprend, avant même arrivées,  à en saisir  un posé au bord du quai dans une petite gare de banlieue traversée par le train, d'où l'effet-vitesse d'un vélo en attente de son propriétaire, à son retour du travail.

Il y a tant de vélos à l'arrêt, que parfois on se surprend à se demander si certains ne finissent pas par prendre racine. Comme pour la voiture, la question de la place de stationnement longue ou courte durée est un vrai problème urbain. Tout support ou presque est bon pour fixer le vélo, en remarquant aussi que les accroche-vélos sont très pratiques. Ils permettent de fixer par exemple les deux roues et le cadre si le coeur vous en dit.

L'étonnant aussi pour nous, Français, est de constater que les cyclistes ont le droit de rentrer leur vélo sur le quai, pour plus de protection vraisemblablement. On a aussi le droit d'emporter son vélo avec soi, pendant le trajet ferroviaire, pour faire le pré-et le post parcours... Une formule qui est bien pratique pour relier la gare et revenir chez soi à la fin de la journée.

Pour suivre le chemin

. Attendre la prochaine photo, qui sera la n°2, celle-ci formant la n°1, la première, sans n°, ouvrant le bal, qui avait commencé l'année d'avant. Toutes celles, qui vont suivre porteront un n° en principe. On verra dans la durée. Ces  ont été prises pendant un séjour en novembre de l'année suivante.

. Photo Elisabeth Poulain

 

Amsterdam, la ville du vélo, vélo-vitesse à l'arrêt, Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville du vélo, vélo-vitesse à l'arrêt, Cl. Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

L’Illustration 1912-12-14-La famille en publicité-Rasurel

21 Avril 2016, 17:04pm

Publié par Elisabeth Poulain

* Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

* Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

Le titre en commençant par Rasurel. C’est un nom de marque que l’on connait encore aujourd’hui, même si les produits de la gamme ont changé. Il y a aujourd’hui par exemple des maillots de bain Rasurel. En décembre 1912, ce sont des pantoufles - un terme désormais désuet, on lui préfère celui de chaussons - que la marque vantait dans une « annonce » qui couvrait une demi-page de L’Illustration, en page 5 du célèbre hebdomadaire. C’est encore maintenant une des meilleures places en bas d’une page impaire, au début du périodique.

Un dessin de Gus Bofa que l’artiste a lui-même appelé « La Famille heureuse ». On y voit l’essentiel dans une grande économie de décor, les 7 + 1 + 2 membres de la famille. 6 sont assis, 1 seul est debout, 1 est mi-debout-mi-assis, avec un membre mystère ++ . C’est ce que nous allons voir maintenant. En commençant, contrairement à la coutume par la droite pour repartir vers la gauche, on distingue, assis en arrondi en arrière du tapis lui-même placé devant un meuble en hauteur avec une lampe éclairée posée sur une cheminée, voici les héros de cette famille.

Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

.1. Mère-Grand assise sur un fauteuil bas dont on voit l’accoudoir blanc, tout comme tout le haut de son corps, ses cheveux blancs y compris. Elle est souriante et nous regarde de ses yeux tombant..

. 2. Grand-Père, c’est lui qui occupe le plus de place, d’abord parce qu’il a le fauteuil le plus massif et le plus haut. C’est aussi lui qui a besoin de plus d’espace en largeur. Grosse moustache, grand sourire, grandes oreilles, il tient quelque chose de sa main gauche et porte avec fierté sa veste à brandebourgs. On ne se pose pas la question de savoir qui est le chef de famille.

.3. La Fille du couple. Elle se tient, en souriant à peine, le buste en avant, genoux croisés avec ses mains aux doigts entrelacés. Elle porte un bracelet au poignet droit. Son visage ressemble à celui de sa mère, des cheveux courts avec quelques bouclettes et une frange sur le front. Sa tenue est simple, un haut blancs aux manches courtes, très légèrement décolleté autour du cou. Et une jupe qui lui laisse la possibilité de croiser les genoux.

.4. Le mari de la jeune femme. Pour dire qui il est, il pose sa main gauche sur le dosseret de la chaise de sa femme, du coup elle se penche en avant…pour que le spectateur voit bien ce geste d’appropriation.

Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

.5. L’ainée du jeune couple. Elle ressemble très fortement à sa mère, avec ses cheveux bruns plus volumineux, des couettes peut être, le même visage en plus jeune, moins accentué. Elle sourit vraiment peu.

.6. Le fils premier du couple a des cheveux bruns comme Papa, le même sourire et des oreilles qui se ressemblent fort, avec un franc sourire, lèvres fermées pourtant.

.7. Voici le fils second vraiment très mignon ; comme Grand-Mère, il a des cheveux très clairs, peut-être pas pour les mêmes raisons. Comme son frère, il est assis sur un mini-tabouret, encore plus petit. Et ses oreilles ressemblent fort à celle du Grand-Père et à son Père, en forme de double exploit.

.4bis. Au second rang, revoici Mr Gendre, le papa des trois enfants. Son personnage quoique non visible en entier se détache avec force sur l’affiche publicitaire Rasurel imprimée en caractères noirs sur fond blanc. Il est très chic avec sa chemise blanche à col cassé, son gilet de couleur claire, sa cravate noire. Il sourit en tenant la pose avec sa main droite posée négligemment sur sa hanche droite.

                                                                       *

. Et voilà le membre mystère, dont je n’ai parlé jusqu’ici, pour la bonne raison qu’il s’agit du chien blanc à longues oreilles et courtes pattes. Il occupe la première place devant les trois adultes assis. Visiblement il est très à son aise sur le tapis qu’il a monopolisé. C’est par lui qu’arrive le regard pour rayonner dans un premier temps comme en faisceau sur les 4 adultes.

. Les deux autres + et + sont, vous l’avez deviné, la poupée de la petite fille avec ses cheveux foncés bouclés, sa robe à rayures et ses petites sandales. Son frère a pris la peine de poser avec son gros nounours. Quant au petit frère, il est tellement content d’être là avec les grands, que cela lui suffit. Après, il ira re-jouer avec son copain, le vrai chien blanc, celui qui lui parle.

L’affiche en arrière est simple et humoristique, en mettant bien l'accent sur les pantoufles, en rappelant que ce sont des productions du Docteur Rasurel « C’est la formule du bonheur !!! ». Une dernière précision qui déborde sur la carpette, vous précise que ces pantoufles sont « en vente dans la principale maison de chaque ville, exclusivement à Paris, A la Belle Jardinière et dans ses succursales »

*Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-Extraits-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain*Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-Extraits-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

*Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-Extraits-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

Pour suivre le chemin

. L’Illustration, 14 décembre 1912, Annonces p. 5 pour Rasurel

. Rasurel, une marque et une entreprise créées par Louis Neyron, un industriel lyonnais – spécialiste de la maille- plus connu maintenant par la maison qu’il se fit construire en 1912-1913 une maison désormais inscrite sur la Base Mérimée aux Monuments historiques protégés voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_de_Monte_au_Lever  dans le Doubs

. Il n’existe pas à ma connaissance d'information particulière sur les débuts de la marque et/ou de l’entreprise à ses débuts, disponible aisément  sur le Net

. L’artiste GUS BOFA sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Gus_Bofa,  à retrouver sur « son » site officiel http://www.gusbofa.com/publicite.php3?action=detail&theme=8  

. Cl. Elisabeth Poulain, l'étoile indique qu'il s'agit d'un extrait...

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>