Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

P.27 WBW > Les Habits des Vins d'Emotion > Le violet et l'orange

, 16:43pm

Comme vous le savez, vous qui avez lu le précédent billet sur les multiples facettes du rose en habit des vins contemporains ouverts  sur l’émotion, le rose, une ‘couleur’ est désormais incontournable. Aucun vin, quelque soit sa couleur ne peut désormais s’en passer pour établir un lien avec celui qui a la bouteille en main, avant de l’avoir repérée par ses yeux. Mais il est d’autres couleurs, seules ou associées l’une à l’autre, l’orange et le violet. 


Provoquer des vibrations

Émotion, sensation ou vibration sont des mots qui n’ont pas été employés jusqu’ici. Le Signe de la Couleur marque très nettement le changement de planète et d’époque, dans un monde moins codé, qui communique de façon plus directe, plus sensorielle, en s’adressant directement à nous, en se passant des mots. Pour établir le contact avec ceux qui ne sont pas entrés dans l’univers du vin, il faut utiliser un autre langage, une autre façon d’établir le contact, plus visuelle, plus attractive au premier degré en cherchant à élargir la palette des sensibilités, des sens et du sens.

 

Il n’est pas un seul type d’amateur de vin, comme il n’y pas un seul type de vin. Le monde de la couleur ouvre aux habits des vins de nouveaux chemins, qui:

. donnent envie de bouger, de faire la fête…

. suggèrent la légèreté, la nostalgie, la dissonance…

. illustrent le style baroque, contemporain, nocturne…

. permettent d’identifier le genre où la jeunesse, apportent des frissons… du mystère et suscitent l’envie d’en savoir plus et d’aller à la rencontre du vin, des autres...

 

Plus que d’appartenir à une terre, un château, une communauté, une paroisse, cette tendance contemporaine est marquée par les vibrations de l’émotion, de la sensation ou de l’action.

 

Interpeller

Il est des habillages propres à donner de légers frissons, ce sont en particulier ceux qui sont conçus avec les nouveaux papiers métallisés utilisés avec un effet de diffraction de la lumière. On ressent de l’étonnement et on se surprend à faire bouger la bouteille comme pour vérifier qu’il n’y a pas une couleur cachée derrière :

 

609. Le Gamay, Loire Collection de cépages de Réthoré-Davy, utilise un papier métallisé mat qui accroche le regard pour le corps supérieur de l’étiquette portant le nom du domaine grâce à un trait de lumière verticale qui traverse le nom des vignerons. 

 

610. Sublime, un Chinon des Caves des Vins de Rabelais, a changé de style d’étiquettes. Les réactions au vu des deux modèles sont impressionnantes. Il y a le clan de ceux qui sont favorables à l’étiquette classique avec le C de Chinon ornée à la façon d’une enluminure, avec une gabarre à gauche et un château à droite et ceux qui préfèrent tout aussi fermement le style nouveau, plus graphique, avec des couleurs froides et fortes qui jouent le contraste pour ce Cabernet franc.

 

Évoquer le mystère

Le mystère attire par son côté non accessible directement mais sans que ce soit dissuasif. Le noir mat confère une intimité qui intrigue en suscitant cette question : quel est le trésor qui est caché derrière l’étiquette, dans la bouteille ? Le violet surtout est le signe du secret qui cache le mystère de la réincarnation, avec aussi une dimension temporelle d’apaisement.

 

- En vin, tout dépend de la tonalité du violet qui peut tout aussi bien être si profond qu’on si perd, claquant pour Sublime, calmant pour le Bourgueil du Domaine de l’Humelaye ou exprimant l’équilibre, grâce à une construction solide.

 

611. Les Trotte-Loups, un Chinon du Domaine des Millarges (Lycée Tours-Fondettes), possède un violet si foncé qu’il cache une grappe de gros raisins à gauche de l’étiquette. Toutes les mentions sont portées à droite pour donner un effet mystère réussi.

 

612. Le Montlouis sur Loire demi-sec, La Nef des Fous, du Domaine Les Loges de la Folie porte une tenue violette- pourpre dense, structurée autour de l’emblème du domaine en violet clair en partie droite et deux bandes horizontales où s’inscrivent les mentions, en  violet plus clair.

 

- Laurent Chatenay de Saint-Martin Le Beau associe deux tons de violet avec du blanc et de l’or en liseré pour une Méthode ancestrale, un pétillant naturel non dosé, en losange allongé horizontalement.

 

613. Pour un Touraine Primeur du Domaine Chainier, le Château de la Roche, qui figure sur une petite étiquette carrée, gris-clair, ressort sur un fond violet éteint de forme rectangulaire avec une pointe de rouge accentuée par les mentions rouge du nom du château.  

 

614. Le choix d’Albane et Bertrand Minchin, La Tour Saint-Martin, pour un Menetou-Salon ‘Célestin’ s’est porté sur un ruban violet-pourpre avec des mentions et une bordure haute et basse de couleur orange profond.

 

Jouer avec la lumière

C’est l’effet nostalgie qui consiste à utiliser des couleurs fanées, ayant subi les assauts du temps, pour conférer un aspect poudré aux couleurs de l’étiquette. Sur ces étiquettes, on trouve désormais des assemblages de couleurs très travaillés. Des teintes déclinables à l’infini ont pour particularité de se situer hors du temps et de varier avec la lumière. Il ne s’agit pas de jouer le contraste mais au contraire le ton sur ton, sans opposition. Ce sont :

- des beiges doux pour un Montlouis Méthode traditionnelle de la Cave,

- un beige sable pour un Chinon ‘Château La Grille’,

- un beige rugueux pour Le Sec, un Vouvray de Château Gaudrelle d’Alexandre Monmousseau,

- un crème crémeux pour un Muscadet ‘Climat’ d’Alexis Sauvion du Château de la Fessardière ;

 

615. de l’ivoire pour le Chinon, La Chevesserie, de Marie-Pierre Raffault avec des mentions en gris et le nom de la cuvée en rouge foncé,

 

616. du miel clair pour Quintessence, un assemblage Cabernet Franc et Côt, de  Patricia et Bruno Denis, Domaine de la  Renaudie,

 

617. du miel foncé pour un Touraine, Cuvée Jeanne d’Arc, Château de l’Aulée, de Mireille et Arnaud Henrion.

 

Sentir la chaleur de l’orange

Plus qu’à la couleur du fruit, c’est à la couleur du soleil que cette couleur fait penser actuellement.. C’est celle qui éclate au soleil des vacances, qui donne envie de bouger ou de bronzer. Quelques exemples montrent plusieurs modes de communication, aussi bien avec un certain classicisme qu’une façon plus anglo-saxonne avec des couleurs en aplat sans perspective. Les deux premiers exemples montrent qu’on peut aussi communiquer d’une  façon à la fois classique et très innovante.

 

618. L’effet littoral est perceptible au Domaine de la Chaignée des Vignobles Mercier pour un Fiefs Vendéens Vix. Certains éléments de l’étiquette sont classiques, le château traité en dessin austère, la mention du domaine en lettres anglaises. Le format vertical, de taille moyenne donne un effet hauteur, accentué par le traitement du château en rose ocre orangé, dont le soubassement est plus profond que le château n’est haut. Six bandeaux horizontaux de violet ou barres or ou noir maîtrisent cette explosion de couleurs.

 

619. Folle noire, un vin de cépage de Jérémie Mourat de Mareuil en Vallée du Lay, associe la vigueur du soleil avec un rouge profond et le noir du cépage. Celui-ci, appelé aussi ‘Ragoûtant’, aurait été apporté au 12ème siècle par les chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, ce que traduit la calligraphie et la présence d’un chevalier en armure sur son cheval sur l’étiquette.  

 

620. Le Chardonnay Leconte, un vin du Val de Loire des Boullault, est habillé en orange foncé éteint alors que leur Muscadet est jaune clair. Ces vins,  conçus pour le marché nord-américain, gardent l’emblème du domaine, les initiales LB avec la feuille de vigne.

 

- Les Dunes des Côtes de l’Auxence, un VDQS blanc Fiefs Vendéens Brem de la Maison Jard, joue pleinement du contraste de l’orange pour la terre et la mer avec la couleur sable du ciel.

- Le Bourgueil Bonnaventure possède une tenue orange jaune éclatante alors que le Chinon de la même maison est rouge.

 

Un autre avantage de l’orange

Il s’applique aussi bien à la femme qu’à l’homme. Pour elle, il suffit d’ajouter une rose ou un peu de rose. Pour lui, quelques milligrammes pour foncer l’orange comme on vient de le voir. Il est aussi déclinable selon les couleurs du vin, en fonction du taux de sucre.

- Les Maîtres Vignerons Nantais ont choisi un orange vif rehaussé de rose pour les roses et un bandeau horizontal, qui coupe l’étiquette en losange, en portant le nom de la cuvée de Muscadet Primeur, Fleur de Terroirs, 

- Jaune pour un Anjou sec ‘Les Rogeries’ et un orangé soutenu tirant vers le rouge pour un Anjou demi-sec ‘Grandes Rogeries’ au Domaine Richou.

 

L’atout de la monochromie

Dans ces derniers exemples, le jaune et l’orange sont traités de façon monochrome, en aplat, sans effet de profondeur. Il n’y a ni volonté de mystère ni recherche de sophistication. L’entrée dans l’étiquette en est facilitée. Concernant les couleurs fortes, l’effet gamme est un facteur décisif. Une couleur forte seule pour une seule étiquette peut étonner voir détonner. Plusieurs insérées dans une gamme s’équilibrent dans un ensemble, comme s’épaulant l’une l’autre. Leur appartenance à un univers perceptible sécurise et amuse tout à la fois en donnant envie de jouer à goûter les autres vins de la gamme. On perçoit aussi directement la volonté de parler avec celui qui va déguster le vin.

 

Pour suivre le chemin

. Le prochain billet sera consacré à l’homme en répondant à cette question : comment parler à l’homme qui sommeille en vous, quelque soit le genre auquel vous appartenez ? 
. Toutes les étiquettes de ce chapitre 6 à voir dans 6WBW Labels.