Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

P.37 WBW > Les Habits des Vins d'Emotion > La contre-étiquette

, 18:55pm

Ces informations sont le plus souvent portées sur ce qui s’appelle improprement la contre-étiquette qui est située à l’opposé de l’étiquette. Elle se présente le plus souvent comme une petite étiquette qui contient les informations sur le type de vin, le degré d’alcool, le volume, le nom, l’adresse et la qualité de l’embouteilleur, l’origine France, le n° de lot de la bouteille, l’indication de la présence de sulfites avec le logo FE (femme enceinte). Des informations supplémentaires peuvent y être portées sur la région, le Val de Loire, avec une carte de la France (rare), une présentation du terroir, du ou des cépages, de l’âge des vignes, avec des conseils de services et des accords mets-vins. Mais il est toujours possible de dire autrement, en y ajoutant de l’émotion.

 

A l’étranger tout dépend du degré de connaissance des vins français. Kermit Lynch par exemple, le plus célèbre et l’un des importateurs les plus connaisseurs de vins français aux États-Unis, appose la contre-étiquette réglementaire aux normes américaines avec en plus une citation de Jefferson.

                                     

747. Pour le Muscadet Sèvre et Maine sur lie d’André-Michel Brégeon, la contre-étiquette de Kermit Lynch, Berkeley California, porte un dessin de deux hommes en costume d’époque trinquant au vin, assis sur des barriques dans une barque, avec au-dessus cette citation « Good wine is a necessity of life for me » (en traduction littérale, le bon vin est une nécessité de vie pour moi). Une profession de foi en moins de dix mots de Thomas Jefferson (1743-1826), Président des Etats-Unis, qui acheta la Louisiane à la France.

 

La prise de conscience de l’existence d’une surface supplémentaire sur la bouteille est acquise. Toute l’évolution depuis plus d’une décade porte sur la perception d’un media qui ne demande qu’à être habité/habillé ou au contraire dénudé. La tentation est grande d’en dire beaucoup ou toujours plus, pour se démarquer de la concurrence. La difficulté consiste à trouver le bon équilibre entre le dit et la façon de le dire.

 

Plusieurs niveaux d’informations peuvent être distingués : 

. Le minimum 

Le niveau 1 est une exigence de la Grande Distribution qui exige le code barre. La gestion des stocks en temps réel oblige à coder chaque bouteille de façon à pouvoir en suivre la trace grâce au code barre.

 

. La confiance

Le niveau 2 indique que le vigneron croit en son vin sans fausse note :

- Pour ses Touraine Méthode traditionnelle, Intense ou Élégant, Marielle Henrion reproduit un dessin du château sur la contre-étiquette qui est aussi raffinée que l’étiquette.

 

. Le partage des connaissances

Le niveau 3 marque une avancée de partage de la connaissance, le vigneron en profite pour en dire plus à celui qui a la bouteille en main.

- C’est le cas de Serge et Pascal Bonnigal pour un Amboise Touraine demi-sec du Domaine de la Prévôté. Les deux frères indiquent le cépage avec quelques accords mets-vins et signent leur message. Pour leur ‘Cuvée François Ier’, ils donnent la parole au Grand Roi qui vécut à Amboise de 1494 à 1547 et qui favorisa l’implantation du cépage Côt dans la région.

- Frédéric Brochet d’Ampelidae, Marigny Brizay souligne la « parfaite maîtrise technique entièrement naturelle » sur la contre-étiquette. 

 

La hiérarchie de l’information

Le vigneron peut aussi structurer et coder l’information pour en dire plus à l’acheteur et faciliter sa lecture.

- Pour son Muscadet Coteaux de la Loire, Philippe Marchais, Domaine de La Bronnière, Le Loroux Bottereau, indique le terroir avec l’exposition, le cépage, la vinification, la saveur dominante, les conseils de dégustation (mets, température, garde). L’étiquette porte sur le côté gauche en vertical le nombre de fleurs de vigne qualitatives : ici trois, le maximum.

 

- Louis Luneau des Vignobles Louis Luneau, dont les vins sont mis en bouteilles par Donatien Bahuaud, soigne l’habillage d’une gamme de vins de Loire incluant un Saumur La Roche aux Loups. La contre-étiquette est éclairée sur le côté droit par une photographie estompée du vigneron avec sa signature dessous et son nom écrit en lettres d’imprimerie en dessous. Face à face, figurent deux parties d’un texte qui commence par « mes amis » et se termine par « ma femme » entre les deux, des mots tels que « vin gourmand… soyeux… savourer… délices ». Quelques accords mets-vins complètent ce texte très court. Du Colombo gastronome et gourmet.

 

-  Wilfrid Rousse a conçu pour son Chinon, Les Galuches, une contre-étiquette exceptionnelle à plusieurs titres : elle explique le dessin de la girouette, indique la date de plantation, la durée de l’élevage dans des caves de tuffeau et fournit une description développée du vin.

 

 

 

L’indispensable à dire

Le niveau 4 montre une profonde évolution, qui marque une rupture sur ce qui se fait usuellement, pour répondre ainsi à la demande des amateurs de vin et de la distribution traditionnelle. La contre-étiquette devient la partie la plus importante de l’habillage parce que c’est là que le vigneron peut dire quelles sont ses valeurs.

 

- C’est Nicolas Joly qui a ouvert la voie d’une façon très complète pour dire le plus avec le minimum de mots, comme nous l’avons vu dans le SIGNE de L’Homme (Chapitre 1).

 

- Marie-Annick Lemaire parle de sa démarche pour ‘L’Autre’, un Vouvray: « Ce vin est issu du cépage chenin. Mes vignes sont en conversion biologique depuis 2002. Je n’utilise donc aucun produit chimique de synthèse pour la culture de la vigne. Ensuite je prolonge ce travail à la cave en n’utilisant aucun produit œnologique et en utilisant des doses de souffre limitées. Ce vin est un produit naturel, il doit être conservé à une température maximale de 14° et peut présenter un léger pétillement à l’ouverture dû au gaz carbonique laissé volontairement pour protéger le vin. En vous souhaitant une très bonne dégustation. Marie-Annick Lemaire. »

 

La réaction

Le refus de la contre-étiquette a également de nombreux adeptes tant chez les vignerons que chez les amateurs. La situation, vue du côté de ces derniers est au moins aussi complexe. Beaucoup estiment qu’il appartient à chacun d’ouvrir sa voie dans les chemins du vin plutôt que de se laisser guider par d’autres. Les passionnés de vin appartiennent au genre ‘actif-défricheur’ et savent trouver l’adresse des vignerons, comme les Frères Foucault qui choisissent de ne dire que le strict nécessaire réglementaire. Les blogs dédiés aux vins ont profondément modifié la situation : ils rapprochent les amateurs des vignerons en donnant une information personnalisée n temps réel sur le vin dans la bouteille et le vigneron qui en est l’auteur.

 

Pour suivre le chemin 
. Le prochain billet sera consacré au style de la graphie utilisée dans le SIGNE du Trait (chapitre 7 et 2è chapitre des Vins d’Emotion qui appartiennent au CYCLE contemporain