Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Articles avec #style de vie

CARAVANE n°141, janvier 1962, les trois pages de couvertures couleurs

12 Août 2017, 17:35pm

Publié par Elisabeth Poulain

Caravane "Emmaüs", orange, long. 18 cm x 9,5 cm de haut., vue latérale, Cl. Elisabeth Poulain

Caravane "Emmaüs", orange, long. 18 cm x 9,5 cm de haut., vue latérale, Cl. Elisabeth Poulain

Comme son nom l’indique très sobrement, CARAVANE est la «  revue du tourisme moderne - dont il ne reste en notre possession que quelques exemplaires. Cette petite série commence par le numéro du mois de janvier 1962. C’était la fin d’un modèle d’un format 26,3 cm de hauteur pour 18cm de largeur pour 0,3 cm d’épaisseur. Exprimés autrement, ce n° 141, comportait 90 pages illustrés de photos et de nombreux dessins en noir et blanc. Seules les couvertures étaient en couleur, parce que ne mettre que de la couleur aurait renchéri le prix de vente, d’autant plus qu’il aurait fallu utiliser un papier glacé de belle qualité, donc plus onéreux. Ces éléments expliquent que seules les pages de couverture,  en comptant la page 3 de couverture intérieure, avaient le privilège d’être illustrées de photos couleurs. En 1962, la photo-couleur était rare parce que chère. 

Cette petite série commence pour nous par ce numéro de janvier 1962, illustré d’un dessin en couleurs dont je n’arrive pas à trouver l’auteur en particulier dans le sommaire qui se trouve en page 25.

Caravane, janvier 1962, n°141, Revue du tourisme modèle, Cl. Elisabeth Poulain

Caravane, janvier 1962, n°141, Revue du tourisme modèle, Cl. Elisabeth Poulain

. La « Une de couv. » représente une scène d’hiver, en moyenne montagne sous la neige, où la caravane remplace la crèche des rois mages. On les voit arriver sur le côté gauche du dessin qui forme un carré de 17cm environ. Une couleur jaune, qui évoque la chaleur, s’échappe de la porte pourtant fermée de la caravane. Une grosse étoile indique le chemin aux rois mages qui arrivent par le côté gauche du dessin, avec des cadeaux dans la main et leur couronne sur la tête. Une chouette est nichée sur une branche juste au-dessus de la caravane. Au milieu du dessin vers l’arrière, on  aperçoit un berger vêtu d’une grande cape et d’un large chapeau rouge, qui  garde des moutons dans la neige !

Il me reste à vous parler du premier plan, où l’on voit un personnage en tenue de survêtements, avec des lunettes de soleil –alors qu’il fait nuit -  chaussé de grosses chaussures de neige avec des chaussettes rouges, tout comme son bonnet et le foulard. A ses côtés sur la droite, une biche et  deux faons, tous les trois vus de dos, meublent l’avant-scène dans le cône de chaleur jaune, en regardant comme fascinés ce cône de lumière jaune qui semble sortir de la porte et qui semble symboliser la chaleur en plein hiver.   CARAVANE, le nom du magazine, est écrit en grands caractères blancs sur fond rouge en haut et toute la partie inférieure, dessin compris, est entourée de noir  

Caravane, janv.1962 n°141, 4 de couv., Pub Caravane Notin "Corvette 500", Cl Elisabeth Poulain

Caravane, janv.1962 n°141, 4 de couv., Pub Caravane Notin "Corvette 500", Cl Elisabeth Poulain

. La 4 de couv.  a pour but de célébrer l’été, après l’hiver de la couverture principale. C’est une vraie publicité, pour la marque NOTINVotre rêve, une CARAVANE NOTIN montre un dessin  très  réussi  au bord d’un lac en montagne. La caravane a été détachée de la voiture que l’on devine sur l’extrême gauche. Son positionnement est  plus fait pour le dessin que pour reproduire la réalité. Elle est en effet garée transversalement au lac, sans que la porte soit ouverte. Les caravaniers s’apprêtent-ils à partir ? Ou plus vraisemblablement viennent-ils juste d’arriver, auquel cas la jeune femme, qui semble dire bonjour ou au-revoir à ses amis, ne serait pas en bikini…

Contentons-nous d’admirer ce paysage de vacances au bord d’un lac en plein été avec suffisamment de vent pour gonfler les voiles des deux voiliers, ces grands sapins noirs qui structurent le paysage et donnent de l’ombre bienfaisante et les pentes à pic de la montagne qui se reflètent dans l’eau…Et telle une star habitée se tient au milieu de la scène, la CORVETTE 500, le haut de gamme  des huit modèles cités… 

Caravane, janv..1962 n°141, 3 de couv., Eden Roc, caravane  anglaise, Cl. Elisabeth Poulain

Caravane, janv..1962 n°141, 3 de couv., Eden Roc, caravane anglaise, Cl. Elisabeth Poulain

. Pour finir, voici la 3 de couv. située au verso de la couverture portant la caravane Notin. Elle serait en page 91 si la page en vis-à-vis était numérotée. Cette publicité met en valeur les qualités d’une caravane anglaise « EDEN ROC »  ayant un distributeur exclusif à Paris dans le 17è arrondissement. La partie du haut est consacrée essentiellement aux noms et adresses des différents distributeurs en France et la partie du bas, légèrement plus petite (17,5 cm de largeur et 12,5 cm de hauteur) que la partie haute très dense.  

On est vraisemblablement au printemps, quand s'annoncent les beaux jours. Une jeune femme souriante est assise sur des rondins de bouleaux en faisant un grand sourire à celui qui prend le cliché. Un petit enfant regarde par la demi-fenêtre qui s’ouvre sur l’extérieur ; un jeune couple se tenant par la main marche en arrière. On peut supposer que c’est le mari de la jeune femme et le père du petit garçon qui prend le cliché. Certes la photo évoque les vacances en famille, un critère d’achat vraiment important pour l’acheteur. A l’instar des quatre qualités mises en avant par le visuel, à savoir les aménagements, le freinage, la solidité et la sécurité, au plan visuel, Il n’empêche qu’il n’y a rien de bien attirant dans ce visuel. Mais c'est sympathique....

Caravane "Emmaüs", long. 18 cm x 9,5 cm de haut. vue de l'arrière, Cl. Elisabeth Poulain

Caravane "Emmaüs", long. 18 cm x 9,5 cm de haut. vue de l'arrière, Cl. Elisabeth Poulain

Pour ce numéro de janvier 1962, il est révélateur de voir que c’est la neige qui est présentée en premier, pour mettre en valeur l’arrivée des Rois mages, le jour de l’Epiphanie, portant chacun un cadeau…comme si ce cadeau était la caravane dont la porte ne s’ouvrira que lorsqu’ils seront arrivés à bon port. Ils sont visiblement attendus avec impatience !  Puis vient l'été au bord du lac en montagne, sans oublier le printemps  quand on commence à sortir sans pull-over...  

                                                                                   ***

Pour suivre le chemin

. CARAVANE, janvier 1962, n°141, 1 NF, Revue du tourisme moderne

. CARAVANE, 13 rue de Grenelle, Paris 7è, LIT 43-16  (= LIT pour Littré ?) en page 25 où figure le sommaire, Directeur Général J. Susse, Directeur –Rédacteur en chef, P. Chambaz.

. La fête des Rois Mages, l’Epiphanie, à voir sur  https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89piphanie

. Cette très petite série de « Caravane », en ma possession, s’élève à sept exemplaires en tout et pour tout; c'est dire que mon analyse à partir des clichés couleurs n'aura qu' une valeur toute relative. Par choix, en plus, je ne vous présente que les couvertures couleurs, à savoir, dans ce numéro, la une de couv.,  la 4 de couv.  et son verso, la 3 de couv. celle qui est à l’intérieur de la revue au recto de la page de couverture. Avec mes remerciements à France Poulain pour me l'avoir fait connaître...

. Clichés Elisabeth Poulain. "Jouet Emmaüs" signifie que cette pauvre caravane, bien usée, vient d'un  Centre Emmaüs, qui ne voulait même pas nous la vendre parce qu'elle était trop abîmée... Alors nous avons acheté un livre, qui s'est révélé en plus très intéressant. Ainsi va la vie, grâce à une vieille caravane...  

Voir les commentaires

Un vase jaune, d’un jaune qui éclate dans votre œil, impossible à oublier

10 Juillet 2017, 12:59pm

Publié par Elisabeth Poulain

* Collection Emmaüs, Vase jaune, Cl. Elisabeth Poulain

* Collection Emmaüs, Vase jaune, Cl. Elisabeth Poulain

Il était tellement attirant, d’une telle force de captation de votre regard, que j’ai failli l’acheter, moi qui n’aime ni vraiment les bibelots, ni les vases, surtout qu’avec la tonicité de sa couleur, qu’il n’aurait supporté aucune concurrence, surtout celle d’une fleur. Là, on était d’accord lui et moi; les fleurs, il vaut mieux les laisser vivre leur vie au calme sur leur plante-mère. Donc j’ai été forte, j’ai bien été décidée à ne pas acheter le vase jaune, même pour faire « une bonne action » pour Emmaüs.

Pour ne pas avoir de regret, j’ai quand même pris une photo. Et cette photo, c’est celle que vous voyez là. L’amusant est que ce bref instant m’est revenu en mémoire à la seule vue de ce cliché que j’ai pris il y a déjà quelques années. La forme ne m’intéressait pas spécialement, seulement cette couleur qu’il était impossible de ne pas voir sur l’étagère. A juste titre, les personnes faisant partie de l’Association caritative d’Emmaüs l’avaient placé à un coin de sorte qu’on pouvait l’isoler de son concurrent proche. Ils avaient aussi pousser le raffinement chromatique jusqu'à le faire voisiner avec du rouge, de l'orange et du bleu-parme en lignes verticale, du rouge foncé en horizontal...

Collection Emmaüs, Vase jaune, Cl. Elisabeth Poulain

Collection Emmaüs, Vase jaune, Cl. Elisabeth Poulain

Pourquoi cette passion pour le jaune ? Je n’ai pas d’explication. C’était ce vase-là, ce jour-là et l’étonnant est que ma réaction a été aujourd’hui la même à la vue du cliché. Ne comptez pas sur moi pour vous parler aujourd’hui de l’ambivalence du jaune…

                                                                                    ***

Pour suivre le chemin

. Sur la couleur jaune et sa double face, sa profonde ambivalence, référez-vous à la page 535  du Dictionnaire des Symboles de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, paru chez Laffont, dans la collection Bouquins…

. Emmaüs, sur wikipedia   https://fr.wikipedia.org/wiki/Emma%C3%BCs_France , en Maine et Loire http://www.emmaus49.com/ , à l’international présent dans 37 pays https://www.emmaus-international.org/fr/?gclid=CNyBkZKV_9QCFQs6GwodyrEL1w

. Cliché Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Le langage des soupiraux > L’air, la lumière, la livraison du charbon & +

12 Juin 2017, 14:26pm

Publié par Elisabeth Poulain

Portes tôle ou bois, de soupirail ras du trottoir 3-1, Clichés Elisabeth Poulain Portes tôle ou bois, de soupirail ras du trottoir 3-1, Clichés Elisabeth Poulain Portes tôle ou bois, de soupirail ras du trottoir 3-1, Clichés Elisabeth Poulain

Portes tôle ou bois, de soupirail ras du trottoir 3-1, Clichés Elisabeth Poulain

Marcher en ville est un plaisir qui vous permet de redécouvrir ou découvrir l’importance des soupiraux, dès lors que vous regardez vos pieds, votre appareil photo à la main, en ayant attaché votre vélo, un peu plus loin. Le développement du quartier est lié est lié à la construction de la gare à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. C’est aussi à cette période de l’histoire pas si lointaine que naît et se développe le besoin d’un confort dit « moderne ». C’est celui qui est lié à l’eau courante au robinet, à l’électricité en appuyant sur un simple bouton et à la chaleur que procure le chauffage au charbon l’hiver. Le poêle, qui a en particulier lancé ce confort étonnant, avait pour nom « La Salamandre ». Il suffisait de le recharger une fois par 24h…selon la belle affiche de Jules Chéret, un des maîtres affichistes français.

Portes - tôle ou bois - de soupirail au ras du trottoir 3-2, Clichés Elisabeth Poulain Portes - tôle ou bois - de soupirail au ras du trottoir 3-2, Clichés Elisabeth Poulain Portes - tôle ou bois - de soupirail au ras du trottoir 3-2, Clichés Elisabeth Poulain

Portes - tôle ou bois - de soupirail au ras du trottoir 3-2, Clichés Elisabeth Poulain

Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-3 Elisabeth Poulain Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-3 Elisabeth Poulain Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-3 Elisabeth Poulain

Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-3 Elisabeth Poulain

Encore fallait-il avoir du charbon et pour cela avoir une cave doublement accessible. Il était nécessaire que celle-ci le soit de l’intérieur aux propriétaires ou locataires du logement et facilement de la rue, plus précisément du trottoir, au livreur de charbon. Celui-ci versait le sac de charbon par le soupirail que l’on pouvait ouvrir à hauteur du trottoir de l’intérieur et de l’extérieur. C’était un progrès dans la mesure où le service rendu par le livreur de charbon se faisait rapidement et en direct de l’extérieur. Ce dernier n’était pas obligé de rentrer dans l’immeuble pour avoir accès à la cave, en allant chercher la clé avant ou trouver la porte de la cave ouverte, pour qu’il puisse ouvrir le soupirail. En outre, l’autre avantage était qu’il ne salissait ni le hall d’entrée, ni les escaliers pour accéder à la cave…Il lui suffisait de repousser vers le dedans ou de tirer de l’extérieur la petite porte du soupirail qui s’ouvrait de l’extérieur. Il y avait là un vrai gain de temps et une gestion utile de l’espace public au profit des habitants et de l’accès aux caves des immeubles ou des hôtels particuliers par les livreurs de charbon en sac.

Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-4 Elisabeth Poulain Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-4 Elisabeth Poulain Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-4 Elisabeth Poulain

Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-4 Elisabeth Poulain

Outre ces aspects de l’évolution de notre société dans ses façons de vivre, il reste à vous citer une autre double facette, qui concerne la dimension artistique liée à la dimension sociale tout autant que l’inverse. Comme vous le montrent certains clichés que je vous présente dans l’ordre où je les ai pris, sans chercher à les classer, selon qu’ils se présentent d’une façon attirante, avec par exemple un joli dessin de fleurs en creux pour laisser passer l’air à travers la tôle découpée, ou de façon très basique, sans recherche spéciale - et c'est le cas quand la petite porte est en bois - avec seulement quelques trous évidés. Les premières indiquent un niveau social plus élevé que les secondes. Il y a là un véritable code culturel qui signe l'appartenance à une classe sociale. Et pour rester une réalité à la fois urbaine et sociologique, j’ai choisi de ne pas les classer…en vous laissant deviner celles qui s'ouvrent vers l'extérieur. Elles sont faciles à repérer.  (** Voir la réponse toute à la fin... )

Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-5 Elisabeth Poulain Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-5 Elisabeth Poulain Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-5 Elisabeth Poulain

Portes de soupirail, bois ou tôle, au ras du trottoir, Clichés 3-5 Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Voir en particulier une étude intéressante sur http://arnauld.divry.pagesperso-orange.fr/CHABOCHE%20Salamandre.htm ainsi qu’une autre affiche du célèbre Jules Chéret sur http://passerelles.bnf.fr/grand/pas_268.htm

. Pour voir l’affiche en six versions différentes, il vous suffit de taper « Jules Chéret, la salamandre, Images » dans Google https://www.google.fr/search?q=Jules+Ch%C3%A9ret,+la+salamandre,+Images&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjY5ZiGlLbUAhWGExoKHau9AsgQ_AUIBigB&biw=1366&bih=597

. Retrouvez Jules Chéret, un des plus grands affichistes français sur wikipedia https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Jules_Ch%C3%A9ret?uselang=fr mais malheureusement sans l’affiche sur le poêle.

. En 2017, il y a encore des livreurs de charbon, à voir sur http://www.touvet-combustibles.com/charbon-isere/ 

. Tout comme il est encore possible de commander sur le net des sacs de 25kgs de boulets de 30 gr. chaque, à voir sur https://www.combustibles-gruchy.fr/produits/fiche/36

.Clichés Elisabeth Poulain, ** les petites portes qui s'ouvrent sur le trottoir sont d'abord en tôle, ou rarement en bois avec la partie inférieure verticale renforcée en tôle  et dotés ensuite d'une partie horizontale en tôle en bas qui glisse sur le trottoir, quand on ouvre le soupirail...Il y en a trois en tout. Et en prime voici comment avoir un peu d'air et de lumière dans une cave...mais sans le charbon accessible du trottoir, avec ce dernier cliché... 

Maison de ville, aération de la cave par ouvertures + grilles dans les marches, Cl. Elisabeth Poulain

Maison de ville, aération de la cave par ouvertures + grilles dans les marches, Cl. Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Leborobo, le bo-ro-bo, j’chui le + bo, non cé moi…> Le plus beau des 3

22 Mars 2017, 16:36pm

Publié par Elisabeth Poulain

Le plus grand des Borobos, Trophées de Robotique, Angers, 2010, Cl. Elisabeth Poulain

Le plus grand des Borobos, Trophées de Robotique, Angers, 2010, Cl. Elisabeth Poulain

 

Traduction du titre en (bon) français : le beau robot, le beau robot, je suis le plus beau ; non c’est moi le plus beau des trois. A prononcer très vite, et vous verrez que l’exercice est difficile. Pourquoi trois, tout simplement parce que j’ai trois visuels sous les yeux. Et trois est un nombre intéressant, car il induit toujours de la différence, au contraire du système binaire beaucoup simplificateur et donc forcément réducteur. A toute question, il y a toujours trois réponses : oui, non et autre ! Voilà une introduction qui, je l’espère, ne va pas vous dissuader de lire la suite. A tout seigneur, tout honneur, je vais commencer par vous présenter le plus grand des trois.

Le plus grand des Borobos, Trophées de Robotique, Angers, 2010, Cl. Elisabeth Poulain

Le plus grand des Borobos, Trophées de Robotique, Angers, 2010, Cl. Elisabeth Poulain

. Voici d’abord Moi le plus grand des Borobos choisi pour incarner la robotique au Trophées de robotique « La planète dans tous ses états » 2010. Je suis, c’est vrai, un peu bizarre. Je fais peur, ça c’est volontaire. J’ai un corps lourd, en métal à bandes de couleurs, tout d’une pièce, avec des yeux en forme de compteurs, pas de bouche ni de nez, simplement un cadran avec une aiguille qui marque le zéro puisque je ne suis pas en mouvement. Mes bras articulés sont dotés l’un d’une paire de ciseaux et l’autre d’une cisaille à ma main droite et d’une pince qui me permet de saisir l’extrémité d’une branche fine.

J’aime la nature, il est vrai, pour preuve sept papillons derrière mes genoux recouverts d’une espèce de chapeau pointu de métal de couleurs. Ces papillons si légers volètent autour de moi et une tige de lierre sort de mon genou gauche, celui avec le cône vert et blanc. Mais quand même, mon concepteur a voulu que je fasse peur ; regardez ma carrure, mes antennes qui jettent des éclairs, mes yeux bigleux et j’en passe… Enfin, c’est la vie…

Super Robot, La Chaise longue, Sélection de Noël 2009, 21cm, Cl. Elisabeth Poulain

Super Robot, La Chaise longue, Sélection de Noël 2009, 21cm, Cl. Elisabeth Poulain

. Maintenant c’est moi, Super Robot qui entre en scène. En principe, tel qu’il est indiqué dans le petit carnet de 15cm de hauteur sur 10cm de largeur au début en page impaire, à la bonne place, dans le « Noël des Ados ». Je suis tout droit sorti d’un film de SF des années 50, ce robot donnera une note rétro à votre chambre. Une fois son mécanisme remonté, il reprend vie. Taille 21cm… .

Je ne voudrais pas me vanter, je suis une vraie réussite visuelle. En plus de cela, je marche. C’est magnifique. Je suis solide, avec ma carrure d’athlète, mon sourire qui va jusqu’aux oreilles, mes yeux fixes qui vous regardent droit dans les yeux, ma boîte à outils sur le ventre…Super Robot, quand on me voit, on m’achète et … pour un prix d’amis, 19,90 E. Un prix de Noël 2009…

 

Petit robot bleu à remontoir mécanique, Cl. Elisabeth Poulain

Petit robot bleu à remontoir mécanique, Cl. Elisabeth Poulain

. Moi, je suis le plus petit robot et j’en suis fier, même si les enfants à qui j’ai été offert en cadeau ont bêtement, mais alors vraiment bêtement, perdu la clé qui me fait marcher, Zut, je rectifie, qui me faisait marcher. Ah que c’est douloureux de savoir qu’à moins d’un miracle, je ne pourrai plus fonctionner, en lançant une jambe après l’autre…Bien sûr, jamais les deux en même temps, si non badaboum…

Je suis, je suis le plus petit, d’accord, celui que l’on peut prendre en main, je mesure 11cm de haut avec mes cheveux dressés sur la tête et 6cm à la hauteur de mes bras repliables. Mes oreilles, ma bouche et mes grosses chaussures qui assurent ma stabilité sont d’un rouge flamboyant. J’ai aussi sur ma poitrine encore du rouge, sur mon ventre ainsi que sous mon ventre.. J’allais oublier que je porte un tourne-vis au manche rouge sur mon côté droit mais pas sur le gauche.

Vu de dos, je suis très intéressant aussi, mais malédiction, je ne peux pas vous dire combien je suis beau quand je marche… ! J’aime bien les enfants, mais quand même ! Si seulement, ils avaient pensé à coller la petite clé autour de mon ventre, cela aurait été bien…Quelle tristesse… Quant à vous dire d’où je viens, je n’en sais rien, rien de rien…Voilà comment se termine une si belle histoire…dans le mystère !

Petit robot bleu à remontoir mécanique, Cl. Elisabeth Poulain
Petit robot bleu à remontoir mécanique, Cl. Elisabeth Poulain

Petit robot bleu à remontoir mécanique, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Le Grand Borobo est une affiche conçue pour les Trophées de Robotique, « La Planète dans tous ses états, Angers, Parc des Expositions, Angers …Samedi 20 mars 2010

. Le Super Robot, figure dans le petit catalogue « La Chaise Longue, Sélection Noël 2009, le plein d’idées cadeaux, www.lachaiselongue.com». Vous pouvez retrouver le site aujourd’hui, mais évidemment avec d’autres produits en particulier pour les enfants, mais pas que, et évidemment sans le magnifique Super Robot, qui a laissé sa place  à d’autres jouets ou bibelots pour enfants…

. Le petit robot qui marche ne peut rien vous dire de plus  et moi non plus…sauf qu’il était dans un carton que je n’avais jamais vidé jusqu'alors…et que je n'ai plus la clé...

. Clichés Elisabeth Poulain

 

Voir les commentaires

Le chien de chasse, le fidèle compagnon de chasse de l’homme chasseur, Gaston Phébus

27 Février 2017, 18:31pm

Publié par Elisabeth Poulain

LIvre de chasse de Gaston Phébus, Scène de chasse avec chevaux & chiens, wikipedia

LIvre de chasse de Gaston Phébus, Scène de chasse avec chevaux & chiens, wikipedia

Trois fois chasse dans un titre, c'est beaucoup. Si je comprends bien les écrits de Gaston Phébus, le chien n’est pas à classer dans la catégorie des animaux que je vous citerai tout à l’heure. Il –lui le chien- est chasseur au service du chasseur, l’homme. Et si d’aventure, il, le chien, oubliait qu’il doit mettre toutes ses compétences, qui sont non seulement grandes mais irremplaçables au service de son maître, ce peut être  qu'il n’a pas les compétences d’un bon chien de chasse et/ou que l’erreur est forcément du à son maître qui a mal fait sa sélection au départ et/ou son apprentissage. Comme vous le voyez, les deux raisons sont intimement liées.

Dans les deux cas, l’erreur ne pouvait être que du côté du maître qui aurait mal sélectionné celui qui allait l’accompagner dans cette grande aventure réservée aux hommes nobles par la naissance. Ce qui vous pouvez l’imaginer est inconcevable pour le Comte de Foix, grand expert de la chasse, qui a réalisé un traité de la vénerie, une véritable somme, qui a traversé les siècles. Les raisons relèvent essentiellement de la démarche véritablement scientifique de l’ouvrage, qui éclaire les différents savoir-faire indispensables à une bonne chasse et … à la relation toute particulière entre le chien de vénerie et le chasseur. L’objectif était basé sur la transmission de l’art de la chasse, un savoir à facettes multiples, dans une démarche exhaustive résolument contemporaine.

Pub1, une scène, Le Livre de Chasse de Gaston Phébus, BNF Paris, M. Maleiro, Le Monde 14-12-2014

Pub1, une scène, Le Livre de Chasse de Gaston Phébus, BNF Paris, M. Maleiro, Le Monde 14-12-2014

Une autre raison toute aussi « résolument contemporaine » tient dans l’importance de l’image, pour bien faire comprendre ce véritable savoir-faire qu’est la vénerie. « Le Livre de Chasse » est ainsi orné de 87 enluminures où l’on peut admirer les chiens dans toute leur beauté de noble bête. Cette dernière désignation n’est pas une simple figure de style. Elle reflète la réalité des codes de la noblesse : seuls les Nobles pouvaient avoir des chiens de chasse. Tout autant qu’un privilège de caste, c’était une véritable réalité. Avec une conséquence étonnante à nos yeux : plus on était haut placé dans la hiérarchie de la noblesse, plus on pouvait avoir une meute importante au service de laquelle travaillaient des pages, des valets et des veneurs. Le Comte de Foix a eu ainsi jusqu’à 1 600 chiens. Excusez du peu…

Pub2, Le Livre de Chasse de Gaston Phébus, BNF Paris, M. Maleiro, Le Monde 14-12-2014

Pub2, Le Livre de Chasse de Gaston Phébus, BNF Paris, M. Maleiro, Le Monde 14-12-2014

La place du chien était toute particulière. Le Comte de Foix ne citait pas cet animal dans les « Animaux » qui comprenaient -1- le cerf, - 2- le renne, - 3 - le daim, - 4 - le chevreuil, - 5 - le lièvre, -6- l’ours, - 7- le sanglier, -8- le loup, -9- le renard et -10- le chat in fine. Par contre, le chien faisait partie intégrante de l’équipe de chasse, qui citait en 1- l’instruction du chasseur, en 2 - le page, en 3 - le valet, en 4 - le veneur, en 5 - la distinction entre « belle et vilaine chasse » la première se faisant en face à face et la seconde se pratiquant avec des pièges, en 6 - les armes, en 7 - le cheval et en 8 - le chien. Il était cité en dernier mais il faisait partie de l’équipe…

                                                                        ***

Pour suivre le chemin

. Publicité pleine page parue dans Le Monde en date du 14-15 décembre 2014, réédition « Le Livre de Chasse » de Gaston Phébus, BNF, Paris, par M. Moleiro, en édition limitée à 987 exemplaires certifiés par notaire, http://www.moleiro.com/fr/presse/manuscritos-iluminados.py

. Voir le Livre de vénerie médiévale ou Livre de Chasse -1387-1391-avec de belles enluminures, Gaston Fébus (Gaston III de Foix-Béarn, 1331-1391), comte de Foix et vicomte de Béarn et dédié à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_de_chasse

. Retrouver Gaston Phébus ou Fébus ou de Foix-Béarn , sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaston_III_de_Foix-B%C3%A9arn

. Consulter aussi le site très pédagogique et très bien fait de la BNF, qui compare l’ouvrage à la Bible, sur http://classes.bnf.fr/phebus/explo/index.htm

. Cliché du Monde de 2014 Elisabeth Poulain, wikipedia, Livre de chasse-40v.classes-bnf

Livre de chasse-40v, Gaston Phébus, classe.bnf

Livre de chasse-40v, Gaston Phébus, classe.bnf

Voir les commentaires

L’écorce du vieux chêne-La flanelle du vieil Homme-L’Illustration 1910

21 Décembre 2016, 12:14pm

Publié par Elisabeth Poulain

* Flanelle Securitas, L'Illustration 16.7.1910, Annonce p1, Cl1. Elisabeth Poulain

* Flanelle Securitas, L'Illustration 16.7.1910, Annonce p1, Cl1. Elisabeth Poulain

Traduction de ce titre sibyllin, pour cause de limitation du titre à 70 caractères. Il y manque un terme important qui est celui de publicité, un terme inconnu pour l’époque où on parlait encore de réclame, en ce début du XXe siècle dans l’hebdomadaire en date du 16 juillet 1910. Le journal préférait ne pas avoir à utiliser ce terme de réclame, qui devait lui paraître un peu ‘commun’. Il utilisait le terme d’Annonces dans ces pages qui ne donnaient pas d’information en début et en fin de la revue. Les meilleures annonces étaient situées dans les premières pages, l’Annonce 1 en page impair. Sa vis-à vis au verso de la couverture et qui lui fait face, est qualifiée simplement d’Annonces sans porter de numéro de page, encore une façon de différencier les différents contenus imprimés.

Le journal universel, hebdomadaire du 10 juillet 1910, s’ouvre donc sur cette annonce très prestigieuse C’est une réclame pleine page pour « la Flanelle Securitas, LIN ET LAINE », en vente « en France, dans tous les grands magasins de nouveauté et bonnes maisons en France, à Bruxelles ; Sécuritas, Grands Magasins de la Bourse. ». La Flanelle Sécuritas était une entreprise de filature –j’imagine- implantée à Roncq dans le Nord, d’où sa diffusion dans les deux pays limitrophes.

La composition de la flanelle. Elle devait majoritairement en lin puisque ce terme est posé en premier, suivi de la laine ensuite. Pour en accentuer le caractère sérieux, un sigle un tantinet sibyllin, entre parenthèses on peut en effet lire (b.s.g.d.g.), ce qui signifie « Breveté sans garantie du gouvernement », une mention étonnante à nos yeux, directement traduite de l’anglais chic. Le tissu semblait être une innovation pour l’époque. Composé majoritairement de lin cité en premier pour assurer la solidité, il était complété par de la laine pour assurer de la chaleur et du confort à l’homme de rang qui le portait fièrement.

Flanelle Securitas, L'Illustration 16.7.1910, Annonce p1, Cl2. Elisabeth Poulain

Flanelle Securitas, L'Illustration 16.7.1910, Annonce p1, Cl2. Elisabeth Poulain

. Le moment est arrivé de parler de l’homme justement. C’est un homme « arrivé » qui affiche son âge avec assurance et sa réussite sociale dont témoigne son attitude. Sa façon de se tenir, son léger « bedon », son bras gauche calé contre le tronc de l’arbre et l’autre replié au coude, sa jambe droite repliée négligemment sur l’autre…tous ces éléments corporels montrent qu’il exige le meilleur à savoir cette flanelle Securitas Lin et laine. Son assurance est égale à son élégance. En commençant par le bas, voici des chaussures parfaitement cirés au point qu’elles brillent de propreté cirée, sans une trace de boue ou de feuilles mortes. Le pantalon de laine à rayures est ample à la hauteur du fessier comme l’est le pantalon d’équitation et resserrés à partir des genoux de façon non pas à enfiler des bottes mais à porter des guêtres qui semblent être en cuir. La chemise à plastron est impeccable et la cravate rentrée de façon à ne pas gêner le cavalier. Reste à nommer le chapeau et les lunettes attachées par des liens qui passent sous le col de la chemise. Une moustache grise parfaitement taillée accentue le léger sourire de contentement de ce chasseur, qui se tient sa main droite posée contre le tronc d’un arbre, un chêne.

. Le chêne. Il est temps de parler de lui, car c’est en effet lui sur lequel repose le ressort de cette annonce. Il est le symbole de la force, de la résistance, de la robustesse, de la virilité…Le réel talent du dessinateur de cette « illustration Ehrmann », comme on le voit en bas vers la gauche, à hauteur de Securitas est vraiment flagrant. Dessiner le tronc d’un chêne pour en faire ressortir et sa force et son âge est une franche réussite, l’artiste a même dessiné une feuille de chêne entière pour bien montrer qu’il s’agit d’un arbre de cette espèce, en hauteur à gauche de la tête du chasseur. Sur la droite du tronc, une branche noueuse semble prolonger le bras du chasseur.

. Il y a l’homme, il y a l’arbre, il y a aussi le texte qui lie les deux. Voici ce que déclare le Ier au second : « Chêne, tu es devenu vieux grâce à ton écorce, je deviendrai vieux grâce à la Flanelle Securitas, Lin et Laine. ». L’explication tient dans le bandeau blanc en bas. Cette flanelle est en effet « Irrétrécissable, hygiénique, confortable, élégante, économique » !

Pour suivre le chemin

. L’Illustration, 16 juillet 1910

. L’entreprise Flanelle Securitas, qui faisait beaucoup de réclame, à retrouver sur http://www.ebay.fr/sch/i.html?_oac=1&_sac=1&_nkw=securitas&_sop=15

. Voir le site http://www.cotelac.fr/eshop/laine-et-lin/p11pr273.html qui en vendait encore récemment selon la formule 55% laine, 25% lin et 20% coton

. b.s.g.d.g est le sigle français directement traduit de la formule anglaise (patent without government guarantee », selon « the Oxford Dictionary of Abbreviations » à voir sur http://www.encyclopedia.com/humanities/dictionaries-thesauruses-pictures-and-press-releases/bsgdg

http://www.encyclopedia.com/humanities/dictionaries-thesauruses-pictures-and-press-releases/bsgdg

. Sur le symbolisme du chêne, voir http://1001symboles.net/symbole/sens-de-chene.html

. Le terme de publicité est utilisé sur ce visuel - et c’est suffisamment exceptionnel pour être signalé- qui indique les noms des deux créateurs du visuel : L. de PLas et G. Alexandre, tout en bas à gauche.

. Clichés Elisabeth Poulain, l'* qui précède l'intitulé signifie qu'il s'agit d'un détail....

Voir les commentaires

La cigogne de l'Alsacienne d'Alsa > La Levure alsacienne

27 Septembre 2016, 11:05am

Publié par Elisabeth Poulain

* Levure alsacienne alsa, plaque émaillée, extrait, Kaczorowski catalogue Art publicitaire, 24.04.2007-p.3, PhEP d'après JMVachon

* Levure alsacienne alsa, plaque émaillée, extrait, Kaczorowski catalogue Art publicitaire, 24.04.2007-p.3, PhEP d'après JMVachon

Le titre. Il est forcément redondant. On compte en effet trois fois Alsa dont deux fois associé à l’Alsacienne. La raison provient du libellé de la marque elle-même qui existe depuis 1896, mis qui n’a pas été fondée dans cette belle province. L’entreprise  a en effet été créée en Lorraine – française - près de la frontière alsacienne devenue allemande du fait de la perte de l’Alsace par la France lors du conflit de 1870 avec l’Allemagne.

L’alsacien Emile Mönch, revenant de Vienne, en Autriche, où il avait travaillé chez un boulanger, choisit  en effet de s’installer en Lorraine à Igney-Avricourt en France près de la frontière alsacienne, alors allemande. C’est là en 1896 qu’il fonda son  épicerie, où il commença  à produire de la levure chimique, qu’il avait découverte et utilisée chez son précédent patron. Ce dernier avait en effet recours à ce type de levure et non pas à la levure naturelle, le levain   issue de la fermentation du pain  jusqu’alors employée en France. La seconde devait être vendue vivante, alors que la seconde l’était en poudre, avec une durée de conservation incommensurablement plus grande.  En attachement à l’Alsace, sa province natale alors occupée, il intégra l’origine alsacienne de sa recette de levure dans le nom de marque « alsa ». Il fit en outre référence à celle qui allait l’utiliser, la femme alsacienne, celle qui traditionnellement fait la cuisine et les gâteaux à la maison, en montrant en plus un dessin de petite fille alsacienne ainsi qu'une Alsacienne de face sur le sachet.

Plusieurs versions de plaques émaillées de la Levure alsacienne alsa, écrit en petits caractères et sans majuscule, existent. Deux grands modèles, dont on ignore la date de réalisation, sont encore très présents sur le marché des plaques émaillées. Toutes deux, la plaque horizontale et  la plaque verticale qui ne portent aucune indication de date ni de créateur, ont été réalisées par l’Emaillerie Alsacienne de Strasbourg. Comme celle-ci a été créée en 1923, la date de fabrication des plaques est forcément postérieure à 1923, soit cinq ans après la fin de la guerre de 1914-1918.

Pour mettre toutes les chances de son côté, le fondateur de l’entreprise a tout particulièrement soigné la présentation en sachet individuel de couleur rose adapté aux besoins des « ménagères » comme on disait alors. On ne connaissait pas alors le packaging, le marketing et les techniques plurielles de la publicité. Pourtant la présentation et du sachet et de la plaque émaillée « à la cigogne » ont recours à un nombre impressionnant de techniques de communication pour attirer l’attention de celles qui allaient être amenées  à acheter et à utiliser cette levure en sachet.  

La jeune et joyeuse Alsacienne a été choisie comme en symbole du renouveau de l’Alsace redevenue française dans une France enfin réunie. Plus encore, elle fait équipe avec une cigogne très bienveillante –autre symbole de l’Alsace - qui la porte sur son dos. Chacune des deux héroïnes renforce l’image positive de l’autre au bénéfice d’un petit sache de levure de couleur rose, celle qui fascine les petites filles et en particulier cette charmante petite alsacienne. Celle-ci deviendra une bonne cuisinière qui saura faire de très bons gâteaux pour les membres de sa famille qui pourront apprécier une tranche des bons kugelhopfs le dimanche matin.

La plaque horizontale - 32,4 sur 49 cm - met en lumière le symbole de la cigogne portant sur son dos cette jeune Alsacienne joyeuse. Celle-ci allait devenir une véritable star de « la réclame », comme on disait alors, conjointement avec le sachet rose du papier,  le bleu des inscriptions du paquet de Levure alsacienne alsa et le rouge du slogan et du lieu de vente.

 Levure alsacienne alsa, plaque émaillée, Kaczorowski catalogue Art publicitaire, 24.04.2007, p.3,  Ph.EP d'après JMVachon

Levure alsacienne alsa, plaque émaillée, Kaczorowski catalogue Art publicitaire, 24.04.2007, p.3, Ph.EP d'après JMVachon

Les couleurs peuvent nous donner des indications d’époque. A commencer par la cigogne dont le corps occupe la plus grande partie de l’espace en diagonale du bas à gauche vers le haut à droite. La teinte rouge des pattes de l’oiseau, de la jupe de la petite fille et du bec forment une diagonale inversée qui part du bas à droite vers les deux-tiers de la hauteur à droite. Pour renforcer cette ligne rouge, la mention basse indique en bas à gauche en rouge « EN VENTE ICI », à laquelle répondent les trois lignes du slogan en haut à droite et en plus gros caractères « POUR REUSSIR VOS PATISSERIES DANS VOTRE MENAGE ».

C’est le blanc du plumage du grand oiseau qui attire l’attention sur la perfection de la représentation de l’animal, qui arrive, grâce à la couleur noire de ses ailes et des plumes de la queue, à se détacher du fond beige. Un discret trait noir borde parfois le blanc des plumes ; noir également est le ruban qui finit la jupe de l’enfant. Blanche aussi est la couleur de son chemisier et de ses chaussettes hautes portées avec des chaussures noires. Il reste à citer les deux pièces de couleur noire les plus symboliques du costume féminin alsacien, à savoir le bustier à bretelles, fermement serré à la taille avec des lacets et la coiffe de très grandes dimensions qu’elle porte sur la tête.

. Avec le rose du paquet, le bleu ciel de l’inscription de la marque, puis le rouge vif, le blanc ensuite va de pair avec le noir. Ces cinq couleurs permettent évidemment de retrouver les trois couleurs symboliques du drapeau de la France, le bleu, le blanc et le rouge.

Outre les couleurs, il faut  également parler de la diagonale qui guide le regard sur le rose, en partant du haut à gauche vers le bas à droite. Cette seconde diagonale croise la première diagonale à la hauteur de la taille de la petite fille. En partant du haut, vous voyez en second plan, en arrière de l’aile droite du grand volatile une bannière attachée à un manche que l’enfant aux bonnes joues rouges tient fermement à la main en vous dédiant un grand sourire. Sur la bannière rose du haut, on retrouve la mention « Levure alsacienne, ALSA ». Puis en laissant couler le regard vers le bas dans le coin opposé, on voit très bien le sachet rose et bleu alsa de levure alsacienne qu’arrive à tenir dans son bec le grand et magnifique oiseau.

Cette plaque émaillée dont on ne connait ni le créateur ni la date de réalisation est une très belle réussite, au point qu’elle figure parmi les plaques émaillées les plus connues de l'Emaillerie Alsacienne de Strasbourg. L’étonnant est pourtant que l’on ne connaisse ni l’artiste, ni la date de fabrication de la plaque. Plus tard dans une autre plaque vint la disparition de la cigogne alsacienne, dont l’importance symbolique était moins nécessaire. C’est ce qu’on peut constater dans la seconde plaque consacrée à la marque, réalisée quant à elle en 1896…celle dite « au moule à kugelhopf », qui est verticale. La différence est grande, c’est le sachet rose qui est maintenant en vedette en haut à gauche, tenue à bout de bras par une jeune femme épanouie au foulard vert et bleu sur les épaules.

Arrive enfin la dernière mutation qui ne garde de cette saga publicitaire que le sachet de couleur rose, aux mentions et dessins bleus, toujours orné de l’Alsacienne, avec son timbre « alsa » en haut à droite et cette ligne barrée qui file du haut à gauche vers le bas à droite. En passant par l’assiette contenant le kugelhopf que tient la jeune femme  de sa main droite, dans un dessin un peu sévère d'une jeune femme alsacienne. L'enfant qui chevauche la cigogne laisse alors la seule place à l'Alsacienne  dessinée en bleu sur fond rose qui vous regarde droit dans les yeux,  en portant son kuglefopf  de sa main droite...La cigogne est partie, regagner son nid...

Alsaciennes, costumes traditionnels, aquarelle P.Kaufmann, L'Illustration n°1877-1937, scan Jebulon, wikipedia

Alsaciennes, costumes traditionnels, aquarelle P.Kaufmann, L'Illustration n°1877-1937, scan Jebulon, wikipedia

Pour suivre le chemin

. Voir l’histoire de la marque dans « La saga Alsa » sur le site de la marque appartenant au Groupe Unilever, sur http://www.alsa.fr/la-saga-alsa/lhistoire/  

. Les deux types de levure sur http://www.chambresyndicalelevure.com/2014/10/16/quelle-est-la-diff%C3%A9rence-entre-une-levure-chimique-et-une-levure-de-boulangerie/  

. Pour une vision plus complète, consulter http://dubleaupain.canalblog.com/archives/2012/07/26/24767455.html  ainsi que le levain naturel issu de la fermentation du pain sur http://www.cfaitmaison.com/levain/crea-levain.html  

. En apprendre plus sur l’activité de l’entreprise « L'émaillerie alsacienne de Strasbourg Hoenheim , Son histoire, sa production » par Pierre Meyer (Auteur), de 1923 à 1992, un livre paru en juillet 2004, à voir sur http://livre.fnac.com/a1265998/Pierre-Meyer-L-emaillerie-alsacienne-de-Strasbourg-Hoenheim  

. Retrouver les plaques Alsa de l’Emaillerie alsacienne de Strasbourg dans le catalogue "Art Publicitaire " Hôtel des Ventes des Salorges Enchères, Nantes 44100, Kaczorowski SARL, Samedi 14 avril 2007 . Actuellement voici les coordonnées de PHILIPPE KACZOROWSKI - PATRICE DERIGNY, COMMISSAIRES PRISEURS HABILITES, 8 bis rue Chaptal - 44188 NANTES Cedex 4, 132 Ave des Ondines 44500 LA BAULE, Tel : 02.40.69.91.10 – Fax : 02.40.69.93.92, E-mail : sarlkac@wanadoo.fr  

. La recette du kugelhopf sur http://www.niederbronn.com/les-incontournables/l-alsace/item/le-kougelhopf.html  

. Et enfin la cigogne en Alsace, qui ne reste pas seulement un symbole: elle redevient partie intégrante du paysage, grâce en particulier à un grand travail de la LPO, la Ligue de Protection des Oiseaux. On comptait 9 couples en 1974, 300 30 ans plus tard et qui sont devenus sédentaires… à voir sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Cigogne_blanche_en_France  

. Photo à partir de la plaque  en page 3 du catalogue Kaczorowski, Hôtel des Ventes des Salorges du 14 avril 2007-photos JMVachon, avec mes remerciements, Alsaciennes en costumes traditionnels, Aquarelle P. Kaufman, L'Illustration n°1877-1937, scan Jebulon, wikipedia
  

Voir les commentaires

Lucifer > L’attrape-souris d’enfer > Photo

5 Août 2016, 15:37pm

Publié par Elisabeth Poulain

Souricière "Lucifer" 1980, Cl. Elisabeth Poulain

Souricière "Lucifer" 1980, Cl. Elisabeth Poulain

Rassurez-vous. C’est un piège à souris qui n’a jamais servi. Je l’ai acheté au début des années 1980, après avoir constaté, au retour des vacances, des traces parfaitement repérables de ces petits mammifères malins dans un placard creusé dans un mur. Par où étaient-ils passés ? Impossible de le savoir malgré des investigations dignes des meilleurs limiers. Sherlock Holmes n’aurait pas fait mieux, c’est du moins ainsi que nous nous sommes rassurés.

Notre réaction a alors été d’acheter un piège à souris. Au cas où ? Sait-on jamais ! Celui que je vous présente n’a jamais servi. Il n’a donc vu aucune trace de fromage, ni autre aliment appétent pour ces fins petits gourmets à quatre pattes. La droguerie du petit village surplombant la Loire, qui pourtant n’avait pas une offre large, en possédait. Il y en avait même une dans la petite vitrine. Cela a été notre première surprise d’ex-Parisiens. Il s’en produisait donc encore. Cela nous avait semblé incroyable.
 

Souricière "Lucifer" t980, tête-bêche, Cl. Elisabeth PoulainSouricière "Lucifer" t980, tête-bêche, Cl. Elisabeth Poulain

Souricière "Lucifer" t980, tête-bêche, Cl. Elisabeth Poulain

La seconde surprise a été de voir le nom de la marque. Nous avons à nouveau éclaté de rire. Vous le devinez aisément avec la photo, Il s’agit de LUCIFER, qui pour nous Européens a une forte tendance à incarner le diable pour beaucoup et l’Ange déchu pour ceux qui s’y connaissent en cosmogonie chrétienne. Mais comme toujours les choses sont beaucoup plus compliquées, parce que Lucifer est associé à Vénus par exemple par les Romains pour qui Lucifer - Porteur de Lumière – désigne l’étoile du matin ainsi que la planète Vénus.

A bien regarder la peinture de Breughel l’Ancien qui date de 1526, « La chute des Anges rebelles », je suis presque sûre qu’il y a bien une petite souris cachée , même si on ne la voit pas, dans cet amas d’animaux à vous faire frissonner de peur et vraiment. Des rats, j’en suis quasiment certaine, car ils peuvent transmettre la peste...

PIeter Breughel l'Ancien, La chute des Anges rebelles, 1562, extrait Cl. Elisabeth Poulain

PIeter Breughel l'Ancien, La chute des Anges rebelles, 1562, extrait Cl. Elisabeth Poulain

Comme vous le voyez, les petites souris du Val de Loire nous emmènent bien loin dans la passé, dans l’espace et dans notre vaste monde, notamment en Chine qui est un gros exportateur de souricières, mais cette fois-ci en plastique et pas en précieux bois de hêtre, comme c’est le cas avec « Lucifer »… !

                                                                         *

Pour suivre le chemin

. Retrouver les produits à acheter en direct de Masy, l’entreprise située à Nouvion le Comte dans le département de l’Aisne, qui occupe 80% de parts de marché sur ce produit en France et qui a élargi sa gamme aux outils de jardin et aux éléments de l'art de vivre au jardin à prendre au sens large, http://urtica.fr/7_masy-lucifer  

. Lire aussi un bon article ancien des Echos d’Yves-Marie Lucot, sur l’attrape-souris Lucifer, la production des Frères Masy, près d’Amiens dans le Nord de la France, une entreprise familiale qui exportait en 2003 plus de 10% de sa production en Belgique, en Suisse, en Angleterre et au Canada, sur http://www.lesechos.fr/16/12/2003/LesEchos/19053-108-ECH_les-freres-masy-perpetuent-la-tapette-lucifer.htm  

. La tapette est vendue aujourd’hui sur le net au coût incroyable de 0,80 E (et 3 E d’envoi postal) sur http://www.droguerie-jary.com/fr/insecticide-repulsif/raticide-souricide/vente-tapette-a-souris-lucifer-masy.html  

. Photos Elisabeth Poulain et le contributeur de Wikipedia pour l’œuvre de Pieter Breughel l’Ancien, avec à la fin une photo d'une petite souris victime d'un jeune chat et que j'ai vu et pu photographier juste après avoir terminé ce billet sur les souricières. Une photo en forme de post-scriptum; c'est étonnant quand même: je ne peux pas dire que j'ai vu au cours de ma vie beaucoup de souris vivantes ou mortes...! 

Souris attrapée par un chat, Cl. Elisabeth Poulain

Souris attrapée par un chat, Cl. Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Amsterdam, Allo Maman, Vélo Bobo, la roue arrière a eu un choc, n°3

24 Mai 2016, 16:19pm

Publié par Elisabeth Poulain

* Amsterdam, Allo Maman, Vélo Bobo, Cl1/2. Elisabeth Poulain

* Amsterdam, Allo Maman, Vélo Bobo, Cl1/2. Elisabeth Poulain

C’est un vélo de marque UNION qui semble récent. Sa couleur est un assemblage de bleu moyen et d'une couleur acier clair. Il est, me semble-t-il, non attaché. Il devait être à terre et a dû être relevé pour laisser le passage libre aux rares piétons de ce trottoir mixte de petites pierres de pierre bleu du Hainaut à hauteur du pavage de la rue en brique. C’est le sol qui a attiré mon attention, tant la disposition des pierres est volontairement compliquée, pour renforcer l’attention sur cet angle droit de pierre bleue qui s’intègre dans le pavement de briques au rouge éteint.

Des deux côtés au sol, le bleu et le rouge, un renforcement a été fait sur plusieurs lignes de petites pierres posées verticalement sur trois rangées et non plus horizontalement. Une façon presque assurée de renforcer la visibilité de la différence de fonctionnalité du pavage des deux côtes. Peut-être aussi est-ce une façon de renforcer la solidité du soubassement.

Quatre poteaux, dont deux seulement sont identiques, attestent de l’usage qu’on attend d’eux. En allant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, commençons par le haut à droite, par le poteau peint en bleu foncé brillant légèrement, qui se termine par une sorte de chapeau pour élargir la partie haute. Sa fonction est d’empêcher le stationnement des voitures et de protéger un autre poteau qui se trouve en diagonal bas à gauche. Celui-là est rouge. On n’en voit que la partie haute. Visiblement sa couleur indique qu’il s’agit d’une prise d’eau, à l’intention des pompiers, pour lutter contre les incendies. Ce poteau rouge éclate comme un phare.

 

Amsterdam, Allo Maman, Vélo Bobo, Cl.2/2 Elisabeth Poulain

Amsterdam, Allo Maman, Vélo Bobo, Cl.2/2 Elisabeth Poulain

Le poteau bleu nuit brillant du coin est fort mal en point. Clairement il ne va pas bien. Il penche. Il a dû être plus que bousculé par une voiture ou un camion qui a du sentir le choc. Le fait est qu’il a été arraché de son ancrage dans le sol qui est maintenant endommagé. Certaines briques ont dû être cassées. Reste le poteau haut, dont on ne voit pas le panneau qu’il porte. Il a au moins l’intérêt sur  le cliché de servir d’appui au vélo Union.    

Enfin voici le vélo qui entre en scène. Comme je l’ai annoncé. Il a souffert,   vraisemblablement sous l’effet du choc qui a affecté le poteau bas. Il en a perdu et son pneu arrière et la chambre à air, qui restent à terre, sans usage. Et le tout fait un vélo qui aimerait bien qu’on s’occupe de lui, même l’automne quand il pleut et qu’il fait encore doux. Il ne sera pas le seul abimé ainsi. A croire que l’hiver à venir dissuade son propriétaire ou sa propriétaire de venir le voir, pour savoir comment il va.

D’où sa complainte « Allo Maman, Vélo Bobo ». Quand on a mal, on appelle toujours sa mère...! Comme dans la chanson d'Alain Souchon, "Allo Maman Bobo", avec cette phrase si triste et dans un français très approximatif de l'enfant, "Allo Mamman, bobo, comment tu m'as fait, j'suis pas beau". Ce qui n'est pas le cas ici. Je n'ai pas pu résister...Je me demande bien ce que je vais pouvoir inventer pour continuer ce début de saga des vélos d'Amsterdam...A la prochaine...

 

                                                                         *

Pour suivre le chemin

. La chanson d'Alain Souchon à retrouver sur http://www.paroles.net/alain-souchon/paroles-allo-maman-bobo

. Le billet n°0  http://www.elisabethpoulain.com/2016/04/amsterdam-en-novembre-le-velo-sur-la-peniche-photo-n-avant-le-n-1.html

. Le billet n°1 http://www.elisabethpoulain.com/2016/04/amsterdam-velo-vitesse-a-l-arret.html  

. Le billet n°2   http://www.elisabethpoulain.com/2016/04/amsterdam-le-velo-parent-a-petit-enfant-sous-la-pluie.html

. Photo Elisabeth Poulain, la Ière est tronquée pour entrer dans le cadre imposé        

Voir les commentaires

Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello

18 Mai 2016, 16:53pm

Publié par Elisabeth Poulain

* Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello, détail, Tôle peinte, Cl. Elisabeth Poulain

* Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello, détail, Tôle peinte, Cl. Elisabeth Poulain

Je sais bien que je fais partie de  la Famille Rasurel. Je suis le petit garçon qui se tient auprès de ma Maman, alors que je suis le fidèle reflet de mon Papa. Je trouve que Capiello aurait du me mettre entre mon Papa et ma Maman, vu que je suis un petit homme. J’ai en petit la tenue des hommes avec un caleçon long adapté à notre morphologie d’homme pour le bas et des manches courtes en haut.

Les femmes, c’est autre chose. Comme imaginer qu’elles pourraient avoir la même tenue ? Ce serait fou. D’abord elles doivent cacher leur avant-bras, ensuite ne jamais, mais alors jamais montrer leurs fesses, un mot qu’on n’a même pas le droit de prononcer. Par contre tout est fait pour les faire ressortir. Quoi ? Mais les fesses bien sûr, ce mot à ne jamais dire. Ce ne serait pas poli, ce serait  « malpoli », comme ma mère me l’a expliqué déjà plusieurs fois.

En plus des f….s qu’elles doivent cacher, les femmes, même ma Maman, doivent absolument se serrer la taille, pour avoir une taille de guêpe. Vous savez ces horribles bêtes qui piquent : je peux vous dite qu’une piqure de guêpe,  ça fait drôlement mal. Je ne comprends vraiment pas comment elles ont une taille de guêpe, alors que ce sont des personnes. Ne nous égarons comme le dit mon père. J’en reviens aux dames. Je vous ai parlé de leurs avant-bras, de l’absence de caleçon long, remplacé par une jupe longue et ample, des guêpes dont elles doivent avoir la taille, pour faire ressortir leurs f….s et leurs hanches. C’est vrai, j’ai failli oublier les hanches.

Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello, Tôle peinte, Cl. Elisabeth Poulain

Papa, Maman, le Docteur Rasurel… Moi et …Capiello, Tôle peinte, Cl. Elisabeth Poulain

Il reste deux différences, drôlement importantes, pour bien montrer que ce sont des femmes. Elles ont de la poitrine, qui va par deux, un à droite, un à gauche. Un « quoi ? », ah ne me le demandez pas, il est interdit aux enfants de parler de ces gros trucs qui ballottent. Ce serait mal-élevé. Par contre, pour les faire ressortir, les femmes, même ma maman, font des trucs bizarres. D’abord, elles veulent un décolleté à la base du cou, où souvent elles portent un collier, pour bien attirer l’attention sur cette partie de leur corps qu’elles ne doivent pas montrer. Et ensuite et surtout, elles se serrent la ceinture pour faire ressortir cette poitrine, placée juste au-dessus. Du coup en dessous de leur taille, elles mettent une jupe ample qui fait plein de plis partout. Pourquoi ? Pour faire de la rondeur. C’est drôlement compliqué, les femmes, les dames, je dois dire.

Elles ne doivent pas montrer leur corps et en même temps, elles dénudent la base de leur cou et ont des jupes amples et longues pour ne pas montrer leurs jambes. Heureusement que je suis comme Papa. Monsieur Capiello, l’artiste qui a dessiné et peint Papa, Maman et moi, nous a tous représenté avec des sous-vêtements jaunes, moi comme Papa, et avec les cheveux rouges comme ma Maman. A trois, nous formons la famille du Docteur Rasurel, je devrais dire la célèbre Famille Rasurel. J’en suis très fier. Quant à la date, ne me demandez pas quand cela a été fait. On m’a dit après, quand je suis devenu grand, que l’auteur est Capiello, un célèbre affichiste, né italien en 1875 et décédé en 1942 après avoir été naturalisé français. Cette publicité est une tôle lithographiée qui mesure 51 cm sur 59,5cm. Elle a été éditée plusieurs fois, en des tailles légèrement différentes. Et c’est tout ce que je peux vous dire.

Moi, je me trouve bien dessus ; je n’ai qu’un regret qui est que Capiello a fait des affiches et des tôles publicitaires encore plus célèbres, que celle de ma famille Rasurel. Personne n’est parfait…

                                                                             *

Pour suivre le chemin

. Capiello, à voir sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Leonetto_Cappiello  

. Tôle n° 374 à retrouver dans le catalogue d’Art publicitaire, Kaczorowski Sarl, 8 bois rue Chaptal, 44188 Nantes cedex 4, 02 40 69 91 10, kac@interencheres.com , www.interencheres.com  avec de nombreuses photographies, avec mes remerciements.

. Le titre s'inspire du célèbre sketch de Robert Lamoureux "Papa, maman, la bonne et moi"....

. Cliché Elisabeth Poulain, l'étoile * indique qu'il s'agit d'un détail de la tôle.   

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>