Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

P.48 WBW > Les Habits des Vins d'Expression > La bouteille dans l'histoire

, 03:44am

Les formes sont fortement liées à l’évolution de la technique utilisée. Elles ont d’abord été rondes puis tubulaires avec maintenant une grande diversité de présentation.

 

Les formes rondes sont directement issues de la technique du soufflage à la main. Les bouteilles de l’époque romaine et mérovingienne ont cette grâce pansue avec des arrondis époustouflants soufflés à la volée directement par l’ouvrier verrier. Le rattachement de ce style de bouteille se fait depuis plusieurs siècles par la Bourgogne, le premier vignoble au monde à avoir su à ce point cultiver les terroirs pour leur faire exprimer ce qu’ils ont de plus inimitables. La bourguignonne, plus que toute autre forme, évoque cette idée d’opulente rondeur, d’équilibre et de raffinement. Une autre façon de renforcer la rondeur de la bouteille par exemple est de choisir une forme ronde pour l’étiquette.


902. C’est le choix de Paul Buisse, négociant-vigneron à Montrichard, pour un Touraine Sauvignon avec une étiquette à douze facettes mises en valeur par l’ocre jaune de couleur de fond, des mentions en brun foncé et un équilibre très léger or et blanc.

 

903. C’est un style différent que Franck et Ingrid Bimond ont choisi pour faire ressortir l’ovale du bois veiné d’or avec un nom de cuvée surprenant, L’Ardile, un Saumur du Domaine des Guyons.

 

D’autres modèles de bouteilles ventrues existent : moins lourdes, avec des parois qui s’évasent vers le bas, dont le diamètre atteint 10 cm et qui sont moins hautes. Puis l’esprit s’ouvre à nouveau pour voir autrement les bouteilles en particulier la bordelaise et redécouvrir celles du Val de Loire.

 

Les formes droites sont caractéristiques du style des vins contemporains. Dans l’histoire de l’évolution, elles sont apparues vers le 2ème siècle après J.C. sous forme de barillets à forme droite. Ces barillets (petit baril, petit tonneau) sont les ancêtres de nos bouteilles, avec une différence notable, elles comportaient une ou deux anses, comme les pichets. Le style tubulaire haut offre beaucoup de praticité. Les avantages de la « bordelaise » puisque c’est ainsi qu’elle est désignée, se nomment occupation optimale de l’espace en rayon et lors du transport en carton, puisque le volume est réparti de façon homogène sur tout le corps formé par le tube, facilité de la prise en main, style aérien du fait de la verticalité... Actuellement ces bouteilles deviennent de plus en plus en hautes en signe d’affirmation de soi et d’élégance théâtrale.

 

904. Paul Buisse a, cette fois-ci, conçu une étiquette de petite dimension avec un dessin noir, gris, blanc et argent d’une très belle facture pour des Touraine logés dans des bouteilles hautes, noires et terriblement sculpturales.

 

- Guy Saget , pour le Château de la Mulonnière,  a sélectionné une très belle bouteille droite haute, aux épaules arrondies avec un très haut col pour un Coteaux du Layon-Beaulieu qui porte une étiquette verte foncée de taille réduite qui se fond dans la couleur du verre.

 

La question de la bouteille syndicale

Pourquoi la bouteille a-t-elle tant d’importance ? Au fond, ce n’est qu’un contenant utilitaire, comme le prétendent encore des initiés aux rites viniques. On boit le vin, on jette la bouteille. Ce n’est pas si simple si on examine la question de la bouteille ligérienne qui subit beaucoup de concurrence actuellement. La question a figuré parmi les premières préoccupations de la filière vinicole au lendemain de la première guerre mondiale. Arriver dès 1925 à faire adopter une bouteille Anjou avec un écu à la fleur de lys a constitué une avancée majeure dans la quête d’une volonté d’anoblissement des vins d’Anjou et de la démarche qualitative qui allait de pair. La bouteille commune marque l’appartenance à un terr(it)oir(e) commun pour en renforcer la mise en avant perceptible par le client lors de l’achat. C’est ce qu’affirme depuis toujours Jean Bellard qui a oeuvré toute sa vie pour défendre les vins de Loire. Il peine à comprendre la démarche de ceux qui l’abandonnent aujourd’hui, car la bouteille Anjou sait aussi s’adapter.

 

905. Une étiquette très graphique au design noir-blanc,      avec des mentions or tout autour de ce qui pourrait être la bonde d’un tonneau vue de l’intérieur, accentue l’arrondi par sa forme longue et basse d’un Anjou Villages Brissac du Domaine des Rochelles de J.Y.A. Lebreton.

 

906. Pour un Coteaux du Layon, Clos de Chanzé, du Vignoble Dénéchère-Geffard, l’équilibre se fait en pyramide inversée à la pointe tronquée dans une ambiance hippique.

                                                                     

Entre la bouteille syndicale et la bouteille personnalisée, il existe une bouteille associant les deux caractéristiques.

- Depuis 1998, P. Bourré, négociant à La Chapelle Saint Florent, utilise pour sa gamme très qualitative de vins médaillés de domaines, la bouteille Anjou avec l’écusson peint. Le procédé utilisé, la chromographie, s’applique sur une bouteille en verre dépoli et la collection a pris le nom de Cuvée Satinée. 

La situation actuelle 

Actuellement, une grande diversité existe, du fait d’un avancement différent des vignobles sur l’échelle du cycle de vie d’usage des différents types de bouteille. Dans certaines parties du Val de Loire, la situation s’est modifiée en raison de la volonté de jouer plus la typicité personnelle que l’appartenance à une ou plusieurs AOC. De plus les vins de maintenant n’ont plus rien à voir avec ce qui se faisait, il y a quelques générations, exception faite des glorieux millésimes dont le prix témoigne de la rareté. En sens inverse, la bouteille ligérienne ou bourguignonne connaît actuellement une extension vers l’Ouest.


- On peut aussi comme Pierre - Jacques Druet pour le Bourgueil Fiefs de Louys mettre en lumière une cohérence entre une étiquette de la fin du 19ème siècle qu’il a légèrement raccourcie et la bouteille qui existait à ce moment-là, la bordelaise.

 

Plusieurs raisons expliquent l’hétérogénéité actuelle. La première a pour nom concurrence qui pousse les hommes et les femmes du vin à choisir une différenciation par la bouteille. Une seconde raison est le développement des Nouveaux Vins de Table qui ne peuvent être embouteillés dans les bouteilles syndicales du fait de l’impossibilité de droit qui leur est faite d’être rattachée à leur région d’origine. La troisième raison vient du mode de vinification. La bouteille bourguignonne est très souvent choisie dès lors que le vin parle de rondeur et/ou d’élevage en fût. La situation est très hétérogène selon les régions. La quatrième raison s’attache à l’image du vin ; la bordelaise par exemple présente beaucoup d’attrait pour des vins contemporains ou des rosés. Il faut mentionner enfin l’attraction de la bouteille personnalisée pour les entreprises de négoce qui traitent de gros volumes.

 

Pour suivre le chemin

. Prochain billet sur quelques problématiques liés à l’identité de la bouteille.

. Photos EP